première semaine en Nouvelle Calédonie

première semaine en Nouvelle Calédonie

Posté par : Jean
19 Octobre 2019 à 09h
Dernière mise à jour 25 Novembre 2019 à 16h
341 vues
Flux-RSS

Fabuleuse première semaine de navigation dans le lagon calédonien. Il faut dire que nous avions deux skippers de choix, Thierry et Maurice, qui naviguent dans le lagon depuis plus de 30 ans.

 plages de rêve

Mais revenons au début de l'histoire...

Voilà longtemps que j'en rêvais : naviguer dans le Pacifique !

Thierry nous a offert l'occasion de réaliser ce rêve, pour Raymond et moi. Deux mois prévus dans le grand lagon calédonien pour Kradok II et le maintenant célèbre cuistot et logisticien de Sara

Thierry,

Mais, à l'arrivée chez Brigitte et Thierry, à Nouméa, il faut finir de préparer le bateau pour notre périple calédonien : antifouling puis mise à l'eau, vidange du moteur, rangement et avitaillement occupent notre première semaine sur le caillou.

Maripasoula, le voilier de Thierry et Maurice est un sunfast 36 de 1995.

Il est bien équipé pour la croisière hauturière ; panneau solaire et 2 éoliennes sur un portique, voiles neuves, tourmentin sur enrouleur...

Maripasoula,

Pour notre première semaine de navigation (notre deuxième semaine en Calédonie), Thierry décide de nous amener à l'île des pins.

Ce qui me surprend d'abord c'est la dimension du lagon ! C'est une véritable mer intérieure ! Mais peuplée d'ilots et de patates.

La cartographie n'est pas complète. Beaucoup de zones de corail ne sont pas cartographiées. Il faut rester extrêmement attentif à la couleur de l'eau pour repérer récifs et patates de corail. La navigation de nuit est donc évitée. On avance dans le lagon avec le soleil dans le dos. Du classique pour ces zones, mais bien inhabituel pour moi.

Navigation dans le lagon,

En partant du club nautique calédonien de Nouméa, Thierry nous amène mouiller pour la nuit à la baie du Turtle club sur l'île d'Ouen

Les pins colonnaires dressent leur chandelles sur la petite presqu'île.

Le lendemain, nous filons vers l'îlot Kouaré, tout prêt de la grande barrière de corail qui délimite l'immense lagon calédonien, à travers les îles et les récifs coraliens

Nous restons 48 heures autour de l'îlot habité seulement par les oiseaux en attendant un temps plus clément. Tortues, remora et petits requins tournent autour du bateau. Raymond renonce à ses séances de nage, pas vraiment rassuré.

Ilot Kouaré,

Raymond, déjà en mode pirate,

14 octobre : navigation vers l'île des pins, grand largue avec 15 à 25 nœuds de vent. Le bateau avec ses voiles neuves et sa coque propre avance à quasiment 8 nœuds.

La baie de Kuto sur l'île des pins a un petit air de paradis avec son eau turquoise, sa plage de sable blanc et les cocotiers. La baie voisine de Kanumera est aussi belle avec une grande corbeille de corail en son milieu. C'est là que Philémon m'aide à progresser dans mon lancer d'épervier. Les Kanaks sont vraiment accueillants et avec un petit bonjour les visages s'éclairent d'un sourire et la discution démarre vite.

Kradok  2  sur la plage de Kuto,

Au bar  pour surveiller le bateau au mouillage,

15 octobre : c'est l'ascension du pic Nga qui surplombe toute l'île des pins. Une petite randonnée de deux heures qui nous offre un panorama à couper le souffle.

 

Maurice, Thierry,  Jean et Raymond, toute l'équipe au sommet,

Même pas fatigué pour l'après-midi, on se lance dans le tour de la presqu'île entre la baie de Kuto et celle de Kanumera.

Les pins colonnaires sur la presqu'île, 30 mètres de haut !

Raymond et Thierry sur la presqu'île,

16 octobre : journée à l'îlot brosse, tout à côté dela baie de Kuna, natation au milieu des coraux avec Raymond et tour de l'île à marrée basse avec Maurice. Je découvre les splendeurs du platier. En nageant avec Raymond je redécouvre les coraux qui semblent en très bonne santé contrairement à ce que j'ai pu voir aux Antilles et en Thaïlande.

la plage de l'îlot Brosse

Ilot brosse, Maurice,

Le platier à marée basse,

Bénitier  sur le platier,

17 octobre : nous commençons notre retour vers Nouméa, une quarantaine de miles vent arrière avec 15 à 20 nœuds de vent. Mouillage sur corps mort à l'îlot Casy dans la baie de Prony. Seuls au mouillage. Petit tour de l'île à pied pour découvrir la forêt de cycas, et pleins de plantes inconnues (de moi...).  Tout un tas de poissons nagent autour du bateau. Mais toujours rien dans l'assiette !

forêt de cycas à l'îlot Casy,

Tronc de pin colonnaire,

mouillage tranquille,

 

18 octobre : c'est le retour à Nouméa. Après cette première semaine de découverte du lagon calédonien, préparation du bateau pour une navigation vers la côte est de la Calédonie, parait il magnifique aussi...

Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...