Le voyage d'Ulysse, été 2009, épisode 5, le retour via la Sicile et les îles italiennes

Le voyage d'Ulysse, été 2009, épisode 5, le retour via la Sicile et les îles italiennes

Posté par : Jean
03 Octobre 2017 à 13h
Dernière mise à jour 11 Octobre 2017 à 22h
1241 vues
Flux-RSS

Dernier   épisode de la saga 2009,   le retour fut riche   en émotions , belles rencontres, lieux de rêve, :  la visite de la Sicile avec Paolo,   la montée du Stromboli   à la nuit tombante, la vie napolitaine et ... je vous laisse découvrir   cette fin   qui  n'en fut pas une, laissant   surtout le goût de recommencer le plus tôt possible, et pourquoi pas plus loin encore ?

Le voyage d'Ulysse, été 2009, épisode 1 : de Toulon à La Valette (Malte)

Le voyage d’Ulysse, été 2009, épisode 2  : de Malte à Corfou

Le voyage d’Ulysse, été 2009, épisode 3  : faux pirates albanais et arrivée à Ithaque.

Le voyage d'Ulysse, été 2009, épisode 4, l'Albanie encore, puis derniers jours à Corfou

 

 

Vers la Sicile

Samedi 08 août 2009, 18:49

Mardi 4 aout :

Crotone, ville que je pensais sans attrait, réserve pourtant un accueil chaleureux. Les Crotonais sont souriants et affables. Les visites du marché, de la vieille ville et du château sont de bonnes surprises.

Un problème nouveau apparaît pour moi : avec sa casquette de marin grec, sa barbe et son teint halé, les italiens prennent le marin breton pour le capitaine...

Mercredi 5 aout :

Nous larguons les amarres à minuit. Le vent du nord vient de se lever, et le gros clapot dans le port de commerce rend le sommeil impossible.

Avec 25 nœuds de vent arrière, sous génois seul et lune pleine, nous passons entre les plates formes d'extraction de gaz. Le vent se calme dans la journée et nous arrivons à Rocella Ionica sous l'averse.

Le port n'est plus gratuit. Il faut s'acquitter de 20 euro depuis le 20 juillet.

La seule animation du port est la pizzeria. Le soir venu, une quantité énorme de tables est alignée sur le quai. Elles vont se remplir petit à petit. L'endroit est renommé. Nous optons donc pour la pizza. Elle se commande au mètre. Nous ne prenons qu'un demi-mètre. Bien qu'elle soit excellente et que nous ayons bon appétit, il en restera pour demain midi. Nous l'emportons dans une boîte à pizza fournie par la maison.

Jeudi 6 aout :

encore un départ matinal ! 3 heures du matin. 10 à 15 nœuds par le travers, idéal pour commencer la journée. Puis le vent tombe progressivement et c'est la risée Yanmar qui prend le relais. Après le Cap Spartivento, à l'entrée sud du détroit de Messine, j'aperçois au loin une barre blanche devant la Sicile. Ce n’était pas vraiment prévu... nous sommes prêts juste à temps pour affronter 25 nœuds avec des pointes à 30, par le travers.

Le marin breton vient de prendre un petit paquet de mer sur le T shirt, mais il reste concentré. C'est vrai qu'il a vraiment l'air d'un capitaine au long cours...

Juste avant Taormina, la ligne d'une petite canne se met à siffler. Emotion de courte durée, le bas de ligne monté trop fin, casse. Ce sera omelette pour ce soir.

Mouillage sous la ville de Taormina,

et visite de cette belle ville, bondée de touristes.

Vendredi 7 aout :

départ de Taormina au moteur,

vers Acitrezza, où nous avons la chance de trouver une place à quai.

Le port d'Acitrezza

Ce serait là que le cyclope, aveugle, a voulu jeter des cailloux sur Ulysse.

Les gros cailloux seraient ces îles de basalte en face de la ville...

C'est la sagra della spada à Acitrezza. Tranche d'espadon à la plancha et un verre de vin pour 5 euro. Petit bal musette à côté. L'ambiance bon enfant tranche avec Taormina.

Espadon à la plancha...

C'est prévu pour trois jours. Le port est gratuit, nous sommes à côté du robinet d'eau, et les gens sont accueillants... Je sens que nous ne sommes pas encore partis, si l'on ne nous chasse pas d'ici !

 

l'Etna...

Mardi 11 août 2009, 16:03

Samedi 8 aout :

des rencontres,...

tout d'abord Isabelle, Jean-Jacques, et Mathieu, qui habitent le même village que le marin breton.

Puis, Joséphine et Paul, Siciliens de Catane, autour d'une tranche d'espadon (Eh oui, nous sommes retournés à la fête de l'espadon !). Paul et Joséphine parlent un français impeccable teinté d'accent belge.

Nous voulons découvrir l'Etna, Paul veut découvrir le bateau à voile. Paul nous propose de nous organiser une journée de visite en Sicile, et en échange nous organiserons une journée en bateau.

Dimanche 9 aout :

Excursion vers l'Etna avec toute la troupe. Nous montons par les villages à l'est du volcan. Cela pourrait être une terre de cocagne. Tout pousse dans cette fine terre noire : cerisiers, pommiers, pêchers, poiriers, noisetiers, noyers, châtaigniers... mais les habitants vivent sous la menace du volcan. Nous faisons le tour du châtaignier millénaire de cento cavalli... le plus grand du monde paraît il.

Le chataignier de cento cavalli.

Puis montée au volcan ou des camions 4X4 nous amèneront jusqu'à 2800 mètres sur le versant nord.

 

Le volcan nous domine encore de 500 mètres.

De beaux peuplements de pins laricio sous le volcan...

A la descente, arrêt dans les gorges d'Alcantara creusées dans le basalte en contre bas de Castiglione di Sicilia.

Bain d'eau froide pour les plus courageux... bain de pied pour les autres.

Nous finissons cette belle journée par un petit restau de poissons sur le port de Catane et une visite, toujours guidée par Paul, du centre ville.

Lundi 10 aout :

C'est à notre tour de promener Paul. Isabelle, Jean-Jacques et Mathieu doivent remonter vers le Nord...

Belle journée de navigation à la voile avec 8 à 10 nœuds de vent, qui va nous amener d'Accitrezza à Catane.

Découverte de la barre à roue... Le sicilien a pris la casquette de capitaine du marin, qui se retrouve (tête) nu...

Paul est vite à l'aise sur Ulysse...

La journée se termine au club nautique de l'Etna, avec la pendille enroulée bien serrée autour de l'hélice ! Paul découvre les joies... et les galères de la navigation.

Mardi 11 aout :

plongée matinale dans les eaux douteuses du port. Tuba rallongé d'un bout de tuyau d'arrosage et couteau à pain me permettent de dégager l'hélice et son arbre.

Puis visite du marché aux poissons...

 

Passage du détroit de messine et retour de Captain Kradok le vrai...

Lundi 17 août 2009, 20:30

Vendredi 14 aout :

Depuis mardi, nous sommes à Catane, où Paul nous sert toujours de guide. Nous avons refait une sortie en bateau jeudi.

Paul, Joséphine et leur famille sur Ulysse...

Pour le reste, courses au supermarché pour reremplir les soutes, lessive pour les draps, nettoyage du bateau, concert de musique sicilienne traditionnelle et visites de la ville en dégustant les (nombreuses) spécialités siciliennes.

Visite du jardin botanique...

Paul nous a invités pour la fête du 14 aout. C'est une grande fête à Catane. Toutes les familles se retrouvent au bord de mer. C'était, avant, autour d'un grand feu (« falo ») sur la plage. Les feux sont maintenant interdits, il y en a moins.

Falo sur la plage

Les familles se retrouvent donc autour du barbecue de la maison du bord de mer.

Une petite carriole, portant une vierge, passe devant les maisons. Les fidèles prient et chantent.

Samedi 15 aout :

Nous partons au moteur pour Taormina, mais le mouillage n'est pas abrité du vent de sud est. Nous filons donc jusqu'à Reggio de Calabre. Je relis le vieil homme et la mer, et je rêve à l'espadon qui mordra à l'hameçon dans le détroit de Messine...

Arrivée à Reggio de Calabre de nuit. L'ormeggiatori réussi l'exploit de poser une pendille sur l'arbre d'hélice !... je ne me fais pas avoir cette fois.

Dimanche 16 aout :

Je récupère le captain Kradok et Floran de Draguignan (c'est un surfeur...) à la stazione. C'est Floran de Draguignan qui plonge d'entrée dans les eaux mazoutées du port, pour retirer la pendille et débloquer le speedo. Captain Kradok n' a pas bougé : il a du vieillir ?

Captain Kradok reprend la tête de l'expédition...

Puis départ immédiat pour profiter de la fin du corante montante. Ulysse file jusque 8,5 nœuds malgré un vent contraire de 15 nœuds.

Les tourbillons de Charybe arrivent à faire dévier le bateau de sa trajectoire...

Nous arrivons à Vulcano par nuit noire dans un mouillage encombré.

Lundi 17 aout :

Dés l'aurore (9H30), nous entamons l'expédition vers le volcan.

L'équipe au sommet,

Les vapeurs et les concrétions de soufre nous étonnent.

Puis bain de boue,

et bain de mer, toujours dans les vapeurs soufrées...

l'après midi, Kradok retrouve ses habitudes : mouillage sous les hautes falaises, avec un fond de rocher, et une bonne houle. Heureusement le paysage est superbe.

l'ascension du Stromboli...

Vendredi 21 août 2009, 22:24

Lundi 17 aout

Lipari est une ville vivante. Nous avons eu la chance de trouver une place à quai en plein centre ville. Quai en réparation, sans eau ni électricité, d'accès difficile, mais nous sommes dans le cœur de la ville.

Mardi 18 aout

Un bateau est arrivé hier soir en notre absence, et il s'est inséré entre Ulysse et notre voisin breton. En partant, il réussit l'exploit de sortir 4 ancres à la fois, dont la notre ! Notre voisin breton remonte à nouveau notre ancre en partant. Enfin nous sommes libérés...

Nous partons vers Panaréa, où nous mouillons tout d'abord dans une petite crique.

Le marin breton nous fait une démonstration d'annexe à rame...

petite visite dans la soirée du village. C'est très snob...

nous nous installons sur le quai pour déguster une pastèque.

Plus d'eau, ni de gasoil au quai...

Mercredi 19 aout

nous partons tôt, pour bien amarrer le bateau en face du village de Stromboli.

L'excursion n'a lieu que le soir. Nous devons nous équiper pour la montagne :

chaussures de randonnée et casque obligatoire.

Il n'y aura pas de course vers le sommet. L'excursion est guidée et nous montons en file indienne derrière notre guide.

Après 900 mètres de montée, le soleil vient de se coucher, et le spectacle est éblouissant !

Nous dominons le volcan en activité...

et l'éruption est continue.

Il fait nuit noire pour la descente dans le sable volcanique. Glissades et poussière pour tout le monde.

Glissade à Vulcano, de jour : à Stromboli, nous étions quarante à la queueleuleu , imaginez la poussière !

Les groupes qui descendent font une guirlande lumineuse sur le sentier.

Jeudi 20 aout :

Toujours pas d'eau et de gasoil à Stromboli... tant pis... nous partons. Nous devrions avoir assez de gasoil. Pour l'eau, nous nous laverons à l'eau de mer.

Petit arrêt à Strombolicchio...

Le fond atteint rapidement les 2500 mètres.

Au début de la nuit, le voltage de la batterie de service tombe à 10 volts. Plus de pilote automatique, nous éteignons les instruments et les feux. Par cette nuit sans lune, nous barrons chacun notre quart en nous guidant avec les étoiles. Dans l'eau, un panache fluorescent suit le bateau.

Arrivée le Vendredi 21 aout à Torre del Grecco, près de Palerme.

Napoli et ses îles...

Lundi 24 août 2009, 19:36

Samedi 22 aout :

Nous laissons le bateau bien gardé au port de Torre del Greco, au pontile de Genaro,

pour une visite de Pompéi.

la ville paraît désertée par cette chaleur...

mais l'état remarquable de conservation de certaines statues laisse un doute.

Puis nous visitons la vieille ville de Naples

ou la tradition du vol fait fructifier depuis longtemps sociétés de surveillance et fabricants de portes blindées.

Un peu déçu par la ville, avec cette chaleur étouffante,

nous décidons d'en visiter le sous sol : 400 kilomètres de galeries à 17° C, un régal...

nous n'en visitons qu'une petite partie !

Dimanche 23 aout :

Floran de Draguignan nous a quitté aux aurores, nous reprenons notre route vers le Nord,

Avec une escale à Procida.

Mouillage en face Ischia, («c'est là qu'on a les yeux...» GB...), que nous ne verrons que du bateau au lever du jour. Dommage, l'île a l'air magnifique.

Lundi 24 aout :

Le sirocco nous pousse jusqu'à Ventotène.

Ulysse trouve une place dans le port romain de Ventotène, juste le temps de manger une pizza, et nous repartons vers Ponza.

 

le vrai retour...

Samedi 29 août 2009, 10:39

Lundi 24 aout :

A Ventotène, nous avons le privilège de pouvoir nous arrêter quelques heures dans le petit port romain, taillé dans la roche.

Après une négociation dure, mais souriante, le coût de ce petit privilège est passé de 30 à 10 euro.

Arrivée à Ponza, sous la nécropole, les viviers à murène taillés dans la roche par les romains.

 

soirée à Ponza, ou les places à quai sont aussi rares, et le mouillage bien encombré. Ce sera mouillage.

La météo annonce du vent d'ouest entre Corse et continent pour Samedi. Il va donc falloir se dépêcher pour passer avant cette date.

Au départ de Ponza, nous retrouvons le Maltese Falcon, que nous avions déjà croisé à Corfou, puis en face Capri

Mercredi 26 aout :

une longue journée de navigation par vent arrière nous a menés jusqu' à Gianutri, première île toscane en venant du sud,

puis Giglio.

Impossible de trouver une place à quai.

Nous allons donc mouiller à Campese, de l'autre côté de l'île.

Kradok revisse l'axe du safran, qui a pris du jeu. C'est le seul des trois à rentrer dans ce trou de souris...

Visite éclair de l'île en bus, certains n'ont pas pu apprécier le paysage !

Plantations de pins parasols sur les sommets de l'île.

Puis encore une nuit de navigation vers Maginaggio, avec un vent au grand largue.

A Maginaggio, Nous goutons le plaisir de réentendre parler français dans les magasins. Mais l'arrêt est de courte durée.

Après une baignade dans l'anse Santa Maria, nous reprenons la route sous l'orage, pour notre dernière traversée.

Le port de Hyères étant plein, c'est dans le petit port du Niel qui nous accueille...un autre petit coin de paradis, mais celui là tout près de chez moi !

Le marin breton peut récupérer la casquette du capitaine !

C'est la fin du périple... je me suis promis...

de faire un petit épilogue,

de remettre le blog dans l'ordre chronologique,

... de recommencer un tel voyage dès que je le pourrais...

La route du retour...

FIN DE L'AVENTURE   2009.

 

 

Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...