SAR 'Attente

Posté par : Jean
15 Janvier 2012 à 18h
Dernière mise à jour 19 Novembre 2014 à 18h
1750 vues
Flux-RSS

 

Rétrospective…en attendant SARA,

Nous nous sommes donné deux ans avant un nouveau voyage.
Il faudra un peu plus.

2010 est une année de transition. Nous en avions pris plein les mirettes en 2009.

Kradok le vrai veut voir les îles Baléares. Le trajet initial prévoit Baléares, Sardaigne et retour.

Je  pars début juin de Toulon en compagnie de Clément et Jean Baptiste.

P1040449.JPG

Jean-Baptiste et Clément

Une belle traversée. Pas trop de mer, un peu de vent. Nous apprenons à Mahon (Minorque) la dramatique inondation qui touche Draguignan le 15 juin 2010. Marie-Hélène voit sa voiture partir dans le flot sous ses yeux et  passe la nuit au premier étage de la caserne des  pompiers de Draguignan. Nous avons du mal à imaginer le désastre. Kradok ne viendra  pas à Minorque cette année encore. Il reste à Draguignan pour sauver ce qui peut l'être.

De notre côté , il faut ramener Ulysse vers Toulon plus tôt que prévu. Nous visitons tout de même cette belle île.

 

P1040459.JPG

Mahon, ville anglaise de méditerranée, qui a des petits airs de Malte,


Les belles calanques du Sud de l'île :

P1040499.JPG

Cala Coves, sans doute la plus belle cala de minorque.

P1040510.JPG

cala de macarella


Et nous terminons à Ciutadella pour les fêtes de la Saint Jean.

P1040571.JPG

les chevaux menorquins au coeur de la foule

P1040597.JPG


P1040536.JPG

danse autour du feu de la Saint Jean

P1040607.JPG

Clément sauve un plongeur dans la ville!...

P1040528.JPG

mouillage à Ciutadella


Kradok repart fin juillet pour le sud de la Corse et le nord ouest de la Sardaigne. Il me laisse Ulysse début août dans le port de Propriano. A l'écoute de son récit, je repasse dans son sillage...
Isabelle m'accompagne. Nous filons vers le passage Fornelli entre la Sardaigne et l'île d'Asinara. Une méchante houle nous empêche de passer.


(Voir le carnet de voyage d'Isabelle, à venir, dans les albums joints).

 

Nous mouillons donc à Stintino en attendant le calme.

 

P1040807.JPG

barques à Stintino

Nous nous apercevons alors qu'il est possible à présent d'aller sur l'île. C'est le bonheur ! Encore un petit coin de paradis préservé.

P1040831.JPG

mouillage à Asinara

P1040838.JPG

ballade sur les sommets d'Asinara

P1040851.JPG

Isabelle devant le mouillage de Fornelli


La houle s'est calmé et nous passons les Fornelli prudemment en respectant bien l'alignement ! J'en connais des plus malins que moi qui y sont resté ensablés...

Nous filons vers Alghero, bastion espagnol de la Sardaigne.

P1040859.JPG

Ulysse au port d'Alghero (nous sommes la première quinzaine d'Aout!)

P1040867.JPG

Les grottes de Neptune.



Retour vers Bonifacio.

 

DSC06325.JPG

Isabelle laisse sa place à Étienne et Pierre.

Nous sommes bloqués quelques jours par le vent à Bonifacio, et nous en profitons pour quelques belles balades sur les falaises et jusqu’à la calanque de Fazzio

(Voir les photos de Pierre, à venir, dans les albums joints).

Après quelques jours dans la calanque de Bonifacio, le vent d'ouest qui mollit nous permet enfin de remonter vers Ajaccio.

Pierre fait des photos superbes.

Jean Pierre et Françoise prennent le relais. Escale à Girolata, où nous retrouvons Jean Louis et Bacchus de retour de Tunisie après avoir fait la route du jasmin. Petit tour à Scandola avant un paisible retour.

 

P1040953.JPG

réveil après la traversée...

 

 

P1040915.JPG

Jean Pierre, un coéquipier toujours efficace pour les longues traversées

 

 "Attendez vous à l'inattendu!"

A l'automne 2010, Captain Rouff cherche des équipiers pour les voiles de Saint Tropez. Je ne le connais pas encore, mais je reçois régulièrement son programme par mail. Il revient d'Ithaque et nous avons fait le même périple avec un an de décalage. Je le rejoins  à Calvi, pour l'accompagner lors de la traversée Corse continent. Serena est un ketch en bois des années 70. Je découvre  tout le plaisir d'une vraie navigation à l'ancienne... le pilote automatique est en panne, et le fil de l'antenne GPS est cassé !

P1040977.JPG

Captain Rouff


Surprise... il fait les voiles de Saint Tropez à l'envers ! C'est pas mal aussi, et ça permet en tout cas d'en prendre plein la vue.

P1050173.JPG

voiles à l'envers?...

P1050170.JPG

le captain a toujours un équipage très féminin !... Joan, Florence et Hassiba.

Début 2011, Ulysse est toujours en vente. Son prix baisse désespérément, mais toujours pas d'acheteur sérieux.
Je refais la croisière Corse avec Jean Louis, Nicolas et Jean Michel. Le résultat final n'est pas brillant pour un bateau aussi affûté que ce 31.7. Je me suis complètement planté sur le choix de route... Tant Pis, une belle petite virée en Corse bien sympa.

Nous vendons enfin Ulysse fin juin 2011. Je n'en peux plus  de cette vente. J'abandonne lâchement Kradok, le laisse conclure l'affaire et convoyer Ulysse vers sa nouvelle destination.

A cette époque, Captain Rouff termine la « route du Bailly de Suffren » et se trouve à Malte.
Je lui propose de le rejoindre lorsqu'il aura besoin d'équipier. Message SMS : « vient. Je suis à Sciacca (Sicile) dans deux jours».
Deux jours plus tard, je suis sur le quai de Sciacca à la recherche des deux mats en bois de Serena. Inquiet j'appelle enfin le capitaine par téléphone. Il est toujours à Malte et ne va plus en Sicile mais en Tunisie !...
Traversée de la Sicile en bus jusqu'à Catane, ferry pour Malte. 24 heures plus tard, je suis à La Valette. Je retrouve Captain Rouff et Serena dans la baie de Msida. Dans le carré, je relis la devise du bord : « attendez vous à l'inattendu ! ». Effectivement, j'aurais dû m'en souvenir!...

Escale à Gozo, puis à Lampeduzza, où  le vin de Carole agrémente le fruit de notre pêche. (deux thons blanc)

Arrivée de nuit en Tunisie, à Kelibia, grand port de pêche. Je n’en mène pas large à l'arrivée. Un vieux guide nautique, trouvé à bord, précise que les barques de pêche ne sont pas signalées par leurs feux dans ce secteur. Heureusement, cela n'a plus l'air d'actualité. Malgré l'arrivée (très) nocturne, le douanier et le policier des frontières nous font la clearance. Le douanier veut compter les bouteilles du capitaine. Captain Rouff ouvre sa cave. Le douanier renonce à compter toutes les bouteilles. Il décide de ne compter que les « pas entamées ». Il en trouve une. Avant qu'il ait eu le temps de réagir, le capitaine boit rapidement au goulot... bouteille entamée ! Le douanier en trouve une autre et avant que le capitaine n’attrape le nouveau goulot, il précise : « Non, ce n'est pas grave, vous pouvez la laisser comme ça ! ». Rigolade générale. Devant l'amas de bouteilles entamées ou pleines, le douanier décide de faire une estimation du nombre.

Le ramadan va bientôt commencer. Heureusement le capitaine a quelques réserves au fond de sa cale, mais elles sont très convoitées. Les Tunisiens, qui souhaitent rester discrets, cherchent à puiser dans le stock. 

Je laisse le capitaine continuer ses aventures sans moi. Il devrait pouvoir en faire plusieurs livres ! Je retourne vers Toulon par Air Tunisie. Il faut chercher un nouveau voilier. La suite, je vous l’ai déjà racontée.



Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...