Arrivés aux Marquises

Arrivés aux Marquises

Posté par : Jean
23 Novembre 2023 à 05h
Dernière mise à jour 26 Décembre 2023 à 11h
567 vues
Flux-RSS

Avec Beya Dufour 45 Classic et son capitaine Roland, nous voici donc enfin  arrivés aux Marquises dans la grande baie de Taiohae sur l'île de Nuku Hiva. Voici un mois quasiment  que nous avons quitté Tahiti pour remonter via les Tuamutus jusqu'aux îles Marquises.

C'est bien les Marquises !

La grande baie est signalée à l'entrée par un mamelon de pierre de chaque côté. Elle est relativement abritée de la houle. Une quinzaine de voiliers sont déjà au mouillage, dont certains visiblement depuis bien longtemps.

La grande baie de Tahioae.

Bien contents d'être arrivés et un peu fatigués par nos six jours de mer au près, nous nous reposons un peu avant de mettre l'annexe à l'eau pour rejoindre le petit quai où sont amarrées les annexes.

Le petit quai est aussi le quai des pêcheurs.

Taiohae est la capitale des Marquises. C'est aussi le plus gros village. On peut y trouver tout ce qu'il nous faut, ou presque.

On y trouve surtout des fruits et des légumes superbes. Les pamplemousses sont énormes, sucrés et délicieux. Les avocats, mûrs à point sont également très gros. Mais on n'y trouve pas le choux chinois qui a constitué la base de notre repas de midi depuis le départ de Papeete. On n'y perd pas du tout au changement.

On trouve tout cela près du petit quai, qui est l'endroit animé de Taiohae.

Un peu plus loin dans le village, il y a même un magasin AD diffusion qui est tenu par Cécile. C'est pour cela que Roland a fait le détour par ici. Il achète une drisse de spi et la drisse d'enrouleur qui s'est rompue. Après de très savants calculs, il s'avérera que la drisse d'enrouleur est trop courte alors que la drisse de spi est trop longue. Cécile nous explique comment rejoindre Hiva Oa, en s'arrêtant dans la baie d'Hanamoenoa pour y mouiller la nuit et passer le canal du Bordelais le lendemain au petit matin.

Chez Cécile, le magasin AD Diffusion de Taiohae.

Nous partons donc pour Hiva Oa. Le départ de Roland vers la métropole approche et il doit sortir le bateau de l'eau et le préparer pour "hiverner" si l'on peut dire ici.

Après une nuit de mer, toujours au près, nous mouillons comme prévu devant une des rares plages de sable blanc des Marquises, dans la baie d'Hanamoenoa.

La baie d'Hanamoenoa, abritée de la houle.

Passage du canal du Bordelais au moteur au lever du jour pour arriver tôt au quai de Atuona. Coup de chance fabuleux pour Roland, l'équipe de Vincent sort le bateau de l'eau dès notre arrivée. Une remorque dernier cri, qui sort les 12 tonnes et les 45 pieds de Beya sans aucun problème. Le bateau est rapidement calé et l'équipe de Vincent passe le karcher pour nettoyer la coque.

Sortie de l'eau de Beya, rapide et efficace.

Le chantier dispose d'un magasin d'accastillage, de sanitaires et d'une belle terrasse couverte bien utile pour les grosses pluies de prochains jours.

Nous passons quelques jours au nettoyage du bateau. La chaîne est très très rouillée. Les algues accrochent sur l'annexe. On plie et range le génois. On rince les écoutes. Tout cela pendant que Roland nettoie et range l'intérieur du bateau qui en a bien besoin.

Avec Eric, nous sommes étonnés par la compétence et le professionnalisme de ce chantier du bout du monde qui n'a rien à envier à ce que l'on trouve chez nous.

Pour aller au village de Atuona depuis le port, il y a 3,5 kilomètres. Nous faisons du "pouce". Les voitures s'arrêtent, soit pour nous prendre, soit pour s'excuser de ne pas nous prendre, pas de place dans la voiture ou pas la bonne direction. Nous sommes surpris par la gentillesse et la disponibilité des Marquisiens.

Nous allons bien sûr, nous recueillir sur les tombes de Brel et de Gauguin, dans le petit cimetière de Atuona, qui surplombe la baie.

La tombe de Jacques au cimetière d'Atuona

Repos au bord de mer à Atuona.

Visite également des petits musées dédiés à Brel et à Gauguin. Pour notre dernière journée à Hiva Oa, nous louons une voiture, pour partir à la découverte des nombreux tiki de l'île.

Le Tiki souriant.

Des sites sacrés partout cachés sur l'île.

Belle balade dans la verdure avec en point d'orgue, le déjeuner chez Marie Antoinette, au petit village de Puamau, avec un des plats traditionnels des Marquises, la chèvre au lait de coco.

Chez Marie Antoinette.

Paysage sur la route à Hiva  Oa.

Nous laissons Beya sur bers au chantier de Vincent. Roland, après 10 mois de navigation rejoint Toulon par avion. Je continue le voyage avec Eric.

Sur le quai des pêcheurs de Atuona, nous avons fait la connaissance de Guillaume, qui va retourner à Nuku Hiva et qui accepte de nous prendre comme équipiers sur son voilier jusque-là. Super bonne aubaine pour nous.

Errance, le bateau de Guillaume est un bateau acier, de construction amateur, de 40 pieds. Eric, en marin prudent et avisé, inspecte le bateau avant notre traversée. Tout est OK.

Retour vers Nuku Hiva avec Guillaume et son bateau Errance.

C'est la première fois que je navigue sur un bateau en acier. Eric et moi sommes vraiment surpris. Le voilier qui a des lignes fines, remonte très bien au près et est très confortable. L'intérieur est très marin et très fonctionnel. Guillaume l'a très bien aménagé. Pas de soucis électriques, il y a suffisamment de prises USB pour charger nos appareils et l'iridium go fonctionne ici normalement !

Après un nouveau mouillage dans la baie d'Hanamoenoa et une nuit de navigation et nous voilà à nouveau à Nuku Hiva, dans la grande baie de Taiohae.

Le mouillage compte quelques bateaux supplémentaires.

A peine l'ancre posée, Nous avons la visite de Bruno et de Hervé qui connaissent Guillaume.

Hervé habite sur un grand cata en contreplaqué époxy qu'il a lui même construit. Il est en Polynésie depuis plus de 20 ans

Bruno est ici depuis deux ans. En racontant son aventure, je m'aperçois qu'il a rencontré mon ami Gilles au cours de son voyage.

Sur les conseils de Sid, rencontré à Hiva Oa, nous contactons Tema, qui nous loue un bungalow dans le village. Comme prévu, nous quittons Guillaume pour mettre nos sacs à terre.

Nous louons une voiture pour aller de l'autre côté de l'île par les trois vallées. Encore des paysages et des panoramas à couper le souffle. Toujours les nombreux tikis, au milieu des sites sacrés.

Des Tiki perdus dans la forêt.

Des rencontres inattendues.

Eric en photographe marquisien.

C'est dimanche, et un concours de pétanque se prépare sur la plage de Houmi. Malgré l'insistance des Marquisiens, nous refusons de jouer, préférant leur laisser l'illusion que tous les Marseillais sont forts à la pétanque.

Plage de Houmi.

Puis baignade au milieu des familles à Hatiheu.

Toute l'île se prépare pour le grand festival des Marquises, qui n'a lieu que tous les 4 ans, alternativement à Nuku Hiva et à Hova Oa.

Quasiment tous les soirs et dans toutes les îles, les nombreux danseurs qui participeront à ce grand événement répètent leur chorégraphie sur la grande place communautaire traditionnelle du village. Interdit de filmer ou de prendre des photos. Il faut préserver le secret des chants et chorégraphies pour le grand festival. Mais nous ne manquons rien de ces répétitions au son lourd des tambours marquisiens .

Curieuse cathédrale de Taiohae.

Avec Eric nous essayons les restaurants et roulottes de Taiohae. Cela fait longtemps que nous n'avons pas eu autant de choix. Au moins cinq ou six endroits où manger. Sauf le dimanche où tout est fermé !

Peu de temps après Guillaume nous appelle : Sommes nous interéssés pour l'accompagner à une chasse au mouton avec des Marquisiens sur l'île déserte de Eiao ????

 

Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...