Ballade à Sao Antao

Ballade à Sao Antao

Posté par : Jean
06 Janvier 2017 à 19h
Dernière mise à jour 25 Janvier 2018 à 17h
4090 vues
Flux-RSS

Raymond a beaucoup insisté pour que nous allions voir Sao Antao. Cela n'était pas prévu au programme, mais nous avons quelques jours à passer en attendant Alain qui n'arrive que Samedi. Je me laisse donc convaincre.

Pour traverser l'île par l'ancienne route, nous prenons l'aluguer d'Avelino avec Caterina, Joana et Solange.

Nous échangeons dans un joyeux mélange de portugais, français et anglais. La route et les paysages sont grandioses. Avelino nous fait faire des détours pour découvrir des points de vue à couper le souffle.

Caterina est de Porto, Joana des montagnes d'Alentejo (portugal) et Solange d'Angola. Solange a une formation d'environnement mais gagne actuellement sa vie comme photographe. Trois fortes personnalités très attachantes !

la joyeuse et bruyante équipe, Raymond,  Catarina, Joana, Solange,  et Kradok II.

Nous déjeunons dans un restaurant en bord de mer à Punto do Sol, une pointe du bout du monde. Caterina, Joanna et Solange doivent retourner à Mindelo. Nous restons à Punto do Sol.

Une petite randonnée digestive nous amène à la pointe de fontenhas .

au fond punta del Sol.

Au retour, le vieux téofilo, nous propose une bière dans le village de Fontainhas. Il nous joue quelques mornas de sa voix rocailleuse, à faire venir les larmes aux yeux. Comme tout musicien qui a trouvé son public, il ne s'arrête plus. Nous devons lui demander l'autorisation de partir pour rentrer avant la nuit.

avec Teofile  à  Fontainhas.

Le lendemain aux aurores (9heures) Raymond me traîne dans sa randonnée. Il fait chaud, presque 1000 mètres de dénivelé au programme, des chemins escarpés et vertigineux...Mais qu'est que je fous là ? je fais un refus et abandonne Raymond au milieu de la montée.

le jardin du Cap Vert.

case traditionnelle.

Le jour suivant, Raymond part sans moi se défouler un peu. Je reste à discuter longuement avec André qui tient la pension ou nous avons dormi. Il est intarissable sur le Cap Vert d'hier et d'aujourd'hui. Il a d'ailleurs écrit un livre sur la flore et la faune. Le contenu du livre dépasse ce que le titre évoque. Indispensable, je le pense sincèrement, pour qui veut vraiment découvrir le pays.  (Le   livre   est   à présent téléchargeable   gratuiteùment ici !)

Entr'autres, dans la discution, il évoque la part grandissante et visible des témoins de Jéhova sur l'île, le lien entre les chinois et les témoins de Jéhova, le boom immobilier de Sal et Boa Vista, les évolutions politiques du Cap Vert...

et entre toutes, l'histoire toujours enjolivé par les capverdiens des Ninjas de Mindelo :

Il y a quelques années, une délinquance violente s'est développé à Mindelo. Les sites internet de navigation évoquaient les risques de vols d'annexes et vols dans les bateaux à Mindelo et une forme de racket qui sévissait. Cela concernait aussi les capverdiens. Cette forme de délinquance, souvent liée à la drogue, avait été amené par des Capverdiens expulsés des états unis après y avoir fait de la prison. Le gouvernement capverdien a demandé l'aide des américains pour former une police spéciale pour faire face à cette délinquance. Des policiers volontaires ont été formés aux Etats-Unis, en France et au Brésil. Comme tout le monde se connaît ici, ils interviennent avec une cagoule pour éviter les représailles sur leur famille. Il n'est donc pas exceptionnel de croiser dans la fête de la nuit, 7 ou 8 grands gaillards baraqués tout habillé de noir et cagoulés. Ils peuvent intervenir de manière très très violente, mais proportionnée à la menace (pied-poing, couteau ou arme à feu). On peut les voir aussi dans la journée acheter une bricole dans les magasins. Ils sont très aimés de la population. La première fois qu'on les croise dans la nuit, c'est assez effrayant ! Mais on peut se promener en ville sans grand risque et à toute heure.

Je dois quitterAndré pour rejoindre Raymond qui m'attend déjà au restaurant. Puis retour par le ferry à Mindelo.

J'ai été émerveillé par cette escapade. Merci Raymond.

Nouvelles préparation du bateau et on espère malgré la météo que l'on va enfin pouvoir prendre la mer.

Mauvaise nouvelle, Eole ne semble pas vouloir nous accompagner : l'alizé est faiblard et très au sud.

préparation psychologique  de l'équipage  avant le départ  : le briefing au floating bar !

Beaucoup d'équipages sont déjà partis malgré le vent faiblard. Les pontons se vident.  Tant pis on y va aussi.  20 jours de mer d'après le routage et à nous les Caraïbes !

et  le plus surprenant :

Corto Maltese  est monté à  bord  !

PS : on ne sait toujours pas si Clément ne va pas rester à Mindelo ?

Emplacement

Bonjour et bonne année, A part le vent, j'ai l'impression que tout va bien pour vous ! Bienvenue à Corto ! Bises Gilles

Merci Gilles. Bonne année à toi aussi. Tout va bien à bord ! Bises

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...