Les Saintes, Marie Galante, la Dominique,

Les Saintes, Marie Galante, la Dominique,

Posté par : Jean
16 Mars 2017 à 20h
Dernière mise à jour 17 Mars 2017 à 19h
3733 vues
Flux-RSS

Pour les derniers jours de Florence et Céline, Jean Pierre nous invite à voir le « déboulé » de Point à Pitre, une forme de carnaval propre à Point à Pitre et bien originale. Jean Pierre nous explique toutes les subtilités de la manifestation dont il est devenu un spécialiste. Je ne suis pas sur que l'an prochain lui et Gladys n'y participent pas avec le tambour et les pagnes en coco.

Le déboulé,

grand ka dans la rue,

C'est Kélian, Christelle et Alain qui prennent le relais sur Sara. Mais ils n'ont malheureusement pas lu le billet du blog des Captain Kradok « conseils à l'équipier débutant ». Ils arrivent avec trois énormes valises rigides. Entre autres détails importants, j'avais oublié de préciser à Christelle qu'il n'y a pas de sèche cheveux sur le bateau.

Les semaines se suivent mais ne se ressemblent pas. L'alizé qui s'est tant fait attendre souffle maintenant à 25 nœuds bien établi, qui secoue les mouillages des Saintes. La semaine en bateau se réduit de jour en jour. D'une semaine prévue initialement, cela passe à trois puis deux puis une seule nuit au mouillage pour Kélian, Christelle et Alain.

La grande baie des Saintes depuis le fort,

Kélian, Christelle et Alain à la plage de Pompierre,

Grande Anse bien agitée,

Mardi gras à terre de haut,

vers Basse Terre, Alain à la barre,

Guy et Michèle, les équipiers suivants sont en avance et nous pouvons partir rapidement, malgré le vent. Nous partons de la marina de rivière sens à Basse terre pour une grosse journée de près serré vers Marie Galante. Le vent souffle à 20 nœuds avec des rafales à 25. Le solent fait des merveilles. Après avoir dépassé l'archipel des Saintes, Guy, pas encore amariné, essaie les lunettes miracle anti mal de mer. Mais c'est trop tard. La fin du trajet sera difficile pour lui.

Guy avec les lunettes presque miracle et Michèle, au près vers Marie Galante,

Pour moi aussi. L'étai largable est resté coincé et en voulant l'enlever avant l'arrivée, il me claque sur la calebasse. Beaucoup de sang mais pas trop de mal. Michèle est une experte du stéril stip !

La suite est plus agréable : une place sur les nouveaux pontons de Grand Bourg, à côté de Patrick et de son bateau en alu du fameux chantier de Carrare, et de Claude, avec son vieil « Alubat ».

Marie Galante est très dépaysante, tout à fait hors du temps et de l'agitation. Conquis par son charme, nous décidons d'y rester quelques jours.

Patrick a fait la traversée avec son voilier depuis la Réunion pour prendre son nouveau poste de forestier sur l'île. C'est fou le nombre de forestiers navigateurs !

La plage de Grand Bourg,

A la pointe du gros cap,

Atéa, le bateau de Patrick, avec au premier plan le cabinet de toilette façon Méta,

L'habitation Murat,

plage de vieux fort,

la mangrove de vieux fort, aménagée par l'ONF. 

Malheureusement, Clément doit nous quitter très vite. Je le raccompagne avec le ferry pour qu'il puisse prendre son avion à Point à Pitre.

La mer ne s'est toujours pas calmée lorsque nous nous décidons à partir vers la Dominique. Rafales à 30 nœuds dans une mer formée, mais nous sommes au portant cette fois. Nous arrivons dans la grande baie de Prince Ruppert à Porthmouth.

Plusieurs boatboys nous accueillent pour nous vendre la ballade sur la rivière indienne. Nous leur promettons à chaque fois de les rappeler pour arriver, très provisoirement, à s'en débarrasser. Toutes les bouées sont prises, au moins 50 bateaux au mouillage, nous mouillons donc sur ancre.

Mouillage de Prince Ruppert Bay,

Ti punch, qui traverse la baie sur son bidon installé sur une vieille planche à voile nous vend le drapeau de la Dominique et nous indique le ponton du restaurant « Sunday beach restaurant » tenu par Christophe. C'est aussi le QG de la bande de boatboys de « Laurence d'Arabie » qui vend, outre divers services, la fameuse randonnée sur l'indian river. Cela va aussi devenir le notre. Nous avons aussi à faire sur l'eau à l'équipe concurrente, celle de « Cobra tours ». La bataille est féroce entre les deux camps, chacun accusant l'autre de ne pas être réglo. Nous choisissons rapidement notre camp : c'est celui de Laurence, avec Titus et oncle Sam. Difficile de respecter la neutralité suisse dans un tel contexte !

Heureusement que Christophe nous aide à nous débrouiller : location de voiture à petit prix plutôt que taxi pour visiter l'île, et plein d'autres bons conseils pour bien se sentir en Dominique.

Le ponton du Sunday bar,

Christophe et sa cuisinière,

la voiture de loc, boite auto et 150 000 miles au compteur,

dégustation de papaye,

dégustation de jus de fruit au village carribe,

la case caribe,

discution  technique entre marins devant la barque traditionnelle taillée dans un tronc d'arbre, dans le petit port de Buoche,

Le temps n'est toujours pas au rendez vous. On peut même dire que cela s'aggrave. La pluie est presque continue, et dans tous les cas, cela se renforce encore chaque fois que nous prenons l'annexe.

Il pleut,

il pleut,

bergère,

rentre tes blancs moutons,

Vendredi le vieux cargo rouillé qui encombrait la baie a coulé.

Samedi, il pleut tellement que les routes sont coupées et que l'aéroport est fermé. Le mouillage de Sara tient super bien avec 40 mètres de chaîne.

L'inévitable indian river

avec Uncle Sam, et Indiana Guy,

La case de la sorcière de pirate des caraïbes II,

Dimanche, nous levons l'ancre pour une escale à Roseau, puisque nous ne pouvons pas y aller par la route.

Visite en taxi, avec Robert notre garde du corps, de la fameuse vallée de Roseau, ou l'on découvre tout à la fois, des paysages de montagne, de grandes cascades et des bassins d'eau chaude parfumés au soufre.

Roseau vu du haut,

Avec notre garde du corps,

les cascades, Indiana Guy  fait le signe de croix avant de   plonger...

les bains d'eau chaude,

Au jardin botanique, le baobab qui a écrasé le bus lors d'un cyclone, Indiana Guy le dégage,

dernier  coucher de soleil  en Dominique,

Au petit matin nous faisons route vers La Martinique. Toujours 25 nœuds, ce coup là par le travers avec de belles vagues.

Indiana Guy a pris un mercalm ….

et toujours le trajet du bateau en lien...

Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...