Les ports grecs...

Les ports grecs...

Posté par : Jean
23 Février 2013 à 20h
Dernière mise à jour 10 Octobre 2016 à 15h
4093 vues
Flux-RSS

le cadre de rêve,

Ma première arrivée dans un port grec s’est faite dans le port de Kassiopi, sur l’île de Corfou. Après le grand port italien de Santa Maria de Leuca, quelle surprise ! c’est un port minuscule.

C’est un village comme un amphithéatre antique dont la scène serait le port.

Depuis, j’ai découvert d’autres ports avec tout autant d’émerveillement. La liste est longue pour la Grèce qui regorge de ces lieux magiques pour le navigateur. On comprend pourquoi certains ne naviguent plus que dans ce pays depuis des années. (Deuxième raison... le tarif des ports ?)

P1020895.JPG

arrivée à Kassiopi

Vivre heureux de l’air du temps,

A ma première arrivée en Grèce, en tant que skipper, mes deux premières rencontres sympathiques furent celles de deux vagabonds des mers. Luc sur son bateau au nord de l’île de Nisos Othoni commença par me raconter ses deux ans en Grèce, à vivre avec quasiment rien que l’air du temps.

Je rencontrai Rodolphe pour la première fois au port de Kassiopi, je le retrouvai ensuite à Gaios puis à Corfou, lors de mes trois passages.

Il arrivait à vivre avec deux euro par jour dans ce pays de cocagne. Rodolphe m’a expliqué toutes les subtilités de la grèce ionienne. Moitié pirate, moitié rasta, il ne se lavait qu’à l’eau de mer, en disant que les filles aimaient bien sa peau salée (ce qui semblait effectivement vrai!).

Je ne l’ai malheureusement pas retrouvé en 2012. Pour ce que j’en ai su, il n’avait manifestement pas suivi les conseils avisés qu’il m’avait donné sur le transport de matières dangereuses entre la cote albanaise et les iles grecques.

IMG_6535.JPG

le yatch club de corfou, sous la citadelle

S’amarrer dans le port grec,

Le spectacle, c’est moi qui l’ai offert aux vacanciers lors de ma première arrivée en Grèce, dans le port de Kassiopi. Cinq petites places le long de la jetée, et une place libre entre les quatre bateaux déjà en place. Mouiller l’ancre au mileu du port et culer vers la jetée. Premier mécontent : j’avais mis trop de chaine et j’étais en train d’attraper la chaine du bateau qui s’était mis perpendiculaire aux autres. Deuxième mouillage plus court. Le vent me gênait pour reculer vers le quai. Un peu plus de gaz. Se caler entre deux voiliers, sous le regard très inquiet des skippers et de leurs équipages. Le fond remonta brutalement, un gros rocher était au milieu juste en face mon safran. STOOOP ….On ammarra, on retendit un peu le mouillage et on déstressa très lentement.

L’exercice se répéta tous les soirs. Je pris vite l’habitude, et repèrai les distances, l’axe des mouillages pour éviter de mélanger chaine et ancres.

P1010528.JPG

mouillage près du village de Fiskardo

 

Quitter le port, la salade d’ancre,

Si les arrivées dans les ports s’assimilèrent rapidement, les départs posent par contre encore et toujours des problèmes. Les premiers bateaux arrivés à quai mouillent chacun leur chaine plus ou moins parallèlle aux chaines déjà en place. Le dernier bateau arrivé, lui, fait tout de travers et passe avec sa chaine au dessus des chaines de ses quatre voisins. Voilà  qui promet pour demain matin une belle salade d’ancres.

Le premier à vouloir partir va relever les mouillage des quatre bateaux voisins et se retrouver pris au piège. Plusieurs scenarri sont alors possibles mais tous sont comiques si l’on a l’immense chance de ne pas faire partie de la salade.

La seule solution pour s’en sortir : faire donner du mou sur toutes les chaines prises. remonter son mouillage jusqu’à remonter avec son ancre toutes les chaines ramassées au fond. Ammarrer toutes ses chaines sur un taquet avant de son bateau avec une ammarre. Libérer son ancre des chaines en la descendant un peu. La relever ensuite complètement. Relacher toutes les autres chaines. Cela est très simple, même si mes explications paraissent embrouillées. Dans la réalité, tout est embrouillé et toujours beaucoup plus compliqué. La manoeuvre peut durer un temps certain et le spectacle est garanti tous les matins dans certains ports. Hydra garantit un spectacle de qualité tous les matins de l’été grec.

P1010703.JPG

salade d'ancres à Hydra

combien ça coûte ?

Toujours un peu difficile à dire... payant ou pas payant ? Dans la règle, il faut aller jusqu’au bureau des coast guards pour s’acquitter de son dû. Une tonne de papier plus tard, vous connaissez au centime près la somme qui vous est réclamée. Rien de commun avec ce qui se fait ailleurs, la somme est en général modique.Dans le cas le plus courant, personne ne vous réclame rien. Cela vous fait rêver ?

L’eau n’est évidemment pas comprise dans ce prix. Elle est fournie avec un tuyau, sur le quai, et il vous faut payer alors de 1 à 5 euro, ou bien par camion citerne, comme le gasoil, mais ce n’est pas le même camion ni le même prix.

A Paros, île touristique des cyclades, Sara est restée une semaine au port, un peu pour changement d’équipage, un peu pour cause de Meltem. avec l’électricité à quai, nous avons payé cinq euro pour un plein d’eau. A notre départ Raymond veut laisser un bon pourboire au garçon du quai qui nous a vendu l’eau et va nous aider à larguer les ammarres. Il refuse : c’est son métier, il est payé pour cela. On est pris de sympathie pour ces grecs dans la tourmente européenne qui gardent la tête haute et refusent l’aumone.

IMG_20120914_152707.jpg

le port de Paros

la navigation en flottille dans les iles ioniennes,

Les iles ioniennes de la Grèce ont un climat de rêve pour la navigation estivale. Une nuit et une matinée très calme, puis un vent de force 2 à 3 qui se lève en début d’après midi pour caler en soirée. Avec ce climat idéal, les navigations en flotilles pour skippers peu expérimentés foisonnent dans ce secteur. Le cadre est vraiment magnifique, la navigation facile. Le chef de flotille vous donne au départ les bases pour vous lancer pour la première fois capitaine. Tous les matins, il vous communique la météo et les conseils pour la journée. Il vous aide à vous sortir de la fameuse salade d’ancres du matin. Il aide aussi pour vous ammarrer le soir. Il aura préalablement réservé une partie du quai. Le skipper débutant reste ainsi autonome mais reçoit l’aide du chef de flottille chaque fois qu’il en a besoin. Cela me parait une excellente façon de se lancer en tant que skipper. C’est une formule très prisé par les anglais et dédaigné à tort par les français. J’aurais bien aimé connaître cette formule pour mes débuts. Il est intéressant de connaître le trajet de ces flotilles. Ils s’arrêtent souvent dans les endroits les plus charmants. C’est pas mal de se décaler par rapport à leur calendrier hebdomadaire pour être un peu plus tranquille au port. Mais les flotilles ne m’ont jamais vraiment gêné

P1010771.JPG

bien abrité du meltem à Tinos

le meltem,

On m’avait dit, tu verras c’est comme le mistral. Cela me parait pire : cela peut durer beaucoup plus longtemps et il me semble, pour ce qui est de l’été, beaucoup plus fort et plus fréquent. Cela éloigne beaucoup de navigateurs de la mer Egée. On est vraiment pas tranquille quand cela soufle ! Cette année, avec la nouvelle garde robe commandée pour  SARA, nous avons décidé de rajouter un “jib”, voile entre la trinquette et le solent.

P1010602.JPG

le port vénitien de Naupacte

équipement,

Il faut équiper son bateau pour vivre pleinement la Grèce en voilier :

une ancre qui croche bien et une très longue longueur de chaine pour les coups de meltem,

deux longues amarrres à accrocher dans les rochers au mouillage,

une bonne annexe pour pouvoir profiter des mouillages et s’éloigner de temps en temps du bruit des pontons,

une longue passerelle pour pouvoir descendre à terre sans risque pour le tableau arrière et le safran

une bonne réserve d’eau pour ne pas être obligé de changer son programme pour faire le plein d'eau, et profiter pleinement des petits coins typiques,

une bonne autonomie électrique pour la même raison,

des voiles de gros temps solides pour la mer Egée, plutôt qu’un spi...

un bon frigo... pour apprécier l’ouzo frais de l’apéro...

 

P1020083.JPG

mouilage à Anti Paxos

Je crois que vous l'avez compris, j'aime ce pays.

 

Bel itinéraire et je suis certain que vous vous êtes régalé. Aussi faite un tour avant votre prochain voyage sur http://www.corfou.fr et découvrez mieux encore ce paradis.

merci j ai revé j envisage bien de vivre ainsi encore merci

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...