N°19 2017. En route pour le Péloponnèse.

N°19 2017. En route pour le Péloponnèse.

Posté par : GILBERT
26 April 2017 à 09h
Last updated 11 June 2018 à 10h
11145 vues
Flux-RSS

Ce:  1 mai 2017.     En route vers le Péloponnèse.

Nous partons.  

Θεύγουμε.   En grec,  le verbe donne directement  : je -tu  -il- nous- vous, etc . . .

Nous partons =  Θεύγουμε.

Chantal   elle.  elle   est devant, occupée à remonter l'ancre.

 


 

- Le  Péloponnèse :

- Πελοπόννησος.


 


 


 

Le Péloponnèse, s'étend sur une superficie de :21.549 km². 

Ce n'est donc pas une petite terre, bien au contraire, elle est bien la plus grande des îles en superficie, pas vraiment une iles car reliée/coupée au niveau du canal de Corinthe.  Longueur environ 240 km elle est proche de l’île de Crète pour sa longueur.  Mais, elle se caractérise par un relief montagneux et des côtes très découpées. Son point culminant est le mont  Taygéte  (2404 m).

Cette île bien au sud de la Grèce attire, attise ma curiosité.

L'histoire est là, dans ses terres, ses collines, ses villages et d’abord avec la cité antique de : Olympie et ensuite avec : Sparte l'antique la grande et terrible citée guerrière.  230 Miles nautique de Kerkipa en ligne droite jusqu’à sa pointe plus au sud. Environ 430 km. Alors après une année de repos. Nous allons essayer de reprendre des routes des périples plus importants et essayer de faire le tour de ces terres pour revenir par l'Est et par le canal de Corinthe, Chantal en rêve du canal de Corinthe.

Ensuite, cela sera Patras.

Alors si cela te tente, accompagnes nous, nous y allons avec toute la prudence de ceux qui découvrent des eaux, des météos, des navigations et des régions étrangères. Lentement comme le marcheur, randonneur, l'explorateur prudent qui sur un sentier escarpé de montagne de la pointe du pied teste la pierraille avant d'avancer encore et encore.

Oh, le beau ! Non, le très, le très beau temps est là, maintenant !   

Η  Άνοιξη είναι η αγαπημένη μου εποχή,   Le printemps c'est ma saison préférée. Prononciation:   I anizi iné i agarimeni mou épogri.    

Ouah ! Cela fait un bien fou  !  C'est merveilleux  !  Même moi qui m'endors pendant l'hiver, je rêve maintenant de navigations, sous voile sous force 4/5, si , si  !  Que cela est agréable  !  

Ce : 2 Mai 2017. Chevauchée de 11 heures.

Au mouillage de Préveza.  Πρέβεζα

Baie de Amvrakikos. Αμβρακικός κόλπος

Initialement, nous ne devions pas venir ici immédiatement, une escale intermédiaire avait été programmée (La baie des deux rochers) .  Mais les vents, les courants, et la houle étaient cette fois nos alliés et nous poussaient.

Alors, alors nous voici:   ici.

Départ, le matin de la confortable Marina, notre refuge de l'hiver, dés 9 heures. C'est à, un peu moins de 19 heures que nous, nous présentions devant les deux bouées de l'entrée du chenal donnant accès à cette très, très grande mer intérieure:  Αμβρακικός κόλπος.

Les bouées du chenal. Du chenal il ne pas trop en sortir les fonds remontent rapidement..

 

Même dans le chenal, de plus d'un mille nautique le courant nous était favorable, pour une première navigation de la saison cela a été extrêmement agréable. 

Navigateur, Visiteur,  Τu trouveras, tous les renseignements possible sur l'histoire  de la région, les guerres, les batailles et   sur l'histoire du plus légendaire Héros Grec, celui qui leva des armées contre les Ottomans. Aujourd'hui, ici, il y a sa statue guérrière en marbre blanc.  Tu trouveras  aussi q uelques informations sur: les mouillages dans le chapitre de l'été dernier le chapitre: N°17.

Ne pas omettre d'aller visiter le site de Nikolos ainsi que son musée, nous y sommes allés à pied.

Voir aussi  le château et  l'histoire de ces  Français venus ici et qui y périrent. Ce chateau est  vers  l'Est juste au prochain village Vonitsa dans la baie, c'est une escale symphatique, la visite du chateau est   gratuite, les portes sont généralement ouvertes le matin.

Bonnes promenades.

Nous te laissons découvrir tout cela.  Nous, nous allons mettre maintenant l'annexe à   l'eau et nous allons arpenter les ruelles de la petite ville, qui en cette époque s'ouvrent aux touristes.

Les  trois trés grandes marinas sont de l'autre côté du canal, elles font  face à la ville, mais, elles  sont   trés, trés isolées.

C'est des garages pour:  bâteaux.

Mais, elles  offrent un gros potentiel   d'équipements.

Les quais de la ville eux, peuvent   t'accueillir confortablement.

et à 200 mètres de là, une marina à flot et à taille humain   est déjà active et  s'embellie doucement.

Ce: 5 mai 2017, l'annonce d'un changement de vent.

Un petit courant de sud, va arriver demain et il entraînera avec lui une couverture nuageuse plus dense avec des vents plus forts. Le bassin de Préveza est déjà venteux surtout  dés le début de l’après midi, alors nous allons chercher un peu plus de douceur.

Alors, c'est l'excuse pour nous de partir, partir encore, partir.   

Direction un autre abris naturel:  La baie de Nydri.

Les bouées de l'entrée du canal de Lefkadas. Depuis notre dernier passage, il y a un an

les fonds ont été dragués à +/- 6 métres et de belles   bouées maintenant délimitent parfaitement la zone navigable.

Nydri, nous arrivons dans  ces eaux paisibles des 11H30 après avoir descendu le canal de Préveza, passé   le pont flottant de Lefkada et de nouveau un chenal.  18 milles nautique séparent ces deux mouillages et en cette saison au mouillage, il y a beaucoup, beaucoup de place.

Nydri.   Νυδρί  est une ville sur la côte orientale de l'île de  Lefkada.  En face de Nydri se trouvent  plusieurs  petites îles dont  Madouri et Skorpios.  Ville/village peuplé d'environ 1 500 personnes l'hiver de nombreuses villas pour les vacanciers  jalonnent les montagnes environnantes.

La région est un paradis pour le nautisme,

Un paradis. Comme ici de nombreuses baies merveilleusement environnées de montagnes aux sommets arrondis et verdoyants forment comme des lacs. La mer entre et autour ces îles ne forme pas de véritable vagues. Mais quand-même!  Comme partout la nature réserve des surprises, en exemple la violente tornade qui a dévasté ce petit paradis renversant un catamaran et coulant un très grand nombre d’embarcation. Une petite vidéo de ce phénomène râre te donnera une idée de la chose chapitre N°17.

Venir à Νυδρί et ne pas aller voir la chute d'eau !

C'est vraiment dommage  !

C'est ce priver d'une agréable promenade et de la découverte d'une merveille de la nature. Quelques pancartes t’indiqueront le chemin, pour cela il faut sortir de la ville en direction des montagnes, mais demandes ton chemin cela va t’éviter de chercher, ensuite sur cette petite route/chemin c'est un voyage dans les petites cultures artisanales d'oliviers.

C'est beau non ?


Ce: 7 mai 2017, Partir, partir. Direction l’île d'Ithaque,   L'ile d'Ulysse.

Ιθάκη / Itháki 

ou  Θιάκη / Thiáki  pour ses habitants.

Ou, que portes ton regard en mer  et de tous les côtés,   tu ne pourras apercevoir que des îles. C'est donc encore une bonne navigation paisible. Ici pas de vagues monstrueuses, les eaux, même sous une bonne brise restent paisibles. Environ 18 milles nautique pour rejoindre encore un autre abris maritime sans défaut. Protection 100%. Départ un peu après 8H00 arrivée un peu après midi.

Mais, ami navigateur!  Reste sur tes gardes la protection est parfaite mais l'après-midi se léve un vent qui devient désagréable, la meilleur protection est:  En entrant, directement sur ta gauche.


 

Du mythe à la réalité, Homére raconte, Ulysse.

Tête d’Ulysse : sculpture grecque

Ithaque, vue du large, au Nord.

D’après l’Odyssée d'Homére,  Ulysse  était le roi d’Ithaque, île qu’il retrouva après avoir longuement erré en mer, après avoir subi de multiples épreuves. C’est à Ithaque que sa femme  Pénélope  l’a attendu malgré des prétendants entreprenants.

À part  Troie et la Sicile, la localisation géographique de la plupart des lieux  dans l’Odyssée fait l’objet de conjectures. La localisation de l’Ithaque décrite par Homère a été elle-même sujet à caution : certains auteurs ont identifié Ithaque avec l’actuelle  Céphalonie; l’Ithaque actuelle pourrait alors être la  Phéacie  homérique (souvent identifiée avec l’actuelle Corfou - Kerkupa).

Ithaque ou Lefkada ou bien Kerkupa, Ulysse  à   du trouver comme nous aujourd'hui ces lieux parfait pour mouiller son voilier. Beaucoup de vestige se trouvent sur ces iles et comment ignorer ces Paradis pour le navigateur voyageur d'hier et d'aujourd'hui.

Demeure d'Ulysse, et peut-être d’Homère, cette petite île attire des marins et des vacanciers venus du monde entier. Elle est très belle, et est entourée d’ eaux qui font partie des plus claires de Grèce. Parce qu'elle est petite et un peu difficile à atteindre, elle n'a pas le tourisme de masse comme ses îles voisines.

 Ithaque est vraiment un endroit magique.

 Ulysse a navigué pendant une décennie pour atteindre ici sa maison, et de nombreux marins estiment qu’Ithaque comme est leur objectif ultime.  Ses habitants accueillants feront de leur mieux pour vous faire sentir que vous êtes les bienvenus, et ce n'est pas un hasard si beaucoup de visiteurs reviennent ici année après année.

Pour nous Chantal & moi, en une   heure de marche 2 fois nous fumes salués et une grand-mère de son balcon nous demanda  :

-  «  d’Où vous venez ? Ca va  ?  » .   

Même si Ulysse est le nom le plus connu d'Ithaque, ce n'est pas lui qui a donné à l'île son nom. Selon la mythologie, Ithacos était le fils d'un roi de Céphalonie qui était installé ici, et qui avec son frère avait construit une fontaine qui fournissait toute l'île en eau, j'aime a dire maintenant : "  Qu'il ny pa s de vie sans l'eau  ".

Aujourd'hui encore, l'eau reste précieuse, trés précieuse. Un camion citerne vient sur les quais pour ravitailler les voiliers de passage. Sur les toits si tu es observateur, tu verras des petites citernes qui alimentent les maisons.  
L'île a probablement été habitée 2 000 ans   avant J-C, et il a été prouvé qu'elle était la capitale de Céphalonie, à l'époque mycénienne (environ 1 500 avant J-C). Cela coïncide avec la guerre de Troie, et si Ulysse a vraiment existé, c'est à cette période qu'il aurait été roi.

  Les Romains ont occupé l'île au 2ème siècle avant J-C, et plus tard elle a appartenu à l'empire byzantin. Elle a été constamment attaquée par des pirates, et s’est alliée à Céphalonie en 800 après J-C.   

Les Normands et les Francs ont vécu à Ithaque au 12ème et 13ème siècle, et après 30 années d'occupation   (1479-1499), l’île tomba aux mains des Vénitiens.

Venise en quittant l'Ile a laissée sa vieille ferraille.

Vers la fin du 18ème siècle, l'île a été occupée par les Français, et en 1809 elle a été conquise par les Britanniques.  En 1821, la guerre d'indépendance a éclaté, et Ithaque a finalement été libérée en 1864.   


Une grande partie de l'île a été détruite dans le terrible séisme de 1953.  C'est pourquoi la plupart des bâtiments sur l'île n'ont pas plus de 60 ans.

Un peu plus hauts de ravissantes maisons s'accrochent à la pente.

Le centre de la ville et ses petites ruelles ou tu trouves de l'ombre.

PRUDENCE: Voilà, deux amarres sur l'arrière, l'ancre   trés loin   devant, ensuite c'est la Paradis avec un grand "P"

A environ une heure de marche   sur l'autre rive une petit une baie:  "Ormos Sarakiniko"

En bas, des barques,   tirent mollement sur leurs amarres.

L'endroit est presque désert.

Ce : 12 mai 2017. En voiture pour découvrir un peu plus de cette île.   

Με ενα αυτοκινητο για καλύπτω αυτο η νησί.

Les impressions sont très diverses, l'île est petite et grande, voir immense. 
- Les paysages sont immenses, grandioses. Ouah ! Et plus encore !
- Petite, par la taille mais en faire le tour, il faut une bonne journée.
- Une fois que nous avons quitté la ville,   de la journée nous n'avons croisé qu'une dizaine de véhicule. Conduire avec prudence, car il y a beaucoup, beaucoup de virages qui souvent bien souvent sont très, très serrés. A pas me croire et pourtant, je n'ai pas passé la 4 iéme et encore moins la 5 iéme vitesse. Pentes fortes, paysages, vraiment impressionnants, autant d'ingrédient qui n'insiste pas les curieux que nous sommes a vouloir battre des records de vitesse.
La journée a été caractérisée par une forte couverture nuageuse, provoqué par ce vent venant du sud, chaleur plus forte, air sec et soleil masqué. Voici quand-même quelques photos.

Le sud de l'île se caractérise par une plus forte végétation et une plus faible concentration d'habitation.

En arrière plan, l'île de Céphalonia.

Au nord de l'ile, des hameaux sont quelques fois perchés sur les hauteurs et en cette saison et à cette heure

il n'y a aucun habitant de visible,  ici ou là,   des chats peureux s'enfient.

Du   point culminant de l'ile, le paysage est grandiose. Là-bas en bas, au fond du golfe la plus grande ville de l'île:  Vathi.

Micro port, pour un   micro village, quelques tavernes, une boutique de souvenir et... , c'est tout !

La pointe extréme nord de l'île subit les assauts des vents dominants toue l'année et surtout l'hiver.

Dans ces conditions, la pierre, les roches,  les falaises racontent leurs souffrances.

Un vieux sentier en pierre résiste bien encore au temps.  

Large d'un peu plus d'un métre, il nous rappelle qu'ici des hommes  ont vécus,

il y a plus de 10 000 ans.  8 000  avant qu'un homme se nomme Jésus.

 Homére nous  raconte cette histoire   !  

Chaque fois que Homère évoque le royaume d'Ulysse, il nomme toujours un archipel composé de quatre îles, et qui correspond à l'archipel actuel des îles Ioniennes :  Ithaque, Doulichion qu'on peut identifier à l'actuelle  Leucade, Samé, aujourd'hui  Céphalonie, et Zakynthos. Parlant de ces îles, Ulysse précise qu'elles sont « habitées »,   νῆσοι πολλαὶ ναιετάουσι, affirmant ainsi, qu'il y exerce son pouvoir politique.

Loin de se réduire à la seule île d'Ithaque, le royaume d'Ulysse est donc constitué d'un véritable bassin méditerranéen délimité au nord-est par de multiples îles et îlots comme ceux aujourd'hui nommés Arkoudi, Méganisi, Oxia et les  Échinades.

Les ressources naturelles de ces îles sont précisées : Ithaque et Doulichion produisent du blé mais aussi du vin ; Ithaque « bon pays à chèvres et à porcs », connaît un élevage prospère : Ulysse possède un cheptel de plusieurs milliers de bêtes, sous la conduite d'Eumée, son porcher-chef, ainsi que de plusieurs bouviers et pâtres.

L'île possède en outre des forêts, tout comme Zakynthos. Quand  Télémaque  son fils dresse le catalogue des nobles pouvant prétendre à la main de  Pénélope, il livre une précieuse indication sur les ressources en hommes de ces différentes composantes du royaume : de Doulichion sont venus « cinquante-deux jeunes gens distingués », tandis que d’Ithaque n'en sont venus que douze. Ithaque apparaît ainsi la moins riche, mais l'exploitation de l'ensemble du royaume et les richesses tirées du commerce et des expéditions maritimes permettent à son roi de mener grand train.

Ulysse affirme en outre : « J'habite dans Ithaque », indiquant par là que le siège politique de son royaume se trouve sur cette île.

Αρχαιολογικός Χώρος

ΣΧΟΛΗ ΟΜΗΡΟΥ

Site archéologique, la maison d'Homére et celle d' Ulysse ?

Contemplation ! Réflexions !

il y a plus de 10 000 ans.  8 000  avant qu'un homme se nomme Jésus.

Un temps aussi bref     que cette vague  qui vient s'écraser sur cette plage  pour   l'histoire de notre terre.  Ouah !

Ce : 14 mai 2017. Encore une île, c'est lîle de  Zakinthos et pour une fois nous sommes au   port.

7 heures,   de navigation, pour environ 42 milles nautique, une navigation sous un ciel un peu voilé et une bonne grosse chaleur.

 Zakinthos, avec environ:  406 km2, est la troisième en superficie des îles Ionniennes et compte:  41  472 habitants (2005). L'île culmine à:  756 m. 

Nous passons donc en quelques heures d'une petite îles aux micro villas/hameaux, aux maisons aux volets clos et ou seul les chats semblent en être les habitants. A une trés grand ville .  Ouah !

Dès l'Antiquité, elle est connue pour ses sources d'huile de pétrole,  Cette huile est exploitées pour le calfatage des bateaux. Entre chaque planche il était alors facile d'introduire cette pâte, grasse, épaisse et surtout qui resiste à l'eau de mer afin d'affiner l'étanchéité.

L'Île aujourd'hui est réputée  pour ses plages de sable fin, en particulier celle de Laganás au sud de l'île, où sont protégées les tortues de mer « Caretta caretta ». Elle arrive en deuxième position après  Corfou  (Kerkupa)pour le nombre de visiteurs des îles Ioniennes.

L'histoire. Qui sans rien ne serait compréhensible, nous donne encore des pistes.

Homère la cite déjà sous ce nom, et la présente comme υλήεσσα, « couverte de forêts » . Dans l'Antiquité, les habitants de cette île prétendaient descendre de Zacynthus, fils du roi  Dardanos, qui conduisit à Zacynthe une colonie. Ils fondèrent  Sagonte  en Espagne.

Zakynthos fut dominée durant de nombreux siècles par les Vénitiens  qui appelèrent l'île « Fior di Levante » (Fleur du Levant) et « Isola d'oro »  (l'ile d'or)

En 1797, lors de la partition de la République de Venise lors du traité de Campo-Formio, elle devient partie des départements français de Grèce, et forme avec  Cythère  et les  Strophades   le département de  Mer-Égée.

Intégrée en 1800 à la  République septinsulaire, dont le protectorat est cédé par la Russie à la France en 1807 au traité de Tilsit, puis intègrée en 1815 à la  République des Iles Ioniennes. Elle rejoindra le  Royaume de Grèce  en 1864.

En 1944, les Allemands demandèrent au maire de la ville, Loukas Carrer, la liste des juifs de l'île dans le but de les déporter. L'évêque grec orthodoxe de la ville, Monseigneur Chrysostomos, remit une liste comprenant seulement deux noms, le sien et celui du maire en indiquant aux Allemands : « Voici vos juifs, si vous décidez de les déporter, vous devez nous emmener avec vous et nous partagerons leur sort ».

Cette action eut pour effet de suspendre le projet de solution finale pour les juifs de Zante et ceux-ci purent se cacher sur les hauteurs de l'île avec l'aide de la population locale. À la fin de la guerre, tous les juifs de l'île, soit 245 personnes, furent sauvés grâce au courage du maire et de l'évêque. Aujourd'hui une statue du maire et de l'évêque trône dans la ville sur le lieu où était bâtie la synagogue qui fut détruite lors du tremblement de terre de 1953.

Ces hommes, ces fous !

Mais, voici ce matin de belles lumiéres et ici c'est tellement différent !  

Alors j'ai voulu  t'offrir  un peu de cette atmosphére avec ses sons et ses lumiéres.

En dehors de ce centre moderne.

C'est la Gréce que nous aimons  et encore une fois des rencontres.

Deux femmes trés gentilles avec qui nous commençons a échanger en Grec.

Ce : 17 mai 2017. Météo incertaine, nous louons une voiture pour visiter l'intérieur.

Encore un flux de sud. Cela est bon, pour les températures qui elles remontent vivement, mais cette douceur venant est plus chargée d’humidité et cette masse d'air pénétrant dans nos contrées plus fraîches génère une condensation et donc une formation de nuages bas. Pas bon pour la lumière et donc les photos.

Aprés, un peu plus de 200 km nous avons réussi dans la journée à aller du nord au sud de l'île.  

Contrairement  à Ithaka, Zakintos (île)  est plus peuplée au sud, c'est aussi une débauche d'hotel sur les plages du sud   ou les tortues:  Caretta  Caretta viennent pondre.

Nous, nous avons chercher les endroits plus  comment dire ?    plus authentiques.

Les plages ou pondent les tortues, sont également occupées par les touristes.

Ce : 19 mai 2017. A Katakolon. Κατάκολο.

Katakolon est un petit village sur la côte ouest du Péloponnèse. Pourquoi cette escale ?

- Premièrement et simplement parce que ce petit port est sur notre route et coupe agréablement la distance vers le sud.

- Mais, mais le plus important c'est qu'elle   est proche ± 30 km du site historique, chargé d'histoire et de la cité  d'Olympie qui pendant plus de mille ans accueilli les jeux Panhelléniques, permettant d'établir pendant les jeux une trêve des guerres et des conflits l'Ekeheiria.

Les jeux olympiques modernes ont vu le jour en 1896 grâce au Baron Pierre de Coubertin et à   sa mort son coeur fut enterré à Olympie.

Katakolon, est un petit village, bien simple,  là,   devant des quais de la partie municipale il y a des restaurants, ils sont là, les uns à côté des autres. Toute la ville semble attendre le   trés grand navire de croisière qui  déversera ses 2 000 passagers. Alors, ils   iront et cela est certains visiter Olympie.  En attendant les tables sont mises de belles nâppes les habillent, mais elles restent désespérement vident.

Ils attendent !

Même les magasins aux portes closes offrent des articles qui d'évidence sont destinés à   ses visiteurs d'un jours. Quelques maisons donc, elles  sont adossées à   une colline  qui les protègent  des vents dominants ceux du N/NW.

Le matin, c'est un coq bien vivace, là-bas, dans le petit jardin d'une maison   qui nous donne l'heure du premier jour, les yeux encore fermés. Une trés belle journée, va  s'offrir   à nous.

Cette belle journée ensoleillée commence par une très grande promenade.

Nous, nous dirigeons vers les hauteurs pour avoir une idées des environs. Des pins et d'autres résineux occupent l'espace dans ces auteurs. L'ombre y est rafraîchissante et c'est une symphonie, les oiseaux nous font une aubade.  Ensuite sur cette crête la petite rue devient un chemin de pierre alors changement d'orientation un autre sentier pierreux descend lui, vers la côte, super nous y allons, ces rivages sont exposés aux vents, voici quelques images.

Olympie.

En train, directement presque au pied du site archéologique. 

Seul ou presque dans ce train de campagne, nous en profitons pour évoquer les soucis de la Grèce

et de la France avec le   contrôleur.

Les Grecs nous demandent souvent qui est Monsieur Macron ?

Dans une vallée fertille, il y avait ici une ville, une riviére coule claire à   quelques  distances de là.

En haut à droite de cette reproduction la premiére piste de course à pied.

Ci-dessus une des deux colonnes qui comme la gravure le montre ci-dessous supportaient des statues.

Une ville trés belle donc, qui devait  sa prospérité à ces jeux, car comme aujourd'hui

les visiteurs payaient pour assister.

Alors maintenant nous allons au musée !  Viens avec nous  pour découvrir la dextirité des artistes de l'époque.

Je là trouve,  Magnifique.

Ces hommes, ces fous !

Voilà: les marbres, les bronzes, l'argent et l'or ont défiés les siécles pour continuer à   nous laisser rêveur devant tant d'adresse et pour nous parler de ces siécles ou les hommes s'arrêtaient pour quelques jours de s'entre-tuer pour continuer à prouver leurs forces .

Ces hommes,  ces fous !

Venir, découvrir, voir cela  ne te laissera pas indifférent. De Katolon à Olympie par le train c'est : 10€ aller et retour. Pour le site et ses deux musées c'est: 12€. Mais essayes de venir visiter le matin le site, car  le soleil est chaud dans cette trés belle vallée.

Nous comprenons,  maintenant pourquoi ce port est si grand, ce matin nous avons un visiteur.

Navire de croisière,   Lancement 1997,  Longueur: 264 m,   Maître-bau:  32 m,  Tirant d'eau: 8 m,  Tonnage: 77  713  tonnes,  Vitesse: 21,5 nœuds.  Ponts: 12,  Passagers: 1886.

C'est donc une très grande ville qui arrive (Passagers: 1 886 personnes) dans un petit hameau. Les boutiques sont ouvertes.

(

En soirée, le fier navire remontera ses amarres et après avoir fait rugir ses sirènes, il partira, rendant ainsi la quiétude à ses habitants. Les passagers passeront une nuit en mer et ils débarqueront demain matin en d'autres lieux.

Ici, ils fermeront prestement les portes de leurs magasins et en attendant le prochain navire et ils se raconteront cette journée ou ils ont accueillie tant et tant "   οι  ξένοι ". ( les étrangers)

Pour nous aussi, l'heure du départ est proche, nous comptons sur toi: le coq pour demain matin nous aider à sortir de notre douce torpeur nocturne.

Ce : 24 mai 2017. à : Kipariddia 

Κυπαρισσία    E ncore un port et toujours vers le Sud.

5 heures de navigation bien calme, pas de vague, nous rencontrons souvent des tortues, taches fugaces marrons sous les eaux, elles fuient à notre approche. Le ciel est divinement bleu, une légère brise donne une fraîcheur, presque trop froide le Paradis n'est pas loin !

En approche du port, il est difficile à la jumelle de repérer l'entrée,  une tempête a   emporter une petite partie de la face la plus exposée. Cela  contribue à   la difficulté de repérage par rapport aux indications maritimes, hésitation pour rentrer et ensuite nous voilà dans un grand bassin presque vide. La ville semble plus grande que Katakolon et en arrière plan, des montagnes.

Kyparissia, Κυπαρισσία, Elle compte   8 879 habitants  (2011).

La ville basse, n'a pas vraiment de caractère si ce n'est celui des constructions modernes. En remontant en direction du château, les maisons sont plus traditionnelles et même si elles sont de constructions récentes, il y a quand même un style.

Qui me dira l'origine de ce style ?

Le toit se prolonge un peu, le dessous est en bois et chaque extrémités à ces petits motifs.

  

De nombreuses ruelles pierreuses serpentent un peu partout. Elles montent, descendent tournent brusquement pour contourner telle ou telle autre maison. La région, la ville ne semble pas bénéficier de l'apport touristique, alors elle semble vivre un peu sur elle même.

Le château qui domine la ville est vraiment en ruine, mais il a fière allure sur son rocher. Sa position, offre une très agréable vue panoramique sur les environs. C'est une agréable promenade en parcourant les hauteurs de la ville, cela fait oublier un peu l'aspect fonctionnel du bas.

Ce : 27 mai 2017 à Pylos.

C'est une mer un peu formée qui nous a cueillie à la sortie du port, houle désagréable d'environ:   1 mètre rien de bien méchant mais heureusement:   vents et houles étaient sur nos   arrières, alors, dans ces conditions  cela  parfaitement négociable.

Un peu moins de 5 heures et nous rentrions dans Ορμοσ Ηαναριηου.

νησί πιλοσ  (l'île de Pilos) est une roche qui est  battue, tourmentée par la mer à l'entrée de la baie.

Dés son passage les eaux redeviennent calme.

Encore un paradis une baie fermée ou presque.

Environ 5 kms de longueur.

Et ici, l'histoire nous rattrape pour nous conter encore un massacre !

Son petit port ou il n'est facile de  trouver une place.

Une ville, village, bien agréable et belle.  Sur la place  au centre une grande pierre de marbre se dresse sur ses trois faces, trois visages.

Ces visages, reprèsentent les trois commandant: Français, Anglais, et Russe.

Ils ont participés à la bataille de Navarin.

L'histoire de cette cîté. 

- La ville antique:   L'antique cité de:   Pylos/Koryphasion  était établie sur un promontoire (Koryphos) commandant l'entrée nord de la baie, à 4 km au nord de la ville moderne, au sud du site mycénien. 

- Moyen Âge et période ottomane

Le site est alors appelé  Port-de-Jonc, Zonchio ou  Avarinos/Navarin. Un château est construit sur le site de l'acropole antique (Koryphasion) à la fin du  xiiie  siècle par les « Francs ». La forteresse passe ensuite à la République de Venise au début du  xv  siècle.   Une nouvelle forteresse (Néo-Navarino) est construite par les Turcs au sud de la rade, et l'ancienne forteresse est alors abandonnée.

- Guerre d'indépendance (1821-1830)

La forteresse de Navarin subit plusieurs sièges au cours de la révolution grecque.   Elle tomba aux mains des Grecs en août 1821 ; en dépit du traité de capitulation, ceux-ci massacrèrent la garnison et la population civile qui s'y était réfugiée.

- Elle fut assiégée et prise par Ibrahim Pacha l   18 mai 1825.  Toute cette période est décrite dans le chapitre N° 17.

- La rade fut le théâtre de la bataille de Navarin, qui se déroula, le 20 octobre 1827,

Bataille sans pitié et cela entre la flotte égypto-ottomane et une flotte franco-anglo-russe dans le cadre de l'intervention des futures Puissances Protectrices.

La défaite ottomane fut totale. La bataille de Navarin fut une étape décisive vers l'indépendance de la Grèce.

La forteresse fut transformée en lieu de déportation des opposants politiques lors de la  dictature  de  Métaxas.  Toute cette période est décrite dans le chapitre N° 17.

Alors bien-sur, nous allons visiter cette forteresse.

Elle est grande, trés grande.

L'ensemble est en bon état, l'utilisation sous:  " la dictacture des Colonels " doit y être pour quelques choses.

Pour d'autres zones des restaurations ont été réalisées il y a peu de temps.

De ces hauteurs la vue sur la baie est magnifique, ici  en face à gauche:  νησί πιλοσ.

Alors, maintenant quelques marches et en haut d'autres découvertes et surtout une trés belle vue !

 

Mais,  maintenant revenons si tu le veux bien, sur cette bataille navale.

Ces hommes, ces fous !

La  bataille de Navarin est une bataille navale qui s'est déroulée, ici. Dans cette baie le:  20 octobre 1827 .

C'est la flotte:  ottomane, contre  une flotte:  franco-russo-britannique

La bataille de Navarin est considérée comme la dernière grande bataille navale de la marine à voile, avant l'avènement des navires à vapeur, des cuirassés et des obus, mais aussi comme une étape décisive vers l'indépendance de la  Grèce .

Par le  traité de Londres  du:  6  juillet  1827, la  France, le  Royaume-Uni  et la  Russie   étaient convenus d'intervenir entre les belligérants de la  guerre d'indépendance grecque  pour faire cesser les « effusions de sang ».

Une flotte tripartite, commandée par:  Edward Codrington,  Henri de Rigny  et  Login Van Geiden  fut envoyée dans ce but.

Après avoir réussi à empêcher divers affrontements, les amiraux décidèrent de faire une démonstration de force dans la  baie de Navarin  où se trouvait la flotte ottomane, essentiellement composée de navires  turcs  et égyptiens.

Celle-ci était ancrée dans une disposition destinée à impressionner la flotte des puissances qu'elle attendait. Des coups de feu tirés d'un navire ottoman, avant que tout ordre ait été donné en ce sens, entraînèrent une bataille qui n'était projetée par aucun des deux adversaires.

Malgré leur infériorité numérique, les navires des puissances étaient largement supérieurs à leurs adversaires. Dans un combat qui se déroula pratiquement à l'ancre et à bout portant, leurs artilleurs firent des ravages dans la flotte ottomane. Les plus petits navires de la flotte des puissances, qui ne s'ancrèrent pas, remplirent avec succès leur mission de neutraliser les  brulots, l'arme ottomane la plus redoutable, ce qui aida à la victoire finale.

Le  brûlot  était un  navire  chargé d'explosifs  ou de matériaux inflammables, lancé sur les vaisseaux ennemis pour les incendier. La plupart du temps, il s'agissait d'un vieux bâtiment, de petite taille, ancien navire de guerre ou de commerce, transformé à cet effet.

Sans perdre un seul navire, mais après avoir subi d'importants dégâts, la flotte franco-russo-britannique détruisit une soixantaine de navires ottomano-égyptiens. Combien de corps reposent  sous ces eaux,    l'histoire ne  le précise pas !

Alors nous sommes allés, dès le dèbut de l'après-midi visiter ce chateau qui à   ses pieds a assisté  à ces massacres . Ces hommes, ces fous !

Ce: 30 mai 2017. Nous quittons ce port gratuit pour aller ancrer au fond de la baie.

Il y a trois belles curiosités  à voir.

- Le château Ottoman qui est donc opposé au château précédemment visité. Flèche rouge.

- La grotte de Nestor. Flèche jaune.

- La très belle plage Ormos Voidhokoilia. Flèche noire.

Des panneaux, nous annoncent que le site du château est fermé et dangereux. Mais voici le déroulement de notre découverte.

Précausions   minimuns: cheminer lentement, ne pas avoir le vertige, bien faire attention à l'environnement, avoir de trés bonnes chaussures et une condition physique correcte.

Maintenant tu peux ?

Alors, allons-y !

Là attention les pierres, les blocs sont instablent.

Ici marcher sur la muraille est possible, mais attention , au bout trouver un sentier direction, NE.

Les murailles sont bien moins épaisses que celles de Venise et des autres constructions.

Une  explication   en partie, de leurs   dégradation.

Cette entaille en " V" est caractéristique des Ottomans.

Qui me dira,  pourquoi cette forme. Moi je m'interroge encore aujourd'hui ?

Ormos Voidhokoilia, Ouah ! C'est beau !

Juste dans   l'Est d'ancienne saline.

Du côté de la falaise, il n'y a pas de fortification. c'est de ce côté donc, qu'il y a un accés pour redescendre.

Mais attention, le chemin   est délicate.

Et là, . . .  La Grotte de Nestor.

Arrivée là , il est plus facile de descendre jusqu'à   la plage ou une eau merveilleusement claire, va te rafraichir.

Mais qui était Nestor.

Nestor est un personnage de la mythologie grecque). Roi de Pylos, et de  Chloris.

Sa jeunesse fut illustrée par de brillants exploits. Il se distingua d'abord contre les Arcadiens, et remporta une éclatante victoire sur Érenthalion. Il prit ensuite une part active au combat contre les Eléens, et leur enleva de nombreux troupeaux, après avoir tué Itymonée, leur chef.  Nélée, craignant pour la vie de son fils, avait caché ses chevaux pour l'empêcher de combattre; mais Nestor se battit à pied. Il se trouva aussi au combat des  Lapithes  et des   Centaures

Mais c'est surtout dans l'expédition contre  Troie  que Nestor se fit connaître comme un guerrier habile et comme un sage général : il était vieux alors et avait vécu trois âges d'homme, sans que les années eussent affaibli sa prudence; choisi avec Ulysse pour exciter à cette guerre lointaine les chefs de la Grèce, il donna lui-même l'exemple du départ, à la tête des Pyliens et des Messénlens.

Homère s'est plu à retracer dans ce vieillard qui a conservé toute la verdeur de l'âge mûr, et aussi habile à concilier les différents ou à donner de sages conseils, qu'enclin à une éloquence parfois un peu verbeuse, mais douce comme le miel, l'idéal de la vieillesse, qui règne par la vénération qu'elle inspire. 

Voilà, un résumé   très concentré   de la vie de Nestor (trouvé sur la toile). Cette trés agréable, trés impressionante promenade a été une belle découverte par ses paysages et son histoire. Mais encore une fois attention, il y a quelques difficultées quand-même.

Le meilleur cheminement   est donc de monter directement par la façade maritime en direction de la forteresse de poursuivre dans l'interieur, descente jusqu'à   la grotte et de finir par la merveilleuse plage, le retour se fera alors simplement au pied de la falaise du coté de la lagune. Il faut alors en partant de la plage en bas compter: 3 heures à 4 heures suivants les nombreux arrêts de contemplations.

Ce : 1 juin 2017 à Méthoni.  Μεθώνη,  Methóni ou  Méthon.

Cette fois, encore les vents et les vagues sont avec nous. Et ils sont bien là, propulsant Shundo dans de grands surfs. La baie est bien aérée, voir plus, mais la houle elle, elle reste dehors stoppée par les anciennes fortifications à l'Ouest, au Sud par l’île de Sapientza au Nord-E est par l’île Skihira. Les fonds dans la baie sont émeraude, c'est du sable.

Shundo est un dériveur intégral, son faible tirant d'eau nous autorise de flirter avec les plages.

Le ciel est sans nuage et d'un bleu magnifique la lumière est éclatante, il fait 25/27° que demander de plus. Terre des légendes et berceau de la mythologie, c'est la terre des dieux.

La Grèce est un paradis pour la navigation.

L'Histoire de Méthoni /ou/   Modon.

La ville est située sur la route des marchés de l'Orient. Les  Vénitiens   s'y intéressent dès le  XII  siècle. En 1125, Les  Vénitiens   lancent une attaque contre des pirates qui avaient capturé quelques marchands vénitiens et de suite   s'installent à Modon. Ils fortifient alors la cité, elle   devient un important et prospère centre commercial. La ville, alors se positionne aussi comme  une étape pour les voyageurs allant de Venise   à la    Terre Sainte.

En 1499, une nouvelle  guerre  éclate entre Venise et l'empire ottoman : au printemps, le sultan     Bayerid II,    assiège Modon. Une flotte vénitienne, commandée par Grimani, se porte au secours de la ville, mais l'amiral vénitien refuse le combat avec une flotte turque venue débarquer des renforts de troupes.

Modon tombe le 9 août 1500. La ville est incendiée, l'évêque tué, les hommes décapités, les femmes et les enfants réduits en esclavage.

Les Vénitiens reprennent la ville sous  Francesco Morosini, durant la Grande guerre turque   c'est les années 1680. Cette seconde période vénitienne ne dure toutefois pas longtemps, puisque les Turcs la reprennent en 1715.

Le déclin de la ville sera complet durant la seconde période turque, le commerce s'essoufflant considérablement.

Durant la Guerre d'indépendance grecque, Andréas Miaoulis   s'illustre ici en détruisant le 12 mai 1825 une vingtaine de navires de la flotte égyptienne d'Ibrahim Pacha  à l'aide de ses  brulots, en prélude de la  bataille de Navarin  quelques jours plus tard.

Le château conserve aujourd'hui,  un état satisfaisant, ses fortifications sont très impressionnantes : le grand mur d'enceinte fait  environ:   3 km  de longueur,  avec ses tours, ses bastions, ses courtines, la plate-forme d'artillerie et le grand fossé qui sépare la partie nord des fortifications de la terre, l'ensemble est imposant.  Le reste du château est entouré et protégé par la mer.

Vue en arrivant par la mer.

Pourquoi s'étonner encore ?  

Si les  maisons ici en Grèce sont souvent de blanc et de bleu !

Pour: 2€. Nous allons visiter le château.

C'est grand. les remparts : +/- 3kms.

Nous y rencontrons un dès récident permanent, C'est un beau garçon vigoureux.

Des Ottomans, des Vénitiens, des Français et même peut-être,  Ibrahim Pacha   sont passés par là !

Chantal, elle, elle joue au Pirate.

Dommage que les hommes construisent ces édifices uniquement   pour se massacrer.

Ce: 4 juin 2017 à kalamata.

Ce qui est remarquable, c'est les hautes montagnes qui bordent les côtes.

Son principal sommet est le Taléton (Ταλετόν ), culminant à:  2 404  m, montagne dédiée au Soleil, à qui l'on offrait des sacrifices

Pas facile de repérer l'entrée de la marina de loin les digues se confondent.

Alors il faut approcher par l'Ouest.

Les fonds à   l'entrée sont de 2,2 mètres. Notre dérive  a touchée. Ensuite c'est 3,5 mètres

Plus ou moins 6 heures pour arriver   dans cette immense baie et entrer   dans la port de plaisance de Kalamata

Nous sommes au plus Sud de cette navigation d'été.

Mais ici aussi,  l'histoire, elle nous dit: Ces hommes, ces fous  !

Kalamata est un port industriel au cœur de plantations d'agrumes. Ses principales exportations sont ses olives et des figues sèches.  La ville fut presque détruite complètement par un tremblement de terre le 14 septembre 1986.

"Elle a été reconstruite à l'identique". NON et NON. C'est les guides nautiques qui écrivent cela et pourtant, aujourd'hui en 2017 nous te donneront quelques informations complémentaires.

Elle est réputée pour la qualité de ses  olives  noires. Entre le mont Taygète et la mer, les oliveraies s'étendent à perte de vue. Toute la région (deuxième productrice du pays après la Créte) ne vit que par et pour l'olive. C'est ce fruit qui a fondé la richesse du port qui commerçait naguère avec le monde entier.  Le terroir de Kalamata est unique, il produit deux variétés d'olives.

Celle de table, presque pointue - dites «  kalamon   » - que l'on conserve dans un mélange d'eau vinaigrée et salée, ou encore mieux dans de l'huile d'olive.

Et les «  koronéiki  », plus petites, qui donnent la fameuse huile extra-vierge.

La région compte plus de 40 millions d'arbres et produit 45  000 tonnes d'huile.

L'Histoire: Au terme de trois guerres  (qui s'achèvent en  464 av JC.), la ville tombe sous domination  spartiate.

Sparte cette citée qui ne vivait que par et  que pour la guerre.

Au cours du  IV siecle av JC, le général  Thébain Epaminondas  l'en délivre.

 

 

 

 

En  146 av JC, la ville devient  Romaine, étant intégrée en -27 à la province romaine d'Achaie.

En  396  Kalamata est mise à sac par les  Goths  et en  610 par les  Slaves.

En  1205  les Croisés Français s'en emparent et la ville est occupée Guillaume de Champlitte  il donna la ville à  Geoffroi de Villehardouin  en  1210. 

 

 

Kalamata libérée par les Grecs du  despotat de Mistra  vers  1425.  

Mais les Turcs  s'emparent de Kalamata en 1481, la perdent en  1685  au profit des Vénitiens qui la fortifièrent et lui redonnèrent une certaine prospérité.

Les Turcs reprirent cependant la ville en  1715  pour encore un siècle, avant de s'en retirer définitivement lors de l'indépendance de la Grèce.

Le 23 mars  1821, Kalamata fut la première ville libérée par les fo rces révolutionnaires grecques sous le commandement du général    Théodore Kolokotronis, Tu te souviens sûrement du récit de sa vie incroyable ce récit est  dans le chapitre de l'été dernier.

Si tu parles à un grec de Théodore. . . .  Alors tu auras son estime.

 

Mais en 1825   Ibrahim Pacha  détruisit la ville.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par la suite, la cité fut reconstruite et devint un port majeur où fut fondée la deuxième plus ancienne Chambre de commerce en Méditerranée après celle de Marseille.

Le 29 avril 1941 a  eut lieu une bataille près du port entre les  forces d'invasion allemandes  d'un côté, et de l'autre la garnison grecque et la  2  division néo-zélandaise qui furent vaincues. 

Il est remarquable encore aujourd'hui de constater, que les guerres restent activent, mais que les banques remplacent avantageusement  les canons.

La ville est donc moderne re-construite entièrement en 1986 après le tremblement de terre. Alors comme toutes les villes modernes, il n'y a pas vraiment de coeur, comme si les architectes ici et en France aussi,   se   faisaient entre eux et secrètement un concours de la construction la plus vilaine.

Nous ne resterons que deux nuits dans cette marina aux normes .

Mais aux prix également aux normes.

10.50 <=  >  23 €

11.50 <=  > 28 €

12.50 <=   > 31 €

13.50 <= > 34 €

14.50   <=> 37 € ,

Les prix,   sont  pour une nuit et   il te faudra aussi  ajouter la TVA qui est en Gréce  est de: 24% et encore un petit plus, si tu veux de l'eau.

Ce : 6 & 7 juin 2017 . Deux jours aux grands galops.

Les vents se renforcent toujours autour d'un cap. 

La mer se creuse  et alors elle devient confuse, souvent les vents sont contraires à la houle.

Mais au plus Sud du Péloponése,    il y en trois cap, alors . . .

Le : 6 fléche noir, nous voulions aller dans une petite baie Kayio et bien non, le vent venant de l'Est nous contraint à nous réfugier dans une autre baie non référencée sur les guides nautiques. Elle, elle est de l'autre côté de Kayio et donc face à l'ilot Karavi et portant cette baie est parfaite pour ces vents. Seulement les vents sont forts et la nuit a été à surveiller si l'ancre ne décrochait pas, le vent hurlant dans les haubans et laissant le voilier faire des embardées tout cela  nous a tenue sur la défensive.

Ce: matin le 7 fléche rouge, nul besoin de discuter longtemps, nous pensons la même chose, nous repartons.  Destination le village d'Elafonisos, mais là encore les vents sont avec des pointes à 30 Noeuds (environ 55 kms/h) et ils sont de face, nous changeons nos plans pour venir nous abriter à Ormos Sarakiniko sur l'ile Elafonisos.

Ouf  ! Non, non la navigation n'est pas toujours parfaite. Alors après une bonne grosse douche bien chaude, le visage encore un peu brûlant par les embruns et le vent nous gouttons le plaisir de ce mouillage sur un fond de sable devant une plage, c'est chouette  !  

Les vents sont encore de l'Est et  ici nous devrions pouvoir passer une douce nuit.

Il y a comme celui là des lieux magique !

Le matin, nous allons au village c'est : 4 kms par les bords de la côte.

Tiens ! un indigéne en liberté.

Trés beau village ou les maisons toutes petites se blotissent entre -elles.

Retour au voilier, la plage est belle.

et

l'eau cristalline.

Nous grimpons sur l'ile du centre.

Quelques cigales chantent, le soleil brille, la paysage est un spectacle.

Ce  : 10 juin 2017.  à  : Monemasia. Μονεμβασία.  Micro port. Grand rocher.

Après une nuit ou nous avons été secoués et bien plus, prenant les vagues venant du large par le travers, suite à un changement du vent. Partir,   au petit matin a été un soulagement pour nous deux. Un mouillage idyllique se transforme en piège suivant les caprices de « Monsieur Vent ».

Nous passons le Cap Malée par une mer qui se matin se fait douce, là ou certains  jours elles se fait furieuse et plus. Nous remontons donc maintenant les côtes du Péloponnèse par l'est.

Le Cap Malée par une mer qui se matin se fait douce.

Ce cap,   est le cap le plus au sud- est du Péléponèse.

Maintenant , nous allons faire une route au nord.

Maintenant nous rentrons en Mer Egée.

Avec les jumelles nous apercevons un autre rocher, devant le petit village de Monemvasia

mais ce rocher. . .

5 heures après, Ouah !

C'est grandiose, nous arrivons face au rocher, mais je reviendrai sur le, sur ce rocher, nous allons y consacrer une ENORME visite.

Alors, tu es toujours partant  ?

Du quai des pêcheurs au fond: le micro port.

Du pont du voilier: une vue panoramique.

Le Rocher de Monemvasia.    Μονεμβασία.

La cité a donné son nom à  un cépage, puis à un vin célèbre au Moyen Âge, le malvoisie, qui était exporté jusqu'en  Angleterre.  Selon une légende populaire,  George Plantagenêt, duc de Clarence, condamné à mort en 1478 pour avoir comploté contre son frère le roi  Édouard IV d'Angleterre, aurait choisi de mourir noyé dans un tonneau de ce vin.

Le Rocher de Monemvasia, le Kastro.

le  Kastro, la ville historique située sur la presqu'île, occupe une partie d'un rocher de: 1,8  km  de long et de: 300 m de haut, relié par une digue au continent. Elle est divisée elle-même en une Ville Haute actuellement abandonnée, située en haut du rocher, et la Ville Basse en contrebas.  

Le quartier moderne de  Géfyra se  se trouve en face, sur le continent. Il abrite un petit  port et la majeure partie des infrastructures touristiques.

Le tableau est maintenant achevé, je t'invite à   découvrir l'histoire de ce site exceptionnel.

Cité de l'Empire romain d'Orient, Monemvasia fut fondée au VIe  siècle  par des habitants de  Laconie   qui fuyaient l'invasion  de la  Grèce  par des peuples  slaves  venus d'Europe du Nord.

- Au VIII  siècle, un hôpital y est construit : c'est un centre de lutte contre la propagation de la  peste, qui promeut les principes de: l'hygiène  hippocratique.

-  Au XIIe  siècle, la petite ville est un actif centre commercial et maritime de l'Empire byzantin, et un important centre d'exportation du vin de Malvoisie.

- Lors de l'invasion de l'Empire byzantin par les  croisés, en:  1204, Monemvasia est assiégée vainement par les Vénitiens. Elle reste grecque tandis que la majeure partie du  Péloponnèse  est prise par les "Latins".

- En 1245, le  prince franc de l'Achaïe,  Guillaume II de Villehardouin  entreprend le siège de la ville par terre et par mer, avec l'aide de 4 bateaux vénitiens et de chevaliers francs ; après 3 années de blocus, il réduit la place par la famine.  Les survivants sont dispersés dans la campagne.

- En 1262, pour payer sa rançon au basileus  byzantin  Michel VIII Paléologue, le prince latin d'Achaïe doit rendre la place ; le gouverneur impérial et commandant militaire grec  Michel Cantacuzène y regroupe à nouveau les habitants et utilise dès lors Monemvasia comme point d'appui pour la reconquête du Péloponnèse sur les barons francs, et pour la constitution du  despotat grec de Morée,   elle sert aussi de port-abri pour la  flotte génoise  alliée aux Grecs (tandis que les  vénitiens  sont les alliés des barons francs) et pour les corsaires  crétois  qui attaquent les navires de la principauté franque.

- En rétorsion, les  Almogavres  de l'amiral catalan  Roger de Lluria  pillent la cité en  1292.

- En  1333, les pirates turcs d'Umur pacha  pillent à leur tour la ville : c'est la première fois que les Turcs se présentent dans la région. 

- Paul Mamonas, archonte de la ville, s'oppose (1384), à la remise de la place par le despote de Morée:  Théodore  Ie Paléologue aux Vénitiens, puis doit, dix ans plus tard (1394) payer  tribut  au sultan  ottoman   Bajazet.

- En: 1464, Monemvasia se place sous protectorat vénitien ; les doges en font un de leurs comptoirs.

- Puis les Turcs la conquièrent en 1540. Elle est alors quasiment vidée de ses habitants, qu'une garnison  ottomane  remplace.

- Plusieurs tentatives de  Venise   pour récupérer Monemvasia se soldent par des échecs, et c'est seulement au terme d'un siège de quatorze mois qu'elle est reprise, en  1690, en même temps que tout le Péloponnèse, au cours de la  guerre de Morée.

- Les Turcs reprennent la ville en  1715  lors de leur reconquête du Péloponnèse.

- Assiégée par les Grecs pendant plusieurs mois au début de la  Guerre d'indépendance grecque, elle capitule début août 1821, et une population grecque s'y installe à nouveau.

- Depuis : 1920, le château n'est plus habité. Pendant la Première Guerre mondiale, elle subit des canonna des de navires  allemands,  austro-hongrois  et  turcs.

- Port stratégique bien que modeste, pendant la  Deuxième Guerre mondiale  elle est occupée par les Italiens  de juin 1941 à octobre 1943.

- Par les  Allemands  d'octobre 1943 à octobre 1944.

- Puis par les  Britanniques d'octobre 1944 à octobre 1949.

Après avoir été assez isolée dans les années 1950, Monemvasia a vu récemment un accroissement de son activité touristique : nombre de bâtiments médiévaux ont été restaurés, dont certains reconvertis en hôtels. La majeure partie de ses rues n'étant pas adaptée à la circulation automobile, la ville a gardé son cachet original et sa tranquillité.

L'histoire ici, aussi est lourde: massacres, occupations, famines, déportations, bombardements,

Ces hommes, ces fous,   Aucune  époque   n'est épargnée, cela démontre  encore une fois la bétisse   des hommes.  Pourquoi ne profitent-ils pas ensemble de la douceur du climat et de son bon vin ?

Alors, nous allons faire une bref visite.

La ville basse.

La porte principale ne donne pas l’accès à l'automobile, beaucoup trop éroite. Le village respire l’authentique. Il semble sortir de cette époque ou tout a été   réalisé, façonné   à la force humaine. Alors encore aujourd'hui tu vas croiser des hommes véhiculant les denrées et évacuant les détritus à l'aide de petit chariot.

Ruelles étroites, petites places. Le village se blotti et est réduit dans l'espace de ses murailles, il est adossé à la très haute falaise et sur le devant la mer et son à-pic vertigineux.

C'est un incroyable réseau de passages étroits et la découverte est permanente.


 

"  Entracte  ";

Deux très grosses tortues ont élu domicile dans ce petit port.

Régulièrement leurs têtes sortent de l'eau pour venir goutter goulûment quelques gorgées d'air. L'une d'elle a un collier blanc autour du coup et ainsi il est possible de les différencier l'une de l'autre.

Celle qui a cette coloration s'appelle Caroline.

Animaux très sympathique et qui attirent les regards, mais attention, bien qu'elles ne soient pas méchantes, elle peuvent mordres, leurs mâchoires est un outil puissant et c'est sans intention particulièrement belliqueuse qu'un baigneur aujourd’hui a une belle cicatrise a l' intérieur de la cuisse. Plus habituée a avoir des hélices de bâteau au-dessus de leurs têtes, elle a dû être suprise de voir ainsi une bonne grosse cuisse ! « Chaud pour les bijoux de famille »

l'Histoire ne précise pas, si c'est Caroline ou sa copine qui a voulu goutter un peu de la cuisse.

Nous retournons visiter la ville fortifiée, mais cette fois la partie haute.

Tu l'auras deviné, faire une brêve visite de 3 heures n'est pas satisfaisant pour nous.  

Alors,   c'est tôt le matin, avant que le soleil ne soit trop fort, que nous reprenons la direction de la ville, mais cette fois nous   n'empruntons pas la route bitumée qui y conduit et ou les voitures stationnent nombreuses sur les bas côtés, mais un   petit et agréable sentier, ombragé qui  se faufille sur les     flans de la pente, au-dessus de nos têtes la parois de roche.

Nous étions informés, il sera possible de rencontrer: des serpents voir des scorpions  dans ces rochers.

Et bien, c'est une bonne grosse tortue qui a croisée notre chemin.

Un fois passé cette porte aussi étroite que la premiére

et ou aucun véhicule ne pourra jamais accéder, quelques métres aprés la vue sur la ville basse donne toute sa grandeur. 

Un fois là-haut. . .   Ouah !

La ville haute,  n'est plus que ruine.

Ici, la vie à   dû y être encore   plus rude.

Bombardements , expositions  aux vents et aux tempêtes et encore   plus difficile encore d'accés.

Dans les hauteurs , le manque d'eau devait contribuer encore à la souffrance des hommes.

Fallait-il rester, survivre ici ou se livrer aux envahisseurs.

Périr  ou vivre.

Alors pour recueillir un peu d'eau quand le ciel donnait de la pluie, un ouvrage recueillait cette eau si précieuse

Car sans l'eau, il n'y a pas de vie.

C'est une importante pente (environ 2 stades) elle est exposée aux vents dominants et en bas une ouverture donnant dans

une trés grande   salle. Ce batiment rectangulaire en bas est une citerne   longue d'environ 30 mètres et d'une profondeur

d'environ 5 mètres.  Aujourd'hui, . . . Elle est séche !

Bien-sur, de là-haut la vue est superbe.

Le village, le micro port ou Shundo tire mollement aujourd'hui sur ses amarres.

Ce n'est que  tardivement et sous un soleil à son maximun que nous redescendons, la tête pleine de réflexion sur ces hommes, sur ces époques. Ces hommes, ces fous ! Capable de construire des merveilles,  pour nous aujourd'hui, mais pour eux "la merveille" était simplement le moyen de :  Périr  ou de sur-vivre.   (En 1690: siège de quatorze mois )

Ce: 16 juin 2017 à: Plaka.

Je ne vais pas parler de micro, mais d'un véritable minuscule hameaux avec son très, très petit port.

Une poignée de maison aux couleurs pastelles devant une plage ou les rires des enfants qui barbotent dans une eau claire et chaude animent ce petit coin, bien, bien tranquille.

10 voiliers, suffisent pour combler les places disponibles, les pêcheurs nous laissent des places.

Actuellement il y a: des Français mais aussi des Autrichiens, des Anglais, quelques Allemands et même un Russe.

Tout ce beau monde se retrouvent d'escales en escales et échangent des informations dans un charabia qu'aucune école de langue ne pourrait valider et que nous sommes les seuls sûrement à comprendre et à diffuser ainsi une langue nouvelle est en création:  «Agliseme/Ellinikisme/Francismaliste et il ne faut pas oublier aussi les mains.»

De   hautes montagnes tombent à pic dans cette mer actuellement calme. Une route serpente à flan des montagnes desservant les hameaux si, . . . tellement: isolés.

Un peu plus de 33 Mn ( environ 61 km ) pour un peu plus de: 6 heures.

De beaux et très grands, gros dauphins viennent nous saluer et jouer quelques instants sur notre étrave. Puis ils poursuivent leurs chemins aussi silencieusement qui ont apparus. Apparitions majestueuses de ses animaux si intelligents et libres.

Au-delà de ce petit port de Plaka bien sympathique,

 

il y a dans les terres à   environ 4 km une ville c'est Leonidion.

Λεωνίδιο (3 826 habitants)

Ville typique Grec à la fois moderne avec ses agréables places ombragées, mais aussi aux vieilles demeures et aux ruelles étroites.

Un métier " la Ferblanterie " difficile de dire si en France cela existe encore.

Moi, enfant j'avais pratiqué, La Chaudronnerie

mais ici, cet homme à la suite de   son Pére continu de réaliser ces objets

avec des outils et outillages d'une autre époque.

ADMIRATIONSSSSSS.

 Ici, les habitants bénéficient de conditions  favorables en effet, la plaine entre la mer et la ville a   de bonnes, de très bonnes terres et ces terres sont copieusement arrosées par des rivières qui même si actuellement la plus importante en surface est sèche, les sols eux sont largement irriguées.

Courgettes, pomme de terre, melons, concombres etc. Colorent cette plaine d'un vert profond. Il y a aussi quelques plantations d'arbres fruitiers. Le produit le plus célèbre et largement distribué est l'aubergine Tsakonian, caractéristique dans son goût sucré et reconnue et protégée par l' Union  européenne.

Alors, la population à   là, ici, du travail et des revenus.

Situations beaucoup plus favorable que certaines régions et villages que nous venons de visiter.

- Mais d’où arrive toute cette eau  ?

- Des montagnes bien-sur   !

Elles sont là, entourant la ville,   les vents de mer chargés d'eau, les précipitations, toutes cette humidité descend inévitablement vers cette plaine qui devient alors une belle nourricière.

Ce :19 juin 2017. Mouillage. Baie de Dhrepanou,    village de Khâdhari.

En arrivant, dans cette grande baie nous ressentions déjà le calme, pas de bruit, seulement une route sur le côté fait entendre de temps en temps un bruit de moteur. Les eaux sont comme un lac. Il n'y a pas de vent, le ciel lui porte quelques beaux nuages blancs sur son fond d'un grand bleu sombre.

 

 

Nous utilisons beaucoup en navigation les jumelles et au mouillage souvent aussi  .

Ainsi, hier en soirée, je passe la paire à Chantal et je lui demande de regarder là, dans cette direction, là, droit devant.

En effet, me dit-elle, j'avais déjà vue cette montagne.

En fait de montagne c'est un pic de roche, il est isolé, se dressant fier et seul dans la plaine.

Alors, et si nous y allions demain  ?

Un chose à ne pas dire deux fois à Chantal.

Ce matin dés 10 heure nous débarquons, mais, mais, la jumelle est faite pour raccourcir les distances et là, cette distance, les kilométres, nous les avions sous-estimés . . 

Alors, l'approche a été longue, traversant deux petits villages, des champs de culture par une petite route peu fréquentée et le soleil lui est là, bien présent et il est très chaud.

Plusieurs heures après, nous arrivons au pied, mais arrivés là nous nous interrogeons. Nous sommes bien petits à côté.

Comment allons nous faire pour grimper là-haut  ?

Nous ne pourrons pas y aller, c'est haut !

C'est beaucoup trop haut !

Sur cette face, ce n'est que des énormes blocs.

Mais, nous continuons, Nous approchons et contournons le massif vers sa face nord. Et là,  nous trouvons un sentier.

Ce chemin semble monter et en fait oui, il monte dur de dur ! Il monte et ensuite, il y a des marches, après plusieurs arrêts pour souffler un peu et laisser les muscles des cuisses se détendrent et se reposer.

Paysage face nord, c'est grandiose !

Nous y arrivons en haut.

Là, flotte le drapeau national et une petite chapelle domine  la plaine.

C o n t e m p l a t i o n   !

La descente bien que longue elle, elle est   beaucoup plus rapide et ce n'est que vers 15H30 que nous re-embarquions, les pieds en compote, le corps en sueur.

Sous cette chaleur, nous n'avons même pas pris le temps de manger  !

Résultat : Environ 5 heures de marche, un superbe, un merveilleux panorama à nos pieds et la grande satisfaction, trés puéril d'avoir fait un effort sur soi-même. 

 

Du sommet, le paysage face sud,

Au fond, dans la baie,  attend notre voilier,  Shundo.

Ces paysages du Péloponèse sont bien loin des clichés vendus par les agences de tourisme,

elles   ont données   une idée vraiment fausse de la Gréce,

  La Gréce c'est bien plus, c'est beaucoup plus !

 

Ce : 25 juin 2017.  Mouillage dans la baie de:   Koiladhia.

Koiladhia est aussi le nom de la petite ville au bord de cette baie de plus d'un kilomètre de longueur.  Tout autour les montagnes sont devenues de grandes collines, la végétation elle aussi est plus réduite.

Des petites maisons blanches basses sont agglutinés autour d'une très grande église.

Un peu moins de 2 heures pour une navigation extrèmement calme.

L'Ile   devant la baie joue un rôle important dans la protection de cette baie.

Les fonds ne sont pas importants et  l'ancre crôche bien, c'est le grand   calme.

L'Histoire avant l'histoire.

Ils vivaient ici, dans ce même paysage,  il y a donc 37017 ans à nos jours.

Σπήλαιον Φράγχθη. La grotte de Franchti.

Le guide nautique indique que sur la rive opposée au village il y a une grotte, alors il en faut beaucoup moins pour nous, pour que nous sautions dans l'annexe et allions voir cela.

Mais avant recherchons quelques éléments sur internet pour mieux comprendre ces lieux.

Σπήλαιον Φράγχθη Cette grotte est célèbre et des fouilles réalisées à partir de  1967  ont permis de mettre en évidence une occupation de près de 35000 ans.  C'est un exemple rare d'installation avec une période d'occupation aussi longue, et également un des sites les mieux connus de l'âge de pierre en Europe méridionale.

Pour des fouilles considérées tout d'abord comme devant durer une seule saison. Il est rapidement évident que le site est plus important que ce que les fouilleurs avaient prévu d'emblée. Les fouilles se poursuivent jusqu'en  1976. (9 années)

L'époque paléolithique  (28000 - 8000 av. J.C.)

Pendant environ 13000 ans la grotte a été habitée périodiquement par de petits groupes de chasseurs de passage, qui utilisaient des outils en pierre faits en silex pour la chasse et le découpage de la viande de grands animaux, comme des chevaux sauvages et des cerfs.

Du 10ème au 8ème millénaires av. J.C. la grotte est habitée par des familles entières qui développent des activités de cueillette et acquièrent un équipement d'outils plus complexe avec le silex comme matériau principal.  On est impressionnés par la présence de bijoux et aussi par l'introduction de l'obsiane de Milos pour la fabrication d'outils en pierre à la fin de l'époque paléolithique.

Le Paléolithique Moyen (7500 - 6000 av. J.C.)

Durant la période 7500 - 7000 av. J.C. la chasse du gros gibier diminue et l'alimentation des habitants de la grotte est basée sur des plantes, des mollusques et des escargots terrestres. Pour la fabrication d'outils on utilise en plus de l'obsiane et du silex, le schiste siliceux.

L'inhumation d'un homme de 25 ans dans la grotte constitue un témoignage très rare de sépulture au cours du Paléolithique Moyen.

Au cours de la période 7000 - 6000 av.J.C. les habitants de la grotte s'orientent collectivement vers la pêche, ils s'adonnent à la pêche au thon et fabriquent des bijoux avec des huîtres.

Le Paléolithique Récent (6000-3000 av. J.C.)

La transition vers une nouvelle économie agricole-productive de nourriture du Paléolithique Récent est attestée par l'apparition dans la grotte d'animaux domestiques et de plantes peu après 6000 av. J.C.

Pourtant ses habitants n'abandonnent pas complètement les habitudes de cueilleurs-chasseurs (pêche) des périodes précédentes. L'habitation de l'espace qui s'étend aussi en dehors de la grotte vers la plage, devient permanente et se caractérise par l'inhumation des morts et l'apparition de la céramique (6000 - 5000 av.J.C.).

Des artefacts au contenu symbolique, comme des figurines et des bijoux, laissent transparaître l'idéologie des habitants, alors que des objets importés et des matières premières confirment la communication et les échanges avec d'autres régions.

Vers 3000 av. J.C. la montée du niveau de la mer en combinaison avec des glissements de terrain qui sont attribués à une activité sismique, ont réduit l'espace vital de la communauté et ont conduit à l'abandon progressif de la grotte.

Alors !  Pour y aller, Il y a deux chemins ou plutôt deux: solutions.

- La première que nous avons utilisée et bien comment dire il faut être trés, trés bien chaussé, ne pas avoir peur des araignées qui tissent leurs toiles partout ou elle peuvent, le résultat est qu'elles s'invitent sur toi quand tu fractures leurs toiles en passant.

Il faut aussi une condition physique correcte et une certaine tenacité. Car cette solution est un peu, beaucoup éprouvante.

La deuxieme solution que nous avons découvert seulement en arrivant sur le site est : un beau débarcadére et un ravissant chemin d'accés d'environ 200 métres, tu l'auras deviné, nous nous sommes bien planté !

Il aurait fallu simplement aller un peu plus loin avec l'annexe pour apercevoir cette: deuxieme solution.

Et maintenant quelques photos et imaginons des hommes viviants ici !

Il y a donc: 37017 ans à nos jours.

Il est évident qu'eux devaient être beaucoup plus robustes que nous le sommes aujourd'hui et ils devaient se sentir bien à l'abris dans cette forteresse naturel.

Les trous des explorations sont encore présents.

Plusieurs niveaux, pour les différentes   époques.

Les dimensions de la grotte est   approximativement de 150 métres de longueur pour 45 de largeur.

Chantal ne sembles, elle ne  pas gouter le luxe de cette chambre à    coucher !

Oui, oui et oui, c'est aussi cela la Grèce !

Alors, nous étions seul.

Ce site est ouvert  et merveilleusement documenté.  Oui, oui et oui, c'est aussi cela la Grèce !

Pour le retour malheureusement  nous devions reprendre le même chemin car  Shundonnette, notre annexe,

nous attendait, elle en bas de la falaise à environ 1,5km de là, mais par un chemin aie, aie . . . !

Sur le retour, la chemise  est trempée de sueur, mais le paysage devant, lui devant est de toute splendeur.

Ce : 28 juin 2017 mouillage à Porto khéli.   Πόρτο Χέλι ou Πορτοχέλι

Un peu plus de 13 Mn pour venir ici, donc un peu plus de 2 heures mer calme pas de vent et la chaleur qui dés le matin commence elle a monter.

  Πορτοχέλι.     Quand la nature devient acceuillante elle offre de véritables refuges. Cette enceinte naturelle est connue de nombreux navigateur.  Ils y trouvent  ici, des eaux calmes.


l'Histoire d'une Héroine  Laskarina Bouboulina

Comment être accueilli dans un pays et être ignorant de sa plus élémentaire " histoire ".

En France nous avons notre:   Danton, notre:  Robespierre et bien d'autres sans oublier:   Napoléon bonaparte et pardon ! je vais en omettre tellement.

Alors en Grèce, il faut reconnaître le Rôle de : Theódoros Kolokotronis, son histoire nous l'avons découverte a Prévéza quand je me suis interrogé devant la statue grandeur nature en marbre d'un homme a l'aspect de guerrier.  Cette histoire  est dans le Chapitre de l'été dernier le Chapitre N°17.

Alors aujourd'hui c'est une femme une héroine comme Theódoros Kolokotronis  qui pendant  la guerre d'indépendance contre la puissance ottomane donne de sa personne pour combattre l'occupant.

Bouboulina, cela doit te rappeler le film de Zorba le Grec, quand Zorba appelait sa maitresse : « Sa Bouboulina ».

Laskarina Bouboulina   (1771 – 1825) est une héroïne grecque de la guerre d’indépendance grecque de 1821. Armatrice fortunée, elle commande des navires au combat.

Fille de Skevo Pinotsis et du capitaine Stavrianos Pinotsis, Laskarina. Elle nait en prison à Constantinople, lors d’une visite de sa mère à son père incarcéré le 11 mai 1771.

Ce dernier était emprisonné pour avoir pris part à la Révolution d’Orloff en 1769-1770 contre l’occupation ottomane. Stavrianos Pinotsis décède peu de temps après et Laskarina vit quelques temps sur l’île d’Hydra avec sa mère, jusqu’au remariage de celle-ci. 

La guerre d’indépendance

Laskarina se marie une première fois à dix-sept ans, avec D. Yannouzas ; ils auront trois enfants.

Son mari meurt en 1797 et elle se remarie quatre ans plus tard avec D. Bouboulis, un homme fortuné. Il meurt  dans un affrontement avec des navires français en 1811, Laskarina hérite des possessions de son mari et fait construire quatre navires dont l’Agamemnon, un navire de guerre particulièrement grand.

En 1816, Bouboulis ayant combattu avec les Russes contre les Turcs, les Ottomans tentent de confisquer ses biens mais  elle trouve protection auprès de l’ambassadeur russe et de la mère du sultan ottoman.

Des rumeurs disent qu’à cette période, Laskarina aurait rejoint la  Philiki Etairia, une organisation Clandestine préparant la révolution contre l’occupation ottomane, mais rien ne permet de le prouver.

Elle poursuit la construction de ses navires de guerre et l’Agamemnon est achevé en 1820.

Laskarina organise alors ses troupes, emploie des hommes, achète matériel et armement pour les soldats sous son commandement ; elle y consacre toute sa fortune.

Le 13 mars 1821, douze jours avant le début officiel de la guerre d’indépendance, elle hisse le premier drapeau révolutionnaire sur son mât.

Le 3 avril, les habitants de Spetses se révoltent, avec les îles d’Hydra et de Psara, et Laskarina joint ses forces à la flotte de 300 navires.

A Nauplie, avec d’autres navires, elle maintient un blocus naval, au cours duquel son fils meurt au combat.

Considérée comme l’égale des autres généraux, elle prend part aux combats à Monemvasia, Pylos et assiste à la chute de Tripolis, le 11 septembre 1821, où elle rencontre le général grec   Theódoros Kolokotrónis ; les deux fiancent leurs enfants, Eleni Boubouli et Panos Kolokotronis.

En décembre 1822, elle s’installe à Nauplie, commandée par Panos, mais en est expulsée suite à diverses accusations.

Laskarina Bouboulina est tuée le 22 mai 1825, lors d’une vendetta familiale. Par la suite, l’Agamemnon, revendu à l’Etat grec, devient une des navires de la marine nationale.

Sur Spetses, sa demeure a été transformée en musée qui lui est consacré.

Alors, maintenant il me faut remercier notre Amie Evagélia ayant  eu connaissance de notre passage  à Monemvasia et à Pylos, ma simplement demandée si je connaissais l'histoire de Bouboulina.

Mais revenons un instant sur ce voilier. Agamemnon.

Le plus grand navire grec de la guerre d'indépendance contre les Turcs, bateau amiral de Bouboulina, L'Agamemnon est une corvette date de construction 1820. construit sur l'île de Spetses. À son bord elle a participé à plusieurs batailles décisives de la guerre d'indépendance grecque, dont les sièges de Monemvasia et de Pylos et l'approvisionnement des assiégés de Galaxidi.

Après sa mort elle a reçu le grade honorifique d'amiral par la Russie et est ainsi devenue la seule femme de l'histoire de la marine à porter ce titre. Le navire connu un triste sort, incendié en 1831 dans la base navale de Poros, pendant la guerre civile qui a suivie l'indépendance.

Impossible pour un Grec d'oublier cette histoire un billet de banque a été imprimé pour le souvenir.

 

En ce début de saison touristique la baie est déjà bien chargée d'embarcations . . . Elles, bien pacifiques.

 

Ce : 30 JUIN 2017. Une île , là, juste en face, encore une île.

                                                                                                                                                                                                                      Σπέτσες c'est l'ile de Bouboulina.

48 minutes, de navigation. 

Notre mouillage est devant la ville, « La ville est belle  ».

Des bouées délimitent une zone pour les baigniades et les petits et les anciens ici, se rafraichissent.      Nous, nous sommes juste devant.

Les températures sont trés fortes et nous même dés que le voilier a été sur ancre, nous avons profités de ces eaux cristallines et douces, douces par leurs températures. J'ai dû aujourd'hui battre tous mes records, Oh ! je suis bien resté ± 15' un record ! l'eau doit être autour des 25/27°.

Une île trés belle, mais, mais voilà:

Les rues sont trés animées et bien plus.

Les voitures qui y sont réglementées sont donc absentent,   sauf pour les services,  mais alors c'est les deux roues et autres quades beaucoup, beaucoup plus bruyants qui se chargent trés rapidement de nous faire tourner la tête par tant de bruit, il y a de belles petites rues et tous les bas des maisons sont ouverts pour des magasins, tout ici est pour le touriste. Le sol des rues est décoré par des pierres de couleurs, tu marches sur des dessins. Des oeuvres aux artistes ingnorés

La ville, elle est belle et elle respire l'argent, c'est un contraste ENORME avec les petits villages et communes visités.  De l'argent, beaucoup d'argent. Des trés gros navires se serrent dans des espaces restreints, ils se sont donnés rendez-vous pour vivrent entre eux.

Σπέτσες, ce n'est plus l'île de Bouboulina, mais bien celle de: l'argent.

Alors bien-sur!  Pourquoi pas? Il faut bien que l'argent circule et bien-sur aussi Bouboulina elle aussi avait beaucoup, beaucoup d'argent ne fit-elle pas construire avec son argent des navires pour combattre les ottomans !

Y-a-t-il, ainsi des terres qui magnétise l'argent, les fortunes ?

Alors, si tu aimes :

Les restaurants trés chics, le bruit des rues, les jolies Nanas en petits vêtements et talons hauts, la fête et  la musique toute la nuit, vients  vite ici .

Tu auras ton compte.

Bien-sur,  il en faut pour tous . . .

 Nous et bien, nous n'avons pas dormi de toute la nuit, Parce que des petits mais trés, trés nombreux bateaux taxi qui ne connaissent que deux vitesses rien ou à   fond, travaillaient pour transporter les   fêtards et nous étions sur une de leurs routes, ils passaient   à   quelques métres, moteurs vrombrissants  et bousculants au passage par les vagues, notre maison.  Il y a eu  seulement une trêve d'environ une heure vers  3    heure du matin.

Alors ce matin , nous sommes retourné dans la baie de     Πορτοχέλι. (  lire:  portokéli  )

Ces touristes,  ont-ils seulement remarqués que l'île manque d'eau ?

Le bateau transporteur, vient d'arriver il est fortement chargé, pendant la nuit il sera déchargé demain un autre sera là !

Mais la Gréce, c'est cela aussi !

Σήμερα ειναι: 3 Ioυλίου 2017,  και φυσαεί πολύ. Aujours'hui,   ça   souffle fort.

Tu devais te demander, pourquoi nous  restions si longtemps ici ?  

Ce matin, au petit jour, encore endormi le vent a commencé a   souffler. La météo marine depuis  5 jours annonçait ce coup de vent d'abord sur les côtes ouest du Péléponese et ensuite sur l'est.

Demain, cela devrait être encore plus fort.

Toutes embarcations  n'étant pas dans une enclave, une protection de la houle  est en danger et ou sera durement malmenée à  quelques  distances des côtes la météo annonce des hauteurs de vague de 2,7 métres sur l'est.

Mais, il y a un avantage les températures sont à la   baisses. Oh! trés légérement seulement à 8 heure plus de 30° à l'intèrieur du voilier.

 

Force du vent:    28 à 33 Knots   //     beaufort: 7    / /   Km/H: 50 à 61.

Certaines assurances,  ne garantissent plus la plaisance à partir de:    7 beaufort, sauf cas non prévisible.

Le contrast est fort avec hier aprés-midi ou nous avons éffectué un petit carénage  pour enlever des petites

algues qui avaient  colonisées la coque et tout cela comme dans une piscine et dans  des eaux calmes et chaudes.

Ce 27 juillet 2017. La météo du jour. C'est un avis de grand frais.

Glossaire de la météo marine:

avis grand frais, Non, nous parlons pas ici de fruits et légumes !

Tant que la  force du vent  n'excède pas le domaine des  brises , dont la plus puissante est le  vent frais   de  force  6, la navigation n'en court pas de dangers importants dans l'ensemble, même en cas de notables  rafales .

Un risque qualitativement plus sensible est déjà à craindre quand le  vent  tourne au grand frais, repéré dans l' échelle Beaufort  par des  vitesses moyennes  de force 7, qui vont de 28  noeuds  ou 50 km/h à 33 nœuds ou 61 km/h.  

La    prévision d'un grand frais en mer donne lieu à l' émission  d'un  avis de grand frais .

 

Pour nos Amis Terrien: décodage de cette MTO. 

Vitesse vent (nds) est donc donnée en nds pour comparaison en km/h: la plus basse 18nds =33 km/h.

la plus forte 43nds = 79km/h à 43nds la correspondance en beaufort  est la force: 9. sur une échelle de 12 .

9 c'est la tempête, mais ici ce n'est que des rafales.

A 15 heure en permanence le vent soufflera donc à: 31nds c'est-à-dire à: 57km/h.

Mais nous, qui sommes sur l'ancre ce n'est pas trop ces forces de vent qui nous préoccupent c'est plus les vagues : 1 métre au mouillage cela devient trés trés fatiguant alors avec 2 métres cela n'est plus   possible, c'est pourquoi que nous resterons ici tant que "Mademoiselle Mer" sera en colére.

Ici la mer  est fermée et ne forme pas de vagues significatives.

Ce : 7 juillet 2017. Il existe un pays au 1 500 îles. Mouillage à  Poros.   πορος

Pendant cette navigation d'environ 6 heures, nous ne pouvions pas nous empêcher de penser à toutes ces îles : grandes ou petites, habitées ou désertes, vierges de végétation ou boisées. Elles sont toutes belles, mystérieuses. Certaines ont des accès relativement facile de petites crics ou bien des plages, mais d'autres ont leurs falaises qui plongent dans la mer et juste en dessous les profondeurs elles, ellessont vertigineuses:   60/150 mètres là,  juste à quelques dizaine de mètres des roches.

6 heures donc de navigation, une navigation fatiguante une fois le premier cap passé, les vents et la houle étaient contre nous, beaucoup de manœuvre de voile sans vraiment de résultat, des rafales en vent à 24 knots ont finies par couvrire le pont et les hublots de sel, vaguelettes après vaguelettes le vent a pulvérisé une bruine qui a tout recouvert de ces petits cristaux étincelants.

Il y a les cartes bien-sur, les instructions nautiques  bien-sur et il y a l'imaginaire, c'est sur !

Mais , mais, c'est toujours, toujours,  une surprise  d'arriver ainsi  en des lieux unconnus.

Qu'en penses-tu ?

C'est beau non ?

Ces îles sont une bénédiction pour le navigateur, la mer reste relativement calme sous leurs vents, et elles offrent des abris de rêve. L'île de  πορος   qui fait face à la petite commune de Galatas est l'un des nombreux exemple. Nous avons mouillé notre ancre dans Ormos Neorion. Mais avec une vue de sattelite cela va mieux te parler.

Alors, nous découvrons encore et encore, chaque escale est une surprise. L'île de πορος est touristique, bien cela est certains et  l'imaginaire fonctionne, mais jamais nous ne pouvons apprécier tant en arrivant. La Gréce c'est cela aussi !

Panorama, vue de Shundo  au mouillage.

En soirée sur le   quai.

Maintenant, retournes toi et que vois-tu ?

C'est cela aussi la Gréce, mais s'il te plait regardes, bien les pavillons de ces barques.

Sont-elles Grécs ?

Non bien-sur !

Ils sont:  Anglais, Allemand, Autrichien, Italien,  Français, Hollandais etc . . .

πορος.    à  une superficie de : 33  km² et une circonférence de  42  km, elle compte (1995): 3500 habitants.   Le plus haut sommet de l'île centrale est le pic Vigla (358  m).

Les deux îles qui composent Poros sont montagneuses et verdoyantes. Les collines sont couvertes de pins (Pinus brutia). Dans les zones cultivées, on retrouve essentiellement des  oliviers  (Olea europaea L.). Les zones côtières sont généralement couvertes de  garrigue  avec des buissons épineux. On y retrouve en abondance le  chêne kermès  (Quercus coccifera L.), le pistachier  lentisque  (Pistacia lentiscus L.), le  genévrier de Phénicie  (Juniperus phoenicea L.).

Poros abrite un petit échantillon de la faune grecque. L'île est un lieu de passage pour les oiseaux migrateurs.

Parmi les animaux terrestres, on trouve notamment des tortues bordées (Testudo marginata), une espèce protégée.

 

 

 

Antiquité

Dans l'Antiquité, Poros portait le nom de Calaurie et était l'île de  Poséidon, le dieu de la mer.

Les vestiges d'un ancien temple dédié à  Poséidon  sont visibles au sommet de l'île (de Calauria).

Elle fut le centre d'une  amphictyonie  au  vii  siècle avant notre ère : la Ligue maritime de Calauria, regroupant des cités-État (Poros, Athènes, Prassiai, Egine, Epidaure, Hermione, Trézène, Nauplie et Orchomenos).


Après la dissolution de l'amphictyonie, le temple de  Poséidon a continué à être fréquenté. C'est dans ce temple que le célèbre orateur  Démosthène  s'est empoisonné en 322 avant notre ère.

 

 

Époque byzantine et époque ottomane

À l'époque  byzantine, Poros et d'autres îles ont été régulièrement attaquées par des pirates.

Durant l'occupation ottomane, Poros est restée indépendante et a aidé les îles voisines lorsqu'a débuté la guerre d'indépendance.

 

Époque moderne

Poros a participé à la guerre d'indépendance grecque et est devenu le premier arsenal du jeune État indépendant.

En 1828, c'est à Poros que se sont réunis les représentants des grandes puissances de l'époque (Angleterre, France et Russie) pour délimiter les frontières du jeune État grec.

L'île a été le théâtre d'un des principaux épisodes de la lutte pour le pouvoir après l'indépendance :

En août 1831, l'amiral  Andreas Miaoulis a   a   préféré faire sauter la flotte plutôt que de la laisser aux Russes qui soutenaient  Ioánnis Kapodístria.

Andreas Miaoulisa  .                                                                                                                          Ioánnis Kapodístria

                                    

 

Ce: 10 juillet 2017. Mouillage Ormos Marathonos sur l'ïle d'Egine.      Αίγινα.

Navigation calme et courte  environ 13 Mn juste un peu plus que 2 heures.

L'Île d'Egine en Grec  Αίγινα prononciation aigina.

La superficie d'Égine est comprise entre  82 et 83   km2.   L'île est située au centre du  golfe Saronique, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest d'Athènes.  Égine se trouve à l'extrémité nord-ouest de l'arc volcanique  sud-égéen, à un endroit où la croûte terrestre mesure moins de 20 km  d'épaisseur.    Elle a connu deux phases de volcanisme.

 Le plus haut sommet d'Égine, de forme conique, l'Oros culmine à:  531 m

Hormis le port d'Égine à l'ouest, celui de Souvala au nord et la petite baie d'Aghia Marina, l'île est presque totalement accore formée de falaises ne proposant pas de mouillage correct.   Nous, nous avons trouvé refuge dans la baie de Marathonos. 

Égine compte:   13  056 habitants   en 2011.

L'île d'Égine est l'un des principaux lieux de production de  pistaches  2  000 tonnes  par an qui font vivre près de 3  500 personnes. La culture de celle-ci est récente sur l'île, les premières plantations datent du début du vingtième siècle.

Mythologie.    les Myrmidons.

La nymphe Égine par:   Ferdinand Bol.

Dans la  mythologie grecque, l'île est le royaume d'Éaque. Elle se serait d'abord appelée Oinoné, avant de prendre le nom de la mère d'Éaque, la nymphe  Égine, fille du dieu-fleuve  Asopos, aimée de  Zeus.

Après avoir enlevé la nymphe Égine, Zeus la cacha sur l'île saronique d'Oinoné. Sisyphe, le roi de  Corinthe, révéla à Asopos qui cherchait sa fille où elle se trouvait. Zeus foudroya alors Asopos et l'obligea à ne plus jamais quitter son lit.

Sur l'île, la nymphe donna naissance à Éaque qui renomma l'île en l'honneur de sa mère.  Hérase vengea alors de l'infidélité de son époux en punissant les habitants de l'île. Elle y envoya des serpents qui l'infestèrent très rapidement. L'île subit aussi une vague de chaleur et d'obscurité.

La sécheresse fut telle qu'Éaque en appela à son père.

Zeus accepta de rendre sa fertilité et sa fécondité à l'île, ainsi que de la délivrer des serpents. Il transforma les fourmis qui se trouvaient sur un olivier en autant d'hommes. Ainsi sont expliqués le surnom et la réputation des habitants d'Égine : les Myrmidons ( de myrmix, « fourmi » ) et leur grande capacité de travail.

 

De la petite cric ou nous étions nous, nous sommes déplacés pour être plus proche de la ville.

Cette baie à quelques dizaines de mètre du port n'est pas particulièrement bien protégée et nous y subissons les brises thermiques qui se lèvent dés le début de l’après-midi, c'est un peu remuant sans être intenable.

Pendant la nuit cela se calme beaucoup et au matin, c'est les nombreux bateaux de transports de marchandise ou de passager qui nous donnent ce mouvement permanent de balançoire.

Le port lui est plein. Beaucoup de petites barques de pêcheurs mais aussi quelques autres plus grosses et grandes de plaisance. Un panneau précise qu'il faut obtenir une autorisation avant de renter.

La ville est grande le style de construction est identique a celui que nous avons découvert dans le Péloponnèse c'est-à-dire avec un toit en tuile rouge bordé avec des petites figurines, mais ce style sur l'île est moins rigoureusement respecté. Domine en arrivant deux grosses églises qui se distinguent avec leurs dômes ronds.

A pied en longeant le rivage et après être passé devant les quais du port et les marchandes de fruits et légumes qui ont pour magasins leurs bateaux, se découvre une belle petite plage ou des 9 heures grands et petits viennent se rafraîchir.

Les eaux y sont particulièrement claires le fond est de sable et autour des fragments de mur brisent les quelques vagues. C'est le port antique de  Αίγινα    juste au-dessus des ruines d'une cité témoignent qu'ici, il a des siècles bien avant nous  déjà des hommes appréciaient le charme de ce pays.

Un petit musée présente quelques piéces découvertes lors des fouilles.

Les temps non pas changés, les femmes font toujours les "coquettes".

 

Ce : 13 juillet 2017. Pas facile de faire suivant nos désirs  !

Η Σαλαμίνα.

Nous devrions être actuellement dans une petite Fiat rouge et parcourir les routes de l'île Aiginia et ainsi découvrir ce site archéologique, celui là même, qui fait partie du triangle des plus beaux temples de la région.

Alors, oui Je peux te nommer le Parthénon à Athènes, celui du cap Sounion et le temple au nord de l’île Aiginia.

Et bien non, de non, en regardant la MTO hier au soir Chantal me fait remarquer un avis « de vent frais » un coup de Melten (le Melten est un vent notamment fort venant du N/NE)    et il est annoncé pour le 14/7.

Ami terrien tu sais maintenant que cela concerne des vents un peu forts.

Alors la décision est immédiate, il faut partir demain matin.

Ou  ?

Et bien pas de fiat et pas de visite et M ….. !

Le meilleur abris me semble la baie et ou le port de l'île de Salamis.

Ami terrien je  te montre une carte maritime.

Les vents annoncés viendront du N - NE donc approximativement dans le sens de la baie.

Nous sommes a quelques métres de la digue du port.

Oh! mais zut, je vais te faire une photo.

Pardon Ami navigateur, mais toi, tu as déjà deviné.

Alors nous voilà ici et   je fais un pari, la pari  de la bonne protection de la baie et ne risque pas quelques monnaie dans le port qui lui va me demander un peu ou plus d' : «  », cette monnaie sera mieux investie, dans les commerces locaux.

L'ancre est mouillée devant le quai ouest et . . . Nous attendons   !

L'île de Salamine.  Η Σαλαμίνα - prononciation:  I Salamína 

L'île ferme la baie d'Éleusis  dans le  golfe Saronique, regardes la premiére carte maritime juste au-dessus.  Elle est la plus grande île du golfe. Elle compte: 28  423 habitants  pour  95  km2.  Elle se situe à environ 1 mile nautique (2 km) au large du  Pirée  et à environ 16 kilomètres (10 miles) à l'ouest d'Athènes .   Sur la côté Est de l'île se trouve le port principal, Paloukia.

L'île devient connue internationalement par la  bataille  qui s'y déroule en 480 av. J.- C. entre la flotte  grecque  et celle de l'Empire perse.   Les grecs emportent la victoire et mettent fin, définitivement, aux plans d'expansion des Perses en Europe. 

Η Σαλαμίνα. La ville.

Je voudrais revenir quelques instants sur la ville, le centre.  

je  n'aime vraiment pas dire cela mais . . .

Elle est extrèmement ordinaire et moderne et encore une fois les architectes et autres urbanistes, ici ont fait fort, fort mauvais. Le port lui, n'a pas vraiment été pensé pour accueillir des touristes la partie réservé est sur la droite en rentrant et là, tu seras loin de tout enfermé, c'est triste, il faut être bon marcheur pour rejoindre des grandes surfaces  qui elles sont copieusement achallandées. Cette ville est comme nos villes de périphérie   en France et notamment en région Parisienne et ce n'est que quand le soleil est couché,   qu'elle semble un peu moins laide, alors à la fraicheur relative de la nuit,  elle s'anime un peu.

Pour mettre de la bonne humeur,   une petite devinette.

- Elle s'invite souvent à   mon apéritif préféré le:  Ouzo et encore plus souvent quand, des Amis sont avec nous, Qui suis-je ?

Allez,  cherches un peu  !

Attention les personnes Grecs sont exclus cela est trop facile pour eux.

Je te donne un indice: en photo.

Les  Français et toute l' Europe l'aime bien, pour mieux la conserver, ils les placent dans de petits sachets en plastique et sous vide.

Deuxiéme indice en photo:

Et bien moi, je vais t'avouer, je n'avais jamais vu ce petit fruit alors que j'en déguste régulièrement, c'est......................................... la pistache.

 C'est, sur  L'île d'Égine  que j'ai été intrigué par ces cultures est l'un des principaux lieux de production de  pistaches avec:  2  000 tonnes  par an et elle fait  vivre près de 3  500 personnes.

Alors maintenant comme moi surement, tu regarderas maintenant  la provenance sur le paquet, c'est du soleil et du rêve sous vide.

Ce: 15 juillet 2017. A la recherche d'un peu plus de quiétude.

A, 6,1 MN de notre mouillage précédent, ( devant le port ) nous trouvons une plage ou le seul voilier est le notre.

Dessous, il y a 3 mètres d'eau, c'est du sable blanc avec quelques très rares pousses de posidonie. Il n'y a plus de bruit de voiture et de ces motos montant les tours pour faire rugir leurs engins.

Ici, il semble que quelques habitants d’Athènes possèdent une petite maison et ainsi profitent du calme et aussi respirer un air plus frais que celui de la capital et cela pendant une fin de semaine.

Des Parasols sur la plage, sur l'eau des chapeaux semblent flotter, c'est en fait des groupes de personnes hommes ou femmes qui discutent debout dans l'eau, l'eau aux épaules. Cela donne l'impression qu'ainsi ils passent leurs journées, l'air est chaud et c'est bien la meilleur solution pour passer la pointe des heures chaudes.

La météo annonce encore des vents forts pour les jours qui arrivent, c'est le Melten ce vent qui peut être fort à très fort. Les fonds de sable devrait faire tenir l'ancre et si d'aventure le mouillage principale ne devait suffire nous pourrions mouiller la deuxième ancre.

En cette d’après-midi des gros nuages blancs sont sur les reliefs, premier indice d'un changement de condition.

Alors; Ami navigateur, si tu devais rencontrer pareil situation l’abri pour ces vents (Melten) semble ici convenir, 2 petits magasins d'alimentation et un beaucoup plus important sont présents avec l'utile.

Pour les eaux, elles sont extrêmements claires et elles m'invitent à mon tour à un rafraîchissement.

Tiens ! un autre chapeau rouge est arrivé et a rejoind  les trois blancs sur l'eau.

Ce : 21 Juillet 2017. Le canal de Corinthe. Διώρυγα της Κορίνθου.

Le mauvais temps, c'est-à-dire pour nous du vent suffisamment fort pour lever une mer nous rendant les mouillages fatigants, le vent semble se fatigué à son tour de nous rendre la vie  dur.

Alors, nous partons pour quitter Ormos Saronikos  (baie de Saronique) pour rentrer dans Ormos Korinthou    (baie de Corinthe).

Le canal de Corinthe.

C'est une  voie d'eau artificielle  creusée à travers l'isthme de Corinthe, pour relier donc le  golfe de Corinthe, dans la  mer Ionienne, à l'ouest, au  golfe Saronique, dans la  mer Égée, à l'est. Le canal de Corinthe fait donc du  Péloponnèse  une  île, puisqu'il perce de part en part l'isthme  reliant cette  péninsule  au reste du territoire grec.

Son Histoire.

Dès le  VII   siècle  av . J-C, les  Bacchiades   de   Corinthe   avaient relié le  golfe Saronique   au   golfe de Corinthe   par un chemin de bois pour le roulage des navires.

Au  VI   siècle  av.  J-C, on roulait les bateaux grâce à une voie dallée munie d'ornières de guidage pour les  bers  (berceaux) portant les navires.

 

Ces bers étaient tirés par des cordages entraînés par des contrepoids ou avec des petis bras musclés.

Ce système appelé  diolkos  δίολκος   est parfois considéré comme le premier  transport guidé  connu.

 

La première tentative de construction d'un canal à cet endroit est attribuée à  Néron  en  67, IL inaugura les travaux avec une pelle en or.

 

Elle mobilise:    6 000 prisonniers  juifs  envoyés par Vespasien. L'année suivante, à la mort de  Néron, son successeur  Galba  abandonne le projet, jugé trop onéreux.

En 1829, Pierre Théodore Virlet d'Aoust, membre de la Commission de Morée, dresse un projet de canal présenté au gouvernement grec dirigé par Ioánnis Kapodístrias  après l'indépendance de la Grèce. Ce projet est estimé à  40 millions  de  francs-or.

En novembre 1869, l'ouverture du canal de Suez  amène le gouvernement grec à faire voter une loi sur l'ouverture de l'isthme de Corinthe. Le gouvernement grec désigne les entrepreneurs français E. Piat et M. Chollet pour en faire la réalisation mais elle reste à l'état de projet.

Le général d'origine hongroise, naturalisé italien,  István Türr r rencontre en  1880  le gouverneur de la  Banque nationale de Grèce  pour étudier la possibilité de réaliser le canal dans le cadre de la loi de concession de 1869. Il fait étudier le projet par l'ingénieur  Béla Gerster    en partant du projet de celui de Virlet d'Aoust.

En  1881, le gouvernement grec confie le projet à Türr   et lui signe un accord de concession de  99  ans.

Une compagnie française, la Société internationale du canal maritime de Corinthe, est fondée en  1882  par Istvan Türr et le banquier français  Jacques de Reinach  avec un capital qui est fixé à  30 millions  de francs-or.

Les travaux, commencés le 29 mars 1882, sont officiellement lancés le 23 avril en présence du roi de Grèce  Georges Ier.

Ils se révèlent beaucoup plus difficiles que prévu, compte tenu d'études géologiques incomplètes et du coût supplémentaire des équipements.

Les travaux devaient durer cinq ans, mais les difficultés vont faire douter les investisseurs de la solvabilité de l'opération financière. La société n'arrive plus à lever des fonds à la  Bourse de Paris  à la suite de la faillite de la Compagnie chargée du  canal de Panama, le 4 février 1889.

La société est en banqueroute en juillet 1889.

Les travaux s'arrêtent alors que  8  200  000  m3  ont été terrassés et qu'il en reste plus que   2  600  000  m3.

Andréas Syngrós  constitue une nouvelle société grecque qui reprend la construction en 1890. Les travaux continuent à être dirigés par Béla Gerster.

 

 

L'inauguration solennelle a lieu le 25 juillet 1893  en présence du roi Georges Ier. La mise en circulation a lieu en  janvier 1894 et le premier bateau à traverser le canal est un navire français de 110 m  de long et  13 m  de large, le  Notre Dame du Salut.

 

Le canal en chiffres

Le canal mesure:  6  343  m de longueur et:  24,60  m  de largeur.

La tranchée atteint une hauteur maximale de 52 m  pour une  profondeur de:  8 mètres. Il permet aux  navires  de moins de  8 mètres  de  tirant d'eau  d'éviter un long détour de: 400  km  autour de la péninsule du  Péloponnèse.

Il est donc principalement utilisé aujourd'hui par des navires de  tourisme,  plaisanciers  et petits paquebots de croisière. Environ: 11  000 navires  empruntent cette voie chaque année.

 

Ponts submersibles

Depuis 1988, deux ponts submersibles permettent aux véhicules terrestes de franchir le canal à chacune de ses extrémités, à l'ouest le pont de Poseidonia (37° 57′ 00″ N, 22° 57′ 45″ E), à l'est, le pont d'Isthmia (37° 55′ 06″ N, 23° 00′ 25″ E).

Mais l'essentiel du trafic routier est supporté par des ponts conventionnels et notamment un pont autoroutier. Le canal est également franchi par deux passerelles ferroviaires.

 

 

 

 

 

Nos photos maintenant:

La tour de contrôle sur la gauche, le quai en dessous c'est la zone noire, à   droite  un chantier naval.

l'entrée OUEST du canal après le paiement.

A   gauche à droite les deux zones hachurées jaunes et noires,

c'est le pont pour le passage des véhicules terrestres, lui, il descend au fond pour laisser les passages des embarcations. 

Nos voiliers sont bien petits en dessous de ces murailles.

A, la sortie EST , il y a aussi un petit pont qui lui aussi descend sous les eaux.

Les paiements se font uniquement à l'entrée OUEST.

Et, maintenant des photos et des sons une ambiance.

Corinthe , la ville, les premiéres impressions en image.

Quelques pas à terre et encore une fois, c'est totalement différent.

La ville est trés grande, propre avec beaucoup, beaucoup de magasin, avec de grandes artères qui elles sont offertes aux piétons.

Je me retourne et voici le port.

Minuscule, peut-être 10 voiliers y trouveront une place.

Shundo le voilier Jaune, est lui au fond de la photo vers la droite à l'entrée en bout de la jetée.

Un port minuscule et avec des prix trés, trés, trés petits, quand cela n'est pas gratuit !

Impossible de ne pas voir en débarquant la grande statue au milieu de la place.

C'est, bien-sur:   le cheval Pégase

 Πήγασος   est un   cheval ailé   divin, l'une des   créatures fantastiques   les plus célèbres de la   mythologie grecque.

Généralement  représenté en blanc, ayant pour père   Poséidon, Pégase naît avec son frère  Chrysaor  du sang de la  Gorgone Méduse, lorsqu'elle est décapitée par le héros   Persée. D'après les poètes gréco-romains, il monte au ciel après sa naissance et se met au service de  Zeus, qui le charge d'apporter les éclairs et le tonnerre sur l’Olympe.

L'Olympe    c'est les montagnes au nord d Athenes là ou les dieux résident.

Ami des  Muses, Pégase crée la  source  Hippocrène   qu'il fait jaillir d'un coup de sabot.

Capturé par   Bellérophon   près de la fontaine de  Pirène, grâce à l'aide de la déesse   Athéna  et de Poséidon, Pégase permet à ce héros grec de le monter afin de vaincre la  Chimère, et réalise avec son cavalier beaucoup d'autres exploits. 

Ce : 25 juillet 2017. La citée antique de Corinthe.

Au pied d'une montagne à environ 8 km du port et de la ville moderne, les ruines de la citée antique de Corinthe nous donne une leçon d'histoire.   Il faut remarquer encore une fois l'importance de l'eau, abriter 90 000 habitants   ne peut pas se faire sans l'eau.

Il n'y a pas de vie sans eau   !

Alors bien-sur, la plaine en contre-bas de cette montagne recueille l'eau venant des hauteurs.

Juste en dessous de la rôche, sur la gauche de la photo,

il y a des zones vertes et des arbres, l'eau en dessous n'est pas loin, ni profonde.

Corinthe est l'une des rares grandes cités grecques de l'antiquité à n'avoir jamais développé de politique impérialiste.   Elle cherche surtout à s'enrichir par le commerce et défend sa liberté face aux intentions hégémoniques des autres cités grecques, puis contre les velléités macédoniennes,  achéennes  et enfin romaines.

Après sa destruction   par la   République romaine  en -146, la cité ressuscite sous l'Empire romain   et prospère grâce à la colonisation et à la  Pax romana avant d'être à nouveau éclipsée à la fin de l'antiquité tardive.

La Corinthe antique était une des villes les plus grandes et les plus importantes de la Grèce, avec une population de 90  000 âmes vers 400  av.  J.-C. 

Lors de la refondation en  44 av. J.-C. les   Romains construisent une nouvelle ville sur l'ancienne et en ont font la capitale de la  province de la Grèce  dans les décennies suivantes.

Voilà une introduction pour nous situer dans le temps, c'est donc les Romains qui ici vont construire cette très grande ville et les vestiges ont environ bien plus de 2 100 ans. Que restera de nos villes de béton dans : 2 000 ans  ?

Symphatique et   excessivement instructive   comme visite non ?

Alors, maintenant nous allons au musée, tu vois, il est là, juste  devant toi.

Tu viens ?

Il commence à faire chaud, lui, il  est climatisé.

Sur les poteries, l'histoire et les comtes se lisent. 

La ville devait être trés trés belle et l'art de l'époque est d'une finesse extraordinaire.

figurines de quelques milimètres de haut.

- Pourquoi nos villes contempraines sont-elles si laides aujourd'hui  ?

- Serions-nous, moins  cultivés ?

Mais, comment peux-tu   y aller ?

Nous, nous avons pris un taxi, le prix est de:  10€  aller, pour le retour c'est également : 10€ .   Plus ou moins  20 minutes par des petites routes .

La location de voiture est généralement entre:  25 & 40plus le carburant .

Il y a aussi le bus, mais cela est  plus délicat de trouver le départ et le bon bus.

Sur place, là-haut, il y a aussi des taxi. La course est toujours à:  10€.

Il te restera à   débourser:  8€  par personne pour l'entrée du site incluant le musée.

Tu peux présenter ces deux mots au chauffeur : " ΑΡΧΑΙΑ ΚΟΡΙΝΦΟΣ ".  Et, ainsi   il comprendra que tu souhaites te rendre à l'ancienne Corinthe. Voilà bonne visite.

Ce : 29 juillet 2017. Aspra spitia, Andikira un quai devant un petit village. Ασπρα  σπιτια, Les blanches maisons.   Αντικυρα

Un quai, presque uniquement  pour nous, avec de l'eau, une borne électrique, des eaux limpides, beaucoup de minuscules poissons tout comme des nuages ondulants, des rires d'enfants qui sautent dans l'eau, des maisons avec des arbres autour, des montagnes nous entourent, le chant des cigales, des eaux calmes, c'est formidable.

Environ:     5 heures pour venir ici.

Tu remarqueras, que nous cherchons maintenant des abris des vents d'Ouest à Nord/Ouest.

Nous venons de quitter les rives du Péléponése, pour le continent. Nous resterons donc sur les côtes nord, maintenant.

Accompagnés par de jeunes dauphins vifs et joueurs.

C'est là-bas, au fond derriére à   gauche , tout au fond  Ασπρα  σπιτια.  

Ασπρα  σπιτια, Les blanches maisons.   Αντικυρα  est un abris: 100%  tout autour que la terre.

En rentrant dans ce golfe sur la droite est implantée une usine, des gros navires stationnent devant.

Après une discussion avec l'un des capitaines de remorqueur, ( un petit remorqueur stationne derrière notre voilier )  nous apprenons que ces installations traite du minerai de bauxite.

Alors,   j'ai voulu en connaître un peu plus. J'ai retrouvé sur « la toile » quelques articles qui datent de: 2006 et 2012.

Au départ, en 1966, c’est le français Pechiney  vient y exploiter la bauxite nécessaire à la production d’aluminium. Puis, il y a dix ans, l’entreprise grecque Mytilineos rachète l’affaire.

Mais, qu'est-ce que c'est la Bauxite  ?

La bauxite est une roche latéritique blanche, rouge ou grise, caractérisée par sa forte teneur en alumine Al2O3 et en oxydes de fer. Cette roche constitue le principal minerai permettant la production d'aluminium.

Elle se forme par altération continentale en climat chaud et humide. De structure variée, elle contient dans des proportions variables des hydrates d'alumine, de la kaolinite, de la silice et des oxydes de fer qui lui confèrent souvent une coloration rouge.

La bauxite a été découverte par le chimiste Pierre Berthier en 1821 sur la commune des  Baux-de-Provence  (Bouches-du-Rhône), en cherchant du minerai de fer pour le compte d'industriels lyonnais.

Il lui donna le nom de « terre d'alumine des Baux ». Le nom fut transformé en « beauxite » par  Armand Dufrénoy    en 1847 . Le premier site industriel producteur d'aluminium au monde utilise la bauxite qui est amenée à  Salindres  dans le  Gard, dès 1860.

Gisements  de bauxite en 2006 dans le monde.

Les montagnes autour.

Les montagnes environnantes nous semblaient inaccessibles, bien trop hautes et avec des rochers ne permettant pas l’accès et bien, non  et non !

En faite, dès qu'il y a des oliviers, il existe des chemins d’accès qui sont des petites routes en terre, elles sont empruntées que par des véhicules robustes bien-sur et cela afin d'entretenir ces arbres, chemin escarpés dans un paysage sauvage menant à des cultures dans une nature de rocaille ou des petits murets retiennent le peu de terre disponible.

Ici, il est facile pourtant d'imaginer que bien avant Rome ces bâtisseurs de belles de très belles citées, des peuples avaient trouvés cette nature bien accueillante et qu'ici en Grèce des civilisations ont connus une terre favorable à leurs évolutions. Ports parfaits et naturels leurs permettant de ce déplacer et de faire des échanges, plaines riches et irriguées d'eau pur venant des montagnes environnantes. La Grèce est une  terre riche et ou aujourd'hui encore nous y découvrons dans ses sols des minéraux rares.

Un peu plus haut encore,  le paysage prend une dimension vraiment grandiose.

En soirée alors que le soleil est passé derrière la montagne et que l'ombre est là.

Un peu plus haut encore et encore, c'est la roche.

Ce: 31 juillet, ça souffle fort !

 

Ce : 3 août 2017. Itéa (Itεα) port.

3h 30 de navigation bien calme pour venir jusqu'ici, mais pour obtenir cela nous avons attendu: 2 jours afin que les vents violents aillent voir d'autres contrées. l’anémomètre hier est monté jusqu’à 36 Kts (environ 66 km/h) restant pendant plusieurs heures entre 25 et 30 Kts.

Attention la météo locale n'annonce pas vraiment la, les situations localement.

En prenant les vents sur la mer Égée, au niveau d'Egine par exemple il est possible d'évaluer quand les vents dépassent 20/25 Kts que par un effet de dépression, succion d'autres vents vont se créer dans le golfe de Corinthe. Les caps et les reliefs jouent également leurs rôles en canalisant ces vents donc:   attention !

Une information avec « fichier grip » des zones concernées est alors nécessaire, exemple: dans le golfe de Corinthe la MTO annonce: 12/15 Knots résultats: 30Knots. mais,  effectivement  en Egée il y avait bien les: 30 Knots.

Ιτεα est une ville moderne et relativement importante. En arrivant par mer et de l'Est la terre rouge sur la périphérie gauche de la ville a attiré nos regards. C'est la bauxite bien-sur. Elle va alimenter l'usine d'aluminium décrite de :   l’entreprise grecque Mytilineos.

Mais ce qui nous a fait venir ici, c'est  le site archéologique de Delphe.

Les tickets pour le car sont achetés : 8€ aller retour à deux. Demain matin nous allons nous lever de bonne heure, nous prenons le premier car qui est à : 7h 15, le suivant est a 10h 30, trop tard pour nous dans la matinée.

En introduction à la visite nous recherchons quelques informations :

Delphes Δελφοί.

Delphes fut du   IV   au   VI siècle  av. J.-C. le véritable centre et le symbole de l'unité du monde  grec.

Le nom de Delphes vient du mot « dauphin » (δελφίς)

Les traces les plus anciennes d'une occupation humaine dans la région de Delphes (dans une grotte du plateau du  Parnasse) remontent au  néolithique.  Sur le site du sanctuaire, un village modeste vers     1400 av. J.-C. a été reconnu : ce site, nommé Pythô Πυθώ, est abandonné entre  1100 av. J.-C.  e t 800 av. J.-C. 

Le sanctuaire se développe probablement à partir de cette date, avec l’apparition d’un premier autel  et d'un premier  temple, que la tradition delphique et la tradition   antique  placent sur une pente où se serait trouvée une fissure naturelle exhalant des  vapeurs, ne pas oublier qu'ici la croûte terrestre est l'une des plus faible, fine    22 km environ, les tremblements de terre y sont fréquents, alors que la terre rejette des gaz rien d'étonnant à cela.

C'est surtout entre le milieu du  VIII  siècle  av. J.-C. et le milieu du  VII  siècle av. J.-C., qu'Apollon Pythien gagne une notoriété importante.

On attribue la destruction du temple au tremblement de terre de  373 av. J.-C, mais la catastrophe, provoquée par un glissement de terrain, fut assez limitée.

Perdant son importance politique et surtout son autonomie à partir du  IV siècle  av. J.-C, le site entame un long déclin, marqué par les troubles politiques qui agitent la   Grèce.

Le III  siècle  av. J.- c'est celui de la main mise de la  Confédération étolienne, dont les troupes repoussent près de Delphes les envahisseurs  Galates  en 279 av. J.-C.

Après la conquête de la Grèce par  Rome  peu d'édifices importants sont construits, si ce n'est le stade refait par  Hérode   Atticus.

En  392, l'interdiction des cultes  païens  dans l'empire romain  marque la fin officielle du culte d'Apollon Pythien.

Une ville chrétienne s'installe alors dans le sanctuaire (églises, villas importantes), puis disparaît.

Le site est provisoirement abandonné et les ruines sont progressivement recouvertes.

Apollon   lui-même aurait fondé le sanctuaire de Delphes après avoir construit le temple de   Délos.

Le temple était alors gardé par un serpent nommé « Python », fils de  Gaïa et gardien d'un  oracle  consacré à  Gaïa.

Apollon, désireux d'établir un oracle pour guider les hommes, tua Python avec son  arc  et s'appropria l'oracle.

Selon une autre tradition, que suit  Eschyle  et dont la musique a été gravée sur un mur du Trésor des Athéniens à Delphes, l'oracle a d'abord été celui de la Terre, puis celui de divinités féminines successives pour être enfin transmis à Apollon.

Le sanctuaire de Delphes, en effet, est « oraculaire » : la parole du dieu y est transmise aux hommes par l'intermédiaire de la  Pythie, dont la tradition antique fait une jeune vierge inculte, installée sur un  trépied sacrificiel  placé dans une fosse oraculaire, l'adyton, juste au-dessus d'une fissure d'où les Anciens pensaient qu'émanaient des vapeurs toxiques; la Pythie tient une branche de laurier, l'arbre du dieu Apollon, et une  phiale, récipient plat dépourvu d'anses, servant aux  libations.

La consultation de l'oracle était au départ annuelle : jour de la fête d'Apollon. Elle se fit ensuite le sept de chaque mois durant la période de neuf mois où Apollon était censé occuper le site, ce jour fut nommé  polyphthoos πολύφθοος, « jour où l'on offre de multiples gâteaux sacrés ».

Des rites précédaient la consultation: ils étaient accomplis en fonction de la prophétesse et requéraient la présence de deux   prêtres.

L'un de ces derniers assistait la Pythie, notamment en traduisant ses paroles afin que l’oracle rendu soit compréhensible. Les réponses du dieu étaient transmises en prose, et en vers.   Dans le détail, on ignore si la Pythie était visible, aucun témoignage digne de confiance n'étant explicite sur la question. La tradition la plus courante rapporte cependant que la Pythie aurait été cachée par un voile et que le consultant ne pouvait la voir.

L'historiographie moderne a cherché, à la suite de la tradition antique probablement d'origine delphique, à expliquer les transes et les paroles incompréhensibles prêtées à la Pythie lors des séances de l'oracle.   L'explication qui en a longtemps été donnée était l'inhalation par la prophétesse de vapeurs s'échappant des entrailles de la terre.

Il est certain que le déroulement même de l'oracle dut subir des changements notables au fil du temps. Parmi les témoins les plus proches,  Plutarque, qui a été prêtre d'Apollon à Delphes, a transmis de nombreuses considérations sur le culte: il relate qu'à son époque une unique Pythie ne recevait plus qu'une fois par mois alors que trois prophétesses devaient se relayer dans le passé.

Dans un autre sanctuaire d’Apollon, l'oracle se passait mentalement, celui qui venait consulter l'oracle conversait seul avec le dieu et recevait les réponses à ses questions directement dans son esprit (ce qui autorisait une plus libre interprétation).

Il n’y avait pas d’oracle en l'absence d'Apollon, et de nombreux fidèles attendaient son retour. Dès lors, la « promantie » (ordre de passage déterminé par les prêtres) fut instaurée.  Des cadeaux étaient faits à la divinité, puis les prêtres jetaient des gouttes d’eau sur une  chèvre  qui, si elle ne tremblait pas, faisait perdre son tour au  pèlerin.

Ce dernier, en cas d'acceptation, entrait dans l'adyton où il pouvait poser sa question, celle-ci entraînait une réponse de la Pythie ou non, selon la volonté du dieu.

À l'époque chrétienne, la figure de la Pythie  fut associée à celle d'une femme possédée par le démon, ce dernier entrait dans le corps de la prophétesse depuis les profondeurs de la terre.

Delphes était, selon la mythologie grecque, le centre du monde.

Aussi, l'« omphalos » (ὀμφαλός, littéralement le « nombril ») y était-il représenté par une  pierre  de forme  conique, directement placée dans l’adyton  du temple, entourée d'un réseau enchevêtré, peut-être des bandelettes ou des fils de laine formant un filet, et surmontée de deux  aigles  en  or.

Dans la mythologie grecque, en effet,  Zeus  avait fait partir deux aigles, chacun d’un côté du disque terrestre et ces oiseaux de proie s'étaient rencontrés au centre du monde.

Pendant les mois d'hiver, Apollon était réputé quitter le sanctuaire de Delphes pour aller se purifier en Hyperborée. Il était alors remplacé à Delphes par  Dionysos.

Le statut, son rôle changea peu à peu en raison de son rapport avec l'Apollon Pythien, il était inférieur au dieu solaire, mais grâce à son rôle d'opposé, il devint progressivement indissociable de la divinité apollinienne; ainsi, le culte de Dionysos profita probablement de la renommée de Delphes dans l'ensemble du monde grec.

Dans un sanctuaire, l’élément le plus important pour le culte est l'autel (bômos) sur lequel on procède aux  sacrifices.  Le  temple  abrite la statue de la divinité, ainsi le dieu est réputé l'habiter, au moins par moments.

À Delphes, le temple d'Apollon revêt une importance particulière, puisqu'il abrite l'oracle. Il est construit, selon la tradition, sur une faille  volcanique  qui plonge dans les entrailles de la terre et met les hommes en communication avec le dieu Apollon, par l'intermédiaire de la Pythie.

Le stade, l'hippodrome et le gymnase sont des annexes du sanctuaire, ils sont les lieux où se déroulent les célébrations panhelléniques dédiées au dieu, selon un calendrier religieux très précis, ces compétitions de gymnastique, de lutte ou de chant correspondent aux  jeux olympiques. 

Pour ce qui est de l'organisation de ces fêtes et, plus généralement, de l'administration du sanctuaire panhellénique, les Grecs sont regroupés une association de cités, de peuples autour du sanctuaire.

Celle de Delphes regroupe, à partir de 590 av. J.-C., une douzaine de cités.  Autour du sanctuaire se trouve la ville de Delphes, qui vivait principalement grâce aux visiteurs du sanctuaire, à partir du VI siècle av. J.-C.

Pausanias   mentionne que six temples dédiés au dieu Apollon se succédèrent au cours du temps, le premier d'entre eux put être une hutte de laurier.

L'archéologie en ignore tout, comme des deux temples suivants construits eux par des abeilles du Parnasse avec de la cire et des plumes d'oiseau, pour le second et par    Héphaïstos, en bronze pour le troisième.

Le quatrième temple dont la structure était en  stuc, fut construit par   Trophonios  et  Agamède  et détruit lors d'un incendie en  538 av. J.-C.

Les cinquième et sixième temples, de plan similaire, sont les mieux connus, du premier d'entre eux subsistent des fragments de la sculpture trouvés dans une fosse et de nombreux blocs d'architecture réemployés dans les soubassements du sixième temple.

C'est ce dernier temple, daté du  IV siècle av. J.-C, qui subsiste aujourd’hui.   

Il est rectangulaire, de forme allongée, et mesure 23,82 mètres sur 60,32 mètres de côté, soit six colonnes doriques à l'avant et à l'arrière et quinze colonnes doriques sur chaque côté.

Son architecte est Spintharos de Corinthe  qui se contenta dans une large mesure de rebâtir l'édifice précédent.  L'autel sur lequel étaient pratiqués les sacrifices, était situé devant le temple.  Le socle a fait l'objet de restaurations. Hérodote signale qu'il a été offert par les habitants de Chios, ce que confirme l'inscription gravée sur son socle.

Le site du sanctuaire dénombre d'autres monuments, qui ont fait considérablement évoluer son aspect entre la période archaïque et l'époque hellénistique, la plupart d'entre eux avaient un caractère votif ou commémoratif.

C'est-à-dire que pour une bataille une victoire sur un ennemie la ville, l'état offrait a Delphes un cadeau, qui devenait : « un trésor ».

Le mot trésor regroupe là donc,   des offrandes qui pouvait être d'une valeur du dixième de la valeur de la conquête.

En revanche l'époque romaine se caractérise par un certain abandon, et même un pillage organisé comme sous l'empereur Néron.

Comme l’occupation du site fut extrêmement longue, les nombreux monuments révélés par les fouilles ne furent pas toujours présents en même temps.  Dans l'espace sacré appelé « Aire », devant le grand mur polygonal, les archéologues français ont retrouvé deux fosses  dans lesquelles avaient été enfouis de nombreux objets endommagés vraisemblablement lors d'un incendie. Parmi ces objets, restaurés et exposés au musée archéologique de Delphes, un grand taureau en argent, de nombreuses représentations miniatures en ivoire provenant d'un décor de mobilier, des statues de dieu ou déesse chrysélephantines (or et ivoire)

On retrouve aussi de nombreuses offrandes de trépieds en bronze, la Pythie était assise sur un trépied.

Voilà, maintenant quelques photos pour te faire découvrir cela. Cela est dans un décor grandiose celui des montagnes hautes, il faut comprendre qu'il y a un peu plus loin une station pour faire du ski, si, si !

Les eaux claires ici sortent de la terre, remarquons encore une fois que Delphes, comme la cité antique de Corinthos sont toutes deux adossées à des montagnes, il n'y a pas de vie sans l'eau.

C'est donc dans les montagnes que la ville est née.

l

l'histoire se raconte sur la pierre, chacun est  libre d'annoncer :

"C'est moi Machin, qui à   offert cela"

Notre génération appellera cela  des : trésors.

Le temple d'apollo

Le travail de la pierre est particulierement soigné.

Un ouvrage bien née, durera des années !

Le Théatre profite de la pente naturelle, 5000 places quand-même !

Le stade pour les compétitions,   c'est une copie de celui d'Olympie au moins dans ses dimensions.

Maintenant nous rentrons dans  le musée.

Alors, c'est cela aussi la Grèce !

Loin, trés loin du cliché des maisons blanches avec les volets bleu azur. Ici c'est la montagne, la grande et belle qui est bien présente et qui a été le refuge de nos ancètres. C'est beau !

Ce: 6 aout 2017 au mouillage à Galaxidhi.  Γαλαξίδι

   40 minutes en nous faufilant entre des micros iles pour mouiller l'ancre un peu à l'écart de la ville.

Γαλαξίδι.  L'origine du nom Galaxidi (lait caillé) reste un mystère.  Γαλα = lait.

- Γαλαξίδι est mentionné pour la première fois à la fin du X siècle, alors, qu'elle a été détruite par un raid  Bulgares

- Les habitants ont fui vers les îles, et la ville n'a plus été occupée pendant environ 50 ans. 

- la ville a encore été dévastée par les invasions  Normandes   en 1081  et  1147.

De la Sardaigne à la Sicile  pendant notre voyage , l'histoire raconte les invasions toujours trés sanglantes de nos Normands. Les livres d'histoire ne te racontes pas toujours cette période.

Ils étaient pauvres venant de petits villages et sont devenus des Rois avec des fortunes. Venant dans ces contrés et faisant d'immenses fortunes, ils ont surement donné des idées aux autres, le départ des croisades  ses permanents  et énormes   pillages y trouvent là une source d'inspiration certaine.

- Après la  quatrième croisade  (1204), elle était sous le contrôle de la  seigneurie  francaise,  l'histoire n'a pas oublié leurs noms, mais là pas trop de publicité. Ils ont laissé derriére eux des forteresses aux murs épais.

- Mais elle fut reconquise par le  Despotate  grec  d'Épire en en 1211.

- La ville resta sous le contrôle d'Epirote jusqu'à la division du royaume en   1268 , quand il est passé sous le régne du souverain de Thessalie

- La ville tombe sous le contrôle des  Ottomans  en 1397 et c'est 400 ans d'occupation ottomane.

Période Ottomane.

La ville a prospéré en raison du développement du commerce maritime au 18ème siècle.

Les échanges commerciaux avec l'Occident, en particulier pour les produits agricoles de  Corinthe  et du  Golfe de Corinthe, ont déclenché le développement d'une flotte commerciale locale, profitant également du port naturel de Γαλαξίδι.

En particulier après le  traité de Küçük Kaynarca  (1774), beaucoup de propriétaires de navires de Γαλαξίδι opéraient sous la bannière Russe.

Malgré, cette position privilégiée, les habitants se sont immédiatement joints aux révolutionnaires de la guerre d'indépendance contre les occupants Ottoman en 1821 et leur ville a été détruit deux fois par l'armée ottomane en 1821 et en 1825.  La Russie de l'époque de religion Orthoxe était  un allié.

au 19ème siècle, elle a prospéré en tant que centre commercial et maritime, Jusqu'à la fin du 19 ème siècle, Γαλαξίδι possédait une importante flotte marine marchande et était un centre commercial prospère.

Aujourd'hui cela se reflète dans la taille et le style des bâtiments locaux.  La préservation de l'architecture traditionnelle a facilité la croissance du tourisme au cours des dernières décennies.

Aujourd'hui donc en te promenant dans ses ruelles étroites, tu trouveras quelques belles et massives demeures aux façades  de grosses pierres. Les quais accueillent une vingtaine de  voiliers et autres bateaux de plaisance, les bars et tavernes sont là juste en face et en profitent.

Pourquoi  ?

Pourquoi   que certains :  villages, hameaux sont   beaux, agréables, accueillants et ou dès que le pied est à terre, l'air, y est comme plus agréable etc …

Et d'autres non   ?

Pourquoi   ?

Ici à Γαλαξίδι   nous avons une très petite approche, comme une piste de cette compréhension de la chose.

Ici nous avons envie de faire des photos de l 'ensemble, ici il existe une harmonie un petit truc, je ne sais quoi que nous avons eu du mal à analyser dès le début et pourtant, alors je te laisse découvrir quelques photos et ensuite nous en reparlons.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà, en parcourant les ruelles de la ville, encore et encore d'un coup nous avons eu une sorte de surprise de constater que beaucoup, beaucoup, beaucoup de maison   sont avec la porte au centre et de chaque coté  il y a    une fenêtre,  le premier étage lui a  trois fenêtres.

C'est comme un style et   certaines villes ont perdues cela et c'est du n'importe quoi, à   qui fera le plus vilain à plus vilain encore, à plus laid.  Et ne vas pas croire que cela s'applique qu'à   la Grèce non pas du tout, nos sociétés modernes cultivent l'individualiste et valorisant la particularité individuelle.

Résultats … !

Ces petits villages ont, eux une âme, un style, ils ont l'harmonie non pas d'une maison, d'une villas mais d'un ensemble qui chacun avec ses attentes façonne à   sa guise ,   l'ensemble en devient agréable à  l’œil sans choquer.

L'harmonie serait elle alors une absence d'individualiste  ?

Afin, d'obtenir une beauté globale  ?

Avons nous, aujourd'hui pour les cités nouvelles, ce soucis, J'en doute.

Mais la visite de tous ces sites archéologiques nous déformes peut-être, qu'en penses-tu  ? Dans tous les cas, visiteurs quand tu vas découvrir cette ville tu pourras essayer de compter toutes les maisons avec cette particularitée, alors bon courrage !

Maintenant  il fait chaud:  37 à  39°,  alors une des solution autre que les bainsssss.

Une micro promenade, pour une curiosité.

Juste en face du port, dans cette forêt de pins plantés par les enfants des écoles, se  trouve une curiosité.

C'est  une petite grotte creusée dans la rôche, le plus curieux pour nous c'est que  cette excavation dans la rôche ressemble beaucoup, mais beaucoup à d'autres   excavations identiques  que nous avons aussi photographiées à    Siracusa en  Sicile.

Ces derniéres sont en haut du théatro à Siracusa ( voir le chapitre N° 14 qui lui avait pour sujet: hivernage a Siracusa Sicile. Actuellement tu lis le chapitre N° 19. )  

- Alors même époque ?

- Même fonction encore des intérrogations ?  

- Plus de: 350 Mn en ligne droite, alors ?  .  ,   . .  

 

Ce : 14 aout 2017 à Trizonia. Tριζονια.

Tριζονια est une île et oui encore une  !

Elle se trouve en face de Glifadha une petite commune au pied des montagnes.

20 Mn environ pour venir et donc un peu plus de 3 heures et nous voici dans un autre petit port, petit port sans confort c'est-à-dire sans l'électricité, 2 robinets sont placés sous les arbres un peu à   l'écart, mais oh ! Surprise celui-ci est bien chargé, la protection y est parfaite et c'est calme, très calme les résidents dans ces bateaux qui pour certains y demeurent à   l'année tiennent à ce calme.

Dans la journée 2 bateau/taxi transportent toutes les heures des familles venues d'en face de ce petit village et cela afin de goûter aux eaux claires de la plage. Les résidents eux aussi profitent de ces taxis pour faire leurs courses, sur l’île il existe bien une mini market,   mais cette dernière est vraiment mini.

Attention à la surcharge !!

Opa !

L'ile, tu   l'as deviné   est petite, un bon marcheur pourra en faire le tour dans la journée mais attention quand-même au soleil en cette saison,  il tâpe fort, tu vas alors pouvoir  d'écouvrir au-delà du port et du minuscule hameau, une nature dense ou seulement   les petits sentiers te permettront de marcher, la nature est sauvage et il est impossible de pénétrer la végatation dense.

Alors, bien-sur il n'y a pas d'automobile sur l'île, mais attention quand-même en traversant de ne pas renverser

l'indigène carrossé.

C'est une : "tortue bordée", un belle femelle. Symphatique n'est-ce-pas ?  

Timide,  elle ira vivement se cacher   la tête sous des herbes séches, se croyant, alors invisible.

Ce : 17 août 2017. Nous rentrons dans une baie,

les eaux sont étonnamment calmes, nous approchons, l'ancre s'enfonce dans des eaux bleus claires, il y a 10 mètres d'eau, le moteur est stoppé et nous restons à    écouter.  Nous, nous imprégnions de la quiétudes des lieux.

Devant c'est le village de Navpaktos.   Ναύπακτος,   prononciation Naupaktos.

À droite des plages ombragées, à gauche des remparts et à   y bien regarder les remparts ceintures la ville basse et la ville haute. C'est beau et harmonieux de ces citées ou le verre et le béton ne sont pas rentrées.

C'est cela aussi la Grèce  !

 

Ναύπακτος,   prononciation Naupaktos.

- Durant la   guerre du Péloponnèse  de : 431  à  404  av   J.-C. La ville et sa rade sert de base navale aux Athéniens, avant d'être prise par les   Spartiates.  Sparte la citée guerrière ne vivant que par et que pour la guerre.

 

 

- C'est sous   Philippe II de Macédoine   en , 338  av. J.-C. Que la citée devient une partie de l'Étolie puis, sous les  Romains, à nouveau de la Locride.

 

 

 

- En  395, les  Goths pillent la région et la ville est alors désertée par ses habitants qui partent dans les montagnes.

- En  610, les  Slaves  à leur tour investissent la région, mais sont finalement assimilés par les  Grecs. À chaque fois l'Empire romain d'Orient parvient à rétablir la paix.

-  Au   IX siècle  Ναύπακτος devient aussi la capitale militaire  de   Nicopolis.

- En   1084   elle repousse un assaut des   Normands d'Italie (nos Normands déjà installés en Italie)  venus par la mer.

- En   1215   elle tombe aux mains des   Vénitiens.

- Les  Grecs d'Épire  là reprennent quinze ans après.

- En  1394   Ναύπακτος est prise par les  Italiens d'Athènes   qui l'appellent Lépante, puis est reprise par les  Grecs byzantins en  1430.

- Les uns et les autres la fortifient si solidement la villes qu'elle résistera, en  1477, à un siège de quatre mois mené par une  armée Turque  de  30  000 hommes.

 

 

- En  1499  toutefois, les troupes de  Bayezid II parviennent à prendre Naupacte / Lépante.

C'est la  bataille de Lépante, en  1571, se déroule au large de cette ville.

 

 

 

 

- En  1678, la ville est reprise par les Vénitiens, mais ils doivent la rendre aux Turcs en   1699  à la suite du   traité de Karlowitz.

- Elle redevient finalement possession de la Grèce en mars   1829.

Aujourd'hui nous admirons ces fortifications sans nous douter un instant de tout le sang qui a coulé ici, c'est pourquoi, connaître l'histoire est important afin de pouvoir, porter un regard plus attentif. Plus attentif, sur ces Hommes , ces fous !

Le port en 1876.

Mais c'est avec cette statue de:   Cervantes que je vais avoir encore des interrogations.

Que vient faire l' Espagnol ici ?

ΘΕΡΒΑΝΤΕΣ  =  CERVANTES.

Pourquoi cette position du bras là derriére ?

Il est trés difficle pour moi de rester sans comprendre alors après beaucoup, beaucoup  de recherche voici le pourquoi de cette statue.

Depuis le règne de  Soliman le Magnifique (1521-1566), la suprématie navale en Méditerranée appartient aux  Turcs.

Son successeur, Sélim  II, entreprend la conquête de Chypre : le 1er août 1571, les Vénitiens de Famagouste capitulent, ce qui provoque un grand émoi en Europe. La république de Venise  réagit en s'alliant au pape Pie V et au royaume d'Espagne : c'est la « Sainte Ligue ».

C'est une flotte chrétienne de plus de deux cents galères qui est alors constituée et placée sous la direction de don  Juan d'Autriche, fils naturel de Charles Quint et demi-frère du roi d'Espagne Philippe II.

- Le 7   octobre 1571, dans le golfe de Patras, la coalition hispano-vénitienne inflige une sévère défaite à la flotte Ottomane, dirigée par le grand-amiral Alī  Pacha.

Seuls une trentaine de navires Turcs échappent à la destruction.

Malgré sa célébrité, cette victoire navale chrétienne eut peu de conséquences dans le rapport des forces en Méditerranée : en effet, dès 1573, la conquête Turque de  Chypre est consacrée, validée par un traité de paix passé entre l'empire Ottoman et Venise.

- C'est, en 1574, avec l'aide de leur  marine  qu'ils ont eu le temps de reconstituer que   les Ottomans s'emparent de  Tunis  qui appartenait aux Espagnols.

Connaitre   ces points de l'histoire ou les musulmans et les chrétiens s'affrontent depuis si longtemps  déjà et  avec toutes ces  humiliations, ces besoins de vengeance.  Nos   croisés qui  iront dévaster, piller  Constantinople et bien d'autres térritoires musulmans; Ces éléments  donnent des pistes de compréhension de l'incompréhension qui règne encore aujourd'hui entre ces deux   religions et leurs peuples.

Alors voilà maintenant dans ce contexte,  la parenthèse concernant Cervantes.

En septembre 1571, Cervantes naviguait à bord de la Marquesa, partie de la flotte de la (Sainte Ligue), Cervantes a refusé de rester au-dessous, et a supplié d'être autorisé à prendre part à la bataille, en disant qu'il préférerait mourir pour son dieu et son roi que de garder sous couverture. Il a lutté courageusement à bord d'un navire et a reçu trois blessures par balle - deux dans la poitrine et une qui a rendu son bras gauche inutile, entraînant une amputation.

Voilà donc une version qui me va bien Miguel de Cervantes Saavedra  1547 - 1616 est un romancier,  un poète  et  dramaturge  espagnol. Il est célèbre pour son roman  L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, publié en  1605.

Mais maintenant que nous savons que :  

- C'est  en  1394   que Ναύπακτος est prise par les  Italiens d'Athènes   et qui l'appellent alors  : Lépante.

Voici l'histoire en image de cette bataille.

La célèbre bataille de Lépante.

ou,  Miguel de Cervantes Saavedra perdit son bras gauche.

Nous montons à notre tour à l'assaut  de la citadelle.

Y aller, n'est vraiment pas dur   tant,  le paysage et les petites ruelles sont agréables.

l'ouverture du site est de: 8h à 15h.

Le port lui est minuscule, les voiliers doivent mouiller devant.

Protection correcte par vent faible.

L'une des nombreuses portes.

La ville haute, elle est constituée aujourd'hui par des maisons d'habitation   qui se nichent les unes contre les autres.

Il existe plusieurs itinéraire pour  parvenir à la citadelle,  

 mais le plus directe et surtout le plus agréable est en face du port.

La connaissance de  histoire de la ville et de sa citadelle, invite à   rechercher les styles des différentes époques. 

Des restaurations récentes permettent de contempler un ensemble  en bon état.

Mais, il manque une bonne information, qui est presque totalement absente.

Le paysage vue du haut est splendide, en face les monts du Péloponèse.

Ce : 21 août 2017 à Messolôngion au mouillage.

Un petit vent d'ouest a rendu le mouillage inconfortable, au petit matin nous sommes partis, les yeux encore un peu endormis et sous un ciel chargé.

Nous passons alors du golfe de Corinthos à celui de Patras, ce partage, cette limite est matérialisé par le grand pont suspendu qui relie le continent au Péloponnèse.

Environ 5 heures et nous arrivons face à des terres basses, si basses qui devient difficile de deviner ou elles commencent ; C'est une grande, très grande zone de marécage.

Ici, la terre embrasse la mer ou c'est la mer qui l'épouse étroitement en se faufilant dans les terres, l'ensemble ne fait plus qu'un. Les hommes pourtant ont quand même coloniser ces zones ou un peu plus haut les plantes et surtout  les agrumes se plaisent.

Au milieu de cela, dans cette zone naturelle et protégée, une marina est née. Protection excellente, équipements aux standards européen, mais, mais un différent judiciaire la condamne aujourd'hui. Elle se vide doucement et meure sur place. Autrefois pleine peut-être 200/400 bateaux, il ne reste aujourd'hui que quelques voiliers qui devront partir eux aussi.  

Qui me dira le pourquoi   ?

La marina, en 2015.

La marina aujourd'hui.

Markos Botzaris  (Μάρκος Μπότσαρης)

Encore une statue, elle trône au milieu de la ville et elle réveille ma curiosité.

Qui est donc cet homme  ?   Voici donc quelques information sur l'homme sur sa vie et pourquoi il trône ainsi sur l'une des principales place de la ville.

l'histoire:

Après la conquête finale du Souli par Ali Pacha en décembre 1803, il (Μάρκος Μπότσαρης)  se réfugia avec le reste du clan Botzaris au monastère de Seltsos, et fut avec son père et son oncle un des survivants du siège.

Il repassa sur le continent en 1820, avec son oncle et d'autres Souliotes car le commandant de l'armée ottomane en lutte contre Ali Pacha leur propose alors de leur rendre leur territoire en échange de leur allégeance ; cependant Μάρκος Μπότσαρης  passa avec ses compatriotes assez rapidement du côté d'Ali Pacha. A partir de novembre 1820, il participa à la lutte contre les troupes ottomanes en coopération avec les troupes d'Ali Pacha.

Il rejoint les armatoles grecs insurgés à partir du printemps 1821. Il prit part à divers combats victorieux dans le sud de l'Épire au cours du printemps et de l'été 1821 ; il accepta alors de se réconcilier avec l'armatole  Gogos Bakolas, considéré comme l'assassin de son père, ce qui renforça sa réputation de patriotisme.

En octobre 1821, il commanda des troupes pendant les combats autour d'Arta ; ce fut la dernière opération conjointe des Grecs et des Albanais d'Ali, qui rejoignirent ensuite le camp ottoman.

Il participa aux opérations de l'été 1822 destinées à secourir le  Souli, aboutissant à la désastreuse  bataille de Péta  en juillet.  Μάρκος Μπότσαρης    fut nommé stratarque ou général de la  Grèce  occidentale lors de l'Assemblée nationale d'Astros  début 1823.

Lors du second  siège de Missolonghi, durant l'été  1823, il tenta d'arrêter une armée  ottomane  en route vers la ville. Il pénétra de nuit dans le camp ennemi avec 240 hommes seulement et fit un grand carnage. Cependant, il fut atteint d'une balle à la tête et mourut le lendemain, à  Karpenisi.

Markos Botzaris est l'un des rares chefs militaires grecs unanimement appréciés, n'ayant jamais été compromis dans les querelles partisanes qui aboutirent aux différentes guerres civiles grecques au cours de la guerre.

Il est inhumé à  Missolonghi, au  Jardin des héros. Son tombeau est surmonté d'une statue du sculpteur  David d'Angers.

- À  Paris, dans le 19e  arrondissement, une  station de métro  et une  rue  portent son nom.

- À  Strasbourg, un square porte son nom.

Plusieurs artistes occidentaux et grecs ont commémoré sa mort par des tableaux ou des œuvres littéraires.

- Le consul de France à Ioannina acquit à Corfou un dictionnaire albano-grec écrit de sa main et sous la dictée de son père,  de son oncle et de son beau-père, ce document est conservé à Paris.

 

Ce : 23 août 2017. Devant l'île de Pelatas au mouillage.

 

En fait cette île forme avec le continent un abris sauvage ou seulement au loin se devine

trois / quatre, petites maisons de pêcheur.

Autour, rien.

L'eau, le ciel et cette petite brise bien rafraîchissante. Ici aussi, les terres sont basses ; Des îles plus loin,   au large trompent cette harmonie  en poussant leurs pointes vers le ciel, alors derrière elles,   des plaines de cultures en profitent.

Petalás  ( en  grec :  Πεταλάς ) (5,4 km² pour un point haut de 256 mètres) est une île inhabitée presque totalement sec, donc pas vraiment blanche car une végétation basse est brûlée par le soleil, quelques arbres forment des tâches ici ou là,  ils sont d'un   vert sombre sur ces surfaces ogres.

Inhabitée sauf de quelques petites chèvres noires qui sautent de roches, en roches, L’île est une propriété privée qui a été récemment mise en vente. Les environs sont justes un peu plus vert, mais c'est le calme, le silence.   C'est le silence   profond de ces terres ou les hommes sont absents.

C'est cela aussi la Grèce  !

 l'autre rîve.

 

Ce : 26 août 2017. Astakos. Aστακός signification langouste.

Au mouillage.

Aστακός   est un grand village au fond d'un golfe profond d'environ 2 Mn. Moins de 2 heures en nous faufilant entre ces îles petites et inhabitées. La ville apparaît assise face à la mer et derrière encore des massifs. Ils surplombent cette petite citée de leur 900 mètres. Masse impressionnante par la proximité et par la grandeur.

La date admise pour la fondation d’Aστακός    est de: -712 / -711, soit la première année de la 17e   olympiade. Vers: -435 / -434, Aσtaκoς   passe sous contrôle Athénien. une    clérouquiely  y est installée.

Une   clérouquie  (en grec ancien   κληρουχία  /  klêroukhía) désigne l'assignation par tirage au sort de lots de terre à des soldats-citoyens. Dans le cadre de l'établissement d'une  colonie la terre était ainsi divisée entre les citoyens en autant de   kleroi.

Sur le bord de mer ou plus loin dans les terres de belles et   bonnes promenades à pied sont possibles.   La plaine  derriére est,

elle arrosée par de petites riviéres ou de farouches petites tortues d'eau douce plongeront   à ton approche.  

Pas étonnant donc que dans cette nature généreuse, les hommes s'installérent trés tôt.

De promenade en promenade nous découvrons une nature aux paysages grandioses.

Ce : 1 septembre 2017 mouillage dans le minuscule port de KASTOS. Καστός

10 Mn pour arriver ici. Ici c'est une minuscule ile toute en longueur.

L'île  ne possède qu'un seul village, Kastos situé sur la côte est, avec une population de 78 habitants, impliqués principalement dans les métiers de la pêche et les services touristiques. L'île d'une longueur de:  7 km  du nord au sud et d'une largeur de:  800 m, l'île a une superficie de:  5,901 km;   avec pour point culminant de: 142 metres   au-dessus du niveau de la mer. Le continent est à environ  5 km  au nord-est. 

Trés petit village, aux maisons bien typées.

Dans le Nord/Est de l'île les falaises forment une trés bonne protection de vents dominants de l'été.

Tout autour, pas une maison, rien, que des  chévres craintives.

Ce: 5 septembre 2017 à Prévéza au mouillage.

Cette étape , ces eaux nous les connaissons bien maintenant et cela nous rapproche considérablement de Kerkypa.  L'île de Lefkada elle  est reliée par un pont  tournant précédé par un chenal, ensuite à peu de distance s'offre la baie immense de Prévéza. Pour un mouillage sécuritaire.

Nous retrouvons Prévéza avec beaucoup plus de bâteau et de monde que lors de notre dernier passage en Mai, les quais de la ville hier-au-soir étaient bien chargées.

Si, tu es curieux de l'histoire et des visites forts intéressantes à faire ici,  fais un retour en arrière vers le chapitre  N° 17  l'histoire est lourde   et elle te transporteras, vers  les conflits qui ont emtrainés ce qui n'était pas encore la Gréce  d'aujourd'hui, dans de trés sanglants    combats.

- Des infos sur le site archéologique  d'une ville antique et de son musée au nord et accessible à pied d'ici.

- La bataille navale de Prévéza.

- La vie d'un, des plus illustre Combattant Grec : Teodoros Kolotronis. Une vie de batailles et de combats, héros d'un jour, emprisonné un autre .

- Nos Normands sont venus ici pour conquérir par les armes et le sang ces territoires, beaucoup y ont trouvés la mort par la maladie. Un fort, citadelle dans l'est de la baie est visitable et donne une idée de la vie dans ces temps.

Ces hommes , ces fous !

C'est aujourd'hui, c'était hier, c'était il y a quelques  mois, quelques années, mais le temps n'apprend rien à   ces hommes ces fous. Voici un film sur la folie des hommes.

http://www.voirfilms.info/the-promise-2017.htm

Ce: 9 septembre 2017. Comme si nous n'avions pas compris que septembre était maintenant installé.

Au mouillage à Prévéza dans cette baie sécuritaire, septembre a sorti ses griffes.

C'est, vers minuit par une   nuit noire, qu'un  vent violent d'un seul coup venant du sud nous a sorti des draps, afin de nous    ruer sur le pont, la pluie violente  balayait  tout, autour de nous des voiliers dérivaient leurs ancres décrochées. Nuit noire oui, sauf quand des éclairs vigoureux,   nous donnaient une vision brêve   de cette mer devenue blanche d'écume.

Ce matin frâicheur: 24° j'ai une petite laine sur le dos, vent calme, ciel trés chargé, les voiliers lentement autour de nous viennent reprendre des mouillages qui ont perdus durant cette brêve tempête.  Ils ont pendant cet épisode manoeuvrés en permanence leurs embarcations au moteur. Nous, nous pouvions aperçevoir des véhicules de secours giro-phare en actions parcourir les rues là-bas sur la rive. Dans les terres cette brêve tempête à dû aussi faire des dégats. Je n'ose pas imaginer la situation dans  les mouillages que nous avons quittés, il  a  seulement quelques jours.

 

Ce: 14 septembre 2017.  φτάνουμε.  Nous  arrivons.

- Είμαστε στην  Μαρίνα των Γουβιών.   Nous sommes maintenant à la Marina Gouvia

- A  Kerkypa.  Corfou pour le tourisme.

De Préveza à Kerkypa   c'est environ: 60 Mn qui ont été avalés en un peu moins de : 10 heures. Le temps lui, est clair, le ciel lui est de ce bleu si profond si fort.

Là-bas sur la ligne d'horizon se dessine les reliefs de l'ile de Kerkypa avec sur l'Est la montagne le Pantocrator.

Voici un extrait  du carnet de bord.

Ce tour du Péléponése aura été bouclé en 35 étapes, cela représente: 815 Mn soit environ:  1509   Km

Des villes et villages, des baies, des plages, de nombreux mouillages déserts, des sites archélogiques, des cités  chargées d'histoires.

Pour nos Amis Grec, voici une, des informations:

Πληροφορίες.

Κάναμε οκτακόσια και δεκαπέντε  ναυτικά μίλια ( χίλια πεντακόσια εννέα km) σε πέντε μήνες.

Κάναμε το γύρο της Πελοπονήσου.

Πήγαμε στο Πόρτοχέλι, στις Σπέτσες, στην Αίγινα…. Πήγαμε σε τριάντα πέντε μέρη.

 

As-tu apprécié  ce périple ? Nous, oui, beaucoup   !

Nous, nous rentrons avec tellement d'images en tête et le souvenir de   rencontres  tellement  chaleureuses, qui ne se racontent pas forcément. Des rencontres avec des Français mais aussi avec des Grecs et là ,  J'ai, nous  avons comme une  dette avec eux maintenant.

Alors, est arrivé   maintenant le temps du repos.

Le   confort du port, c'est  la quiétude de ne plus regarder la météo plusieurs fois par jour, de rechercher le bon mouillage par rapport aux vents, de deviner les changements de ces vents, de passer quelques fois la nuit à   surveiller si l'ancre ne décroche pas sous les assauts des bourrasques.

Alors, nous fermons maintenant ce chapitre N°19.

L'hiver qui n'est pas encore là,    en ce mois de septembre avec :   32°  .

Septembre, me fera ouvrir un autre  chapitre le: N°20,  pour d'autres découvertes,  mais ...  Chut !

Cela sera d'autres aventures, pour essayer de comprendre ce monde si fou !

Alors bien-sur, si tu veux nous accompagner, cela sera avec plaisir.

 

 

 

 


 

- En haut à droite de ce chapitre, tu trouveras un menu défilant il te propose:

- d'autres chapitres,

- d'autres pays,

- d'autres régions, nous te souhaitons un bon voyage !

Location

Argolide de la ville millénaire de Argos. Une terre chargée d'histoire, la terre des Atrides, dont le plus fameux Agamemnon ! Au plaisir de vous lire et peut être au détour d'un mouillage nous pourrions prendre un verre. Nous repartons en aout, la ou le vent nous pousse, et sortons la bateau a Koilada (La vallée) en septembre. Au passage une petite correction Φεύγουμε et non pas Θευγουμε. Pour un bateau on utilisera plutôt Σαλπάρουμε qui veut dire que je détache les amarres, lève la voile et je pars ! probablement de l'italien salpare.

Plus, nous apprenons et plus encore est l'impression d'ignorance. C'est le sentiment qui est constant chez moi. Alors Mercisss pour ces précisions. "Mon Grec" aujourd'hui doit ressembler encore bien moins qu'a celui d'un enfant de 5 ans et pourtant chaque jour c'est un véritable plaisir de pouvoir échanger avec une Grand-mère ou tout simplement avec un commerçant. Un étonnement pour eux de découvrir une personne qui fait l’effort de comprendre et de parler le Grec. Les touristes Français ou autres, profitent mais non aucune idée de la situation. Pour revenir au Grec, j'ai réussi il y a maintenant quelques mois a utiliser sur mon clavier AZERTY pour les lettres Grecs mais, l'ensemble est QUERTY en Grec. Et ensuite quelques temps après j'ai finalement trouvé la ponctuation tonique avec la lettre "A". Cette ponctuation tonique a été pour moi un problème, je prononçais : GallOS et je voyais bien l'incompréhension sur les visages. Aujourd'hui je prononce bien GAllos et c'est bon . . . Sauf qu'avant je disais je suis: un dindon au lieu de dire: je suis Français. Alors Yannis, tu connais : il n'y a que les montagnes qui ne se rencontrent jamais. Alors bien-sur cela sera avec énormément de plaisir que nous pourrons échanger, mais en attendant il va me falloir encore et encore apprendre pour comprendre: Ces hommes ces Fous ! Et plus encore ce peuple Grec si attachant.

Salut, salut, Depuis notre rencontre à Preveza, nous avons changé nos plans. Et votre blog sympa va bien nous servir, puisque nous avons décidé de faire le tour du Péloponèse. Au plaisir de vous revoir.

Content de vous retrouver, LE PELOPONESE. Pour ceux, qui ont les yeux en face des trous, il y a plusieurs "Péloponnèse". C'est riche culturellement, pauvre souvent. Les vents sont favorables dans le sens contraire d'une montre sur la cote O. Maintenant nous rencontrons des vents défavorables, mais tu le sais pour nous le temps n'existe plus ou presque. Alors, bonnes navigations, bons vents très très content que notre voyage vous profite. Nous avons loupé des sites, mais il faudrait une vie pour tout voir alors même pour nous qui avons du temps ces terres sont immenses et pleines de surprises avec des gens et des habitants adorables. à bientôt peut-être. Le voilier SHUNDO en Face de Poros.

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...