Les Açores - Sao Miguel

Les Açores - Sao Miguel

Posté par : Francine
20 Juin 2019 à 19h
Dernière mise à jour 24 Juin 2019 à 18h
364 vues
Flux-RSS

Les Açores - Sao Miguel

A notre arrivée à Ponta Delgada nous nous amarrons au ponton d’accueil, près du poste à carburant dans la marina est, et nous rendons au bureau du port. Si les formalités aux marinas de Las Velas et d’Angra ont été simples et allégées, là nous devons, comme à Horta, après l’enregistrement auprès du bureau du port, visiter l’immigration et la police maritime. Mais cela se fait rapidement et avec beaucoup d’amabilité de la part des autorités. Certes nous sommes dans l’Europe et devrions pouvoir circuler librement, mais la situation des Açores sur les routes des trafics oblige les autorités à une surveillance soignée. Nous avons assisté à Horta à une intervention musclée de la police maritime sur un voilier soupçonné de trafic de drogue : chiens renifleurs, plongeurs pour contrôler la coque, fouille approfondie du bateau. Il y a d’ailleurs de beaux voiliers saisis, sous séquestre, au fond de la marina d’Horta qui attendent que l’on statue sur leur sort.

On nous dirige vers la marina ouest, où nous nous amarrons à l’une des dernières places, la marina étant sur-occupée par les bateaux des rallyes de transat retour vers l’Europe. C’est vous dire s’il y a de l’animation sur les pontons. Nous passons deux jours bloqués à bord par le mauvais temps. La dépression attendue passe amenant le pluie  ; le vent se renforce, vire du secteur sud-est  à l’ouest en nous secouant pas mal. Un clapot se forme dans le port et les bateaux ont quelque  peu malmenés. Malgré l’installation de nos amortisseurs d‘amarres, nos nuits sont bruyantes et agitées.

   

La grande  marina de Ponta Delgada bien encombrée, sous le ciel menaçant de la dépression

Une visite de la ville à pied entre deux averses occupe nos journées. Les villes des Açores se ressemblent toute un peu, de nombreuses églises et anciens couvents en noir et blanc, des rues pavées avec des mosaïques que les décorent. Ponta Delgada est une grande ville avec une façade moderne sur le port qui cache une vieille ville plus typique avec ses rues piétonnes, ses jolies places, ses ruelles étroites et son joli marché bien achalandé.

      

Dans les rues de Ponta Delgada

Sur le front de mer se mêlent constructions modernes et anciennes

Une fois le beau temps revenu nous louons une voiture pour découvrir l’île. La campagne ressemble un peu à celle des autres îles, si ce n’est que Sao Miguel est plus peuplée donc plus bâtie et les parcelles du bocage sont plus grandes. Mais comme partout les hortensias en fleur abondent. L’origine volcanique encore active de l’île, y créé  ses principales attractions. Nous montons jusqu’au Lagoa de Furnas, lac formé dans un ancien cratère de volcan. Une belle promenade dans la forêt primaire, qui abrite un magnifique Séquoia, nous conduit à une belle cascade. Après un déjeuner à Furnas, petite ville nichée au creux du cratère, nous rejoignons le jardin « Terra Nostra » et allons nous baigner dans des piscines d’eau ferrugineuse alimentées avec de l’eau réchauffée par géothermie. Un vrai délice !

   

Des Hortensias, des hortensias, des hortensias…

   

   

Une cascade et un séquoia

   

Les bains du jardins Terra Nostra de Furnas.

Sur le retour, une tentative pour apercevoir le Lagoa Fogo, un autre lac naturel dans un cratère, se solde par un échec, le ciel s’est couvert et le nuage est redescendu sur l’île enveloppant ses sommets.

 

Les nuages sont descendus et la côte nord de Sao Miguel émerge à peine.

Une sympathique diner d’adieu au restaurant de la sardine sur le port et, le 18 juin, c’est le départ de Francette et Christian qui rejoignent Paris ; après encore quelques retards et ratages de correspondance. Ils se dépêchent de rejoindre leur bord pour nous retrouver à notre arrivée en Bretagne, alors à bientôt les amis ! Nous nous réjouissons de re-naviguer un peu  avec vous.

   

Au revoir les amis, rendez-vous en Bretagne !

 Nous accueillons Guillaume et Benjamin, le 22 juin, leur vol à eux s’est bien déroulé, ils arrivent à l’heure bien que très tard.

Le 23 juin, nous profitons de la voiture de location pour visiter la partie ouest de l’île. Les Lagoa de Azul et Lagoa Verde sont deux  lacs qui communiquent, formés également dans un cratère de volcan. Ils sont connus pour les belles nuances de vert et de bleu que reflètent leurs eaux selon l’éclairage ambiant. Il est vrai que le ciel des Açores est particulier. Je n’ai jamais vu ailleurs qu’ici la mer prendre de telles nuances variées  de bleus.

   

   

Retrouvailles avec nos nouveaux équipiers

Balade sur les hauteurs de l’ouest de l’île de Sao Miguel

Les Lagoa verde et Lagoa Azul sont au bord de la petite ville typique de Sete Citades

Nous redescendons du volcan et nous arrêtons dans le joli village de Mosteiros pour aller nous baigner dans les rouleaux sur la plage de sable noir.

A la plage à Mosteiros

Le 24 juin, dernier jour de préparatif et prise de connaissance du bateau pour nos équipiers et nous prenons la mer le lendemain pour la dernière étape de notre périple… direction la Bretagne.

 

L’étape des Açores est vraiment un des moments fort agréables de notre voyage. Certes nous ne sommes pas très dépaysés, nous sommes en Europe. Mais l’ambiance un peu désuète, la simplicité et la gentillesse des habitants, la douceur de vivre partout présentes ici, nous touchent  ; et c’est sans citer la beauté des paysages ! De plus ses îles un peu isolées au milieu de l’océan, ne sont pas encore atteintes par le tourisme de masse, espérons que leur isolement fera perdurer un peu cette situation particulière.

 

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...