les Canaries - Tenerife

les Canaries - Tenerife

Posté par : Francine
25 Octobre 2017 à 18h
Dernière mise à jour 25 Novembre 2019 à 16h
1895 vues
Flux-RSS

Les Canaries -  Tenerife

 

Le 15 octobre nous prenons la mer en direction de Tenerife en contournant Gran Canaria par le nord. Une traversée tranquille, de bons moments sous gennaker, une nuit en mer au moteur au nord de Gran Canaria et une arrivée le 16 en début d’après-midi à la Marina San Miguel au sud de Tenerife. Le site n’a pas grand attrait, totalement artificiel, mais est bien équipé. C’est de plus tout près de l’aéroport sud de Tenerife où doit arriver Roselyne.  C’est très bizarre ce complexe touristique construit au creux d’un « barrancos » (lit de rivière asséché). On ne peut s’empêcher de penser aux catastrophes qu’il y a eu dernièrement en France dues à des constructions abusives trop proches des zones de crues. J’espère que ce rio ne réveillera jamais ! Les contrastes entre les murs de pierres et les roches « fraichement solidifiées » sont amusants aussi.

   

La côte sud de Tenerife avec ses constructions dignes de la côte sud de l’Espagne et le site de la marine construit au bord d’une coulée de lave

Le 17 octobre nous louons une voiture pour trois jours et commençons par aller récupérer Roselyne à l’aéroport. Après les retrouvailles et un repas à bord nous partons vers Güimar où se trouve un site archéologique  retraçant l’histoire de l’île avant et après qu'elle ne devienne espagnole. Christophe Colomb est parti pour les Amériques depuis les Canaries, qui ont longtemps été une escale d'approvisionnement en eau avant les grandes traversées. Ce site est également dédié à Thor Heyerdahl… le héros du Kon-Tiki… pas de rapport avec les Canaries si ce n’est qu’il y a étudié ces pyramides dont personne n'a vraiment percé l'origine. Du coup nous avons abordé avec grand intérêt l’histoire de cet anthropologue, aventurier et de ses multiples expéditions. Ce site abrite également un jardin botanique où poussent toutes les espèces que l’on trouve sur l’île. Nous rentrons après nous être un peu égarés sur les hauteurs à la recherche d’un site signalé près d’un petite ville, où il ne semble pas être… tant pis ce sera pour demain… « magnana »! Nous avons encore des courses à faire et un petit Skype avec nos petites filles, en profitant de la WiFi du port.

          

Le jardin botanique Aloé vera, Figuier de barbarie, Palmier «  je ne sais plus quoi »  et Cardon .

Les pyramides de Güimar construites par les premiers habitants des iles un peu à la façon des Incas avec une orientation particulière par rapport au soleil…

Le 18 octobre nous partons à la conquête du Teide, le volcan qui culmine à 3700 m, point culminant de l’Espagne. La route très sinueuse nous fait passer par des zones de végétations et des sites  très variés, bien plus verts que sur les autres îles que nous avons visitées. Nous passons par de multiples paysages tous plus impressionnants et beaux les uns que les autres. Du paysage lunaire, à la coulée de laves bordée par une zone boisée, la vue sur le Teide et ses coulées de laves se précise. Nous abandonnons vite l’idée de prendre le téléphérique pour monter au sommet devant la foule de touristes. Nous préférons passer notre temps à visiter autre chose. Nous partons par la route des crêtes où se succèdent les points de vue.

Un chemin verdoyant au bord d’une coulée de lave

De paysages lunaires en champs de laves.

    

Quelques reminescences professionnelles, une belle rupture fragile et un faciès de solidification

Sur la route des crêtes

On passe à côté d’un observatoire très ancien. Le ciel des Canaries est réputé très pur, exempt de lumière parasite, et ils cultivent cette qualité. Nous déjeunons en pleine forêt. En effet en arrivant au nord la végétation change et on commence à voir non plus des agaves, des cardons et des figuiers de barbarie, mais aussi d’abord des conifères puis des feuillus.

    

L’observatoire que ne dépare pas dans ce paysage, des strates géologiques le long de la route .

Nous passerons l’après-midi à La Laguna, ancienne capitale de Tenerife avant Santa Cruz, qui a gardé des bâtiments typiques et ayant un certain caractère. On y voit de très beaux arbres et des maisons typiques quoique un peu austères. Un arrêt au magasin Orange, pour la sempiternelle carte data et retour à bord !

     

Le 19 octobre nous repartons cette fois vers l’ouest de Tenerife, nous prenons la route touristique de Masca, une voie unique qui serpente à flanc de montagne dans un paysage époustouflant. C’est un peu stressant pour le conducteur, car évidemment on croise des touristes que le font dans l’autre sens ! Ce périple de quelques 40 km nous prend tout la matinée, et nous arrivons à Buenavista Del Norte au nord-ouest  de l’île où nous déjeunons dans un bistrot local loin des touristes. Le village prépare une fête locale dans une ambiance sympa.

Sur le route de Masca

Nous rentrerons par Los Gigantes un site touristique construit au pied de falaises impressionnantes, dommage que ça ait gâché un peu ce magnifique site ! Sans oublier la baignade au milieu des rouleaux,  sur la Playa Arena, la plus belle de l’île parait-il  ? Encore un site très touristique près d’une jolie plage de sable noir qui devait être bien plus agréable sans ces immeubles qui la ceinturent maintenant. Un repas au restaurant dans le complexe touristique de Los Abrigos près du port pour fêter mon anniversaire a conclu la journée. Nous nous sommes régalés d’une paella aux fruits de mer : homard, gambas, langoustine  hum !

Los Gigantes et le port de plaisance.

   

  A la playa Arena, de sable noir, Philippe vient de se faire rouler par une vague

Le lendemain départ vers La Gomera …. A suivre

A u jour où je poste ce billet c'est l'anniversaire de Julie... Bon anniversaire julie, nous pensons à toi  !

 

 

Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...