---Journal de bord 2013-2014--Trinidad - Puerto-Rico-Los Roques- Curaçao

---Journal de bord 2013-2014--Trinidad - Puerto-Rico-Los Roques- Curaçao

Posté par : Miguel
19 Octobre 2013 à 12h
Dernière mise à jour 02 Juin 2015 à 10h
1037 vues
Flux-RSS

Journal de bord 3 PENCE 2013-2014 

 

 

Mercredi 16 Octobre 2013

Nous sommes partis lundi soir à 21 h de Marseille. Le fils nous a emmené à l’aéroport, las d’attendre l’ouverture des guichets il est rentré chez lui. Plus d'une heure d’attente pour l’enregistrement ; enfin le personnel arrive, le tableau s’affiche : vol pour la réunion ! Merde, le notre est au fond du carré de British Airways, juste, juste l’enregistrement ; nous avons bien failli louper le « coche » ça commence bien. Enfin départ pour Londres Heathrow puis, bus( le dernier) pour Londres Gatwick, d’où notre avion partait le lendemain matin, direction Port of Spain via Ste Lucie. Nous sommes arrivés hier au soir à 19h sur 3Pence. Le personnel de Peak, suite à mon mail, avait bien mis l’échelle à poste, heureusement, car après 40 heures de voyage un peu stressant (avec les 6 heures de décalage horaire), à 28° sous les étoiles nous sommes allés, après avoir monté les bagages, savourer une bière bien fraiche et un petit repas au bord de l’eau au restaurant du chantier. De prime abord, à part l’odeur de renfermé, tout était en ordre.

En ce qui concerne le voyage voici un résumé. je passe sur les tracasseries habituelles des formalités de douane, sur l’achat de billets de bus avec des machines qui ne comprennent pas le français et des anglais coopérant mais seulement anglophone. Heureusement qu’un jeune compatriote nous a décrypté le mode d’emploie . Bref, après bien des tâtonnements, le risque de payer deux fois et de se faire avaler la CB , le monstre a bien voulu nous cracher le précieux sésame. 1heure de bus et nous voilà au terminal nord de Gatwick. Renseignement pris, l’hotel est à 5mn à pied de la station. Tu parles ! heureusement, chose rare, il ne pleut presque pas car après avoir présenté notre réservation, on nous fait gentiment comprendre que c’est bien la même chaine,(Premierinn.eu) mais pas le bon hôtel, nous avons réservé à son petit frère, (Premierinn.eu 2) à 5mn à pied derrière la Nationale. 2h du matin (1heure, heure locale) nous voilà reparti à pied. Putin, pour économiser les 50 km de taxi, nous avons galéré, peu dormi et sommes arrivés à pied au terminal hier matin, à l’heure. Ce qui ne fut pas le cas de notre vol, parti avec 1 heure et demi de retard. Pour quelle raison ? On n’a bien essayé de nous l’expliquer mais nous n’avons rien compris. British Airways ne connait pas la langue française.

Vendredi 18 octobre 2013

Mercredi la journée c’est passée à faire du rangement, à reprendre nos marques. Difficile avec 39° dans le bateau de faire plus. Hier un peu de pluie nous a fait baisser la température à 30-32 et la nuit à 24 il a fallu mettre un drap, en plus du tee shirt. C’est fou comme, nous les (presque vieux) on s’habitue vite à la chaleur. Hier, la banque, la commande de la protection, à fabriquer, pour l’annexe ; les petites courses et formalité pour obtenir les passes du chantier ; voila la journée est passée. Il faut dire que l’iridium envoyé en réparation avant de partir, et qui fonctionnait fort bien aux Stes a, malgré mes diverses tentatives, obstinément refusé de s’afficher correctement. 2heures à faire en sorte d’enregistrer les N° d’urgence, avec un écran qui s’affiche de façon aléatoire. Soit la vieille batterie, qui pourtant est en pleine charge, a des signes de faiblesse et se met en cours jus, soit les rayons X des aéroports ont eu raison de l’appareil. Dans ce cas, c’est 300 euros de foutus en l’air    En ce moment il fait 30 et nous sommes bien.

Vendredi 25 Octobre 2013

Les gros travaux d’entretien ont commencé avec leur cortège d’imprévus. A la fraiche, démontage des planchers de coffres et matelas de la cabine arrière, pour avoir accès aux câbles qui sont reliés à la mèche du safran. Je les ai retendus autant que faire ce-peut. Cela à diminué légèrement le jeu du safran mais il est quasi certain, que ce jeu vient de l’accouplement à la barre a roue. Usure vraisemblable  des pignons auquel je n’ai pas accès sauf à tout démonter et que je ne saurais peut être pas faire sans dommages. J’ai demandé par mail et téléphone cet été au service après vente ; ils ne savent pas. Peut être chez Amel en Martinique pourront il démonter cette pièce sans casse (Sic).

 

Après ce fut le nettoyage des tanks à eau, sans problèmes majeurs, sauf que la pompe a eau s’est désamorcée. Elle n’est pas auto-amorçante et de plus, se trouve  sous le coffre du cockpit. Il a donc fallu tout sortir du coffre, changer de place ancienne annexe et vieux moteur, remettre survie et bouée sur leur logement, ce que de toutes façons, il fallait faire. Nous avions tout entassé, dans ce vaste logement, pour préserver des intempéries et d’un vol éventuel. Une fois l’accès dégagé et tout le bordel dans le cockpit la pluie!.Faut rebacher.. Deux bonnes heures d’un bricolage intensif furent nécessaire pour réamorcer. La dernière fois, j’avais branché et inversé le tuyau de la grosse pompe à pied qui sert normalement à gonfler l’annexe. Ce qui m’avait permis d’aspirer et de faire ainsi monter l’eau jusqu’à la pompe électrique. Cette fois-ci entre les saletés qui obstruées les tuyaux et le gonfleur plus ou moins HS, il m’a fallu jouer les Mc Gvr pour monter un système par vase communicant. Bon ça fonctionne. Reste plus qu’à régler le pressostat.

Mardi 29 octobre 2013

PB010016.JPG

 

PB010017.JPG

 

Il pleut averse est la sortie du bateau est prévu pour 14h30. Avant d’aller payer et prendre les papiers de sortie du chantier, je vais tout à l’heure, mettre le tuyau d’eau à l’arrivée de la vanne moteur  et mettre celui-ci en route voir si la pompe à eau débite bien et si la batterie bien qu’un peu faible et suffisante.  Nous voilà de retour à l'eau. La baie est encombrée de bateaux et d'ordures en tous genres. Nous avons mouillé par plus de 20m de fond. Heureusement que nous avions acheté 30m de cablo pour rallonger la chaîne. A voir les bateaux voisins se débattent pour lever leur ancre s' ils le peuvent,(car câbles, épaves et saloperies en tous genres, jonchent les fonds) les gros culs qui manœuvrent en limite de mouillage et l’évitage qui se fait dans tous les sens à cause des courants (les gagios non avertis viennent mouiller à côté et pan ça cogne.) J'ai ce matin, après  une très mauvaise nuit, sauté sur l'occasion. Un bateau est parti de bonne heure, laissant libre une bouée sur laquelle nous sommes désormais. Cela n'empêche pas un bateau poubelle de mouiller à côté. Comme nous tournons différemment, rebelote, si le vent s'arrête. Décidément les mouillages encombrés ne sont pas l'apanage de la méditerranée. Comme on ne prend pas la mer un vendredi, que samedi et dimanche il faut payer l'over time et que de toutes façons il n'y a plus de gas-oil (même cher, hors contrebande) sur le port avant lundi, nous giclerons si tout va bien, pour Grenade, le 4 novembre.(tient, tient!)

PB050021.JPG

 Une Plateforme entre Trinidad et Grenada

Vendredi 15 novembre 2013

 

Après avoir quitté Chaguaramas à Trinidad, nous nous sommes rendus à Grenada où nous avons passé quelque jours à Prickly Bay ,puis au mouillage à côté de l’hotel True Blue Bay, où nos amis étaient en villégiature pendant que les travaux de leur bateau, suivaient leur train-train.  Donc depuis le 6 novembre 6h du matin, nous sommes mouillés à Prickly Bay de Grenade. Les 80 mn depuis Trinidad se  sont passés sans problème avec plus de vent que prévu et bien sùr, carène propre, une meilleure glisse. Résultat : 3 heures à la cape, pour arriver de jour à ce mouillage bien encombré en cette période, depuis relâche. Il est vrai que depuis un bonne semaine nous essuyons grain sur grain avec de fortes rafales.Dans ces conditions nous hésitons à laisser le bateau sans surveillance. 
    Un exemple: hier, profitant du beau temps, Joce a voulu faire une lessive. 9h30 à terre: la seule machine à laver est occupée,  elle se libère vers midi. Nous déjeunons au resto Big Fich à côté puis nous retournons au bateau étendre.  Au moment de ramasser le linge sec, un grain nous a surpris. Resultat un journée pour faire une lessive et pas de baignade, pas de promenade. Aujourd'hui si le temps le permet nos aimerions nous rendre à St Georges, la capitale. A suivre...

 

Le samedi 16 après midi de retour plus tôt que prévu du marché de St Georges, nous avons eu la surprise de trouver autour du bateau des bouteilles de 5 l vides, qui flottaient. Sur le moment je pensais qu’il s’agissait de casiers, mis à poste par des pécheurs locaux. J’avais peur qu’à l’évitage nous en prenions dans l’hélice ou la chaîne. J’ai  pris l’annexe pour les déplacer mais, vérification faite, il s’agissait de corps morts. Des plongeurs avaient, pendant notre absence, récupérés ou installés des corps morts,  des amarres neuves étaient sur les bouteilles qui servaient de bouées. J’ai donc mis le moteur en route pour lever le mouillage et prendre un de ces foutus corps mort. Hélas la chaîne était déjà enroulée autour d’une amarre de l’un d’entre eux. Une demi heure à batailler pour ce sortit de ce merdier. Heureusement que nous étions revenus à bord avant la nuit et avant de faire notre traditionnelle partie de tarot, avec Véronique et Michel.  Dimanche 17 novembre 2013  Hier nous sommes allés au marché de St Georges,la veille au soir nous étions à quelques 10 km au dessus de la capitale pour manger les grillades de rue en musique.Petit folklore local sans grand intérêt et retour dangereux avec tous ces chauffeurs acrobatiques.

 

PB160034.JPG

 

PB160037.JPG

 

 

18 novembre 2013

Mouillage dans la baie de St Georges. Nous sommes partis en annexe, faire les provisions au petit super marché au bout du port. Sympa, les jeunes employés, poussent les caddys jusqu’au ponton et aident chaque marin à charger dans l’annexe. Qui plus est, avec les papiers du bateau, nous avons droit à une détaxe de 5% ou 10% suivant le volume d’achat. Vaste mouillage mais très rouleur.

19 novembre 2013   

Parti de Grenada à 9h nous sommes arrivés à Carriacou à 15h. Mouillage à Tyrell Bay.

 

 

Tyrell Bay Cariacou (22) [].jpg

 

CARIACOU [].JPG

A Hillsborough

Dimanche 24 novembre 2013 

Nous sommes restés quelques jours dans ce mouillage sympathique de Tyrell Bay nous y avons retrouvé des bateaux amis et sommes alleés faire quelques virées à la capitale Hillsborough en taxi-co. Puis clearance de sortie pour Union 20 dollars EC (6€ env.) d’over time. Sans reçu, c’est pour l’argent de poche des autorités, je présume. Les Grenadines de Grenada s’arrêtent à Carriacou et celle de st Vincent commencent (En venant du sud) à UNION. C’est un autre état, il faut donc faire douane et immigration.

Nous avons déclaré notre sortie de Carriacou pour 15 h alors que nous sommes partis le matin à 11h et arrivés à 13h à Union. Nous ferons l’entrée demain pour ne pas payer l’over Time qui coute ici 15 €, sommes qu’ont payés nos amis de « Mango-Mayosa ».

 

UNION (1) [].jpg

 

25 novembre 2013

Par sécurité vue les 25-30 nœud de vent sur ce mouillage nous avons pris une bouée 45 dollars E.C. et payé 70 E.C. pour la clearance. Le soir excellent repas au resto 143Dol E.C. Total 258 Dol EC soit 86 € env. Heureusement que le pastis est à 15 € la bouteille nous avons fait provision.

26 novembre 2013

Nous sommes sur bouée (encore 60dol EC) à MAYREAU Salt Whistle Bay l’un des plus beau mouillage des Grenadines, mais hélas le plus encombré et casi impraticable en pleine saison. Il n’y a pas grand monde sur la plage les Lolos sont fermés et nous avons pu monnayer et réserver pour ce soir, pour 7 personnes, langoustes grillées, avec salade, riz, patates grillés hot sauce, le tout pour 100 dol EC /personne (30 €). Vu la taille des langoustes je doute que nous finissions.

 

 

27 novembre 2013

 

Effectivement nous n’avons pas pu tout finir. Alors  à emporter pour demain . Nous sommes  à nouveau au Tobago Cays, nous y étions au mois de mai, mais cette fois en compagnie de « ARIES et DJANGO-MAYOSA » Soirée guitare sur Django ( non prédestiné )

 

Au Tobago Cays (25).JPG

 

Mercredi 4 decembre 2013

Apres Bequia ou nous avons fait la "sortie gratuite" ;St Vincent. La nous avons fait halte à Cumberland bay puisque nous avions 24 h pour sortir de l'état. Et le soir en compagnie de la joyeuse équipe du bateau suisse "Ariés" et un couple de français d'un bateau, dont le non breton est trop difficile à retenir, Red machin...... traduit "Va toujours" nous sommes allés au restaurant tenu par un français, lequel a récupéré une partie des décors du "Pirate des Caraïbes" tourné dans la baie à côté.Nous voici à Marigot Bay où par intermittence nous avons internet, ce qui me permet de mettre, non sans difficulté, le site plus ou moins à jour.

 

Cumberland Bay Resto du pirate (10).JPG

 

Au restaurant : la pirate des Caraïbes

Le 08/12/2013

De Marigot Bay nous nous sommes rendus à  Rodney Bay toujours à Ste Lucie, et aujourd’hui, nous voici a L’Ance Caritan ( à coté de Ste ANNE en Martinique). Le mauvais temps était annoncé pour le 6 avec des creux de 2m50, vent force 6 et plus sous grains et de face. Alors comme nous n’avions pas grand-chose de plus à faire à Ste Lucie, plus tôt que de nous faire bousculer inutilement, nous avons avancé notre départ, ce qui nous a permis d’aller à la capitainerie du Marin pour reconfirmer notre arrivée pour le 10 décembre.  

Bien nous a pris car il fait un temps exécrable et la capitainerie ne trouvait pas notre réservation : tu parles ! Nous sommes partis au Marin en taxi co et un copain, après avoir été cherché des cirés à son bord, nous a ramené en annexe sous la pluie. Avec ces fortes rafales sous les grains incessants, nous n’étions pas tranquilles pour 3 Pence. C’est plus rapide de traverser la baie avec une bonne annexe, que d’en faire le tour en taxi, quand on en trouve un. Les copains de bateau qui nous ont ramené  à bord, vont changer de  mouillage et venir à nos côtés pour le weekend. Nous les attendons pour l’apéro. C’est la moindre des choses.

Mardi 7 Janvier 2014

Nous sommes partis en métropole, pour passer noël en famille le 19/12 retour le 30/12. Faire le tour de la famille en 10 jours c’est éreintant pour le physique et le porte monnaie mais tellement agréable de voir nos enfants, petits et grands heureux et en bonne santé. Il n’en est hélas pas de même pour nos parents respectifs qui malgré tout, sont bien soignés et suivis.

Les travaux qui auraient du débuter pendant la semaine où nous étions présents et pendant notre absence n’ont commencés que vendredi. Résultat : l’éolienne n’est toujours pas posée, elle devrait l’être mercredi soir car le support vient seulement d’être fini et mis à poste. Le moteur du génois n’est toujours pas revenu de chez Amel. Lequel moteur a nécessité mon intervention pour le désaccouplé, pendant que le technicien était allé chercher la disqueuse !!! Finalement heureusement qu’ils n’ont pas commencés pendant notre absence. Le chargeur de quai est réparé, je l’ai installé ,il semble fonctionner normalement. Il n’en est pas de même pour la Connexion AIS entre la VHF et le GPS pourtant payée et qui fait des siennes. L’alternateur d’arbre est réparé, je suis allé le chercher aujourd’hui et le remonterais demain. Quand à savoir s’il fonctionne il faudra voir cela en navigation.

 

Photo 535.jpg

Photo 547.jpg

 

Mardi 14 janvier 2014

Voila plus d'un mois que 3Pence croupit dans le port du marin et les algues commencent leur travail de sape. Le moteur du génois est à poste , l'éolienne également, les bossoirs et leurs renforts sont sur le tableau arrière, l'alternateur d'arbre à sa place et l'AIS de la VHF fonctionne apparemment normalement. Seule ombre au tableau la barre à roue. Comme les "specialistes" de chez Amel n'ont pas pu démonter l'axe de cette dernière, ils ont limité l'effet sans en supprimer la cause. Il parait que cela ne risque rien! Par contre pour surévaluer la facture la, pas de problème. Il a fallu que je me gendarme, pour y faire enlever un joint à 200 € et 5 heures de main d'oeuvre. Résultat une facture réduite de moitié. Il n'en demeure pas moins que sans compter le port, la facture globale, tous corps de métiers confondus et de 4375 €.

En résumé :

Alternateur 55 €- AIS 62 €-Support Eolienne 1257 €- Eolienne 1430 €- Pose 260 €- Chargeur de quai 62 € Moteur Génois et Barre à roue 874,16 - Renforts Bossoirs 352 € Divers (lettres et bricolage) 150 €.=4502,60 €. Et oui le luxe se paie. En 3 ans les factures 3 PENCE sont égales à celle de GIB-LAU sur 10 ans.

 

 

Martinique Mars 2010 (179).jpg

St Pierre

dimanche 26 janvier 2014

Partis de St Pierre le 22 nous sommes Arrivés à Roseau en Dominique 5h après. Le 23 nous avons fait notre entrée et un petit tour de la capitale, retour au bateau. Le lendemain, après maints palabres et tractations, nous somme partis, avec un couple de Grecs racolé par le chauffeur du minibus, en visite, dans cette  végétation luxuriante, des cascades de Trafalgar, puis les sources d’eaux chaudes pour finir en fin à l’extrême sud au village de soufrière puis la pointe de Cachacrou. Depuis vendredi après midi nous sommes au nord de l’île au mouillage de Porsmouth.

     

Roseau Dominique (3).JPG

 

Roseau Dominique (4).JPG

  

Roseau Dominique (7).JPG

 

Roseau

 

Roseau Dominique.JPG

Roseau mouillage devant l’Anchorage

 

Trafalgar Dominique (4).JPG

Trafalgar Dominique (2).JPG

 

Trafalgar Dominique (5).JPG

Dominique Source Chaude.JPG

Les cascades de Trafalgar, la forêt tropicale et les sources d’eau chaude.

Pte Cachacrou.JPG

 

La pointe Cachacrou

 

Soufrière (3).JPG

 

Soufrière (4).JPG

 Soufrière (2).JPGSoufrière (1).JPG

Village de la soufrière avec les

résurgence d’eau chaude de La pointe Cachacrou

 

Mardi 28 janvier 2014

Dimanche soir, nous sommes allés au barbecue, organisé par les « Boats Boys » de Portsmouth, qui se sont regroupés au sein d’une association et qui proposent différents services dûment tarifiés. Cela a permis d’évincer du mouillage la quasi totalité des éléments indésirables. Quoi que… Les petits trafiquants étaient bien là, le soir après le repas, quand tous le monde c’est mis à danser. Mais bon… les bateaux semblent, contrairement à une époque pas si lointaine, en sécurité et les rapines à bord sont exceptionnelles.

La météo n’est pas terrible nous avons grains sur grains et les canaux sont annoncés par méteo France avec 3à4m de creux et 35 nœuds et plus sous grain. Alors comme personne nous attend, nous restons au mouillage au moins jusqu’à samedi, d’autant que nous venons de retrouver Manu  sur son nouveau bateau, «Martin Eoin » La première fois que j’ai rencontré Manu, c’était il y a prés de vingt ans « déjà !) à St Martin. Nous quittions nos bateaux respectifs pour aller, chacun de notre côté, animer, guitare à la main, quelques soirées, ici ou là, dans l’ile. Depuis nous nous sommes croisés à plusieurs reprises lors de nos pérégrinations. D’autre part Daniel, un français un peu seul avec qui nous avons sympathisé, doit, si tout va bien, en compagnie de deux de ses amis qui habitent la Dominique, nous emmener voir la réserve des derniers indiens Caraïbes.

Mouillage de Portsmouth (1).JPG

Mouillage de Portsmouth

Vendredi 7 février 2014

 

Depuis le 1 février nous sommes aux Stes magnifique archipel dépendant de la Guadeloupe. Nous avons mouillé devant le bourg sur bouée payante (9€) afin de faire les formalités (1€) quelques emplettes et retrouver Raymond, notre ami suisse sur Ariès. Deux jours après nous étions derrière le pain de sucre. Mouillage certes un peu encombré mais moins rouleur que face au bourg et surtout beaucoup plus joli et tranquille. D’ailleurs l’anse s’appelle Anse du Bois Joli. Autre avantage non négligeable nous avons la Wifi de l’hôtel d’en face. Cela ne nous empêche pas de faire nos ballades à pieds dans l’ile, on traine, on se tropicalise. Hier soir, petite fête improvisée sur un cata voisin. J’avais été les chercher avec mon annexe, alors qu’ils étaient à la dérive moteur en panne. Des jeunes gens bien sympathiques avec leurs enfants et leurs amis de nav. sur le cata voisin, qui ont également 2 enfants. Résultat : 8 adultes  et 4 enfants de 8 à 14 ans. Guitare, flûte traversière, tout ce beau monde sur « Fleur de sel ». Hier à cause d’un grain violent, 3 bateaux ont dérapés, aujourd’hui nous ne sommes plus que huit, le tiers par rapport à notre arrivée.

 

Archipel des Saintes (5).JPG

 

 Le 10fevrier 2014

Départ des Saintes pour la Guadeloupe arrivés à l’ilet Pigeon , Mouillage devant la plage de Malendure.à 12h 30. Nous avons retrouvé un bateau ami et demain plongée à l’ilet « réserve Cousteau »

A Deshaies [].JPG

 

Deshaies : Retour de plongée

Le 13 Février

Après un « beau snorkelling »,arrivés hier à Deshaies que nous connaissons déjà, un petit tour en ville et départ  ce matin pour Antigua.

 

A Deshaies (1) [].JPG

Deshaies 

17février 2014

Arrivés à English Harbour le 13 à 12h. Après avoir tourné et viré dans ce mouillage plus que fréquenté, nous sommes allés mouiller à Falmouth devant pigeon Beach demain direction Jolly Harbour puis si le vent le permet : Barbuda.

 

20140216_225731 [].jpg

 

 

English Harbour

Antigua Jolly Harbour Le Casino (2) [].JPG

 

Jolly Harbour le casino

Antigua St Johns (3) [].JPG

ST John

 

 

 

 

18 février 2014

Nous sommes partis de Jolly Harbour un peu tardivement ( 8h30) en direction de Barbuda. Mais arrivés à hauteur de St Johns mes problèmes intestinaux toujours récurrents et le vent plus nord que prévu, m’ont décidé à faire route sur St Barth, que nous venons d’atteindre seulement à 23h. Mouillage par 14m de fond à quelques encablures du rocher Caille. Les places sont chères à Gustavia, au sans propre et figuré.

Antigua Jolly Harbour (2) [].JPG

 

Jolly Harbour les marinas

 

 

19 février 2014

8h, aussitôt réveillés les autorités portuaires passent au bateau pour nous demander d’aller faire notre entrée. 7€50. Nous faisons entée et sortie en même temps, car notre destination est  un endroit  plus bucolique : l’anse Colombier. Normalement il faut revenir à Gustavia pour faire la sortie ;ça va pas non ! Résultat nous ne resterons qu’un jour « sur bouée »et demain départ pour St Martin.

Lundi 24 février 2014

Bien nous a pris de faire route sur St Martin car, si mes problèmes intestinaux « diverticulite »se sont grandement améliorés sous l’effet des antibios, maintenant c’est le tour de Joce, elle a perdu une couronne. Jeudi arrivés au mouillage et dans l’après midi visite chez le dentiste. Vendredi radios et ce mercredi elle doit se faire extraire sa molaire trop abimée pour refixer sa couronne. Hier un copain de St Martin « gros louis » et venu manger à bord puis nous sommes allez voir le défilé du carnaval des écoles primaires.

 

 

St Martin un dimanche Avec Louis et sa devise! [].JPG

St Martin un dimanche Avec Louis 1 (1) [].JPG

Jean Louis le capitaine et leur devise

20 mars 2014

Parti de St Martin le lundi 17 nous sommes arrivés à Tortola le lendemain, en ralentissant l’allure au maximum pour ne pas arriver de nuit à Soper’s Hole. Nous avons fait notre entrée (douane, immigration) sans problème majeur mais après a commencé le parcours du combattant.

Pour 14 dollars US nous avions fait par internet un « ESTA. » Papier qui est une demande de renseignements et qui dispense, sous réserve de l’accord des autorités US, d’un visa pour entrer sur le territoire des Etats unis. Visa provisoire (3 mois) et obligatoire pour enter en bateau. Nous voilà donc le lendemain, via le ferry qui relit Tortola à St John, en 30 mn, devant le bureau de l’immigration pour faire le visa et obtenir le précieux sésame. Prise des empreintes de la main droite (4doigts plus le pousse) même punition pour la main gauche, puis prise de vue des yeux. Après quelques questions heureusement primaire, comme l’anglais de joce (moi je suis double zero). D’où venez vous, ou allez vous ou habitez vous etc.. Un tampon visa provisoire de 3 mois fut apposé sur nos passeports.

Retour à Tortola par le ferry et rebelote. Il faut repasser la douane et l’immigration pour pouvoir rejoindre le bateau. Nous avons donc un tampon d’entrée à Tortola BVI pour le 18 un autre pour le 20, un pour St John USVI mais aucun tampon de sortie. Il parait que ce n’est pas nécessaire. Nous verrons bien demain en arrivant à St Thomas USVI. Il n’y a pas grand-chose à faire à St John si ce n’est d’acheter leurs bijoux fabrication locale. Quand aux 2 ou 3 mouillages aperçus du ferry, ils sont apparemment splendides et sauvages, l’ile étant en grande partie vierge de toutes constructions et épargnée du tourisme de masse. Mais nous n’y retournerons pas avec le bateau car il faut refaire une entrée, pour voir grosso modo, ce que nous connaissons déjà. Nous irons direct à St Thomas.

 

St John (2).JPG

Tortola Shoper's Hole (1).JPG

Soper's Hole Tortola

St John (19).JPG

 

 à St John

 

St John (9).JPG

 

 à St John les bijouteries locales

St John (10).JPG

 à St John les bijouteries locales

 

21 mars 2014

Partis de Tortola à 10h, après avoir payé 15 dollars par personne pour la sortie, nous sommes arrivés à St Thomas Amalie à 14h.  A 15h 30 nous étions à la douane. Là nous nous sommes aperçus que nous étions vraiment entrés aux Etats unis, vu les questionnaires et formulaires à remplir. Heureusement une jeune douanière parlait espagnol. Elle était pleine de bonne volonté et de compréhension. Tant et si bien que c’est elle qui à rempli les formulaires à notre place et nous a accompagné aux bureaux à côté celui de l’immigration. La c’est plus la même histoire. Moins de complaisance envers notre incompréhension des questions et rebelote pour les empreintes des mains et photos des yeux. Puis après avoir tamponné le passeport de joce, il me reprend le mien. On ne comprend rien à ce qu’il nous demande, branlebas avec interdiction à la douanière de traduire, Intervention de la chef et sous chef. Bref nous étions entrés tous deux le même jour à St John, l’un avait l’autorisation jusqu’au 17 juin l’autre jusqu’au 19 juin : pourquoi ? Impossible de s’expliquer sur une erreur de son collègue. Cruel dilemme pour ce pauvre fonctionnaire finalement sur le conseil de sa chef, il a corrigé tant bien que mal le 19 pour qu’il devienne un 17. Demain journée détente et visite de la ville et de ses environs.

 

 

 

Visite de St Thomas (6).JPG

 

 Main street Les Bijouteries duty free se succedent

Visite de St Thomas (16).JPG

 

Visite de St Thomas (19).JPG

Visite de St Thomas (30).JPG

Visite de St Thomas (33).JPG

Visite de St Thomas (36).JPG

 

25 mars 2014

Nous avons mis 7h pour faire 20 mn. Très peu de vent nous avons fini au moteur pour ne pas arriver, de nuit à Culebra, dépendance de Puerto Rico, où nous sommes aujourd’hui. Ce  matin direction le petit aéroport où nous devons faire les formalités. Une vingtaine de minutes de marche pour recommencer le calvaire habituel : les formalités ! Là c’est encore autre chose, heureusement en espagnol et malheureusement avec un débit un peu trop rapide. Un deuxième plus cool prend le relais. « Vous avez téléphoné ? » « Ah non ! » « Il fallait téléphoner aux autorités avant de mettre le pied à terre. Téléphonez à ce numéro ! » « Désolé je n’ai pas de téléphone. » Il compose un n° et me passe son tel. Au bout du fil un type surement devant son ordi, pour contrôler les réponses,  me pose les mêmes questions que celles présentes sur les précédents formulaires sauf que là, outre qu’il parle très vite, il est souvent inaudible à cause des conversations des douaniers et des mouvements incessants des petits avions sur la piste toute proche. Le plus difficile étant d’épeler les noms, et dates de naissances. Pour en venir en fait à : Delta,Echo,Lima,Alpha,Romeo,Charli,Hotel,Echo 11/04/1946 et non 04/11/1946. Puis après avoir rempli une autre fois, les mêmes formulaires qu’à St Thomas, payé 37 dollars pour la « Cruising license » il nous fut recommander d’acheter une puce pour retéléphoner aux autorités avant de débarquer sur l’ile de Puerto Rico. Vive l’Amérique !

 Vendredi 28 Mars 2014

Hier nous avons pris le ferry boat qui relie Culebra à Puerto Rico. 4’50 Dollars US par personne aller et retour. Nous pensions visiter Fajardo, pendant que nos amis se rendaient aux différentes marinas afin de sortir leur bateau « Carati » victime d’un problème moteur. Fajardo est un lieu dit, terminal du ferry en pleine cambrousse où il n’y a rien à visiter si ce n’est quelques marinas alentours bordées d’immeubles et séparées de quelques kms. Nous avons bien transpiré et bien marché dans la campagne pour, au final, reprendre le ferry de 17h parti à 19h30 celui de 17h ayant été supprimé. Trois heures assis sur un banc du terminal à attendre nos amis et le départ. Heureusement nous avons bien ris pendant le voyage et nous avons aperçu ainsi, les mouillages à faire ou à éviter.

 

Culebra le village (6) [].JPG

Culebra le super marché [].JPG

Culebra Centre et le super marché

 

Culebra le village [].JPG

 

Culebra mouillage Ansenada Honda (3) [].JPG

 

C’est sûr que ce mouillage doit être dangereux par Tsunami

 

mercredi 2 avril 2014

Après quelques mouillages de Culebra avec 3 pence ou en annexe et une visite de l’ile en Carita  (petite voiturette qui ressemble à un carting équipé de sièges et d’un toit, à 25 kmh en vitesse de pointe), nous avons levé l’ancre pour Puerto Rico. Une nuit passée devant la petite ile de Cayo Icacos, petit snorkeling sur la barrière de corail, visite de Cayo Lobos, nous voici au mouillage de L’isla Marina petite marina reliée à la ville de Fajardo.par une navette aux aller et retour incessants, jusqu’au terminal que nous avons pris l’autre jour. Après une journée « lecture » demain nous irons louer une voiture pour visiter San Juan.

 

Visite de Culebra avec Carati Pierre et anne Marie [].JPG

 

Visite de Culebra

 

Puerto Rico Cayo Icaco (15) [].JPG

 

 

Mouillage de Cayo Icaco

 

PUERTO RICO SAN JUAN Castillo ST Felipe.JPG

PUERTO RICO (6).JPG

PUERTO RICO (9).JPG

PUERTO RICO SAN JUAN Castillo ST Felipe (9).JPG

PUERTO RICO SAN JUAN Castillo ST Felipe (19).JPG

 

dimanche 6 avril 2014 : 18 O6 N 65 34 W.  

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire à l’ainé de mes petits enfants. Voila 17 ans, je sortais des quelques semaines passées en Amazonie dans les méandres de l’Orénoque. Extrait de mon journal de l’époque.

« Il est 17 h 20 ; putain que la vie est curieuse. Voilà un instant, je viens d'apprendre que je suis grand-père d'un petit garçon avec un nom bizarre. Il s'appelle Yovanyan ou un nom comme ça, je ne sais pas, je n'ai pas pu très bien comprendre au téléphone. Comme j'étais en train d’écrire ces lignes, une vedette est passée très près de moi. J'ai mis le nez dehors, pensant qu’il s’agissait des gardes civils, venant me rendre visites. Ce n'était pas eux. Ils sont venus plus tard. C'était deux hommes qui travaillent sur la plate-forme de la B.P. L'un d’eux était français. En voyant mon pavillon, il a fait demi-tour pour venir me voir. Ils avaient entendu parler de mon passage par les gardes, tous s'inquiétaient et se posaient des questions à mon sujet pensant que je m'étais perdu dans les méandres de l'Orénoque. Rares sont les bateaux qui viennent, encore plus rares sont les bateaux qui ne réapparaissent pas au bout de quelques jours à l'embouchure. »

 

Ce n’était pas Yovanyan mais Kilian, bon anniversaire KIKI. Dieu que le temps passe vite. En prenant de l’âge j’ai comme l’impression que les années comptent double, voilà pourquoi il faut en profiter au max. A ce propos, nous profitons aujourd’hui d’un mouillage quasi désert. Presque désert, car si nous étions seul hier au soir, 3 bateau anglais ont jeté leur pioche dans nos environs pendant la nuit. C’est bien la première fois depuis bien longtemps, que nous mouillons face à une plage magnifique de 1Mn et déserte, rien à voir avec les mouillages encombrés des Vierges ou du reste des Petites Antilles. Nous sommes à l’ouest de Vieques. Mardi aussi, nous étions seuls, en compagnie de Carati,à Cayo Icaco, mais les « promène couillons » ont déversés leur flots de touriste des 9h du matin.

 

VIEQUES Punta Arena (1).JPG

 

 

VIEQUES punta Arena (NW)

 

lundi 14 avril 2014

Hier nous sommes allés à visiter PONCE à quelques kms de notre mouillage actuel. Ne jamais faire une visite un dimanche, c’est ville morte. On nous avait pourtant assuré qu’il y avait la fête. Effectivement elle y était mais le samedi ! Nous avons pu avoir une idée de la ville, visiter une vieille maison bourgeoise, manger et faire la « WIFI » dans le resto frigorifique de Burger King, (c’est dingue leur clim). Sur le chemin du retour nous avons pu faire des appros au super marché, notre taxi ayant bien voulu nous y déposer et nous reprendre ¾ d’heure plus tard. Allez retour 25 dollars US, à partager avec nos amis de « CARATI ». Le soir, comme la veille, le paséo était bourré de  monde et de musique aux décibels non contrôlés. Aujourd’hui il nous faut faire de l’eau, du gaz si possible, et notre sortie du pays. Prochaine escale si tout va bien : Los Roques à 360 mn au sud de Puerto Rico.

 

PONCE (9).JPG

     

PONCE (6).JPG

Visite des vestiges de la Fête d’hier

PONCE.JPG

Ponce place principale

 

dimanche 27 avril 2014

Depuis Vendredi 18 Nous sommes à Los Roques au Venezuela. Partis de Ponce (Puerto Rico) Le 15 à 6h du matin nous avons fait les 360 Mn en 3 jours et demi. En ayant 2 jours (les16 et 17) avec 10-12 nœuds de vent. Par contre depuis que nous sommes arrivés c’est 25 nœuds (Est-S Est) de moyenne ; ce qui rend certains mouillages inconfortables où les promenades en annexe s’apparentent quelques fois à des douches salées, tant le clapot est important. Donc après Grand Roques pour faire notre entrée et le change (change parallèle, « 55 le dollar et 70 l’euro » sans commune mesure avec le change officiel)  nous sommes allés sur les îles de Francisqui, bien abritées mais un peu encombrées à cause des vacances de Pâques (ceci étant relatif, comparé aux mouillages des îles françaises) puis nous avons fait, les îles de Cayo Pirata, Madrizqui, Crasqui, Rabusqui devant Caya loco. Pour ce dernier mouillage, le clapot étant trop désagréable et comme il fallait un peu de ravitaillement, nous sommes retournés à Grand Roques faire du change et acheter un peu de frais avec des liasses de billets.

En cherchant, je ne sais quoi dans les équipées, Joce a eu une très désagréable surprise. Nous avions eu le dernier jour de nav. avant les Roques, un peu musclé, avec des vagues par le travers qui venaient se fracasser sur le bateau. A un moment, sans prévenir, l’une d’entre elle monta à l’assaut de 3 Pence, inonda le pont passa par dessus la casquette et fini sa course sur la table à carte, mettant fin à des années de bons et loyaux  services de mon ordinateur. Mais la surprise de joce fut tout autre. L’équipée où était rangé son MP3, ses montres, quelques papiers était pleine d’eau. Tout baigné allègrement. Vu que des tonnes d’eau ont recouvert le pont, suite aux attaques incessantes de la mer, il est vraisemblable qu’une  mauvaise jointure coque pont sur l’avant tribord a laissé rentrer une quantité non négligeable d’eau laquelle c’est infiltrée peu à peu au dessus de la penderie, finissant sa course dans la dite équipée. Résultat : plus d’ordi, plus de MP3, plus de montres,les affaires mouillées pleines de sel et beaucoup de travail.

Nous avons fait 4 restos pour une moyenne de 500 Bolivars soit environ 7 € bière, dessert, café compris. Hier 1kg de steak 165 Bolos soit 2.35 € le KG. Il ne faut pas oublier que nous sommes dans un archipel touristique éloigné du continent, donc les prix sont majorés au max. mais cela reste largement accessible pour nous, malgré les 38 € de droits d’entrée pour le « Parque National Archipielago Los Roques » Après nos emplettes nous sommes retournés, toujours en Compagnie de nos amis belges de CARATI, derrière les cailles de Francisqui. où nous sommes aujourd’hui.

Los Roques 2 (65).JPG

 

Au fond Grand Roques

 

 

Los Roques au Restauant (3.50 Euros avec la bierre).JPG

7 euros Bière, dessert, café compris

Los Roques au Restauant (6).JPG

 

 

 

LOS ROQUES (14).JPG

Un peu de dettente

 

 

A Grand Roques (1).JPG

 

 

Le Pueblo de Grand ROQUE

Samedi 3 mai 2014

Notre séjour au Roques va s’achever. Hier nous avons fait notre sortie et quelques emplettes pour finir les Bolivars qui nous restaient car après, on peu se les mettre ou je pense. Un peu de viande, des potages, fromage,légumes, confitures, « frutas y verduras, » gailletas, pain, 4 paquets de cigarettes et 24 bières 20 €. Surprise en arrivant aux annexes : quelqu’un les avait remontées tout en haut sur la plage. En fait, pendant que nous étions, avec Pierre au bout du patelin, chez les gardes côtes pour faire la sortie, nos femmes étaient passées prés des embarcations, lieu de ralliement. Les voyant pleines d’eau et de sable ballotées par les flots, elles les ont avec l’aide d’un autochtone mises hors d’atteinte des vagues. Trop tard hélas, le moteur était trempé. Il démarre mais ne prend plus ces tours. « Teuf, teuf, teuf. » Vidange et nettoyage de la nourrice (qui était restait à l’envers dans l’eau) ainsi que du tuyau d’alimentation, remplissage avec mélange neuf, essais ; même résultat. Avec l’aide de Pierre nous avons démonté le carbu, nettoyé, séché ce qui pouvait l’être. Nous verrons aujourd’hui ci cela est suffisant. Pour l’heure destination la dernière Isle à l’ouest des Roques, avant Les Aves, Bonnaire et Curaçao où nous devrions pouvoir « hiverner » le bateau, pendant notre séjour en France.

 

Los Roques 2 (29).JPG

 

vendredi 9 mai 2014

 

Nous voici à Curaçao ou nous sommes arrivés hier soir. Deux jours aux Aves de Barlovente un aux Aves de Saltovente puis pour finir deux jours à Bonaire ou nous avions donné le moteur à réparer. Le mécano nous à fait attendre pour nous ramener le hors bord, lequel est toujours teuf, teuf et pire, hier soir, il s’est arrêté complètement et n’a plus voulu repartir. Nous voilà parti à la dérive en quittant le bord de « Carati. » Nous avons manqué le bateau d’un cheveu. Il va falloir décidément, que je donne des leçons d’aviron à ma Joce. Le temps que Pierre mette son moteur et sa nourrice sur son annexe nous avions enfin regagné, non sans mal, notre bord quand il est venu à notre secours. Heureusement il n’y avait pas péril en la demeure. Un vent raisonnable et la terre un peu plus loin. Contrairement au dernier jour aux Aves ou il y avait beaucoup de vent et ou Pierre et Anne Marie qui étaient venus boire un pot à bord, ont failli manquer « Carati ». Derrière eux c’était le large, mauvais délire.

 vendredi 16 mai 2014

Voila notre périple saisonnier s’arrête. Le hors bord est remisé en pièces détachées dans le coffre en attendant notre retour. Nous allons prendre l 'avion pour Bonaire; Amsterdam puis Paris arrivée prévue pour samedi 17; alors à la saison prochaine

 

Curaçao la capitale (10).JPG

Curaçao la capitale 

 

 
Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...