Catamarans DEAN : Problème de sructure

32559 lectures / 862 contributions / 0 nouveau(x)
Hors ligne
CATANA472 (Catamaran)
Inscrit forum
réponse n°178518
Atyas a écrit :
LUCMALEJAC a écrit :

Il n'y aura que la fin de triste car je  suis en train de porter cette affaire au pénal et certain responsables prennent des risques énormes  à éviter de regarder la vérité en face.

...

Les intérêts financiers sont ils au dessus des vies humaines ???

Bonjour,

Si celà ne dévoile pas inconsidérément vos plans, je suis intéressé par les arguments qui vous permettraient, en l'état du dossier, de porter celui-ci au pénal.

Quand à savoir si les intérêts financiers sont ou non au dessus des vies humaines, il me semble que nous connaissons déjà tous la réponse...

 Pour répondre à votre question je puis vous dire  ceci:

Le premier DEAN441 cassé a été réparé par le chantier DEAN en 2009.  Lorsque j'ai signalé des anomalies le chantier m'a simplement répondu que les fissures et déformations que je contatais n'avaient pas d'incidence sur la structure du navire. Vous pouvez lire les premières réponses de DEAN sur ce forum.

Devant des photos Peter Dean m'a aussi confirmé qu'il n'y avait aucun danger. Il savait le risque puisqu'il a réparé un premier bateau en quatre mois dans son chantier qu'il y avait un problème grave.

Peter DEAN savait que son représentant MOndoulet avait remis des faux certificats de conformités pour franciser les navires puisque ces certificats n'existaient pas jusqu'en février 2011 et encore uniquement pour les bateaux construits après cette date.

Il m'a donc laissé naviguer en sachant que je risquais ma vie et celle de mes passagers  . Les autres propriétaires actuellement sur l'eau avec des bateaux similaires sont en danger et il ne fait rien .

Vous pouvez constater l'état du bateau de Corinne ERIZO qui se trouve sur ce forum. Cette dame se trouve sur son navire dans une zone difficile  et DEAN ne fait toujours rien.

Mais les organismes de leasing et les assureurs continuent à fermer les yeux  et cela est aussi passible de condamnations pénales. Comme toujours il faut attendre quelques morts pour avoir une réaction.

C'est vrai que je dérange mais je ne me pardonnerai pas mon silence si un plaisancier fait naufrage avec ce type de bateau alors que tout le monde maintenant est au courant du problème.

Pour ma part j'ai confiance et je vais trouver une solution pour naviguer à nouveau.

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°178605

Je vous souhaite bien évidemment de résoudre ce délicat problème. Il est vrai qu'au prix des bateaux actuels, aucun particulier ne peut financièrement assumer la survenue d'une telle défaillance. Quand à la mise en danger de vies humaines, mise en danger liée à des défaillances supposées connues des constructeurs, je rappelle l'accident récent du vol AF 447 dont la défaillance supposée des tubes de Pitot aurait été connue de tous sans empêcher pour autant les avions de voler. Mais ce n'est une infraction pénale que dans le film "Minority report" ou l'on peut effectivement prévenir policièrement et judiciairement les délits avant qu'ils ne soient commis. Dans la vraie vie, l'infraction pénale doit être caractérisée - l'accident -, ce que ne manquera pas de vous dire votre avocat. Les faux certificats, s'ils sont avérés, peuvent sans doute constituer une piste.

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°178714
Addy a écrit :
Suite ...

A la vue des photos on prend mieux connaissance de la gravité des déformations.
Et Dean Catamarans qui pense recoller ça sur un ponton de marina, et un petit coup de Sikaflex, un peu de résine... et hop le tour est joué...
De qui se moque t on?  la sécurité n'a pas de prix et les clients, Dean Catamarans doit à ses clients que tout est bien en règle et dans les normes.
Mais surtout Dean Catamarans doit appliquer le principe de précaution et revoir tous les bateaux susceptibles de poser problème,
et traiter ceux comme celui de Corine Erizo, pour qui aucun doute n'est permis pour dire qu'ils son défectueux.

Nos ne sommes pas naifs, la malformation est visible à l'oeil nu et même un marin du dimanche ne pourait la rater.
Les rapports d'expertise de Luc en sont la confirmation officielle.

Dean Catamarans fait encore une fois la une par sa position de l'Autruche (normal pour l'Afrique du Sud)
mais pas pour nous en France. Il y a des lois et juridictions pour les faire appliquer.

Continuons notre action pour ceux et celles dans le même cas que Luc.

Hors ligne
CATANA472 (Catamaran)
Inscrit forum
réponse n°178720

En plus de tout cela je viens d'apprendre par un ancien employé de DEAN qu'il a une manière très agréable de parler de ses clients Français . ils nous appelle des "FUCKY  FRENCHIES"

C'est sans commentaire

Hors ligne
DUFOUR 36CC
Inscrit forum
réponse n°178725

Bj Luc,

Je pense tout simplement que ce chantier n 'a pas les moyens de réparer tout ses catas donc la solution pour éviter ses problèmes est de tirer en longueur et éventuellement de préparer une nouvelle sociète.
Beaucoup de constructeurs de maisons par ex  se mettent en faillite pour éviter les procès pour les garanties, j 'espère  pour toi que ce n 'est pas cela. mais..... a t-elle les arrières solides pour digèrer cela?????????????

A+

Joël

Hors ligne
OCEANIS 331
Inscrit forum
réponse n°178797

Bonjour à tous et Luc,

Je vois avec grand étonnement que tu régresses à grand pas avec le monsieur Dean. Je crois que pour Mondoulet c'est le même comportement !

je te suis avec beaucoup d'intérêt et nous évoquons souvent ta sale affaire avec les naviguateurs que nous rencontrons dans les marinas ou dans les mouillages. En général ils sont très surpris du comportement de ce constructeur de catamaran et ils ont bien en tête le nom de Dean.

Tout coeur avec toi.

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°178818

Bonjour à tous voici le dernier message de Corine Erizo.
Vous comprendrez encore mieux la situation plus que délicate, la difficulté et les problèmes contre lesquels elle doit faire face à 15.000 km.

Massage du 03 Juillet 2011.

Bonjour,

Un grand merci pour votre soutien.
Cela fait chaud au cœur, car sous les Tropiques de l'Océan Indien, on se sent vraiment seul et loin de tout.
Je suis sur Madagascar actuellement.
J'ai été contrainte de quitter Mayotte où je pouvais correspondre par la Poste française et Internet à peu près correctement.
Même si Internet dans ces endroits, est loin d'être ce que l'on connait en France, et pourtant beaucoup plus cher.
Je risquais en restant à Mayotte, de voir mon bateau taxé à 43%.
J'ai déjà assez de problèmes comme ça ...

En septembre 2010, après avoir constaté que Luc et moi, avions les mêmes symptômes sur nos bateaux, j'ai demandé à Groupama une expertise afin de vérifier l'état de mon bateau.
Ils ont pris en charge l'expertise, nommé le seul expert de Mayotte.
Ce dernier a conclu à des désordres structurels, demandant des investigations plus poussées par un chantier naval.
Il précisait qu'aucun chantier digne de ce nom n'existait dans l'Océan Indien.
Par contre il a considéré le bateau comme toujours navigable.
Avec les mêmes symptômes, maintenant même aggravés, 2 autres Dean 441 ont été déclarés "non navigables", mais pas le mien !?

Groupama depuis n'a pas poursuivi les investigations et m'a même fait savoir récemment par mon courtier ANP, qu'une nouvelle expertise ne se justifiait pas !
Quand on sait que Groupama connait parfaitement la situation de cette affaire "Dean", on se demande s'ils sont responsables.
Car, je vis sur le bateau et je suis en danger permanent sur un bateau potentiellement dangereux, puisqu'il peut casser et couler ...
Et Groupama ne trouve rien de mieux que de faire la sourde oreille, et, ou, l'autruche.
Peut-être attendent-ils que je coule ?!

Etant donnée l'attitude de Peter Dean et de Groupama, l'un comme l'autre se préoccupant très peu de ma sécurité, j'ai effectivement pris contact avec un avocat maritime.
Je fonde un grand espoir sur son aide qui me sera précieuse, s'il arrive à faire réagir Groupama, pour qu'ils prennent des mesures:
- pour me mettre en sécurité moi, mon ami et ma chienne,
- pour faire rapatrier le bateau sur un cargo (seule possibilité dans l'état actuel du bateau) vers un chantier naval en France, afin d'effectuer les investigations nécessaires.

Je vous précise que je n'attends plus rien de Peter Dean.
Il m'a laissée partir avec le catamaran de Cape Town, Afrique du Sud, sans rien me dire, passer le Cap de Bonne Espérance, alors qu'il venait de réparer un 1er Dean 441.
Quand je lui ai signalé les premiers désordres, moins d'un an après, il m'a dit que ce n'était pas grave, mais qu'il devait m'envoyer quelqu'un pour réparer.
Mayotte ne lui plaisait pas, il voulait que j'aille à Nosy Be, Madagascar. Maintenant que j'y suis, plus de nouvelles.
C'est bien après que je me suis rendue compte de la gravité des choses, grâce à Luc Malejac.
Peter Dean a joué à l'apprenti sorcier, a fait des erreurs, mais n'assumera pas. Il n'en n'a pas les moyens ni la volonté.
Il a fait des essais de matériaux, de modifications, sans avertir ni ses clients, ni les services d'homologation CE, et sans faire faire des calculs de viabilité à des ingénieurs de construction navale.
Il n'emploie pas de gens qualifiés, ou très peu, souvent formés sur le tas.
Quand j'ai quitté l'Afrique du Sud en juillet 2009, il avait déjà licencié la moitié de son personnel.

Je vous remercie de votre soutien moral qui me touche beaucoup du fait de mon isolement.
Il est très difficile de se défendre d'ou je suis.
Je ne peux pas laisser le bateau car il n'y a pas de marinas et le bateau serait pillé tout de suite.
Etant bloquée sur le bateau, je ne peux pas travailler et je n'ai donc pas une grande envergure pour agir.

Je n'ai pas lu vos messages sur STW, n'ayant pas facilement la possibilité d'aller surfer sur le net, mais je vous en remercie vivement.

Si vous pouvez mobiliser les gens sur STW afin qu'ils fassent bouger les choses auprès de Groupama, ce serait super.
Car Groupama ne considère même pas encore mon dossier comme un sinistre, mais le traite dans le cadre d'une protection juridique uniquement.
J'ai dépensé mes dernières économies pour venir au salon nautique de Paris, en décembre 2010, et y rencontrer tous les intervenants dans cette affaire.
Groupama m'a refusé un RDV alors qu'ils savaient que je n'étais là que pour quelques jours !

C'est scandaleux pour une grosse société qui se veut un des leaders de l'assurance maritime.
Ils m'ignorent et m'abandonnent au bout du monde, Bravo !

Vous pouvez faire paraitre mon témoignage sur STW si vous voulez.
Encore un grand merci à vous et à tous ceux qui nous soutiennent dans cette épreuve, qui a transformé mon rêve en cauchemar.

Très cordialement,
Corinne ERIZO
Dean 44155 "ALOHA 125"

Hors ligne
SUPER MARAMU
Inscrit forum
réponse n°178838

 J'ai un peu peur que Dean en faisant trainer les choses , se prépare à déposer le bilan , Luc et Corinne ainsi que les autres propriétaires lésés , je ne saurais vous conseiller de prendre date auprés des cours de justices Sud Af , mais pourquoi pas auprés du syndicat des constructeurs Sud Af de bateaux . Engageons le combat face à de telles pratiques .

Peter Dean et Mondoulet , dégagez !!!!

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°178995

Il semblerait que Dean Catamarans soit aux abonnés absents.
Notre ami Tigger sur place pourrait il nous fournir quelques informations précises sur la situation du chantier?
Quelques photos pour illustrer tout ça serait pas mal.

Il semble aussi suite au courrier de Corine Erizo qu'après Dean, ce soit Groupama qui fasse la sourde oreille.
Curieuse méthode et étranges façons que de traiter ce dossier.
Pour le leader de l'assurance nautique français ce n'est pas une belle image qu'ils donnent.
Continuons à faire pression pour que les victimes de Dean puissent être entendues.

Les bateaux suceptibles d'être touchés vont du 41 au 66 ( sauf erreur )
Propriétaires, faites nous connaître l'état de votre catamaran et n'hésitez pas à nous contacter en cas
de découverte des déformations.

Petit Retour en arrière:
j'avais dans un précédent post évoqué la marge nette dégagée par Dean sur chaque bateau.
Sur cette série de 25 catas et au moins 2 Jag vendus,
la marge nette totale mise dans la poche de Mr Dean doit avoisiner les 3,5 à 4 Millions d"Euros.
Et une atitude sans équivoque quant à la prise de responsabilité.

Je laisse à chacun le soin de se faire sa propre idée et son jugement.

Hors ligne
CATANA472 (Catamaran)
Inscrit forum
réponse n°179060

Le fabricant DEAN fait le mort comme à son habitude et on se demande s'il existe encore.

GROUPAMA est un assureur à déconseiller car ils font tout ce qui est possible, et ils savent faire, pour ne pas prendre en charge le problème .

N'oublions pas qu'ils ont quand même fait un contrat spécifique pour cette série de bateau  CONTRAT PRESTIGE DEAN. Cela relève de l'incompétence  caractérisée.  Pour ma part cela était un argument complémentaire dans le choix de mon bateau.

Aujourd'hui il y a un problème et mis à part demander des papiers et encore des papiers ils ne bougent surtout pas.

Corinne ERIZO est aujourd'hui à Madagascar avec un bateau dangereux et l'ssaureur Groupama ne lui réponds pas pour lui dire s'il faut quitter le navire ou si elle peut continuer à naviguer .

DAns ce litige qui concerne plusieurs bateaux je confirme que l'assureur GROUPAMA ne joue pas le jeux.  Et pourtant la prime est conséquente.

Je vous conseille donc à tous d'éviter cette compagnie  car si vous avez des problèmes vous ne trouverez personne pour vous aider .

Je vous demande à tous d'entrer en contact avec Corinne Erizo qui est à 15000 km sur un bateau cassé et qui ne sait plus quoi faire. Il faut l'aider à trouver une solution.  son mail est erizocorinne@hotmail.com

Les liaisons internet marchent mal et elle se sent très isolée. J'aimerai que la solidarité entre marins  fonctionne .

Pour ma part une procédure est en cours dont je ne puis pour l'instant vous donner de nouvelles .


Hors ligne
SUPER MARAMU
Inscrit forum
réponse n°179061

 Cher Luc , peux tu nous dire ce que nous pouvons faire pour Corinne , en nous précisant ses besoins , nous pourrions lancer  qq actions de solidarité .

Qu'en penses tu ? 

Cordialement 

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°179075

Il va falloir savoir raison garder.

Le plus sûr moyen de perdre un procès est de se tromper sur les responsabilités de chacun. Le rôle d'un assureur n'est pas d'informer son client que son bateau est dangereux, c'est d'indemniser un sinistre une fois celui-ci survenu, dans la limite du contrat qu'il a conclu. En revanche, c'est bien la responsabilité du capitaine (du skipper, donc) que d'ordonner l'évacuation de son bateau, et ce, quelle qu'en soit la raison. Et, sous pavillon français, il est juridiquement le seul à pouvoir le faire. Ainsi, j'ai bien peur que le fait de prendre la mer sur un bateau jugé dangereux n'engage donc sa responsabilité en cas de sinistre et, qu'en conséquence, le résultat escompté des actions engagées auprès de l'assureur ou du Tribunal ne soit pas celui attendu...

Dans votre cas et celui de Corinne, les enjeux financiers sont très importants à l'échelle d'un individu et la difficulté sera de coordonner les actions des justices française et sud-africaine si vous ne parvenez pas à un accord amiable avec le chantier. Sans parler des désastreuses conséquences humaines.

Si j'ai bien compris, Corinne se trouve actuellement à Madagascar. Une solution, après accord, serait qu'elle puisse rallier le chantier situé à 2000 nautiques. Malheureusement, celui-ci n’est pas en bord de mer ainsi qu’en attestent Google Earth et Maps.

En l’état du dossier, je vous conseille d’avoir recours à une médiation. Et il est vital pour vous deux de connaître la situation juridique et financière du chantier.

En effet, le temps de la justice n'est pas toujours celui des hommes et les aléas de la vie savent toujours réserver à chacun son lot de désagréables surprises.

Anonyme (non vérifié)
réponse n°179080
Atyas a écrit :
Il va falloir savoir raison garder.

Le plus sûr moyen de perdre un procès est de se tromper sur les responsabilités de chacun. Le rôle d'un assureur n'est pas d'informer son client que son bateau est dangereux, c'est d'indemniser un sinistre une fois celui-ci survenu, dans la limite du contrat qu'il a conclu. En revanche, c'est bien la responsabilité du capitaine (du skipper, donc) que d'ordonner l'évacuation de son bateau, et ce, quelle qu'en soit la raison. Et, sous pavillon français, il est juridiquement le seul à pouvoir le faire. Ainsi, j'ai bien peur que le fait de prendre la mer sur un bateau jugé dangereux n'engage donc sa responsabilité en cas de sinistre et, qu'en conséquence, le résultat escompté des actions engagées auprès de l'assureur ou du Tribunal ne soit pas celui attendu...

Dans votre cas et celui de Corinne, les enjeux financiers sont très importants à l'échelle d'un individu et la difficulté sera de coordonner les actions des justices française et sud-africaine si vous ne parvenez pas à un accord amiable avec le chantier. Sans parler des désastreuses conséquences humaines.

Si j'ai bien compris, Corinne se trouve actuellement à Madagascar. Une solution, après accord, serait qu'elle puisse rallier le chantier situé à 2000 nautiques. Malheureusement, celui-ci n’est pas en bord de mer ainsi qu’en attestent Google Earth et Maps.

En l’état du dossier, je vous conseille d’avoir recours à une médiation. Et il est vital pour vous deux de connaître la situation juridique et financière du chantier.

En effet, le temps de la justice n'est pas toujours celui des hommes et les aléas de la vie savent toujours réserver à chacun son lot de désagréables surprises.

 Je pense qu'il est aussi de la responsabilité du capitaine de NE PAS effectuer une traversée de 2000nm dans cette région avec un catamaran qui n'a plus son intégrité originelle .Car "accord" ou pas c'est elle et elle seule qui restera responsable en cas de 'malheur' .Mais la c'est l'avis d'un marin et pas celui d'un juriste !
Je crois déja entendre:
-l'assurance : mais pourquoi avoir pris la mer avec un navire dont vous connaissiez ......etc
-les autorités : coupable de négligence ...etc
- le chantier : vous avez navigué dans une mer qui a agravé des problémes par ailleurs mineurs si ..etc

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°179085

C'est ce que je dis en introduction.

Toutefois, il va bien falloir sortir du problème et probablement prendre quelques risques calculés, la situation actuelle profitant bien évidemment au seul chantier. Parce que si il faut, en plus, activer la justice de Madagascar...

Anonyme (non vérifié)
réponse n°179099

La solution serait peut etre que le chantier convoi à ses frais et sous sa responsabilité le cata jusqu'en Afrique du Sud ...
Mais vu l'entrain du chantier à résoudre les problémes, il semble jouer la montre.

Hors ligne
FIRST 30
Inscrit forum
réponse n°179105

Je lis ce fil depuis le début avec une immense compassion et une infinie tristesse; l'issue se présente toutefois mal. D'un coté des moutons, de l'autre des loups. C'est trop tard pour regretter l'achat d'un bien couteux dans lequel on met ses économies à l'autre bout du monde dans un pays en voie de développement ou on ne pouvait pas vraiment imaginer s'appuyer sur la justice pour redresser une situation.
Il faut taper dur et engager une procédure mais la aussi, cela va etre tres couteux, y compris voyages et meme un succes juridique pourrait accélerer une faillite volontaire et/ou frauduleuse.
en tant que plan B, je m'adresserai - à plusieurs proprios - à un archi sérieux qui proposerait des modifications importantes rendant les bateaux navigables, au moins.
Bon courage, c'est une épreuve sans mort d'hommes mais c'est une épreuve tres dure.

Hors ligne
SANTORIN AMEL (Monocoque)
Inscrit forum
réponse n°179113
Littlewing a écrit :
 ...C'est trop tard pour regretter l'achat d'un bien couteux dans lequel on met ses économies à l'autre bout du monde dans un pays en voie de développement ou on ne pouvait pas vraiment imaginer s'appuyer sur la justice pour redresser une situation...
 

 Je pense que l'Afrique du Sud n'est pas un pays de non-droit ni en voie de développement...
 Le tout sera de trouver un bureau d'avocat compétent ...

Tous mes voeux vous accompagnent dans ce combat qui sera difficile.

Dany.

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°179114

Un problème assez similaire concernant un autre type de bateau est actuellement en cours au "Café d'en face". Et comme pour celui-ci, il expose, légitimement mais de manière partiale, le point de vue du propriétaire.

Cette note de Dean Catamarans est postérieure au post de Luc Malejac. Qu'en est-il ?

www.deancatamarans.com/fr/Dean%20Catamarans%20french%20letter.swf

Hors ligne
FIRST 30
Inscrit forum
réponse n°179116
Farniente a écrit :
Littlewing a écrit :
 ...C'est trop tard pour regretter l'achat d'un bien couteux dans lequel on met ses économies à l'autre bout du monde dans un pays en voie de développement ou on ne pouvait pas vraiment imaginer s'appuyer sur la justice pour redresser une situation...
 

 Je pense que l'Afrique du Sud n'est pas un pays de non-droit ni en voie de développement...
 Le tout sera de trouver un bureau d'avocat compétent ...

Tous mes voeux vous accompagnent dans ce combat qui sera difficile.

Dany.

 Je ne confonds pas l' AFSUD avec le Soudan, j'ai 28 ans de carriere sur tous les continents mais le lieu ou est depose la plainte est critique, c'était déjà la cap dans le businesse franco américain, si le tribunal de NY était compétent la société française meme ayant raison ne pouvait suivre, distance, langue parfois, cout ..

Hors ligne
CATANA472 (Catamaran)
Inscrit forum
réponse n°179158

Il est pratiquement impossible d'attaquer DEAN en Afrique du sud  devant la haute cours . C'est très compliqué et très couteux. En plus lorsqu'il va perdre il déposera le bilan pour renaître sous une autre étiquette.

Par contre il faut éviter que DEAN et sa clique puisse mettre à nouveau un propriétaire dans une situation catastrophique  . Pour cela il faut que le monde entier sache comment il réagit lorsqu'il a fait une erreur de construction. Car il a fabriqué de bons bateaux mais sur la série des  441 il a fait une grosse erreur de construction qu'il ne peut assumer. En plus de cela il a fait la preuve de sa manière de faire en produisant un certificat de conformité "bidouillé" pour les 441 probablement pour faire l'économie d'un contrôle obligatoire.

IL s'agit d'un problème qui est de l'ordre de l'assurance en FRANCE. La "fortune de mer " est ici caractérisée. Dans tous les contrats d'assurances le vice caché n'est pas couvert , par contre les conséquences du vice sont couvertes. Mais nous avons à faire à des assureurs qui savent faire durer les choses et essayer de gagner à l'usure. Cela est aussi inadmissible. Il faut savoir qu'une prime pour un 441 est de l'ordre de 6000€ par .
A ce prix on est en droit d'espérer une aide.

Je le répète il faut que nous trouvions une solution pour aider Corinne Erizo car elle se trouve à 15000 km sur un bateau qu'elle ne peut ni bouger ni laisser .

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°179167

Faux. Une fois de plus, méconnaître le fonctionnement élémentaire de son assurance expose à des déconvenues. Le vice caché n'est pas couvert par les assurances parce qu'il l'est par la loi et ce n'est pas le rôle des assureurs que de se substituer à la loi. Si vous avez vraiment l'intention de gagner par les voies de droit, recherchez et invoquez des arguments juridiquement recevables... Tout en étant conscient qu'avec un bateau sous pavillon supposé français, un agent suisse et un constructeur sud-africain, le combat juridique paraît d'ores et déjà extrêmement coûteux.

Avec près de 500 posts (!!!) sur le sujet, je pense que le message a été largement entendu. Et la perspective de l'éventuel dépôt de bilan n'est pas l'apanage de l'Afrique du Sud. En revanche, puisque vous invoquez les assurances, Dean doit avoir des assureurs qui eux, ne déposeront certainement pas le leur en cas de condamnation.

Et vu que malgré le battage les vôtres ne bougeront pas outre mesure pour un problème qui ne les concerne pas et que les relations avec Dean ne paraissent pas vraiment au beau fixe, à quel type de solution pensez-vous ?


Hors ligne
CATANA 40
Inscrit forum
réponse n°179170

 bjr , luc , a combien  s éléve le cout de la réparation ????

Anonyme (non vérifié)
réponse n°179171

L'assurance du constructeur ne prends pas en charge les défauts de constructions mais bien leurs conséquences .( le cas m'est arrivé mais en France il s'agissait de réservoirs defectueux l'assurance du constructeur ne prenait pas en charge la reparation de ce deaut mais mais bien leur conséquences : immobilisation, démontages des aménagements, vidange, et les cout consécutifs a cette malfacon : doubler les canalisations de remplissage,de mise à l'air etc..).
Mais Dean catamarant est il assuré ?

Hors ligne
CATANA472 (Catamaran)
Inscrit forum
réponse n°179233
Tropicat a écrit :
 bjr , luc , a combien  s éléve le cout de la réparation ????

 A ce jour personne n'est capable de dire le coût des réparations puisque personne ne sait exactement ce qu'il faut faire. Dean propose une procédure de réparation mais même son expert ne sait pas ce qui se passe et demande de plus amples démontages avant de dire ce qu'il est possible de faire.

De toute évidence il est difficile d'envisager des réparations dans les Caraïbes pour mon bateau et celui de J. Baccot et encore moins à Madagascar pour Corinne Erizo qui s'y trouve bloquée avec un bateau cassé.

Déjà le coût d'un rapatriement  est de l'ordre de 40 000€ des Caraïbes. Après il y a les réparations ???? et après il y a expertise de certification et nouvelle certification pour rendre les bateaux navigables.

Il faut se rappeler que le premier bateau qui a été réparé par DEAN  est resté 4 mois en usine à Cap Town et que la cloison principale a été entièrement changée!!!!

Cela donne une idée du problème  sans compter tous les dégats collatéraux à la rupture de la cloison.

Pour répondre  au message suivant je confirme que l'assureur commun de nos bateaux GROUPAMA ne couvre pas le vice caché mais toutes le sconséquences du vice caché seulement ils jouent les assureurs en espérant que  le temps découragera le splus tenaces. Ils se trompent  et cela va probablement leur coûter beaucoup plus cher.
Sur le bateau de Corinne le mât commence à s'enfoncer dans le pont  et la coque se défore . Sur le mine les cadènes sont sorties de 8 milimètres de la coque .

Hors ligne
FIREBALL
Membre cotisant
Administrateur depuis 1998
réponse n°179259

Des solutions procédurales pour contourner la clause de juridictions AF.SUD, il en existe plusieurs.
Mais elles supposent toutes de mettre en place un contentieux "collectif".
Etes-vous prêts à l'assumer? En coût et risque?
Cordialement,
Ariel DAHAN

Hors ligne
CATANA472 (Catamaran)
Inscrit forum
réponse n°179299

Effectivement il est possible de faire une action collective contre DEAN.

Le gros problème est que DEAN actuellement ne présente plus les garanties financières qui permettent d'espérer arriver à l'exécution d'un jugement.

Il semble que son assurance ne couvre pas ses erreurs  donc il est tèrs coûteux et très hasardeux  d'entammer une procédure contre ce fabricant .

Par contre l'assureur  Français qui couvre la majorité des DEAN est fortement responsable sur les conséquences du vice caché ou sur la forune de mer. Il est évident qu'une procédure contre cet assureur qui pour l'instant joue la montre est probablement la solution.

Hors ligne
SUPER MARAMU
Inscrit forum
réponse n°179303

 Cher Luc et autres propriétaires de Dean à problèmes , nous pouvons supposer que l'assurance de Dean en AF Sud est obligatoire comme ds la majorité des pays industriels , aussi je ne saurais trop vous conseiller d'obtenir qui était l'assureur pendant la construction de vos bateaux car il est possible que Dean dissimule de son mieux cette info capitale qui lui évite une procédure directe contre son assureur , car dans ce cas , il perdrait sa garantie et ne devrait plus pouvoir produire .

Bon courage nous sommes derriere vous .

Hors ligne
CATANA472 (Catamaran)
Inscrit forum
réponse n°179312

Nous savons qui est l'assureur de DEAN  mais hélas cela ne semble pas très intéressant . Même notre assureur Français Groupama ne semble pas vouloir attaquer l'assureur de DEAN  car le contrat semble inadapté à son activité.

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°179314

Bonjour à tous,

je vous invite à consulter la fiche société de la Financière de Nevers - Jpb Com
Pas de chiffres publiés, gérante de 80 ans... ?????
Et société radiée 30/08/2010. Justement quand cela a commencé à chauffer avec Luc.
On découvrira peut être que Dean était déja en grande difficulté depuis quelques mois auparavant.

On peut voir dans les quelques chiffres cités que le Chiffre d'Affaire estimé est de 110k€ pour 2007.
Pour du service cela représente prés de 10 000 euros/mensuels... ce qui doit correspondre à la commission sur la vente d'un Catamaran Dean.
Vu le nombre d'environs 25 unités vendues, vous pouvez en déduire la somme rondelette encaissée par cette société n'ayant qu'un seul salarié
entre les années 2006 à 2010.
Quand on sait que vendre du service c'est vendre du vent ( sans mauvais jeu de mot), quasi aucun frais, sauf ceux que l'on va créer afin
de diminuer l'imposition, c'est d'un bon rendement.

A suivre...

http://www.deancatamarans.com/fr/agents.html


http://www.societe.com/societe/financiere-de-nevers-jpb-com-432149581.html

http://www.societe.com/bilan/financiere-de-nevers-jpb-com/432149581200712311.html

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°179385
En effet votre contribution n'a rien à voir avec le fil de ce forum et n'a rien de constructif.

Je soutiens Luc Malejac avec qui je suis en contact depuis déjà pas mal de temps ainsi que Corine Erizo.

Il est vrai que vos commentaires sur les sociétés de service et votre analyse imparable du CA de la Financière de Nevers sont particulièrement constructifs !!! Alors, au bout de 500 posts et à par la compassion, c'est quoi la solution ?

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°179386
Atyas a écrit :
En effet votre contribution n'a rien à voir avec le fil de ce forum et n'a rien de constructif.

Je soutiens Luc Malejac avec qui je suis en contact depuis déjà pas mal de temps ainsi que Corine Erizo.

Il est vrai que vos commentaires sur les sociétés de service et votre analyse imparable du CA de la Financière de Nevers sont particulièrement constructifs !!! Alors, au bout de 500 posts et à par la compassion, c'est quoi la solution ?

 Bonsoir,

mis à part la pression que nous pouvons exercer via le forum sur les intervenants de ce dossier:
Dean Catamarans si selon les dernieres nouvelles le chantier existe encore
Groupama et CGMer
les vértables moyens d'actions sont entre les mains des principaux intéréssés: actions en justice devant les tribunaux, expertises, huissiers...
Allez vous résilier votre contrat d'assurance chez Groupama?
Ou solder votre financement chez CGMer par solidarité ou désaprobation?
Soyons francs, NON.
Si 1500 plaisanciers le faisaient la Oui cela porterait ses fruits mais malheureusement pas en France...
Il n'y a qu'à lire les forums, chacun à SA vérité.

Seul Luc connait mieux que quiconque son dossier et si il a besoin de nos services, il nous le fera savoir.

Les informations financières publiques sont la aussi pour que chacun puisse éclairer sa lanterne sur certains éléments du dossier.

Savoir c'est aussi comprendre pourquoi et comment.


Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°179414

J'ai préféré retirer mon post précédent pour éviter toute polémique sur ce fil.
Merci de votre réaction future.

Hors ligne
CABERNET
Inscrit forum
réponse n°179429

attention je previens des le départ le contenu de ce post est absolument illégal et si ce dont je vais parler arrive, je ne porterai comme seule responsabilité que celle de l'avoir évoqué en en precisant l'illegalité.

le constructeur et les assureurs font la sourde oreille. dont act....
le constructeur risque fort d'etre insolvable et fera de toute façon tout pour retarder les choses.
reste les assureurs qui sont forcement solvables meme si ce n'est pas tres rapide.
comme les assureurs n'entrent pas en matiere puisqu'il n'y a pas de sinistre.... il n'y a qu'a en avoir.
un  petit naufrage par ci, un petit incendie par là et les assureurs si ils ne peuvent prouver la volonté de destruction du proprietaire devrons indemniser / payer.
je sais cela s'appelle de la baraterie et c'est affreusement condamnable mais pigeon pour pigeon...
courage à tous ceux qui sont empetrés dans des histoires de ce genre...
jpierre tendance flibustier ce soir

Hors ligne
CATANA472 (Catamaran)
Inscrit forum
réponse n°179483

Je viens de recevoir un message de Corinne  qui se trouve à Madagascar du côté de NOSYBE. Ce coin est trsè beau mais elle a peur de voir son batau se casser sous ses pieds.
Dean ne fait rien et GROUPAMA réponds à ses courriers et mails mais à côté. 

Elle demande que son bateau soit rapatrié en France par l'assureur pour réparation , mais pas de réponse.
Elle demande si elle peut rester sur son bateau  à flot pour le garder , pas de réponse . Alors que l'expert nommé par Groupama a confirmé la dangerosité du bateau .

C'est vraiment lamentable de la part de cette compagnie d'assurance .

J'ai lu le message précédent et je ne suis pas d'ccord sur la méthode mais il est bien possible que sans aucune mauvaise volonté le bateau de Corinne rencontre de grosses difficultés, sans parler du risque pour la vie de l'équipage.Cela ne sera pas volontaire mais ce bateau est grand danger et personne ne fait rien!!!


Hors ligne
CATAMARAN DEAN 441
Inscrit forum
réponse n°179770

Bonjour à tous,

Malgré mes difficultés internet, j'essaie de vous envoyer des photos de l'état de mon catamaran Aloha 125, qui a 2 ans et demi.

Si certaines personnes peuvent m'aider en me donnant leur avis, et des conseils, je les en remercie par avance.

Je vous laisse mon adresse email pour un contact plus facile (pour moi);
erizocorinne@hotmail.com

Merci à tous pour votre soutien.
Corinne


ps: j'ai 9 pages de photos que j'envoie en plusieurs messages

Hors ligne
CATAMARAN DEAN 441
Inscrit forum
réponse n°179771

Suite 1

Besoin Avis éclairés !

Merci, Corinne

Hors ligne
CATAMARAN DEAN 441
Inscrit forum
réponse n°179772

Suite 2

Besoin d'avis éclairés !

Merci d'avance,
Corinne

Hors ligne
CATAMARAN DEAN 441
Inscrit forum
réponse n°179773

Suite 3

Besoin d'Avis éclairés !

Merci d'avance,
Corinne

Hors ligne
CATAMARAN DEAN 441
Inscrit forum
réponse n°179774

Suite 4

Besoin d'Avis éclairés !

Merci d'avance,
Corinne

Hors ligne
CATAMARAN DEAN 441
Inscrit forum
réponse n°179775

Suite 4

Besoin d'Avis éclairés !

Merci d'avance,
Corinne

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°179803
LUCMALEJAC a écrit :
Je viens de recevoir un message de Corinne  qui se trouve à Madagascar du côté de NOSYBE. Ce coin est trsè beau mais elle a peur de voir son batau se casser sous ses pieds.
Dean ne fait rien et GROUPAMA réponds à ses courriers et mails mais à côté. 

Elle demande que son bateau soit rapatrié en France par l'assureur pour réparation , mais pas de réponse.
Elle demande si elle peut rester sur son bateau  à flot pour le garder , pas de réponse . Alors que l'expert nommé par Groupama a confirmé la dangerosité du bateau .

C'est vraiment lamentable de la part de cette compagnie d'assurance .

J'ai lu le message précédent et je ne suis pas d'ccord sur la méthode mais il est bien possible que sans aucune mauvaise volonté le bateau de Corinne rencontre de grosses difficultés, sans parler du risque pour la vie de l'équipage.Cela ne sera pas volontaire mais ce bateau est grand danger et personne ne fait rien!!!

 Bonsoir à tous,

ces images récentes parlent plus que tous les discours.

On est  dans le déni total devant ce grave problème tant chez Dean que chez Groupama.
A eux de prendre leurs responsabilités. Et d'assumer enfin.

Y a t il une personne de responsable chez Groupama pour s'occuper sérieusement de ce dossier?
Il serait beaucoup plus gratifiant d'être pro actif et réactif que de se voiler la face.
Surtout en tant que assureur N°1 en France.

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°179805

En rendant ces éléments publics, j'ai bien peur qu'il n'y ait dorénavant plus beaucoup de solutions. Vous êtes en possession d'un rapport d'expert constatant l'insécurité du bateau. En tant que "capitaine", vous ne pouvez donc plus reprendre la mer sans engager votre propre responsabilité, ce que ne manquera pas de vous opposer votre assureur en cas de problème (les assureurs couvre le risque incertain, pas le risque certain). Dans ces conditions, le dialogue avec Dean reste, à mon sens, la seule voie de solutionnement rapide, le recours juridique étant long, coûteux et aléatoire. Mais le monde est ainsi fait. Une médiation par le biais d'un expert sud-africain pourrait donc s'avérer judicieuse. Dans le pire des cas, il vous informera sur l'état de santé économique de Dean et sur l'opportunité d'engager des poursuites.

Hors ligne
CATAMARAN DEAN 441
Inscrit forum
réponse n°179833

Monsieur,
Ces photos ne proviennent pas d'une expertise, c'est moi qui les ai prises et qui les ai envoyées à Groupama.
Une 1ère expertise a eu lieu en octobre 2010 sur mon catamaran Aloha 125, à ma demande.
L'expert nommé par Groupama, mon assureur, a constaté les problèmes de structures, et préconisait un examen approfondi par un chantier naval spécialisé (inexistant dans l'océan indien d'après lui), tout en considérant le bateau comme "navigant".
Groupama ne m'a jamais contactée après l'expertise, et a même refusé de me recevoir lors de mon passage à Paris pour le dernier salon nautique en décembre 2010, où j'ai fait l'effort financier de venir, pour rencontrer les intervenants dans cette affaire.
Groupama ne m'a jamais donné son avis sur l'expertise, n'a jamais communiqué avec moi sur les résultats de cette expertise, ne m'a jamais donné d'instructions ou recommandations sur la conduite à tenir, a même refusé une nouvelle expertise au mois de mai dernier (qui ne se justifiait pas à son avis).
Groupama n'a surtout pas suivi les recommandations de son propre expert, en confiant l'examen du bateau à un chantier naval.
Alors, j'en ai marre de m'entendre dire que c'est de ma responsabilité !
C'est moi qui ai demandé une 1ère expertise, c'est moi qui alerte à nouveau mon assureur.
Toujours est-il, qu'aujourd'hui, je suis à Madagascar, avec un bateau en triste état sur lequel je vis, avec très peu de moyens techniques et financiers me permettant d'agir.
Groupama semble avoir compris l'urgence et commence à réagir.
Dean ne réagit toujours pas plus qu'avant, malgré des mises en demeure.
Toutefois, mon urgence aujourd'hui, à moi, n'est pas de savoir qui est responsable (à priori Dean, tout le monde sera d'accord là-dessus), ni d'attendre l'issue d'un procès à Dean, mais de trouver une solution rapide pour me mettre en sécurité, moi et mon équipage, mon bateau, et mes affaires.
A Madagascar, il n'y a pas de ports ou marinas avec des quais, on est à l'ancre dans des baies plus ou moins abritées.
Impossible donc de laisser le bateau, d'autant que, ici, l'insécurité des biens et des personnes est constante.
C'est un pays pauvre, où nous sommes considérés comme des milliardaires.
Alors pour être constructifs et m'aider, si certaines personnes pouvaient se renseigner sur les moyens possibles de mettre mon cata sur un cargo avec toutes les précautions et spécialistes nécessaires à son état, pour ne pas le casser, et le rapatrier de Madagascar en France, je suis preneuse. Il faudra bien-sur ensuite trouver un chantier naval pour le recevoir et l'examiner.
Mon but et mon intervention sur ce forum, n'est pas la polémique, mais de faire appel aux compétences de chacun, pour m'aider à palier à une situation d'urgence.
De nombreuses personnes parlent, donnent leur avis, mais combien s'imaginent ce que je vis et dans quel contexte ?
Alors, je remercie ceux qui pourront dépasser les querelles de clochers, et m'aider concrêtement à trouver des solutions.
Cordialement,
Corinne

Fab
Hors ligne
OVNI 345
Inscrit forum
réponse n°179836

Bonjour,

N'y aurait-il pas moyen de rejoindre la Réunion, vous seriez ainsi en France avec des tribunaux français. Si votre assureur ne réagit pas, il doit y avoir une possibilité de le poursuivre voir de demander un jugement en référé si la situation devient dangereuse pour vous.

Hors ligne
CATAMARAN DEAN 441
Inscrit forum
réponse n°179842

La Réunion se trouve dans l'océan indien, où la mer est très dure et il faut passer le Cap d'Ambre à Madagascar, réputé comme difficile.
Ce n'est donc pas envisageable avec mon bateau.
De plus, mon problème n'est pas de faire un procès à Groupama, mais, et si c'est possible, de rapatrier mon bateau avec leur concours.
Toutefois pour cela, je cherche des solutions, et les moyens les plus surs de rapatrier mon bateau d'où je suis, voir de Mayotte.
L'urgence est ma sécurité et la préservation du cata.
 

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°179848

Bonjour Corinne,

Restons réaliste si nous voulons faire avancer ce problème au mieux de vos intérêts.

Votre contrat d'assurance prévoit-il ce genre de prestation ? Vous avez indiqué précédemment que Groupama réagissait... Mais manifestement, celà ne semble pas vous convenir...

La responsabilité de Dean semblant manifeste, la première piste à explorer reste celle-ci et le retour du bateau à leur chantier et à leur frais ou par vos propres moyens (1). Je doute, en effet, que votre assureur accepte de se substituer à eux, tant pour le transport que pour les réparations. A moins de pouvoir se retourner vers Dean ou son assureur, s'il existe. Dans tous les cas, ma suggestion précédente reste donc valide.

(1) Si l'expert de Groupama juge votre bateau naviguant, il engage sa responsabilité et il serait intéressant de connaître le montant de sa garantie professionnelle. Mais il n'est évidemment pas question de prendre des risques inconsidérés.

Hors ligne
CATANA472 (Catamaran)
Inscrit forum
réponse n°179860
Aimede a écrit :
LUCMALEJAC a écrit :
Je viens de recevoir un message de Corinne  qui se trouve à Madagascar du côté de NOSYBE. Ce coin est trsè beau mais elle a peur de voir son batau se casser sous ses pieds.
Dean ne fait rien et GROUPAMA réponds à ses courriers et mails mais à côté. 

Elle demande que son bateau soit rapatrié en France par l'assureur pour réparation , mais pas de réponse.
Elle demande si elle peut rester sur son bateau  à flot pour le garder , pas de réponse . Alors que l'expert nommé par Groupama a confirmé la dangerosité du bateau .

C'est vraiment lamentable de la part de cette compagnie d'assurance .

J'ai lu le message précédent et je ne suis pas d'ccord sur la méthode mais il est bien possible que sans aucune mauvaise volonté le bateau de Corinne rencontre de grosses difficultés, sans parler du risque pour la vie de l'équipage.Cela ne sera pas volontaire mais ce bateau est grand danger et personne ne fait rien!!!

 Bonsoir à tous,

ces images récentes parlent plus que tous les discours.

On est  dans le déni total devant ce grave problème tant chez Dean que chez Groupama.
A eux de prendre leurs responsabilités. Et d'assumer enfin.

Y a t il une personne de responsable chez Groupama pour s'occuper sérieusement de ce dossier?
Il serait beaucoup plus gratifiant d'être pro actif et réactif que de se voiler la face.
Surtout en tant que assureur N°1 en France.

 Je viens de comprendre une chose très importante.

Monsieur Mondoulet a toujours prétendu que l'architecte des DEAN441 était Monsieur Peter DEAN.

En réalité il s'agit de  ICARUS  société d'architecture navale.

Mais le plus curieux est que cette société est associée à l'expert Brian Gowan que le chantier DEAn a désigné pour venir expertiser nos bateaux.

Pour en avoir la preuve il suffit de consulter le site     http://www.martech.co.za
Quand on lit son rapport qui ne trouve pas pourquoi les bateaux ont des problèmes de structure on peut s'interroger sur l'origine des ruptures que tout un chacun même non expert peut constater sur les bateaux . Il suffit de voir les photos  ci dessus pour se dire qu'un marin conscient  ne peut pas décider de naviguer au large sur un tel navire.

Le danger est là et personne ne sait exactement l'origine . Je suis impressioné par les propriétaires qui naviguent sur les bateaux de la série  même si à ce jour il n'y a pas de signe de rupture sur leur bateau.

Hors ligne
CATAMARAN DEAN 441
Inscrit forum
réponse n°179877
LUCMALEJAC a écrit :

 Je viens de comprendre une chose très importante.

Monsieur Mondoulet a toujours prétendu que l'architecte des DEAN441 était Monsieur Peter DEAN.

En réalité il s'agit de  ICARUS  société d'architecture navale.

Mais le plus curieux est que cette société est associée à l'expert Brian Gowan que le chantier DEAn a désigné pour venir expertiser nos bateaux.

Pour en avoir la preuve il suffit de consulter le site     http://www.martech.co.za
Quand on lit son rapport qui ne trouve pas pourquoi les bateaux ont des problèmes de structure on peut s'interroger sur l'origine des ruptures que tout un chacun même non expert peut constater sur les bateaux . Il suffit de voir les photos  ci dessus pour se dire qu'un marin conscient  ne peut pas décider de naviguer au large sur un tel navire.

 

Je confirme pour l'avoir rencontré dans l'usine Dean Catamarans, que Brian Gowans est un ami de longue date de Peter Dean et de sa famille, et m'a été présenté comme tel, qu'ils travaillent étroitement ensemble. Gowans m'a fait un certificat de tonnage par sa société MARINE TECHNOLOGY.
Alors comment peut-il être juge et partie s'il a lui-même participé à l'élaboration des Dean 441 ?
Et surtout comment pourrait-on avoir confiance dans son expertise, où il ne se mouille pas d'ailleurs, alors qu'il est si impliqué dans cette affaire ?

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°179935
Aloha125 a écrit :
LUCMALEJAC a écrit :

 Je viens de comprendre une chose très importante.

Monsieur Mondoulet a toujours prétendu que l'architecte des DEAN441 était Monsieur Peter DEAN.

En réalité il s'agit de  ICARUS  société d'architecture navale.

Mais le plus curieux est que cette société est associée à l'expert Brian Gowan que le chantier DEAn a désigné pour venir expertiser nos bateaux.

Pour en avoir la preuve il suffit de consulter le site     http://www.martech.co.za
Quand on lit son rapport qui ne trouve pas pourquoi les bateaux ont des problèmes de structure on peut s'interroger sur l'origine des ruptures que tout un chacun même non expert peut constater sur les bateaux . Il suffit de voir les photos  ci dessus pour se dire qu'un marin conscient  ne peut pas décider de naviguer au large sur un tel navire.

 

Je confirme pour l'avoir rencontré dans l'usine Dean Catamarans, que Brian Gowans est un ami de longue date de Peter Dean et de sa famille, et m'a été présenté comme tel, qu'ils travaillent étroitement ensemble. Gowans m'a fait un certificat de tonnage par sa société MARINE TECHNOLOGY.
Alors comment peut-il être juge et partie s'il a lui-même participé à l'élaboration des Dean 441 ?
Et surtout comment pourrait-on avoir confiance dans son expertise, où il ne se mouille pas d'ailleurs, alors qu'il est si impliqué dans cette affaire ?

L'étau se ressere un peu plus sur Dean Catamarans, ses "bons copains" et leurs agissements.
On voit clairement que les rapports sont biens plus qu'amicaux et que tous les intervenants dans ce sordide dossier
sont impliqués à tous les niveaux. Chacun couvrant l'autre pour ne pas être inquiété le tout baignant d'une grande opacité.
Belle découverte fondamentale Luc, cela devrait aider tous ceux comme Corinne qui cherchent à s'en sortir.
Encore une pièce à rajouter au dossier.

Si Dean Catamarans est en voie de disparition, il n'en est peut être pas de même pour Marine Technology et le Groupe Martech.

Courage.

Hors ligne
CATANA472 (Catamaran)
Inscrit forum
réponse n°179950

Dans son contrat GROUPAMA  assure les conséquences du vice caché  . Il n'est pas besoin d'aler plus loin.

nous pouvons constater les conséquences   dans ce que Corinne écrit.

Pages

Le site de la Grande Croisière...