Saison cyclonique aux Antilles

Saison cyclonique aux Antilles

Posté par : Jean Luc
27 Octobre 2019 à 18h
Dernière mise à jour 13 Novembre 2019 à 19h
845 vues
Flux-RSS

La saison des pluies (l’hivernage) touche à sa fin et avec elle son cortège de tempêtes et de cyclones. 
Voici un petit résumé des quatre derniers mois de Pythéas. 

Après avoir profité du calme des îles du Nord au mois de juin et juillet, nous sommes descendus vers le Sud, par sauts de puce d’île en île. 

 


Nous avons d’abord retrouvé avec plaisir le mouillage de Portsmouth  en Dominique (1)    où nous serons restés plus de 15 jours sans pratiquement mettre le pied à terre. 
Puis nous avons fait escale en Martinique (2), une île que nous connaissions déjà bien mais qui nous a réservé de nouvelles expériences : plonger dans les canyons de babodi, visiter la distillerie Depaz, randonner sur la trace des jésuites, retrouver notre voiture de location incendiée ….

 

 

 

  


Fin août, la météo jusque là plus que clémente a commencé à se gâter avec la tempête Dorian qui menaçait les côtes martiniquaises. Comme nous craignions qu’elle ne se renforce au dernier moment, nous avons quitté notre mouillage de Sainte-Anne pour aller nous mettre à l’abri un peu plus au Nord. Ce n’était pas le meilleur choix mais heureusement pour nous, Dorian est resté au stade de tempête à son passage sur l’arc antillais. Quelques jours plus tard, il se transformait en ouragan monstrueux et dévastait une partie des Bahamas.


Début septembre, nous avons remis cap vers le Sud et avons jeté l’ancre pour la première fois à Sainte-Lucie (3). Nous n’avons pas été particulièrement séduits par cette île très touristique qui ne propose que de rares mouillages abrités ET gratuits. On retiendra néanmoins le panorama grandiose à l’approche du parc national des Deux Pitons, au Sud-Ouest de l’île.

 

 

Si nous devions retourner à Sainte-Lucie, nous essayerions de l’explorer davantage par l’intérieur des terres pour en avoir une vision peut-être meilleure.

Nous avons snobé Saint-Vincent et ses Grenadines pour nous rendre directement à Carriacou  (4) où nous devions retrouver l’équipage de Valhalla. Avec leur immense goélette en acier, Bernadette et Pascal ont fait du charter pendant de nombreuses années en Patagonie et nous sommes allés glaner auprès d’eux de précieuses informations pour la suite de notre périple… 

Quelques jours à Grenade (5) nous ont permis de re-découvrir un peu plus cette jolie île. 

 

 

 

Nous y avons également croisé la queue de la tempête Karen, ce qui prouve que la théorie selon laquelle les tempêtes et cyclones passent majoritairement au Nord des Antilles reste …. théorique. 
Encore une fois nous avons été chanceux que les conditions générales (vents de cisaillement, sable, température de l’eau…) ne soient pas favorables au développement de ce phénomène qui ne nous aura apporté que quelques rafales de vent (30-35 nœuds) et beaucoup de pluie. 

https://youtu.be/n1LM6WfOjmM


Karen aura également laissé derrière elle plusieurs jours de vent du Sud qui nous ont permis de remonter facilement vers Bequia. De là nous avions un meilleur angle pour faire route vers Tobago. Magie de la voile qui veut que pour naviguer dans une direction, la meilleure route n’est pas toujours la plus directe… (on vous en reparlera sans doute dans quelques mois…)
Malgré cet angle favorable, faute de vent nous avons été bien ralentis par un courant puissant sur la première partie du trajet ce qui nous a obligé    à appuyer un peu au moteur. Dépités à l’idée de devoir utiliser le moteur pendant toute la navigation nous étions sur le point de renoncer et de faire demi tour quand le dieu de la mer nous a envoyé un signe d’encouragement sous la forme de deux belles dorades qui nous ont redonné l’optimisme nécessaire pour insister. Et nous avons été récompensés car le courant a fini par se calmer, nous permettant de continuer uniquement à la voile jusqu’à la fin. 
 
Nous étions déjà allés à Tobago l’année dernière et avions été séduits par la beauté, la nature et l’ambiance si tranquille de cette île. 

 


Nous avons eu autant de plaisir cette année à redécouvrir le mouillage de Charlotteville et son environnement enchanteur. De nouvelles expériences nous attendaient également : mouiller à la voile après avoir coincé un bout dans l’hélice du moteur à quelques miles de l’arrivée, se régaler des énormes langoustes royales pêchées par Patrice du bateau Léanis, partager des barbecues entre équipages avec une minorité de Français, se faire piquer par un poisson-lion, goûter de nouveaux poissons, améliorer notre installation électrique grâce à Fabien du bateau port-vendrais Seisia (encore merci à lui !)…

 

 

Nous aurions pu rester encore de longues semaines à Tobago mais nous avons pour objectif de passer la fin de l’année à Cuba et nous avons encore de nombreuses escales qui nous attendent avant d’y arriver. Nous avons d’ailleurs renoncé à faire un crochet par les îles ABC (Aruba, Bonaire, Curraçao) comme nous l’avions imaginé un moment  car nous n’étions pas sûrs d’avoir le temps d’en profiter. Nous avons choisi de remonter vers le Nord des Antilles en repassant par les îles françaises afin de récupérer quelques pièces pour le bateau,  faire un avitaillement correct,  régler quelques bricoles administratives auxquelles on n’échappe jamais même sur un bateau, et profiter encore un peu de nos amis guadeloupéens…

 

Retrouvez plus d'infos sur notre périple en allant sur notre site : www.levoyagedepytheas.wix.com/2015

Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...