LE TOUR DU PELOPONNESE-partie 3- de Porto Khéli à Poros

LE TOUR DU PELOPONNESE-partie 3- de Porto Khéli à Poros

Posté par : Rene & Sabine
06 Septembre 2017 à 14h
Dernière mise à jour 06 Septembre 2017 à 15h
1478 vues
Flux-RSS

coucher de soleil sur le Péloponnèse

LE PELOPONNESE

Partie 3

 

En approchant de Porto Kheli après une belle journée de voile au près serré, nous remarquons de longues colonnes de fumée ; Une partie de l’île de Spetses est en feu et la rotation des canadairs et des hélicos se poursuit sans relâche. Les feux représentent un véritable fléau en Grèce. Nous avons oui dire que tous n’étaient pas provoqués par maladresse ou inconscience…


l'île de Spetses en feu

Bien que sans attrait particulier, Porto Kheli est un endroit incontournable pour les « yachties ». Grande baie avec une protection totale, schipchandler, bon approvisionnement, locations de voiture…etc
Le long chenal d’entrée est bordé de baies où l’on peut s’abriter. Nous trouvons un endroit sympa avec, encore une fois, les amarres à terre. Nous y sommes mieux que dans la grande baie où il doit y avoir une centaine d’embarcations en tous genres avec un va et vient incessant.
Nous y retrouvons nos amis de « Pepino », Gehrard et Cherie, un couple austro-australien avec lesquels nous allons assister à des concerts de Violoncelle à celle ouvert. Pardon, à ciel ouvert !
Avec notre bonne annexe et notre bon moteur « scalpeur » (je ne l’oublie pas celui-là même si j’ai pardonné), nous sommes vite en ville. C’est là, à la terrasse d’un café, que nous rencontrons Philippe et Martine. Ils vivent en Belgique où ils possèdent un bel établissement d’épicerie fine. Ils ont aussi une très belle maison sur les hauteurs. Le courant passe bien (« ça clique » comme diraient nos amis québecois) et nous voilà invités pour l’apéro chez eux avant d’aller manger du « sfirida », du mérou, au restaurant. Une vue époustouflante, une piscine à débordement, une cuisine d’été et un jack russel pour veiller sur tout ça. Dans la conversation animée, ils nous demandent si nous n’avons pas trop chaud sur le bateau car le temps est caniculaire. Comme notre réponse est positive, ils nous proposent de venir passer un peu de temps chez eux où règne l’air conditionné dans les chambres.
Quelle bonne idée ! Ca va nous faire un break.

mouillage dans le chenal d'entrée de Porto Khéli

chez nos amis Philippe et Matine

Ami navigateur : les possibilités de mouillage ici sont nombreuses :
- dans une des baies de part et d’autre du chenal mais les remous engendrés par les gros bateaux à moteur qui déboulent à toute vitesse peuvent être gênants ;
- dans la baie à l’ancre : bien mais le bateau est soumis à un « wash » continuel suite au clapot et aux passages incessants des embarcations et des bateaux-taxi. Il peut y faire très chaud et la baignade n’est pas vraiment appropriée.
- sur corps-mort : s’adresser au chantier
- à quai : nous n’y avons pas été et ne connaissons pas les modalités mais c’est assez bruyant.

Après la difficile remontée de la côte Est du Péloponnèse, IDEMO est dans un sale état. Un gastronome dirait qu’il est en « croûte de sel » . « Momo »  a besoin d’un bon lavage-rinçage. Comme le vent vient du Nord, nous traversons le golfe d’Argolide pour la petite station balnéaire de Tiros où se trouve un petit port avec de l’eau douce. Nous arrivons à 13H00. En soirée, les coast-gard font leur tour en nous demandant les papiers du bateau et la redevance habituelle sauf qu’ici elle est doublée soit 14 euros. Devant mon étonnement, l’un des sbires m’explique qu’il y a un nouveau règlement, établit par l’autorité de toute cette région, qui stipule que si le bateau arrive avant midi, il ne doit payer qu’une nuit mais que s’il arrive après 12H00, il doit payer 2 nuits même s’il ne reste qu’une nuit !
Voilà un bel exemple de la cohérence et de la logique grecque…
N’empêche, cela reste encore tout à fait raisonnable comparé aux autres pays méditerranéens.

 

IDEMO dans le petit port de Tiros

 

Nous retraversons le golfe, toujours au près, vers la baie très bien protégée de Kilada, où nous voulons prendre des nouvelles de nos amis, Graz et Arlette de « JOSTELO » dont le moteur a pris feu.
Ils ont eu chaud !
Ils sont empêtrés maintenant avec l’assurance qui freine, freine sur le montant du remboursement. Comme c’est bizarre…
D’un coup d’annexe, nous allons visiter la grotte de Franchthi dont les fouilles réalisées à partir de 1967 ont permis de mettre en évidence une occupation de près de 35 000 ans, du Paléolithique au Néolithique. On y a découvert le plus vieux squelette de Grèce. La dernière occupation du site remonte à 3000 av. J.-C. au Néolithique final. C'est un exemple rare d'installation avec une période d'occupation aussi longue, et également un des sites les mieux connus de l'âge de pierre en Europe méridionale.

Ami navigateur : cette baie, comme celle de Porto Khéli, offre une protection totale. Cela tombe bien car dans cette région, le vent souffle du Nord-Ouest le matin et du Sud-Est (la Bouka Doura) l’après-midi ce qui rend les bons mouillages rares. Par contre, l’eau y est opaque.

l'entrée de la baie de Kilada

avec Arlette et Graz

le ponton de la grotte Franchthi

la grotte Franchthi

Nous continuons notre remontée jusqu’à Navplion (Nauplie). Nous avons beaucoup aimé cette grande ville qui comporte de belles maisons du 18ème et 19ème siècle. Les étroites rues pavées serpentent entre les demeures munies de balcons et les édifices publics. Tout cela dans un grès doré qui semble prendre la couleur du soleil. Boutiques et tavernas complètent le décor, sans oublier la citadelle vénitienne de Palamidi qui surplombe la ville ainsi que le fortin de Nisis Bourtzi qui garde le port.
Tout cela est très joli et pas trop touristique.
Savez-vous que Nauplie fût brièvement la capitale du pays, après la guerre d’indépendance, avant qu’Athènes ne soit choisie. Nauplie serait aussi le lieu de naissance de Palamedes, à qui l’on devrait l’invention des phares, de l’art de la navigation et des jeux d’osselets.

Nauplie-le port et le Bourtzi

le Bourtzi

En ce mois d'août, les festivals sont nombreux. En soirée, nous allons souvent admirer des groupes de danses traditionnelles


Comme à l’habitude, après voir vaqué à toutes sortes d’occupations durant la matinée : administratif, entretien bateau, lessive, courses etc…nous testons les 3 plages de Nauplie car il fait toujours aussi chaud.
Grâce à nos vélos, nous élargissons considérablement notre rayon d’action et nous pouvons même nous rendre à la superbe plage d’O. Karathona
Nous aimons également nous rendre en fin d’après-midi sur la place Syntagma, la place de la constitution, nous asseoir à une terrasse ombragée par des arbres centenaires pour consulter nos mails en sirotant un jus de citron. Mieux encore, pour des afficionados comme nous, il y a non loin de là, l’Antica Gelateria di Roma, un glacier d’enfer.
J'espère que vous avez relevé le jeu de mots...
On y fait la queue. Il faut dire que les glaces y sont à damner et que le patron italien a le sens du commerce…



 

 

la plage d'Arvanitia

notre lieu de baignade préféré au pied des fortifications

la place Syntagma

Pour accéder à la forteresse de Palamidi, il faut emprunter 999 marches ! Pour une fois, étant donné la chaleur ambiante, environ 36°C à l’ombre, nous n’irons pas à pied. Il faut bien que la sagesse finisse par nous toucher…Nous prenons le bus touristique pour rejoindre l’édifice militaire vénitien le mieux préservé qui, offre en outre, une vue exceptionnelle sur le golfe d’Argolide.

   

la forteresse Palamidi

vue de la forteresse Palamidi

le marché de Nauplie

Ami navigateur : Il y a un très beau marché le mercredi et le samedi.
Nous sommes restés 3 jours à quai sans payer. Toutefois, en relevant l’ancre, nous avons aperçu un coast-gard qui commençait son tour des bateaux…
La protection est bonne sauf par vent fort de NW.
C’est notre 5ème saison de navigation en Grèce et nous avons perçu cette année un léger changement. Outre le nouveau « DEKPA » (plus cher, plus difficile à obtenir), nous avons été contrôlé à 6-7 reprises alors que les années précédentes, c’était ZERO. A chaque fois, le Dekpa et les papiers d’assurance sont demandés.

Cet hiver, la présentation du film « LES ILES GRECQUES » au Québec nous a fait rencontrer Kiki, une jeune femme grecque originaire de la région d’Astros. Elle avait été émerveillée par notre documentaire et nous avions dîné plusieurs fois ensemble. Bref, le courant était bien passé et lorsque nous lui avions parlé de notre projet de faire le tour du Péloponnèse, elle nous avait donné les coordonnées de sa famille en espérant bien être présente lors de notre passage.
En raison des festivités pour l’anniversaire des 375 ans d’existence de la ville de Montréal et en tant que restauratrice, Kiki n’a hélas pas pu nous rejoindre mais a envoyé son neveu Constantino pour nous servir de guide.
Autant vous le dire de suite, nous avons été reçu d’une manière admirable, comme si nous étions de la famille.
C’est le fameux « PHILOXENIA », l’hospitalité GRECQUE !

 

le port de Paralia Astros

Ami navigateur : le port d’Astros est bien protégé, agréable et près de la ville et de ses tavernas sans pour autant en avoir les nuisances. Par contre, il faut absolument éviter d’y aller un lundi !
Le lundi, c’est le jour des flottilles et nous ne le savions pas.
Durant toute l’après-midi, une trentaine de voiliers avec équipages, pour la plupart inexpérimentés, ont déboulés en se casant et en jetant la pioche un peu n’importe où. C’est extrêmement stressant de faire la garde pendant des heures. Mais bon, au petit matin, tout ce petit monde s’en va et nous commençons à respirer sauf que c’est un voilier de propriétaire français assez maladroit qui va réussir à décrocher notre ancre. Nous ne sommes pas contents mais il vient tout de même s’excuser.
N’empêche, il nous faut refaire toute la manœuvre !

Concernant le tarif, c’est le même principe incohérent qu’à Tiros, c-à-d 1 nuit = 2 nuits, qui prévaut. Eau et électricité en sus.

 

Astros est une petite station balnéaire agréable. Nous sommes le 14 août, demain c’est l’Assomption et en Grèce, c’est l’une des périodes les plus importantes pour les Grecs avec la fête de Pâques.
Pour la famille de Kiki, c’est même le plus important.
Constantino, dit aussi Costas, vient nous en chercher en voiture accompagné de Kali, une cousine. Costas parle anglais, français et grec.
Nous quittons le littoral pour le village de Menigou car nous avons rendez-vous avec le reste de la famille : le patriarche Yorgo et son épouse, la yaya (la grand-mère très importante en Grèce), Catherine, la sœur de Kiki et la mère de Costas. Celui-ci nous montre les hautes montagnes en arrière-plan. Nous allons de l’autre côté, sur l’autre versant.
Nous montons pendant 45 min pour arriver au village familial ancestral à plus de 1.000 mètres d’altitude. Les nombreuses tables sont installées sur la place du village où il y a peu de monde. Forcément, ils sont tous à l’intérieur et à l’extérieur de la petite l’église où le pope officie pour la célébration de Marie ou Maria en grec.
Ce sera une très belle fête avec musiciens, vins, souvlakis, agneau à l’étouffée…etc
Sabine et moi irons même danser sur le Rebetiko. Bon sang, ce n’est pas facile de suivre ce pas de danse qui s’en va puis qui revient, qui repart et qui revient. Nous sommes souvent à contretemps au contraire de Costas qui nous fait une démonstration époustouflante.
La conduite de Kali pour le retour à 2H00 du mat sur ces routes à lacets est bien plus hésitante qu’à l’aller. Tout le monde est fatigué et peut-être un peu éméché…
Le lendemain à midi, c’est le repas de famille à Meligou chez Yorgo. J’ai rarement vu autant de plats différents sur une même table. Tout est apporté en même temps et tout est absolument délicieux.
Nous sortons complètement lestés de ce repas.
Le jour d’après, la petite famille vient boire le café sur IDEMO. Ensuite, Costas et Yorgo nous emmène voir des amis d’enfance à Kiki, Maria et Nikos, qui ont planté un vignoble en 2000.
Il porte le doux nom de « Evi-Evan »
C’est le premier jour des vendanges pour le vin rosé. Son rosé est obtenu à partir de vendanges précoces du cépage Merlot. Vendanges à la main. Ils utilisent uniquement le jus de raisin. La visite est très intéressante.
Ce sont quasiment des vins organiques.Nous recevons quelques bouteilles. Le rosé est vraiment très bon ainsi que le rouge qui est obtenu à partir du cépage Cabernet. Mais surtout ces vins délicieux ne donnent absolument pas mal au crâne !
Ces 3 jours dans la région d’Astros auront été intenses et riches. Nous en garderons un excellent souvenir.

tout le monde à l'église avant la fête

La tablée

le repas du 15 août chez Yorgo

tout le monde sur IDEMO

avec Constantino & Yorgo

 

vendange au vignoble Evi-Evan

 
Nikos le patron et sa fille Elena

 

Ami navigateur : si tu es intéressé par l’achat de bonnes bouteilles, tu peux nous contacter pour obtenir les coordonnées de Evi-Evan.
 

Nous naviguons au portant vers la sortie du golfe d’Argolide avec un fort vent de NW de 25-30 kn. Ca remue pas mal.
Ermioni sera notre prochaine escale.
Ami navigateur : le mouillage dans le port n’est pas bon, le port non plus sauf si on trouve une place à l’intérieur. Sur le quai Sud, il y a du ressac.
Nous déménageons 2 fois puis nous allons ancrer à Ormos Dartiza qui est un bon mouillage mais où il n’y a rien, absolument rien à part une floppée de guêpes agressives et tenaces. Un bon moyen de les éloigner est faire brûler du café.

La densité de voiles augmente, nous approchons de Poros.
Le RENDEZ-VOUS des charters, des flottilles et accessoirement des voileux.
10 nm avant Poros, nous ancrons dans la belle baie de Nisis Spathi.
Nous sommes 3 voiliers au mouillage. Une heure plus tard, il y en a 15  et il n’y a la place que pour 10…
Cherchez l’erreur.
C’est l’instinct grégaire !




 


 


 

 

 

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...