TRANSATLANTIQUE ? TROP BIEN !

Posté par : Sylvie et Patrick
10 Février 2023 à 21h
Dernière mise à jour 12 Février 2023 à 03h
621 vues
Flux-RSS

Après quelques mouillages bien sympathiques à notre arrivée, retour à la civilisation et course au WI-FI pour vous envoyer cette newsletter!
Bonne lecture! Nous pensons fort à vous: une surprise vous attend !


NOS CHIFFRES… de « Seniors Des Flots »!

Départ 16 H UT mer 11 janv. 2023 Mindelo Cap Vert

Arrivée 20 H UT mer 25 janv. 2023 La Barbade

Milles parcourus 2359NM

Durée 333 heures

Moyenne 7,08 NM

Durée totale TRANSAT: 14 jours et 7 heures.

Durée TRANSAT, corrigée des 10 heures d’arrêts

                    13 jours et 21 heures


Les arrêts/ les casses: 10 H

Routage et Météo

Weather 4D pour iOS.

Actualisation 2X/24H avec notre IridiumGO satellitaire. Carte SIM (15 euros) et abonnement PredictWIND Météo et SMS illimités (176 euros mensuel).

Cartographie SHOM sur iPad (Géogarage) doublée avec l’appli iSailor

 

Décalage horaire avec le CapVert:

3 heures de moins soit 1 heure au départ, 1 au milieu, 1 à l’arrivée.

(5 heures avec la métropole française:  A midi, il n’est que 7 heures du matin aux Antilles).

 

ENTRE  CONTEMPLATIONS ET RÉPARATIONS …

LES QUARTS

Ou comment apprivoiser une autre temporalité…

Le rythme des quarts attaque nos biorythmes et nous dérange dans l’intime, au plus profond de nos cellules.

Pour cette traversée de l’Atlantique Nord, à  deux, notre alternance de veille et de sommeil était:

Pour l’un 0-4h, 8-12h, 16-20h

Pour l’autre 4-8h, 12-16h, 20-24h

 

 

Nous sommes arrivés plus en forme qu’au départ.

Par quels miracles?

L’hydratation.

Un comptage rigoureux du sommeil.

 

L’hydratation

Le fractionnement du sommeil et son manque ont été douloureux les 48 premières heures.

Quelque chose clochait !

L’hydratation!

Nous nous dépensions la nuit AUSSI. Ne serait-ce que la compensation permanente du sol qui bouge.

Sans même parler de « wincher » puisque nous évitions toute manœuvre la nuit.

Sous 24-26 degrés permanents.

Nous avons « tout simplement » doubler notre hydratation. Si passer de 2 à 4 litres/24heures, chacun, a nécessité un réel effort, le bien être ressenti fut magique!

L’eau, à température ou en boisson chaude, s’est avérée, pour nous, le meilleur moyen de combattre la fatigue, de garder le moral quand tout va de travers et de ne pas se chamailler pour un rien.

Explication de la médecine acuponcturale: l’entité psycho-organique REIN gère la fatigue, le moral…

7 heures de sommeil fractionné

Là aussi l’effort fut nécessaire.

Quand 5-6 heures de sommeil ont fini par être engrangées, que dehors tant de jolies choses sont à admirer, s’obliger à dormir encore 1 heure puis encore 1 heure est exaspérant.

Heureusement, en couple,  la rigueur des heures est modulée par la compréhension des besoins de l’autre, l’amour …

 

1ère semaine

RÉPARATIONS ET TRACAS

 

J-0 PRISONNIERS D’UN FILET DE PECHE (arrêt 5 heures)

Départ musclé avec 28-30 noeuds au portant. Mer formée. Sous foc seul, sans GV.

Pendant mon quart de cette première nuit, cap à l’Ouest, Croix du Sud doit passer un bref instant sous le dévent de l’île de SAN ANTAO, la plus Ouest du CAP Vert.

Il s’y s’arrête. Panne de vent ? Seulement ??

Le Speedo stagne étrangement, presque à zéro ! Or, il y a tout de même 5- 6 noeuds à l’anémomètre.

Notre voilier refuse le cap à l’ouest, se tourne inexorablement vers l’Est, face au vent, sa voile d’avant faseyante, comme s’il était ancré! A quoi??

Je scrute l’eau sombre à la torche. La Lune est déjà couchée.

 

Bien entendu, je ne démarre pas les moteurs ni ne remonte les dérives qui, si c’est bien un filet, protègent (mieux que le petit aileron skeg ) l’hélice et le safran derrière elles.

Que reste-t-il à faire si ce n’est d’attendre le jour pour se résoudre à plonger!

 

Quand Patrick prend son quart, le vent est toujours absent. nous poursuivons ensemble à la torche, en vain.

Nous enroulons le foc et restons sans voile…sans propulsion, le filet de pêche tombe probablement. Lentement CROIX DU SUD se dégage.

Plus tard, les marques creusées par le filet dans la dérive tribord nous confirmeront les causes de cet arrêt nocturne.

 

La navigation à la voile est envahie par l’électronique.

Le premier des atouts de cette opulence est… l’économie des mots croisés et autres sudokus pour se récurer les méninges!

Le deuxième n’est pas … d’aller se coucher la nuit, une fois les alarmes activées:

Pourquoi veiller la nuit quand radar et AIS lancent l’alarme de tout ce qu’ils détectent à plusieurs milles à la ronde?

En guise de réponse, voici ce qui nous est arrivé:

J-2 OFNI Objet Flottant Non Identifié

La nuit, toutes les 30 mn, nous allons scruter les horizons.

Tempo nécessaire quand une lecture, une vidéo, la rédaction d’un blog ou « le montage Vlog pour les nuls » nous absorbent.

Ce sont les meilleurs moments. On s’y prélasse, la nuit est si belle! Et souvent, on ne retourne pas à l’intérieur!

 

Bref! Cette nuit là, alors que l’AIS reste muet, Patrick découvre une lumière devant nous! Rien d’étonnant me direz-vous, beaucoup d’embarcation n’ont pas d’AIS et de plus même s’ils en ont, la fonction  « devenir invisible » peut toujours être activée.

Sauf que! MÊME AU RADAR il n’y a RIEN!

Il me réveille, on se déroute. Pour que  CROIX DU DUD , la ou le,  laisse sur tribord à bonne distance.

Aux jumelles puis  à l’œil nu,  je distingue un immense édifice très éclairé, avec des sortes de grues. L’OFNI est fixe. Qui a les moyens d’équiper un tel engin pour être furtif et échapper aux radars?

Engin militaire? Chinois en grande pêche clandestine?

Si l’un d’entre vous a une idée? Notre position à ce moment là était Latitude 16°13’312 Nord , Longitude 030°19’ 057 West.

 

J-5 LA BOSSE DU 1er RIS ROMPUE (arrêt 3 heures)

Episode 5 de notre chaîne You Tube « Seniors Des Flots »

Rupture du Ris 1 de GrandVoile !

En fin de nuit, soudain le bruit sec d’un cordage qui casse! Diagnostic: La bosse du 1er ris de la GV a lâché et ne peut être rattrapée dans la bôme.

« Habillés » tous les deux de nos brassières et de nos harnais, nous allons jouer les singes du pied de mât jusqu’au bout de bôme pendant 4 heures pour la remplacer.

 

J-6 LATTE DE GRAND-VOILE CASSÉE

Nous avons probablement cassé la latte de la corne de GrandVoile dans une refusante. Pour que la latte ne déchire pas le tissus, il va falloir affaler et continuer sous voile d’avant seule.

 

J-8  LA CRISE !

 

  • Au matin…BORDURE DU SPI DÉCHIRÉE (arrêt 30 mn)

Nous nous régalons avec notre beau spi. Normal: Tous les « voileux » adorent leur beau spi coloré.

Episode 4  de notre chaîne You Tube  Seniors Des Flots

Spi …avant déchirure !

Mais à naviguer si près du vent arrière vient une saute de vent  scélérate qui fait empanner la grand-voile et met notre spi asymétrique « à contre ».

Nous n’avons pas le réflexe de choquer son écoute pour l’éloigner du mât et quand il repasse sur la bonne amure…la  bordure frotte sur le feu de pont et la découd avec la rapidité de l’éclair au moins sur 5 m.  Consternation!

La réparation pourra-t-elle être inférieure  à  1000 euros ??

 

  • Toute la journée… BRUIT INQUIÉTANT

Un bruit métallique grave s’amplifie au fil des heures. Sa recherche nous occupe toute la journée. On dirait l’ancre ??Les haubans ?? Les dérives?? Les sails drives??? Tout y passe!

On ne sait plus quoi imaginer, ni surtout, ce qui nous attend !

 

  • Soirée…MEGA PANNE    Quand Tout va partir en vrille !

En navigation, il y a toujours une partie des panneaux solaires masquée par les voiles. A bord de Croix du Sud, les souples ont été remplacés par des rigides, plus performants.

Selon les bateaux, la production est complétée soit par hydro ou aéro générateur,  soit par un groupe électrogène comme sur Picota (1 à 2 heures chaque soir).

Au moment de démarrer le dessalinisateur pour remplir notre réservoir, les moteurs sollicités pour soutenir les batteries démarrent bien, mais AUCUNE CHARGE n’est produite par leurs ALTERNATEURS.

Même avec notre hydro-générateur, les batteries ne vont pas pouvoir tenir simultanément la fabrication de l’eau (90L/H), les instruments de navigation et la consommation domestique. Donc:

Pour l’eau:

-Économie d’eau pour tenir avec les 40% de réservoir restant soit 160 litres d’eau. Au revoir lave-linge et douche!

Nous utiliserons l’eau domestique de nos jerricans pour ne pas enclencher les robinets (pompes électriques) et notre stock de bouteilles d’eau alimentaire.

Nous utiliserons le WC manuel de bâbord et non le WC électrique de tribord.

Pour l’électricité:

Éviter toutes les consommations domestiques: un des 2 réfrigérateurs est coupé. On privilégie le congélateur.

Au revoir machine à pain (et à brioche!), yaourtière, thermomix… et tout ce qui économisait le four à gaz.

Réduire l’éclairage des instruments à son strict nécessaire.

La nuit: lampes frontales

Objectif: Privilégiez les instruments! Avec la charge solaire diurne.

Nous avons déjà eu aux Baléares une panne totale. C’est le pilote qui s’éteint en dernier. C’est d’ailleurs lui, « le 3ème du bord » qu’il faut privilégier.

Pour le reste, je ne suis pas vraiment inquiète: nous tenons toutes les heures notre livre de bord. Et nous avons des cartes papiers nous permettant de nous positionner et de suivre notre progression, avec le loch et le cap compas.

Il y a même le sextant…

Plus réaliste: nos iPad ont leurs propres GPS et leur chargeur solaire.

Le cap plein Ouest est facile à tenir: les cap-verdiens se moquent d’ailleurs gentiment de tous les plaisanciers: « Il suffit de se mettre dans un tonneau et les alizés vous emmènent de l’autre côté; c’est tout droit! »

Mais pour l’heure et pour Patrick s’en est trop!

Garder la foi, le moral! Quand tout va de travers!

« Je vais me coucher, j’y verrais plus clair demain! »

 

  J9  EUREKA! Et surtout GRATITUDE !!

Les cieux nous ont été bienveillants! Merci à toutes celles et tous ceux qui veillent sur nous! Elles et ils se reconnaîtront!

L’Eureka de Sylvie !

« C’est le Gennaker ! » Ce sont mes premiers mots, avant même s’ouvrir les yeux.

En effet au fil des heures, sa ralingue (étai largable) s’est étirée et la grosse poulie qui le maintient en tête de mât vient frapper le métal. Parfaite caisse de résonance, le mât distribue le bruit à tout le bateau. Incroyable, un tel raffut!

 

L’Eureka de Patrick !

Les alternateurs tournent correctement, donc leur production est stoppée avant d’aller aux batteries.

A bord existe un boîtier de régulation de production de courant des alternateurs. Les alternateurs y sont couplés.  Excellente idée que de l’ouvrir! Aucune led allumée, le fusible est légèrement sorti de son emplacement et ne fait plus contact. WD40 et remise en place, test lancé, clignotement adéquat. Solution trouvée à la panne de charge…

Et nous retrouvons le confort que nous avons failli perdre! Encore plus apprécié, qu’avant!

 

La GrandVoile

Il n’y a donc « plus que »  la latte de GrandVoile à réparer.

Ce sera la 3ème fois. Un défaut structurel que Patrick va régler cette fois ci en tubant partiellement la latte ronde creuse .

La 1ère fois le tube 100% carbone s’est écrasé sous un choc violent en  plusieurs morceaux

Les 2ème et 3ème fois le nouveau tube carbone enrobé d’une couche de kevlar s’est rompu net  à l’endroit du choc.

Époxy et résine, ponçage en mer…

 

Pour réparer,  il faut affaler la GV!

Affalage au portant !

La mer est formée. Pour conserver le confort et la sécurité, et ne pas se faire secouer au bon plein, nous affalons la GrandVoile, au portant. Exercice très technique.

Pour ne pas risquer de casser les lattes, nous venons presque au vent arrière 170°, en commençant par tendre la bosse de 2ème et 3ème ris pour maintenir la chute dans l’axe du vent.

L’affalage commence tout en continuant de border les bosses de ris pour garder la voile dans l’axe du vent

En tirant la chute vers l’arrière on limite la pression des lattes sur leurs chariots et sur le rail de GV. C’est  réussi!

 

Passés les tracas de la première semaine, le plaisir de la vie au milieu de l’océan prit le pas sur tout.

 

2ème semaine

CONTEMPLATIONS ET PLAISIR DE L’INSTANT PRÉSENT 

 

Nuits étoilées de rêves pour les quarts.

L’air est tiède, plaisant, plus rafraîchissant qu’à l’intérieur.

Je ne m’attendais pas à repérer à bâbord LA CROIX DU SUD. Je pensais qu’il fallait franchir l’équateur.

Le cerf-volant, que dessine ses 4-5 étoiles, est en quelque sorte le pendant de notre étoile polaire pour indiquer la direction du pôle Sud, dans l’hémisphère Sud.

Enthousiasmée, j’ai activé notre nouvelle appli Sky guide, que j’ai préféré à ma précédente: Carte du Ciel.

C’est inouï l’imagination qu’avaient nos Anciens pour trouver des représentations humaines ou animales  aux constellations.

Autre « découverte » la rapidité avec laquelle les apparitions et disparitions des constellations changent d’une nuit à l’autre.

Rêveries, le bateau glisse presque silencieux…

 

Grains …et Bonne Etoile !

Nous guettions «les grains». J’appréhendais leurs violentes rafales flirtant avec les 40 noeuds.
Nous avons les vus …passer, parfois prôches, sans nous toucher!

Sous la barre de leurs nuages sombres, les raies de pluies cinglantes auguraient le pire !

 

L’état de la mer

Au total, l’ Atlantique fut sublime, confortable.

Des vents globalement entre 15 et 25 noeuds levaient une houle régulière qui nous arrivait par la jupe arrière tribord.

A part les 48 premières heures musclées,  avec une mer un peu croisée.

 

Les agapes sont joyeuses

-Petit déj

Chacun le gère  pendant son dernier quart de nuit… ça maintient éveillé!  Avec un peu de chance, il se peut que l’odeur de la brioche programmée emplisse le carré, titillant également celui ou celle qui dort à proximité.

-Déjeuner

L’objectif est de ne pas perdre le frais donc salade composée chaque jour, régal des yeux et des papilles…et plaisir de la lente confection pour…l’artiste.

A la réflexion, toute l’intendance (ménage, rangements: gage de sécurité) est effectuée lentement. Est-ce un effet du rythme des quarts ou la concentration pour ne pas se blesser bêtement? Les deux probablement.

Diner

L’entrée dans la nuit est un rituel. 
Les voiles et les réglages ont été adaptés aux conditions nocturnes… C’est le calme à bord.
-La « Cérémonie » de l’apéro (sans alcool pour tenir) et ses délicieux petits toasts confectionnés avec le pain maison, donne le tempo.

-Plat chaud (dont les restes serviront à la prochaine salade)

-Fromage(s)-dessert(s) chacun les gère pendant son premier quart de nuit… ça maintient éveillé.

Les boissons des quarts: chocolats chauds ou infusions de menthe fraîche à profusion achetée sur le marché de Mindelo

 

Les manoeuvres « attentionnées »

Episode 3 de notre chaîne You Tube Seniors Des Flots

Gennaker On apprivoise !

Ce sont par et grâce à elles que Patrick et moi,  nous sommes rencontrés à l’Ecole de Croisière, il y a plus de 25 ans.

Décomposer les manoeuvres et les recommencer jusqu’à la parfaite coordination est un challenge pour nous, seuls à bord de ce presque 49 pieds.

Et mon plaisir: progresser m’apporte de la sérénité.

C’est aussi autour des manœuvres en voilier qu’est né notre projet de tour du monde en couple, en l’an 2000.

C’est là que nous vibrons ensemble: une belle manœuvre bien coordonnée où ni le bateau, ni nous, ne souffrons.

Les poissons volants.

Nos premiers petits amis. Ils sont féeriques, infatigables. Ils volent très bien et longtemps pour échapper à leurs prédateurs. Une nuit alors que je me reposais sur la méridienne, l’un m’a percuté et j’ai découvert comme ils étaient beaux: bleu turquoise, scintillant avec de grandes ailes transparentes. Hélas chaque matin 4-5 cadavres, devenus tout gris traînent sur le voilier.

 

Les oiseaux, notre admiration!

Ce sont des espèces capables de se reposer en vol ou sur l’eau… solitaires ou le plus souvent en couple, ils tournent infatigables contre ou avec les vents.
Le puffin ne retourne à terre que pour la ponte… Trop loin pour la photo!

 

Les dauphins,  magique !

Ils sont si attachants! Si joueurs !

Habiles à s’écarter de l’avant des coques, ils reviennent s’y croiser comme si un élastique les y rappelait.

La difficulté est de réussir à les filmer pour le partager avec vous…

Nous n’avons pas vu de baleine…

 

Se laisser toucher par l’immensité.

Les couleurs de la mer, tributaires de celles des cieux et de l’éclairage des astres, nous ont ravi.

Le soleil, quand il commence à descendre, renforce les contours des vagues et des nuages. Tout le cosmos apparaît avec les étoiles, qui s’allument une à une.

Au lever du jour c’est le phénomène inverse et une récompense des efforts de veille. La promesse d’un renouveau.

J’aime ces moments de l’aube et du crépuscule où le ciel est double selon que l’on regarde du côté de la Lumière ou de l’Obscurité. Un choix. Mais il n’y a pas l’un sans l’autre.

Méditations…

 

Seuls!

Un horizon vierge. Notre AIS n’a repéré que 3 cargos pendant cette transatlantique. Trop loin. Notre œil n’a rien vu.

Picota, le Lagoon 42 de nos amis Hélène et Philippe,  parti 5 heures avant nous de Mindelo a choisi une route plus nord vers la Barbade, puis la Martinique pour y récupérer le fiston.

Trop loin pour la portée de notre VHF, nous communiquons quotidiennement par la messagerie satellitaire.

48 heures avant la fin de la transat, nous nous sommes « déroutés » vers La Barbade pour leur dire au revoir.

Puis nous avons taillé à nouveau vers Grenade, la plus Sud des îles de l’arc antillais.

 

Seuls avec Croix du Sud,

Seuls tous les deux.

 

TRANSAT,  ENCORE  !

Cette transatlantique fut une plaisante conjugaison de contemplations et d’intendance, de manœuvres et d’agapes joyeuses, de réparations et de conversations, de doutes et d’espoirs, de veille et de sommeil.

Sous de belles augures.

Nous en avions rêvé pendant des années.

Nous avions préparé le bateau depuis tant de temps!

Et voilà qu’elle était déjà finie!

Nous voulions encore le grand large, l’horizon à perte de vue, l’installation dans la nuit. Oui, encore !

Nous avons mis le Cap sur le Vénézuéla. A 120 ° du vent. Croix du Sud nous a fait des surfs à 14-15 noeuds, sous Gennaker avec 2 ris dans la GV, tout de même! Ça soufflait à 25-26!

A l’aube suivante, les plate-formes pétrolières de Trinidad sont apparues. Nous avons empanné à 12H pour mettre sagement le Cap vers Grenade.

Nous espérions encore une nuit et une aube «de Transat» mais Croix du Sud avançait trop vite, nous n’eûmes qu’un crépuscule.

A 20 heures, l’ancre était jetée dans un des merveilleux fjords de la côte Sud de Grenade: Woburn Bay.

 

PARTAGER AVEC VOUS

A votre convenance:  Le récit,  la photo, et désormais le film. C’est la Surprise !

 

RÉCITS Le plaisir de l‘écriture, pour nous, et de la lecture pour vous (nous l’espérons) est cette newsletter relayée par STW (Sail The World) association bien française de navigateurs Tour-du-mondistes.

PHOTOS Vous les retrouvez sur nos journaux de bord géo localisés consignés sur  l’appli POLARSTEPS :

De Camargue aux Canaries  (octobre 2021 - octobre 2022)

Du Cap Vert aux Caraïbes (octobre 2022- octobre 2023).

C’est un magnifique album photos, d’abord numérique, puis imprimable que nous pourrons montrer aux aînés peu familiarisés avec les outils numériques.

L’outil performant, esthétique et facile pour les voyageurs, a été créé par des jeunes hollandais.

…. Et Patrick s’occupe même d’Instagram où vous retrouverez également des photos.

FILMS

De la transatlantique est né le projet un peu fou du « Vlog ». Comprenez: filmer, monter les séquences, y adjoindre  musiques et/ou commentaires appropriés.

Publier. Sur You Tube, pour la facilité de l’accessibilité et la gratuité. Notre chaîne « Seniors Des Flots ».

Je m’y suis lancée, encouragée par Patrick, cependant inquiet du temps à y consacrer.

Pour mes balbutiements de « You-Tubeuse », vous trouverez:

L’épisode 3:   Gennaker On apprivoise !

L’épisode 4:   Spi… Avant déchirure !

L’épisode 5 :   Rupture Ris 1 de GrandVoile

L’épisode 7 :   Grenade Cascade des 7 Sisters

Ce sont les débuts! (Merci  à Florent et Fanny qui animent leur très sympathique chaîne Mahina met les voiles de m’avoir conseillée)

Il manque à  ces (mini)vidéos, les codes de la plateforme You Tube, paraît-il IN-DIS-PENSABLE:

-la miniature:  image qui résume la vidéo.

-l’intro: sorte de bande-annonce pour nous présenter.

-l’outro: final consacré à la fidélisation du spectateur,

- la salve des formules consacrées de You Tube (Faites nous vos commentaires, Abonnez-vous à notre chaîne Seniors Des Flots,  Cliquer sur le pouce vers le haut pour  signifier que vous appréciez Cliquer sur la cloche  pour recevoir la notification de la prochaine vidéo). Un univers bien nouveau…un défit!

Qui aurait prédit que nous nous lancerions là dedans…!

Si vous le souhaitez, les Seniors Des Flots vous y donnent RDV.  Et vous embrassent.

A bientôt!

 

Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...