Désordre en manche

Posté par : Vincent et Anne-Laure
10 Septembre 2019 à 17h
Dernière mise à jour 11 Septembre 2019 à 22h
188 vues
Flux-RSS

Toujours en compagnie de Victor (mon grand fils) et son   pote Robin,  notre trio s'apprête donc  a entamer la grande traversée depuis Jersey vers Cedeira au nord de la Corogne.   Jeudi matin 5    septembre vers 9h   , les plans  du Capitaine sont mis à execution. Départ  plein ouest   sous le vent de l'île, les rafales de vent  font du rangement  à l'interieur du bateau sous les coups de gîte ; tous les rangements   à tribord se retrouve rapidement par terre  à babord   et le bateau est en vrac   moins de 15mn après le départ.   Ca n'était qu'un début car une fois passé le phare de la Corbière  , extrême sud ouest de Jersey, nous voilà sans abri de la côte, et  le coup de vent passé la veille   a laissé une mer formée d'Ouest, à laquelle s'ajoute la mer du vent actuel qui souffle encore à 20 noeuds de   Nord. Le resultat donne une marmite bouillonnante , extrêmement  désagréable, qui a vite fait d'ôter le sourire de certains ;    Léa n'est pas à l'aise, Anne Laure  demande si ca va durer longtemps, et le visage de Robin ne tarde pas à blanchir  jusqu'à se confondre  avec la  crête des vagues; il ne faudrait pas qu'il tombe à l'eau, on  ne le verrait plus !    El clandestino miaule dans la cabine arrière et ses griffes sont fermement plantées dans le matelas, pas content du tout !

La météo annonce  une accalmie pour l'après midi, et la mer doit se ranger un peu... Vers 14h devant l'évidence d'une amélioration qui ne vient pas, nous décidons d'abattre notre route vers Bréhat ou les environs. Si ça continue, nous stopperons à  Tréguier. Le seul problème est la météo du lendemain qui repart au vent fort d'Ouest. Pas terrible pour aller vers la pointe Bretagne !    A l'approche des Héaux de Bréhat,  phare à l'extrême nord de la Bretagne, le courant est violent et il s'oppose au vent. Le résultat est dantesque, nous passons une demi-heure dans le tambour d'une machine à laver.  Des vagues à parois verticales viennent recouvrir le bateau et le ballote dans tous les sens. Cerise sur le gateau, on s'est aperçu que le capot avant avait été tordu récemment et qu'il n'est plus étanche : Notre banette est trempée et chaque vague amène sa contribution au désastre.    C'est sûr maintenant nous relacherons à Tréguier, tout au fond de la rivière du Jaudy, bien à l'abri.

L'escale sans enthousiasme me permet tout de même d'acheter du joint Silicone pour étanchéïfié le capot avant et nous donne l'occasion de sécher , draps, couette et matelas du Jacuzzi avant.

Un dernier petit dèj sur un bateau stable avant l'Espagne.

Le lendemain matin nous partons vers un port proche pour être prêts à s'élancer dès que le vent repassera au Nord. La météo pour ce vendredi est mauvaise et nous allons naviguer  plus de 3 heures pour ne parcourir que 5 miles à vol d'oiseau. Le fort vent de face,    associé au courant contraire nous fait tirer des bords carrés et nous décidons de relacher à Port Blanc car la porte de Perros Guirec sera refermée avant qu'on y arrive. Port Blanc est un mouillage très sympa par beau temps, nous y avons été au mois de juillet et c'était vraiment paisible. Changement de décor ce  6 septembre, la houle rentre dans le port et les claques de vents lèvent un clapot désagréable. Plusieurs bateaux ont trouvé refuge ici, mais comme nous, personne ne songe à descendre à terre, tant le clapot est peu engageant.

Nous passerons donc l'après midi et la soirée à jouer au time's up et à manger  en subissant les mouvements du bateau.

La météo doit s'améliorer vers 1h du matin et les courants de marée seront favorables à partir de 01h30. Le reveil sonne à 01h15 mais le vent n'a ni molli, ni tourné vers le nord comme prévu. Je me recouche, on verra plus tard... Impossible de me rendormir, c'est donc vers 2h que je reveille tout lemonde et on quitte le mouillage à 2h30.

Notre félin préféré, n'a vraiment pas apprécié la plaisanterie et nous le fait savoir en  ayant  déposé    partout sur le pont des belles crottes fraîches et pafumées. Nous avons eu le temps de marcher dedans avant de nous en rendre compte.    A 2h du mat' ca fait toujours plaisir!!

Le vent tournera vers le nord  et mollira un peu assez rapidement. Il reste de la mer mais par rapport à la veille, c'est du billard. Le bateau avance vite et nous établissons les quarts: Victor et Robin commence et Anne Laure et Vincent prendrons le relais à 6h devant l'île de Batz. On attendra le début de l'après midi pour avoir une mer presque plate. Le vent est plus faible et passé au Nord du coup . Nous décidons de couper à travers les cailloux pour passer les îles de la pointe Bretagne: Le passage de la chimère entre Molène et Quemenes est magnifique et c'est sous spi que nous rasons ces cailloux. A 17h30 nous passons la bouée de la chaussée de Sein, dernière balise avant l'Espagne.  ..

Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...