Les Islas Atlanticas et les rias près de Vigo

Les Islas Atlanticas et les rias près de Vigo

Posté par : Vincent et Anne-Laure
06 Octobre 2019 à 18h
Dernière mise à jour 08 Octobre 2019 à 18h
489 vues
Flux-RSS

Nous partons en fin d'apès midi de l'île d'Arousa, étape à inscrire dans le guide des meilleurs mouillages que nous n'écrirons  jamais. Nous naviguons sur  mer plate pour une fois dans la ria et même si le vent est pile poil dans le nez, nous apprécions de tirer des bords dans cette ria magnifique. Passage près du mouillage de l'ile de Salvora qui fait partie de la réserve naturelle des islas atlanticas, pour lesquelles il faut non seulement un    permis de navigation mais aussi un pemis de mouillage et éventuellement un pemis de plongée pour les amateurs.   Une fois le permis de navigation en poche il faut déclarer le jour où on veut poser son ancre, sur telle ou telle île. Ces formalités ont été mises en place pour limiter l'affluence des plaisanciers sur ces iles paradisiaques. Chose étonnante, les touristes  qui arrivent en ferry des ports avoisinants, déboulent en grappes sans émouvoir l'otochtone. ..

Nous attendrons un peu pour accoster la première île de la réserve que le soleil revienne. Nous atterissons donc pour la    1ère nuit dans   le petit port de Puerto Pedras Negras  sur la comune de San Vincente do Mar, ça tombe bien c'est la St Vincent !   mais une fois à terre, petite déception !  tout  est fermé, nous sommes dans une station balnéaire qui est totalement morte   hors saison.   Nous trouverons tout de même du pain  dans le camping   qui fait supérette (enfin minirette) derrière le comptoir.   Sur les   pontons, seul  un autre bateau est habité, par un skipper allemand, parlant français sans accent   et qui attend des équipiers pour partir   vers les îles Canaries. On ne dort pas très bien car la houle rentre dans le port. Pour la 2ème nuit, on change  de crèmerie  et  allons à   Portonovo.   Nous trouvons dans cette   escale tous les critères  que l'on a rarement :   des  supers sanitaires, un supermarché tout près , un parc enfant pas loin,  une ville agréable avec des sentiers piétons  et le prix de la nuit pas  très chère: dommage que l'on ne soit pas venu dès   hier!

 

                    

On admire  le coucher de soleil depuis  le port  avant d'aller au lit car  demain  on    part  à l'aube  vers l'île Ons !

Le trajet de   Portonovo vers l'île  sera  de courte durée et  au moteur.  On prend une bouée visiteur à disposition  puis préparation du pique nique    et c'est parti en annexe   pour   un tour de l'île à   pied.

                  

Nous découvrirons   des paysages grandioses, qui  font un peu penser à la presqu'île de Crozon ou à l'ile de Sark, on adore !!

Notre   balade   se  fera d'une côte Est abritée   avec de jolies  plages  vers une côte Ouest plus agitée où on imagine l' Amérique face à nous.

Une petite glace bien méritée (et  difficile à trouver   sur l'île) et nous   décidons de partir   un peu  plus au sud   pour trouver un mouillage abrité,  car le menu météo des 2 prochains jours  est  un mixte  grisaille/pluie/vent. Direction donc la rià de Aldàn  sous voiles   où nous  trouvons un très beau mouillage devant la plage. Nous profitons de la fin de ce samedi beau et chaud en sachant que ca ne durera pas: baignade autour du bateau et farniente sur le pont.

Léa nous emmène  vers la ria de Aldan

Effectivement la pluie arrive... mais en bons bretons , cela ne nous empêchera pas d'aller visiter   le village d'Aldan petit port de pêche très calme en ce dimanche après midi.

            

Nous passerons tout de même une grande   partie  de la journée  à bord, à   faire école.

La météo   s'améliore mais c'est pas encore  ça ,  la meilleure journée est prévue dans 3 jours, donc on change de ria, direction Vigo pour   2 nuits et ensuite  à nous les îles Cies !

Nous avons l'agréable  surprise d'avoir l'entrée gratuite de la piscine olympique propriété du Real club nautico de Vigo !  Il nous faut faire tout le tour du port pour arriver à cette piscine qui fait aussi office de sanitaires/douches pour les usagers. une bonne vingtaine de minutes aller retour de marche à chaque fois.

Nous   profitons    de cette escale pour faire les grandes lessives du bateau et visiter la ville.

 

Un grand espace vert surplombe cette partie du port et offre une vue incroyable sur la ria et les iles Cies

Nous prévoyons de partir   de Vigo à 9h.  Vincent part régler les 2 nuits   au port et remettre les clés du ponton  (toujours 20mn de marche aller/retour).   Mais   il n'arrive pas au bon moment, le seul gars du bureau qui semble habilité à encaisser les nuités est ....à la piscine d'après sa collègue !   On imagine l'employé en train de faire des longueurs pendant les heures de bureau,   mais non! il est avec la police pour régler un problème...  On est passé au rythme Galicien et plus rien ne nous  contrarie.

Une fois tout en règle, nous voilà en direction des Iles   Cies, situées à 7 miles dans l'ouest.

 

1er dejeuner  dehors au soleil depuis La Corogne  et cette fois avec une jolie vue de la belle plage   de Cies.

L'arrivée en annexe    sur l'île ne s'est pas passée comme prévue...    On a voulu surfer sur la dernière vague et Anne Laure  est tombée dans l'eau toute habillée.

Le point positif est que notre sac étanche est vraiment étanche !

         

        

 

        

Très agréable balade sur l'île, quasi seuls avec un temps superbe, on s'est régalés  !!

Après une jolie nuit bercée   par les flots, nous continuons notre descente  vers le sud,   nous choisissons Baiona , ce sera  notre dernière escale en Espagne.

Dans les guides   maritimes nous lisons que Baiona un endroit  à ne pas manquer tellement il y fait bon vivre. Il y a 2 marinas  pour nous recevoir, une publique et une privée.   La plupart des avis   disent d'aller dans le port publique  qui est 2 fois moins cher et équivalent,  donc nous nous dirigeons vers  ce   port.

Arrivés   près  des pontons, le marinero, sans doute ancien gardien de prison, nous crie en espagnol de ne pas utiliser le ponton proche de toutes les commodités et presque vide, mais d'aller sur le ponton exposé à la houle et à perpète de la ville où 2 autres voiliers   sont amarrés.  Nous suivons ses ordres , c'est la première fois que l'on a un accueil si peu chaleureux. Il    nous rejoint    sans un mot  pour nous aider à   passer les amarres. On lui demande   le prix de la nuit, il nous répond sèchement 30 euros   alors que le Monte real club de Yate  affiche 24€ sur Internet. Tandis que    El caporal    commence à tourner l'amarre au taquet, on lui demande aimablement de tout larguer et Adios! on change de crémerie . A 200 mètres de là, nous sommes accueillis avec un grand sourire  par le marinero de Yates marina qui affiche pour finir    un  tarif de 22 euros la nuit sur pendille : Vale, bueno. Nous serons enchantés de cette marina où nous resterons 3 jours.

Cette   escale sera un grand coup de coeur   et la meilleure de toutes les escales effectuées jusqu'à présent !!

Nous  achetons   de quoi pêcher. Vincent a tout prévu pour attirer le thon.

Un parc enfant juste à côté du  port privé permet de faire des    récréations   sportives.

Dès que l'on en  trouve on ne résiste pas à en acheter, ceux sont des "navajas", des couteaux, ils sont à 6€  le kilo ici. Qu'est ce que c'est bon,  cuisiné avec du beurre persillé et accompagné d'une paella maison !

 

         

Joli panorama de la ville de Baiona depuis son château.  Le port  publique est à droite, et le  real club nautico où nous sommes est à gauche, au pied des remparts .

Reproduction de La Pinta,  l'une des deux  caravelles de  la première expédition  de  Christophe Colomb  en Amérique.   Au retour  de leur navigation  la Pinta est arrivée   au port de Baiona,  à cette époque la ville faisait partie du Portugal.

En parlant du Portugal,  nous voilà sur le départ   vers ce beau et accueillant pays en ce dimanche matin. Mais  à peine avoir  parcouru 500 mètres, que le moteur   ralentit, Vincent   imagine tout de suite une algue enroulée autour de l'hélice. Petites marches avant,    petites marches arrières , rien n'y fait, nous décidons  de retourner    derrière le môle de Baiona   pour se mettre sur une bouée et plonger à l'abri de la houle.

L'eau n'est n'est pas froide pour un 6 octobre  à 9h du matin, mais psychologiquement la combinaison fait du bien.

Verdict :   une "chiffonnade d'algues fraîches de la baie"    entourait l'hélice qui n'avait plus du tout la même efficacité.

Photo prise quelques minutes après la plongée de Vincent : des Growlers (glacons)? en Octobre? en Galice? Non ça n'est que de l'écume crée par les déferlantes qui proviennent de l'Atlantique et se cassent sur les rochers de l'entrée de Baiona.

Nous naviguons tranquilement   vers   Viana do Castelo, notre première escale portugaise.

Qui dit changement de pays, dit changement du pavillon de courtoisie ! Hasta luego España y Bom dia Portugal!

 

Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...