Casse pour un faux départ Martinique-Açores 2023

Casse pour un faux départ Martinique-Açores 2023

Posté par : DANIEL
14 Août 2023 à 18h
Dernière mise à jour 25 Octobre 2023 à 20h
662 vues
Flux-RSS

 

Nous sommes le 10 mai et  Teranga est prêt  à regagner  Toulon.

Depuis son arrivée  à la Martinique le  8 février, les Alizés n'auront été  "forts" (entre 15 et 20 noeuds ) que trois semaines. A partir de début mars ils ont faiblis, définitivement.....comme si le temps avait changé.

Le départ de Sainte Anne a lieu à midi et nous sortons du canal  de Sainte Lucie sous GV 2 ris, assistance moteur pour s'éloigner au plus vite  de cet endroit peu intéressant, même  si la houle est très modérée, comme le vent.

Ce dernier est même plus que modéré, disons bizarre: il  oscille entre 0    (à se demander si c'est encore un Alizé!)  et 20 noeuds les 3 premiers jours avec un peu d'eau pour arroser tout ça , plutôt quand ça faiblit. 

Nous faisons 100 milles par jour avec assez peu de houle, navigation plutôt tranquille par rapport aux deux  derniers départs de transat retour de Teranga.

Nous accélérons le 4ème jour avec 130 milles,  GV 2 ris et houles variables, pas très confortable! mais plutôt "normal" dans cette zone en cette saison....... 

Le 15 à une heure du matin, c'est Jean Michel,  mon fidèle équipier (5ème transats sur Teranga) , qui d'un  coup voit le génois se mettre à fasseyer sans raison; il comprend vite qu'il y a un problème et a le réflexe d'enrouler la toile au plus vite.

L'opération se passe sans effort notable et une fois la voile enroulée, il me sort du lit!

Le spectacle est inquiétant , le génois enroulé danse dans tous les sens et nous essayons de calmer les mouvements en  attachant les écoutes au plus près sur bâbord et tribord. Ca  danse encore beaucoup mais on ne voit pas comment faire mieux.

Reste plus qu'à aller voir en haut du mat ce qui ce passe.

On reste au bon plein sous GV 2 ris, houle modérée, ça bouge mais ça aurait pu être plus fort, on a de la chance.

Je monte donc  (le mat est équipé de marches et je m'assure avec un harnais relié à un bloqueur  Peitzl qui coulisse sur la drisse de spi fixée le long du mat).

Je suis en sécurité mais à 14 mètres au dessus de l'eau ça commence à  "tanguer" fort et il faut bien se tenir , les bras et les jambes fatiguent vite.

Le diagnotic est vite fait,  la chape est toujours sur l'étai  mais s'est  déchirée autour de l'axe en tête de mat. C'est la drisse du génois qui tient encore l'enrouleur en l'air, pour combien de temps?

La poulie de la drisse de génois est en miette et la drisse frotte à qui mieux mieux dans tous les  sens.

Il n'y a plus qu'à redescendre et reprendre des forces et ses esprits......

Nous excluons assez rapidement l'idée d'affaler l'enrouleur, cela signifie à coup sur de le plier....... et au prix que ça coûte.....sans parler des risques physiques qu'il y aurait à manipuler une "chandelle" de plus de 15 mètres sur un pont de 10 qui n'arrête pas de bouger dans tous les sens.

Reste plus qu'à essayer de consolider au mieux la situation?????

Finalement, je remonte pour accrocher la drisse de spi (je m'assure cette fois avec la drisse de GV de secours) sur l'émerillon de la tête de l'enrouleur.

Cette deuxième ascension m'a semblé bien plus  pénible et je n'en aurais pas fait une troisième....

Une fois en bas nous étarquons au maximum la drisse de spi et considérons qu'on ne peut rien faire de plus.

L'enrouleur se ballade toujours autant  mais la nouvelle drisse ne rague quasiment pas sur le métal de la tête de mat  et nous espérons qu'elle  tiendra jusqu'à l'arrivée.

Mais où aller? nous sommes à 370 milles de Saint Martin, 400 de PAP et 500 du Marin.

Ce qui est sur c'est que nous n'irons pas aux Bermudes (700 milles) ni aux Açores  (2000).

Appel donc avec l'iridium vers l'assistance BMS ( qui est à Saint Raphael et qui suit Teranga depuis que je l'ai acheté.... à BMS, à l'époque  représentant exclusif Méditerrannée d'Alubat).

Le retour est sans hésitation Guadeloupe!

Nous  irons donc à Pointre à  Pitre que Teranga n'a connu qu'en escale rapide il y a cinq ans. 

L'Alizé toujours clément nous accompagne pour une navigation "tranquille" sous geneeker  la journée et moteur la nuit afin d'assurer.......la tranquillité, et les milles!

Trois jours plus tard nous arrivons à PAP  avec le génois toujours suspendu, énorme soulagement, reste à savoir  si et comment nous allons pouvoir réparer!

          la coupable est descendue à terre

Après avoir fait le tour des ships et chantiers locaux (fort heureusement concentrés autour de la marina) nous réalisons que notre sort est dans les mains du gréeur local,  Gréement Marine Service en la personne de  Jean Paul Levert.

Bien que manifestement débordé, ce monsieur nous propose une première chape sortie de sa boîte aux trésors (expression suisse) en nous disant que ca peut le faire, peut-être 'les chapes, c'est comme la plomberie, rien de normalisé!). Je m'empresse de remonter en tête de mat pour constater que ça le fait pas , il manque pas grand chose mais ça va pas!

Deux heures plus tard, il revient avec une nouvelle pièce qu'il nous apporte au bateau entre midi et deux (prend-il le temps de s'arrêter dans sa journée?).

Et là bingo! on va pouvoir reprendre l'étai avec une pièce plutôt surdimensionnée 'inox de 5 d'épaisseur au lieu de 4) par rapport à l'original de Z'Spars qui a cédé.  

Nous sommes arrivé à PAP un jeudi  18 férié, et le vendredi soir nous avons réparé ; c'est quasiment miraculeux, on croit rêver!

Cette avarie ne nous aura retardée que de dix jours  pour notre retour sur Toulon et m'aura fait réfléchir sur les points suivants:

- la  rupture de la chape aurait pu  entrainer un démâtage: la drisse de génois qui a dans un premier temps encaissée le choc de la rupture est en  Spectra (équivalent du Dyneema aujourd'hui), cordage conseillé par BMS quand en 2013, j'ai préparé Teranga pour son premier tour de l'Atlantique. Je pense que cette drisse qui  a résisté est le premier maillon qui nous a sauvé. Le deuxième maillon c'est peut-être la drisse   du geeneker (également en Spectra) qui a sûrement du reprendre une partie des efforts anormaux.  Enfin Teranga est équipé d'un "poteau" à deux étages de barres  de flèches à 90° (non poussantes) et par sécurité il navigue toujours en transat avec l'étai de trinquette larguable gréé (ce qui n'avait encore jamais servi à rien sauf peut-être sur ce coup-ci).  Conclusion,  l'investissement dans du Dyneema  pour les drisses qui peuvent concourir au maintien du mat vertical devient un non choix pour Teranga.

- Teranga a déjà changé deux fois son étai. La deuxième fois, juste avant le 4ème TAN, je me suis rendu compte en le démontant que l'enrouleur  pouvait accepter un diamètre  de 10 mm (vérification faite diamètre préconisé  par l'architecte sur les plans), mais que le chantier avait fait une petite économie en mettant du 8 mm! (ridicule soit dit en passant).

Au vu de cette aventure, à chaque prochains changements  d'étai correspondra  le changement de la  chape en tête de mat. (Et comme les chapes  ont l'air d'être toutes différentes, il y en aura même peut-être une en réserve à bord;  il y a bien déjà le premier étai en 8 mm à bord prêt à reprendre du service, ce dernier ayant été changé en 2013  à la demande de l'assurance).

- En discutant avec des gréeurs professionnels  de mon aventure, personne n'a paru surpris: cette pièce est en inox et elle fatigue, surtout  semble-t-il sur les "bords" en ciseaux  du fait des accélérations permanentes (Teranga fait régulièrement des pointes à plus de 10 noeuds à cette allure, record à 14!). Sur Teranga, cette pièce avait déjà fait 4 "descentes" sur les Antilles, soit l'équivalent de deux en ciseaux, soit  environ 4 000 milles sur cette allure déconseillée pour les chapes! Avis donc aux amateurs de cette allure,  le gréement va vieillir plus vite......et il est probable que l'inox ne montrera  pas sa fatigue avant la rupture).

- Enfin, si vous avez des soucis de gréement aux  Antilles, n'hésitez pas à aller à PAP, vous aurez un excellent accueil de la marina et un service plus que professionnel avec Gréement Marine Service. 

 

 

 

  

 

 

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...