Dossier complet sur les maladies tropicales !

Dossier complet sur les maladies tropicales !

Posté par : Médical grande croisière
15 Mars 2018 à 17h
Dernière mise à jour 15 Mars 2018 à 18h
1028 vues
Flux-RSS

50 pages de prévention et d'explication sur les maladies tropicales ! telecharger le dossier complet Par jean Yves Chauve.

 

et aussi, un dossier Paludisme:

Le Paludisme (ou malaria en anglais) est malheureusement encore une des grandes faucheuses de notre planète : plus de 2 millions de morts par an, près de 600 millions en crises régulières. On n'est jamais à l'abri, même bien informé. Certains se souviendront peut-être du pharmacien Gérard Pesty et son trimaran Architeuthis. Il nous avait fait rêver dans les années 70, au travers de ses récits édités chez Arthaud, narrant ses expéditions dans les grands deltas sud-américains. Il est mort en 1997 de la malaria, en croisière à Haïti.

L'ennemi public N° 1 est la famille des moustiques anophèle. Plusieurs branches de cette famille sont les vecteurs des parasites Plasmodium. Bizarrement, ce sont uniquement les femelles qui piquent et risquent de parasiter le sang de l'homme. Un homme porteur du parasite peut lui même se faire piquer par une anophèle saine. Celle-ci pourra ensuite essaimer les parasites en piquant d'autres hommes, etc...

La bestiole est sournoise :

  1. une seule piqûre d'une seule anophèle porteuse suffit
  2. le vol de l'anophèle est silencieux
  3. sa piqûre est indolore
  4. elle ne pique que la nuit

La Maladie

Daniel, un copain suisse a contracté le palu au Venezuela (normalement réputée zone non à risque). Avant d'être soigné sur place, il a déliré pendant une semaine, puis déprimé sous forte fièvre, avant l'arrêt des accès. Après une seconde crise en Suisse, un an après, il a été sérieusement soigné à Genève et ne craint en principe plus une nouvelle crise.

Sans médication, la pièce se joue en 3 actes :

  1. incubation : rien ne se passe durant les 7 à 21 jours qui suivent la piqûre, puis une première crise de fièvre (38°) accompagnée de troubles gastriques et digestifs
  2. crises : elles durent de 6 à 8 heures, souvent tous les 2 jours. Une première attaque de frissons glacials, suivi par un accès de fièvre (40°) encadré d'un solide mal de tête, suivi de bouffées de sueurs annonçant la fin de la crise
  3. évolution : disparition progressive des crises et atténuation des accès sur une période allant jusqu'à 3 semaines ou ... complication et risque mortel (accès pernicieux ou neuro-paludisme). Des crises restent possibles dans les mois ou les années qui suivent

Le Traitement

La panoplie des médicaments de prévention permet également (en dose élevée) de contrecarrer la maladie. Cependant un traitement sérieux, s'effectue en milieu hospitalier pour permettre le dépistage des complications souvent mortelles. Les médicaments préventifs n'assurent pas une garantie à 100 %.Toutes les recommandations vont dans le même sens : la prévention

La Prévention

La prévention diminue le risque de 80 à 90 °. Ce sont des gestes simples :

  • porter des pantalons longs et des chemises à manches longues le soir
  • utiliser du répulsif de qualité sur la peau à base de DEET (CINQ SUR CINQ ou INSECTECRAN PEAU)
  • utiliser du répulsif de qualité sur les vêtements à base de DEET (INSECTECRAN VETEMENTS)
  • utiliser une moustiquaire au-dessus du lit et la border. Choisir le modèle imprégné (TROPENZORG, modèle CARE PLUS) en forme de boîte qui se place au dessus du lit et permet de bouger sans toucher la moustiquaire (magasin de voyages)

mettre des moustiquaires aux hublots et capots de pont.

Pour empêcher les bestioles d'entrer dans le bateau, nous avons quelques trucs :

The TRUC : pour faire très simplement des moustiquaires pour les panneaux de pont, il suffit d'acheter au mètre du tissu moustiquaire à mailles fines . Le découper en carré ou rectangle, après avoir testé s'il englobe bien le panneau ouvert. Ensuite faufiler un ourlet périphérique dans lequel on aura glissé une amarre plombée, ou une chaînette inox de 4 mm. Cela ne bouge pas et on peut même fermer et ouvrir le panneau de l'intérieur s'il pleut. On peut également les acheter tout fait chez Swisstech ou Compass.

Cheap TRUC : lors de notre périple de 6 semaines sur l'Amazone, nous avons simplement collé du tissu moustiquaire au Grey Tape, à l'extérieur des hublots ouvrants vers l'intérieur (vous avez suivi ?). C'est simple et beaucoup moins cher que les moustiquaires de chez Lewmar ou Goïot, mais c'est un peu moche

Fan TRUC : comme la moustiquaire freine sensiblement la circulation de l?air dans le bateau, un ventilateur est grandement apprécié (Hella, 12 ou 24V)

Anchor TRUC : pour les mouillages sur les fleuves, il faut rester à distance de la rive (50 m) et dans le courant. L'inverse est propice à l'invasion des moustiques.

Crazy TRUC : pour la grande aventure, j'ai même une salopette moustiquaire protégeant tout le bonhomme y compris la tête. Utilisé seulement une soirée dans les caños à alligators sur l'Orénoque. On a l'air d'un martien, c'est un peu chaud, ça fait peur aux enfants mais on est bien protégé.

Pour éloigner les bestioles volantes, nous avons quelques armes :

  1. spirales de pyrèthre à faire brûler dans le cockpit, cela n'a pas l'air de les gêner beaucoup surtout s'il y a du vent et ça pue
  2. des plaquettes encapsulées dans un support qui diffusent de l'insecticide : ça pue sérieusement dans les cabines et effet limité
  3. Un diffuseur électrique d'anti moustique.
  4. une plaquette imbibée et insérée dans un tout petit ventilateur sur pile. Discret et efficace dans la cabine (RAID en France)
  5. des sprays de toutes marques (on en trouve absolument partout) qui sont les seules armes efficaces contre les bestioles
  6. acheté au Brésil : un petit pulvérisateur à main, vendu avec un bidon de 5 litres d'insecticide ? Pas encore testé
  7. les appareils à ultrasons sont inefficaces et les lampes néon bleues à électrocution vont rameuter tout ce qui vole vers le bateau !

 

Et puis il y a les endroits comme sur le fleuve Siné Saloum au sud de Dakar par exemple, où les bestioles sont tellement nombreuses qu'il faut se réfugier à l'intérieur dès 20h00, tous feux éteints, bateau fermé. Un grand coup de spray dans le bateau, puis au lit sous la moustiquaire. Au milieu de la nuit, quand on suffoque, on ouvre un panneau de pont avant de replonger sous la moustiquaire. La journée, les moustiques fichent la paix en général. Ouf !

Les Médicaments

Les pays sont classés en 3 zones de résistances aux médicaments.

 

La Zone 3 (ou zone C) est celle où les moustiques sont les plus costauds. La Chloroquine les fait marrer. Dans l'Atlantique, ce sera pour nous marins, le cas de l'Amazone (surtout si on remonte le fleuve) et de l'Orénoque. Il faut prendre de la Méfloquine (LARIAM ou autre) dont le seul avantage est de se présenter en comprimés hebdomadaires.

 

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...