Les Cyclades toujours

Posté par : Karyotakis
21 May 2018 à 05h
Last updated 15 June 2018 à 09h
3093 vues
Flux-RSS

Mimosa repart vers les Cyclades, pour 3 semaines. Nous voulons visiter et revisiter toutes celles des îles que nous avions oubliées dans le passé. Départ d’Athènes le 18 mai 2018, direction Kea derrière le cap Sounion.

Kea est une île près d’Athènes et habitée depuis l’antiquité. On retrouve des vestiges anciens, comme le lion de Kea, ou l’acropole de Karthea au sud-est. Aristide grand homme politique est originaire de Kea. Il a promulgué la loi Κειον νομιμον, pour permettre aux vieux de se suicider et faire la place aux jeunes. Ce n’est qu’au 3ème siècle après Jesus Christ qu’elle est abandonnée. C’est un cas unique dans le monde grec. Le chef-lieu de Kea, Ioulida, est perché en haut des collines, probablement autour de l’ancienne ville. Le village est bâti, tout en escalier, et les toits sont couverts de tuiles rouges. À la sortie de la ville on retrouve le lion de Kea, sculpté probablement au 6eme siècle avant Jesus Christ, à même la roche. Il est là envoyé par Jupiter, pour proteger les femmes de l’île, des méchantes nymphes qui les tuaient. A travers un paysage méditerranéen où dominent des magnifiques chaînes liège on se dirige au sud-est, pour aller à l’ancienne Karthea. C’était une ancienne citée état parmi les 4 de Kea, avec une histoire millénaire. Ce n’est qu’au 6eme siècle après Jesus Christ qu’elle est désertée finalement. Pour visiter Karthea on empreinte un magnifique chemin ancien, dallé, pour 2 heures aller-retour. Ce qui frappe sont les odeurs de thym mais surtout la sauge qui envahissent l’air. La température ne dépasse pas 25 degrés et la marche est très agréable. L’effort est largement récompensé par la visite de l’ancienne forteresse et ses temples d’Athena et d’Apollon. Le paysage est réellement grandiose et on a du mal à s’imaginer la ville de l’époque. Un théâtre de 900 places témoigne de l’importance de la cité. Par beau temps on peut venir et mouiller dans la baie en dessous, Polles.  Kea qu’on n’avait jamais visitée mérite le détour très certainement.

          

                                                                                   Ioulida chef lieu de Kea

      

                                     Chapelle et le lion de Kea

        

                    Ioulida et le théâtre     de Karthea

    

                                                   L'ancienne Karthea et le mouillage de Polles

Deux heures après notre départ d’Athènes, j’ai fait bêtement une chute dans la descente du bateau, en marchant sur un bout qui était sur une marche, sans rien toucher. Pourtant une forte douleur envahit le sternum et à droite, quand je me sers le bras droit. De Kea à Tinos et par un bon force 5, manœuvrer devient un calvaire. Changement de programme, destination Syros, Finikas et les urgences de l’hôpital de Ermoupoli. Probablement une blessure musculaire en essayant de stopper ma chute. Au moins une semaine d’immobilisation du bras. On reste donc chez nous sans bouger en attendant que ça aille mieux !

Après 8 jours à la maison en essayant de récupérer de ma chute, et probablement une elongation ou blessure des pectoraux, on a repris la mer ce matin. A Syros, nous ont rejoint Nadine et Michel. Michel a été notre moniteur de voile aux stages de la MACIF à Marseille, il y a quelques années, donc même si je suis légèrement handicapé le bateau est en bonnes mains. Et il en fallait, le vent du Nord souffle F5 plutôt F6 et des rafales à F7. Non ce n’est pas le meltem mais il ressemble fort. La   seule difference  ce qu'il continue  de la meme force la nuit aussi.  Ce soir 28 mai 2018 on est à la marina de Naxos. On a une place à couple avec un italien qui a fait grise  mine en nous voyant. Le vent continue à souffler fort et même en se baladant en ville on a un œil sur le bateau. L’ile a une histoire millénaire. Les premiers vestiges datent de 2700 av JC. Zeus passe son enfance ici, et Dyonisos dieu du vin passe ses vacances. L’île est connue pour ses vignobles. Naxos était le siège du duché des îles de la mer Egée, fondée par les Vénitiens vers 1200 après Jesus Christ, Marc Sanudi et ensuite les Crespi. Ils ont laissé un mauvais souvenir. Aujourd’hui on visite la forteresse formée par les façades des maisons construites en cercle. C’est la plus grande île des Cyclades avec un sommet qui culmine à plus de 1000m.

      

                     Dans le Kastro de Naxos

 

       

                                                                                                      Les restes du temple d'Apollon à Naxos, Portara

     

                     Le temple de Demeter et le village de Chalki, Naxos

                                   Vue depuis le port de Naxos vers le Kastro

Nous avons quitté le petit port de Naxos sans aucun problème malgré 20 noeuds de vent. Nous avons parcouru les 18 milles qui nous séparent de Schinoussa avec des pointes de vitesse à plus de 10 noeuds par vent au 3/4 arrière, environ 20-25 noeuds. A Schinoussa on a dû mouiller 4 fois avant que notre ancre accroche. Ce soir on visite le village, deux cent habitants, tranquillité assurée. Le lendemain matin le soleil se lève à Schinoussa, aucun bruit dehors sauf un petit clapot, petit vent frais, vue imprenable jusqu’à Irakleia et Ios. Un petit paradis !

     

                              Schinoussa le port et la vue depuis le village

Amorgós, l’île du film le Grand bleu, ça se mérite. De Schinoússa nous sommes partis avec un gentil F4 qui s’est vite transformé en F6 voir F7 parfois. Vitesse du vent 55 Km/h environ et au près. Les déferlantes envahissent le cockpit, mouillent l’équipage qui se retrouve vite trempé, étant partis sans cirés comme des bleus. Mais l’eau est chaude, 20 - 24 degrés environ. A l’arrivée au port les rafales atteignent 30 noeuds et c’est très dangereux de  s’y amarrer. On trouve refuge dans une petite baie en face du port, et on regarde Katapola de loin. Demain le vent forcira encore et on ne devra pas quitter le bateau. Dur de partir d’ici sans visiter Amorgós.

Le lendemain , nous avons quitté notre mouillage vers 8h,   1er juin 2018 pour aller au port de Katapola à Amorgós. Le vent est un peu moins fort et on tente notre chance. Katapola, c’est un port où il faut faire attention. Les ancres ne tiennent pas, les gens mouillent plusieurs fois, lèvent les ancres des voisins, spectacle assuré.  L'endroit le plus sur est entre l'aire de mouillage des grands ferries et celle du Skopelitis.  Ce soir le petit ferry bien connu ici, L’express Skopelítis, une legende vivante,  nous bloque toute sortie. On espère que le vent se calmera. Nous avons profité d’une accalmie de l’activité portuaire, toutes les places étant remplies, pour faire une balade à pied à l’ancienne ville de Minoa au dessus de Katapola. 

   

          Katapola  à Amorgos vue d'en haut, Chapelle de campagne. Souvent chaque famille a la sienne.

       

      Un aloni, aire de battage recent et la ville de Minoa ~1500 av Jesus, Amorgos

Journée de tourisme le 2 juin pour l’équipage de Mimosa. Le matin la partie sud d'Amorgos et après la sieste la partie nord. Au sud c’est le monastère de Chozoviotissa qu’il faut absolument voir. Il a été fondé au 8 eme siècle par des moines fuyant les arabes en Palestine. Ils emportent avec eux une icône considérée miraculeuse aujourd’hui et fondent ce monastère en flanc de falaise. Jacques Mayol vivait dans la baie en dessous et quelques scènes du Grand Bleu sont tournées ici. La route vers le sud est magnifique tout le long de la crête des montagnes avec une vue extraordinaire. Au sud il y a une petite baie aux eaux cristallines et azur. De retour à la Chora on se promène à travers les ruelles et aussi ici on trouve un grand nombre d’églises.

       

       Le monastère de Chozoviotissa et une église  à la Chora d'Amorgos

                   La baie de Kalotaritsa au sud ouest d'Amorgos

Arès une belle traversée d’un peu plus de 60 miles avec des vents entre 15 et 22 noeuds au près et vent de travers ,Mimosa mouille au port de Kimolos le 3  juin. Ici aussi c’est un havre de paix!

  

                   La vue du port de Kimolos et Mimosa au port, à  droite du bateau  à    moteur

Le 4 juin direction Milos, celle de Venus.    Arrêt baignade au sud de Milos, Kleftiko

   

   

                                                 Kleftiko au sud de Milos

Journée à Milos le 5 juin. Île volcanique avec des paysages uniques. Chaleur aussi, journée sans vent.

             

                               Vue dépuis le haut de Milos et Sarakiniko

Le 6 juin Mimosa profite du peu de vent du sud 7-10 noeuds, pour une superbe navigation jusqu'à Kythnos sous spi.  C'est la 1ere fois que ca nous arrive de ne pas tirer des bords pour revenir ! Repas à Loutra chez Alkistis et son retaurant Xerolithia, le mur en pierres seches !

           

          Mimosa sous spi remonte vers Kythnos depuis Milos

Quand on mouille au cap Sounio, c'est que soit vous partez en vacances soit vous êtes en train de finir et vous revenez à Athènes ! C’est notre cas! Ceux qui nous suivent auront reconnu le temple de Poseidon au cap Sounion. Nous sommes 30 bateaux au mouillage ! La saison est bien partie.

         

     Cap Sounio et le mouillage

En voiture quand le  parking   plein ce n’est pas grave, on cherche à côté. En bateau c’est autre chose. Nous sommes arrivés au port d’Egine par un vent du sud de 20 noeuds et le port était plein de plein ! Le plan B prévoyait d’aller au port d’Angistri un îlot à l’ouest d’Egine à 1 heure de navigation. Il était aussi plein et même intenable tellement ça soufflait. Le plan C était d’aller mouiller dans une baie à l’ouest d’Angistri que nous avions repéré en Avril. Et c’était le plan gagnant ! Nous sommes dans une petite baie, entourés d’une magnifique pinède et la mer est à 25 degrés. Pas mal pour notre dernier soir de vacances.

                                        Agistri baie de Aponissos

Nous n'avons pas pu faire tout ce qu'on avait prevu, à  cause de ma chute dans la descente qui nous a immobilisé    7 jours.  Mais nous avons bien navigué, avec beaucoup de   vent fin mai    plutot inhabituel pour cette période. En 3 semaines moins de 30 heures de moteur. Nous avons découvert quelques iles que nous n'avions  jamais vistées, et avons profité    de la mer et du soleil. Voici notre parcours  : 

                                         Mai 2018 le voyage de Mimosa

Naviguer en juillet ca sera difficile, il me faut 2-3 mois pour recuperer. Peut etre en septembre, on remontera le golfe d'Evia vers les Sporades.

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...