2010- Cap à l'Ouest-de Leros à Preveza

2010- Cap à l'Ouest-de Leros à Preveza

Posté par : Olivier
27 Mars 2012 à 11h
Dernière mise à jour 18 Janvier 2016 à 18h
794 vues
Flux-RSS

    Je somnolais tranquillement et les voilà qui débarquent à  4 heures du matin. C'est une manie chez eux d'arriver en pleine nuit. C'est vrai qu'il n'y a pas d'autre choix avec le ferry de Leros. Entre l'éruption du volcan islandais qui neutralisait les vols aériens sur l'Europe du Nord, les manifs à Athènes et les pickpokets du métro du Pirée, leur voyage fut périlleux.

  Maintenant j'ai l'habitude, au petit dej on fait le briefing et je leur confirme que me mettre en hivernage à Leros Marina était une excellente idée : ambiance sympa, pas du tout usine, équipements suffisants , label STW mérité, proximité de Lakki avec un petit vélo et l'île est bien belle mais déroutante de prime abord : une passe étroite entre de hautes falaises donne accès à l'immense baie de Lakki. Si Nelson était passé par là , sûr qu'il y aurait installé sa flotte. Mais c'est Mussolini qui a transformé la baie en port de guerre et la ville de Lakki est bien caractéristique du style architectural Mussolinien. Le reste de l'île et en particulier le port de Pandelli avec ses moulins et son fort est bien grec. De même la réputation sulfureuse de l’hôpital psychiatrique a créé une mauvaise réputation à Leros l'éloignant du tourisme de masse.

IMG_1675.jpg

   Eux m'exposent le programme : on est fin mai, et c'est le bon moment pour retraverser la mer Egée d'Est en Ouest avant l'installation du meltem, d'autant plus qu'avec la position de Leros , judicieusement choisie, nous devrions traverser plein ouest avec du vent de travers de Nord ou de Sud. Idéal! Quelle stratégie lumineuse!!

Mer egee 2010.jpg

 

      Mais il y a eu un hic : cet âne de Poseidon s'est obstiné à ne programmer que du vent d'Ouest pendant toute la croisière et pour aller à l'Ouest c'est pas le pied. Le seul qui est content c'est encore le Spi qui roupille depuis 2 ans. Enfin louvoyage et prés ça nous connaît .

    Mais on était quand même bien content de faire escale le premier jour sur la petite île de Levitha placée en bouée de secours dans ce couloir entre Cyclades et Dodécanèse où le meltem exprime le maximum de sa puissance et de sa fréquence , comme s'il voulait couper la mer Egée en deux : les grecs à l'ouest, les turcs à l'est . La Géopolitique stupide n'a pas voulu écouter son message. Vues l'austérité  et la violence de la région on est aussi content de donner 10 euros pour pouvoir s'amarrer sur un des quelques corps mort installés et pouvoir passer une nuit paisible. De là à y rester bloquer 8 jours?

     Les Cyclades par vent faible à modéré , même dans le pif, c'est magique : Amorgos , l'île du grand bleu, les petites Cyclades si sauvages et la belle Milos toute blanche.

        Les Saroniques, Spetse, Hydra et Poros font aussi partie du tableau de chasse  et la côte du Péloponèse est aussi à découvrir avec l'incontournable théatre d'Epidaure. Un passage par la presqu'île de Methana leur semble indispensable, car ils ont une manie : la recherche des bains d'eaux chaudes volcaniques, comme si la mer n'était pas assez chaude. Ils doivent avoir un sixième sens ou sentir l'odeur de soufre de très loin, car ils arrivent à trouver régulièrement ces sources sauvages d'eaux sulfureuses qui jaillissent sous les rochers et se mélangent à l'eau de mer. Celà fait du bien à leurs vieux OS disent -ils.

Grece 2010 195.jpg

 Le canal de Corinthe, simple formalité, même plus peur.

Grece 2010 231.jpg

   Une inévitable visite de la célèbre et touristique belle et vaste cité de Delphes et on arrive à Kathmandou sur mer . Cette" nouvelle marina européenne inachevée" se situe sur la petite île de Trizonia au beau milieu du golfe de Corinthe et constitue l'escale incontournable des voyageurs transitant entre Occident et Orient. Aprés Mai 68 , le pélerinage à Katmandou faisait partie du rite initiatique du jeune émancipé. Aujourd'hui on retrouve une partie de cette faune à Trizonia : les plus purs et durs ont construit leur ferro ciment et sont partis fuir la société de consommation . Il en existe  encore quelques survivants, en général plus trés frais. Les autres, moins purs et durs sont rentrés dans le rang et après 40 ans d'une vie standard mettent à exécution le rêve de leur révolution et s'en vont courir les océans ; Les plus audacieux partent autour du monde et les autres se contentent de l'Atlantique ou de la méditérrannée. Mes deux soixante huitards du bord étant plus rase cailloux qu'oiseaux du grand large ont préféré la Med. Cette génération a échangé ses cheveux longs par des cheveux blancs, et la bedaine a souvent pris le dessus sur les abdos de leur vingt ans, même s'ils  en ont conservé l'esprit.

       Vous les verrez la plupart en couple dans une tranche d'âge dite des seniors et certains parmi eux font preuve d'une longévité exceptionnelle tel que l'Attalia "Arminel" et son équipage  Nicole et André dans la tranche des décennies commençant par huit. Arminel termine un tour du Péloponèse. Certes ce n'est pas le passage du Cap horn mais quand même, il faut le faire. Un piano à bord, un AIS et une pile à combustible dénotent la modernité de l'équipage et même si leurs articulations grincent un peu, André passe le plus clair de son temps à faire des plongées à 25 m et nous rapporte des photos sous marine dignes de Thalassa. Et l'hiver ils installent leur camping car à l'Alpe d'huez où il fait du surf parce que le ski c'est trop facile. C'est vrai qu'ils sont bretons.

        Des spécimens comme ça on en rencontre assez fréquement, surtout chez nos voisins anglais voyageant avec chats, chiens, cages à oiseaux et plantes vertes embarqués sur des bateaux exotiques.

       Chapeau et surtout merci les anciens de nous montrer le chemin de la vie en mer plutôt que celui de la maison de retraite.

       Quand on pense à tous les vieux quinquas qui se sentent  mous comme des Chamallows.

dauphins.jpg

 

Comme elle doit repartir bosser , on passe vite les îles ioniennes pour y revenir l'année prochaine et on arrive à ma nouvelle résidence d'hivernage : Cleopatra Marina à Preveza. Mais comme il nous reste encore 2 jours de nav on en profite pour visiter le golfe d'Amvrakikos,  le bassin d'Arcachon des grecs en beaucoup plus grand et surtout beaucoup plus sauvage.

   C'est un lieu réputé pour sa faune, oiseaux, tortues et dauphins. Pour nous les voyageurs, la rencontre avec les dauphins est une habitude et leurs jeux avec ma coque et mes quilles est toujours un plaisir. Pour l'équipage c'est aussi un moment de joie, mais les prendre en photo une sacré sinécure. Quant à prendre en photo dauphins, bateau et équipage cela parait impossible. Sauf quand apparaît le zodiac de Thethys Institue, organisme spécialisé dans l'étude des cétacés. A son bord , les stagiaires équipés de caméras et appareils photos mitraillent le spectacle du jeu des dauphins avec moi, puis s'en retournent à leur base de Vonitsa et les deux crétins sur le pont, regardant le spectacle bouche bée, n'ont pas eu la présence d'esprit d'échanger leur e-mail pour avoir au moins une photo.

  Aprés la traditionnelle mise au sec à Cleopatra Marina suivie des non moins traditionnels adieux, ils furent pris de remords en rentrant dans leur Charente et se mirent à taper  frénétiquement "dauphins" et grâce à Google le magicien ils retrouvèrent le  trés beau site internet de Thethis institue et la photo du SUD et ses dauphins apparut. Ouf!

 

  

 

 

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...