2011- Du Meltem au Mistral-De Preveza à port St Louis

2011- Du Meltem au Mistral-De Preveza à port St Louis

Posté par : Olivier
02 Avril 2012 à 15h
Dernière mise à jour 18 Janvier 2016 à 18h
1574 vues
Flux-RSS

Encore une nouvelle marina d'hivernage : Cleopatra marina à Preveza avec 2 autres marinas similaires juste à côté. Cela fait beaucoup de bateaux de tous types. Certes, l'environnement n'est pas folichon et la liaison avec Preveza de l'autre côté de la passe n'est pas aisée, mais c'est clean et pro. Rien à dire.

Maintenant je suis habitué et je sais qu'à leur retour ils vont m'annoncer qu'on est pas là pour pantoufler et qu'on va aller voir plus loin.

Effectivement le printemps les ramène avec le programme de la saison : ils avaient prévu de me faire visiter la Tunisie et m'avaient réservé une place dans  la luxueuse marina d'Hammamet. Mais entre temps BHL a eu la bonne idée de déclarer la guerre à son copain Khadafi et d'envoyer dans les eaux Lybiennes les portes avions Enterprise et Charles de Gaulle, et le cuirassé Potemkine. Le conflit s'éternisant , il n'était pas judicieux d'aller tirer des bords au milieu de cette flottille. Ils prirent donc la décision de me ramener en France en suivant la côte italienne dans son intégralité. Désolé pour nos amis tunisiens.

trajet 2011.jpg

       Mais avant de prendre le chemin du retour on part en vacances, faire découvrir les Ioniennes aux équipiers de passage. Que de beaux endroits à découvrir de Zakinthos jusqu'à Corfou : Des montagnes verdoyantes tombées dans la mer, un plan d'eau abrité et une météo plutôt clémente. Que demander de plus. D'ailleurs l'endroit est fréquenté et les nombreuses flottilles de location animent la région. Quand vous verrez  arriver le bateau pilote attendez vous à voir derriére 10 à 20 bateaux plus ou moins adroits. Mais tous ces gens ont l'air bien heureux et il y a de la place pour tout le monde. Ce serait un bon coin pour ma retraite , mais je n'ose plus leur poser la question.

 Croisière Italie 2011 134.jpg

 

    Les amis bien contents, rejoignent la France par avion . Nous, ce sera par la mer et on quitte avec regret la Grèce éternelle en l'abandonnant à ses problèmes. Juste un petit conseil aux Grecs : vous avez le plus beau plan d'eau du monde, y naviguer gratos c'est trés bien mais même si vous nous demandez raisonnablement quelques sous nous y viendrons quand même et nous aurons l'impression de faire du commerce équitable.

    Maintenant que nous avons retraversé l'Adriatique , il va falloir passer sous le pied de la  botte italienne sans se faire écraser car l'endroit n'est pas des plus accueillant, une mer houleuse et sale récupérant tous les déchets des côtes africaines et des abris plutôt espacés et difficiles d'accés en cas de houle. Aprés être passé sans encombre sous le talon et la voûte plantaire on fait escale dans la bizarre marina de Rocelle Ionica pour refaire le plein d'un peu de tout. C'est l'étape classique car dans le coin il n'y pas grand chose d'autre avant le détroit de Messine. L'entrée est délicate par houle significative mais l'intérieur est trés vaste et trés bien protégé. L'escale était gratuite il y a peu de temps mais en 2011 un employé municipal est chargé de collecter 25 euro quelque soit la taille ou le type de bateau. Par contre chacun s'installe où il veut et comme il peut. L'escale est sympa et on trouve à la pizzeria du port des parts de pizza qui avoisinent le demi mètre carré. C'est certainement le meilleur rapport prix /m² d'italie et en plus elle est super bonne et une seule pizza suffit à calmer l'appétit de 6 affamés.

   Mais il y a des jours  où il faudrait mieux rester coucher:

     Au milieu de notre deuxième nuit à Rocella , un bateau vient s'amarrer à côté de nous, et son skipper vient tambouriner sur notre coque à 3 heures du matin. On sort la tête et il nous engueule en italien en nous expliquant qu'on lui avait pris sa place. On veut bien le croire, mais comme il n'y avait aucun moyen de le savoir on l'informe qu'on démarre à 5 heures du matin et qu'il vaut mieux qu'on aille tous dormir. Premier incident de la journée.

    Il s'ensuit de longues heures de moteur en direction du détroit de Messine car le vent favorable de 10/15 knts prévu par les fichiers météo est totalement absent. On progresse dans une mer poubelle et ce qui devait arriver arriva : on déjeune tranquillement dans le cockpit quand le moteur se bloque en une fraction de seconde. Pas la peine de chercher bien loin, ça se passe dessous. On pose l'assiette et on prend masque, palmes , tuba et couteau et plouf à l'eau pour confirmer le diagnostic prévisible : une amarre de chalutier autour de l'hélice. Vive les hélices  bec de canard : on lui ferme le bec et en trois plongées le cordage gros comme le bras est dégagé. Le moteur redémarre mais on a plus très faim. Deuxième incident clos. Toutefois  2 mois plus tard la patte support moteur cassera à une demi heure de notre lieu d'hivernage.

   En milieu d'aprés midi on croise  3 bateaux au moteur, car il n'y a toujours pas de vent , mais sous voilure très réduite genre 3 ris et tourmentin. Bizarre cette manière de naviguer! Une demi heure  plus tard on en connaît la raison, le vent prévu sur zone de 20Knts est en train de piquer une crise de nerf et se met à souffler à plus de 30Knts et la mer se met à suivre le même chemin . On se croirait dans le raz Blanchard avec vent contre courant de marée de vives eaux. On commence à connaître ce genre de caprice mais celui çi est particulièrement violent. Ce sera donc un passage express de moteur à trinquette avec un ris et 2 ris GV pour les 25 milles restant à jouer à saute mouton de vague en vague jusqu'au mouillage de Taormina de l'autre côté du détroit de Messine. Il parait que ce genre de comportement est un classique du coin.Troisième incident.

    Comme en Manche on arrive dans la brume, au mouillage de Taormina qui est fortement agité. On peut mouiller sur ancre mais le seul bateau mouillé est passablement secoué et les rochers sont bien près et puis il y a des gros corps morts bien tentants et même si c'est aussi remuant cela parait nettement plus serein pour passer la nuit qui est en train de tomber. A peine amarrer voilà un zodiac bondissant sur les vagues qui s'approche dans la pénombre et le trésorier payeur local qui nous réclame la modique somme de 40 euro pour un corps mort bondissant. Quatrième incident mais on est presque content car on savait que certains bateaux avaient payé 50 euro sur ces fameux corps morts et puis ça a du faire plaisir au tésorier payeur car on était son seul client de la journée. On en restera là pour aujourd'hui.

Croisière Italie 2011 158.jpg

 

  Un peu de calme au ponton du club nautique de Catane est le bienvenu. Pendant ce temps mes deux excités vont visiter Syracuse et Taormina et vont jouer à Haroun Tazieff sur l'Etna. Ils en reviennent en me disant que le volcan est couvert de coccinelles et qu'il y a même un bar à touriste qui s'appelle" Coccinella". Mystère?

Croisière Italie 2011 167.jpg

 C'est bien beau tout ça , mais on a toujours pas franchi le terrible détroit de Messine et à lire le guide Imray, le calcul pour franchir le détroit semble dépasser les capacités de fonctionnement du cerveau de mes deux pilotes et pourtant ils se disent expert en calcul des marées. Heureusement j'ai un plan avec mon copain Boréval grand expert du coin et certainement le seul bateau naviguant en méditérrannée possédant un logiciel de calcul des marées. Et aprés avoir déterminé l'heure de la marée haute à Gibraltar il m'envoie un SMS en provenance du Péloponèse me disant: il faut que tu sois à tel endroit à telle heure. On respecte ses consignes et on passe comme une fleur, sur un lac, au milieu des ferrys , cargos et pécheurs à l'espadon sur leur étrange bateau.

Croisière Italie 2011 207.jpg


 Un beau séjour dans les Eoliennes avec bain d'eau chaude et montée au sommet du volcan de Vulcano. Du sommet ils peuvent me faire coucou, c'est bien pratique. Ils en reviennent en m'informant de la présence de milliers de coccinelles sur le volcan. Etrange !

  Finalement ce coin qui me paraissait terrifique il y a  5 ans , me parait bien agréable aujourd'hui et même les terribles maffieux Siciliens deviennent sympathiques.

Un rêve se réalise :

   Retour sur la botte dans la marina de Tropea, le St Trop de Calabre, pour une nuit d'escale. Depuis notre passage à Antalya je sentais un regret profond chez mes deux équipiers :Ils avaient  pourtant visités tout ce qui était marqué dans les guides touristiques  et tout ce que leur avait conseillé les gens de rencontre. D'Istanbul à la Cappadoce ils n'avaient rien manqué si ce n'est ce que les autres équipages leur avait décrit comme le plus beau moment de leur vie : Une représentation d'opéra  dans le plus beau théatre du monde antique : Aspendos. Magique parait il et ils en étaient tout près. C'est vrai aussi que 4 heures d'opéra ça les avait un peu rebutés et ils avaient fait l'impasse sur la soirée à Aspendos et maintenant ils le regrettaient amèrement. Après dîner ils partirent digérer sur les quais de la marina quand ils virent une foule convergeant vers le fond de la marina, ils suivirent et pénétrérent dans un authentique théatre antique tout neuf en béton armé faisant  partie des infrastructures de la marina. Et oh miracle les jeunes du centre culturel de Tropea jouaient  une tragédie grecque genre Antigone de Sophocle. Il y avait tout : les tongs à lacet en cuir , les jupettes blanches , les casques et épées en plastiques , les tambourins et trompettes et les décors en cartons et papiers. Le spectacle bien que gratuit les laissa pantois mais aprés quelques actes ils s'aperçurent qu'Antigone en calabrais çà risquait faire un peu longuet et ils s'eclipsèrent sans regret pour Aspendos.

Au pays des Wallys:

Les italiens , roi du design , aiment et savent concevoir les belles choses . Les bateaux italiens sont réputés pour la beauté de leur ligne et les grands yachts ou les canots à moteur Riva  sont de purs chefs d'oeuvre. Pour les voiliers la beauté suprême est représentée par les Wallys , bateaux qui ne servent à rien si ce n'est se montrer et dont le prix est faramineux mais  qu'est ce que c'est beau ! C'est certainement cela le luxe ! L'équivalent automobile  est bien entendu la Ferrari et le propriétaire d'un wally possède en général sa Ferrari.

Croisière Italie 2011 381.jpg

 


Même moi il me trouve beau, et par deux fois je fus accueilli dans une marina par "Buon giorno le Randonneur , le speed boat" ça fait toujours plaisir au pays des Wallys.

  A propos des marinas italiennes nous  nous attendions au pire: minimum 100 euro la nuit, saleté et arnaque. On a du avoir du nez car on s'en est tiré avec un prix moyen de l'ordre de 30 euro la nuit et un accueil plutôt courtois sauf à l'heure de la sièste ou il vaut mieux se débrouiller tout seul. Et surtout il y a des marinas idéalement plaçées pour visiter les beautés de l'italie:

               -Salerne pour visiter Naples, le Vésuve et la côte Amalfitaine 

               -Ostia pour Rome et ses environs

               -La Spezia pour randonner dans les Cinquettere

               - Gènes pour ses palais et son port

Croisière Italie 2011 363.jpg

   Et quand on en a marre des marinas il y a les îles italiennes  et leurs mouillages inoubliables:

                          -  Vulcano dans les Eoliennes

                 - Procida dans les iles Napolitaines. Mouillage de cala di Coricella

                 - Ponza et le mouillage de Cala Inferno dans les iles Pontines: C'est plutôt le paradis que l'enfer.

                 - L'ile d'Elbe et le mouillage de Porto Azzuro dans les îles Toscanes.

On voulait s'arrêter sur l'ile de Giglio mais on nous a informé que c'était le mouillage préféré des bateaux de Costa Croisière et qu'on aurait quelques difficultés pour trouver une place.

Croisière Italie 2011 314.jpg

De riviera en riviera:

       Un jour il m'annonce : "ça y est tu es de retour en France". je veux bien les croire mais on ne doit pas parler du même pays. Entre riviera italienne et riviera française je ne vois pas franchement la différence : une côte montagneuse pleine de cigales, des maxi yachts partout , des villages colorés , la mer bleue et la langue  chantante des autochtones  pleine de R , et de Peuchère.

   Quand le Mistral se prend pour le Meltem:

    Passé le cap Sicié , ils ont prévu une escale à Sanary pour effectuer un changement d'équipage. On y restera 12 jours, le mistral qui souffle 3, 6 ou 9 jours a décidé cette année d'en rajouter 3 de plus. L'équipage arrivant étant composé des enfants et petits enfants ils s'abstiendront d'aller voir dehors comment ça ce passe. Les locaux affirment n'avoir jamais vu ça au mois de Juillet. Bon il ya pire endroit que Sanary pour se faire coincer, surtout que pendant qu'ils font du tourisme je profite  du confort d'une marina  à flot, d'autant plus que le hasard  a voulu que l'on me donne la place du copain Boréval qui est en train  de finir son tour du Péloponèse. Moi, "le sans marina fixe" j'apprécie ce luxe.

 

Croisière Italie 2011 444.jpg

 

Navy service:

     Le 13° jour le mistral daigne s'arrêter et je quitte avec regret le joli port de Sanary et ils m'amènent dans un drôle d'endroit où les montagnes et calanques ont disparu pour laisser place à un plat pays avec d'un côté des super tankers qui déchargent leurs cargaisons dans des usines qui crachent du feu et de l'autre un pays sauvage de sable, d'eau et de roseaux peuplé d'oiseaux roses au long cou et de taureaux noirs qui ne doivent pas être facile à traire. Nous sommes dans le delta du Rhône qui nous souhaite la bienvenue par plusieurs heures de pluie diluvienne, ce qui me permet de  rincer mes voiles. Violent le pays!  Puis comme d'hab, il me sorte de l'eau pour prendre mes quartiers d'hiver à Navy service à port Saint Louis du Rhône.

       Ils promettent de venir me voir pendant l'hiver et rentrent chez eux pour consulter le grand Google et tirer au clair l'affaire des coccinelles sur les volcans. Ils apprirent  effectivement que les  scientifiques avaient constaté que les coccinelles venaient se reproduire sur l'Etna. Mais à la vraie question : Pourquoi les coccinelles choisissent de se reproduire sur les  volcans ils ne trouvèrent aucune réponse. C'est comme pour les îles en OS, tout le monde s'en fout ! Que fait la science !

 

 

 

 

 

 

 

   

               

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

Bravo et merci pour ce brillant condensé des aventures de "Le Sud" en Méditerranée. C'est amusant, instructif et ça donne envie d'y aller ou d'y retourner. Pour Borêval et le Sud ca va devenir difficile de se croiser mais nous suivrons avec intérêt vos prochaines navigations vers le grand "Nord". Bon vent à tous les 3. Hervé

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...