COVID 19 - Recommandations pour la reprise de la pratique de la navigation

COVID 19 - Recommandations pour la reprise de la pratique de la navigation

Posté par : Webmaster
11 Mai 2020 à 09h
Dernière mise à jour 11 Mai 2020 à 10h
675 vues
Flux-RSS

 

Recommandations pour la reprise de la navigation maritime

 

Par Jean Yves Chauve le 11 mai 2020

Ce document est une première approche de recommandations dans l’attente les dispositions ministérielles officielles à venir et qui pourraient être plus restrictives. Ce post relaiera ces dispositions dès qu’elles seront connues.
Les recommandations émises ici concernent plus particulièrement les bateaux qui, pour des raisons impérieuses, doivent effectuer un parcours dont la durée est de plusieurs jours, c’est notamment le cas de bateaux rentrant des Antilles ;

 

Par ailleurs, l’évolutivité des données scientifiques sur le COVID 19 et la progression de l’épidémie  ne permettent pas, à ce jour, de projeter et anticiper une situation donnée au-delà de quelques jours. De plus, à l’heure actuelle les moyens diagnostics sont insuffisants et les moyens thérapeutiques sont incertains

 

Avant d’entreprendre tout embarquement, il convient de s’auto-évaluer pour mesurer ses propres risques et sa contagiosité éventuelle vis-à-vis des autres membres d’équipage.  Tableau d’auto-évaluation :

Dans le cas d’une réponse OUI à l’une ou a plusieurs de ces questions, il est recommandé de sursoir à l’embarquement et de consulter un médecin qui pourra vous proposer un test de dépistage PCR et éventuellement une sérologie

A titre indicatif, voici les recommandations en fonction du stade évolutif :

  • Si malade guérit : Bilan cardiologique en accord avec les recommandations​ des cardiologues du sport puis reprise activité physique sous conditions des résultats.  Reprise sur avis médical
  • Si malade contagieux avec une immunité en fin d’acquisition : Idem précédent ou attente 7 jours s’il persiste des signes cliniques de COVID => Pas d’embarquement  avant  7 jours et sur avis médical
  • Si malade contagieux avec une immunité en cours d’acquisition : Pas de reprise et contrôle après J14 puis toutes les semaines jusqu’à​disparition des IGM. Puis bilan cardiologique =>  Pas d’embarquement  avant  14 jours et sur avis médical
  • Si sujet non contaminée ou porteur sain : Activité dans des limites d’intensité raisonnables avec précautions maximales (cf. plus loin).
  • Arrêt immédiat de l’activité et test PCR systématique en cas de symptômes évocateurs, tests sérologiques facultatifs. Isolement des sujets contacts

 

Sur le plan pratique :

Equipements du bateau :

  • Cuisine : savon liquide, papier absorbant à usage ménager,  produits liquides et lingettes désinfectantes (eau de javel, virucides). Poubelle a ouverture au pied,  Gants jetables pour toutes manipulations potentiellement contaminantes.
  • Toilettes : idem ci-dessus + usage de papier toilette individuel est recommandé. Désinfection après chaque usage.
  • Cockpit et Carré. Bouteilles de gel hydro-alcoolique à disposition

Equipements dédiés à l’équipage :

  • Thermomètre infra rouge sans contact
  • Masques chirurgicaux pour équiper un sujet  s’il devient suspect d’être contaminé..
  • Bouteilles d’eau individuelles en quantité suffisante et identifiées avec bouchon sport (évite l’usage d’un verre)
  • S’assurer que la pharmacie de bord est opérationnelle
  • Pharmacie. En cas de COVID déclaré, il n’y a pas de traitement spécifique. Pour les croisières à plusieurs jours de terre, le suivi à distance du développement de  l’infection par un médecin sera facilité avec l’usage d’un tensiomètre automatique et un oxymètre.

Equipements personnels :

  • Chaque personne  embarque avec un sac individuel dans lequel il y a :
  • Un masque lavable ou plusieurs masques chirurgicaux
  • Des lunettes protectrices
  • Une bouteille de gel hydro-alcoolique  identifiée à son nom
  • Des mouchoirs a usage unique, du papier absorbant à usage ménager, du papier hygiénique, des gants jetables
  • 2 paires de gants de manœuvres
  • Un sac de couchage et un oreiller si une navigation supérieure à une journée est envisagée
    • En dehors de leur usage ces éléments doivent rester stockés dans le sac rangé toujours au même endroit

Avitaillement :

  • Les cartons sont éliminés sur le ponton et jetés dans les poubelles du port
  • Les emballages des produits embarqués sont lavés à l’eau de Javel. Si possible, privilégier les achats  au moins 72h à l’avance et les stocker sans y toucher. La virulence du Covid diminuant avec le temps.
  • Lavage des mains systématique  sur le ponton après ce type de manipulation

A l’embarquement :

  • Ni embrassade, ni accolade, ni  serrage de mains.
  • Lavage des mains au gel hydro-alcoolique avant de monter à bord
  • Déposer directement  le sac contenant ses affaires personnelles dans un endroit défini, sur le sol. Eviter banquettes, tables, couchettes
  • Prise de température  pour chaque équipier

En mer :

  • Si la durée de navigation dure plusieurs jours, il est bon d’avoir 2 paires de gants afin de pouvoir les faire tremper régulièrement dans un liquide virucide
  • Respecter une distanciation dans les manœuvres et la vie à bord dès que cela est possible
  • Contrôle de température matin et soir, doit être < 37°8 le matin et/ou 38°2 le soir
  • Port des lunettes de protection recommandé
  • Nettoyer régulièrement les surfaces et objets partagés (table à cartes, clavier, poignées manivelles, barre…) avec une solution désinfectante virucide
  • Si navigation de nuit,
    • Prévoir un nombre limité d’équipiers afin que chacun puisse dormir dans un lieu isolé (cabine) A défaut, avec une distanciation minimale  d’1,5 m
    • Le lieu de couchage doit rester le même tout au long de la croisière (sac personnel rangé au même endroit)
    • Sac de couchage et oreiller personnels.

Durée de navigation :

  • De 1 à 5 jours en mer : Prise de température matin et soir.
  • De 6 à 15 jours en mer : 5 jours de confinement au préalable. Test PCR et sérologie 48h avant le départ pour chaque membre d’équipage
  • Au-delà de 16 jours en mer : 14 jours de confinement au préalable. Test PCR et sérologie 48h avant le départ pour chaque membre d’équipage

Gestion des problèmes médicaux en mer :

  • Mal de mer :
    • Une seule personne prend en charge la victime. Mettre masque, lunettes de protection si elle a besoin d’aide. Lavage des mains ou solution hydro-alcoolique aussi souvent que possible.
    • Privilégier des sacs papiers jetables (type avion),  jeter immédiatement par-dessus bord après usage
    • Laver les souillures à grande eau puis désinfecter à l’eau de Javel. Stocker les vêtements souillés dans un sac poubelle.
    • Faire en sorte que la victime s’installe à distance du reste de l’équipage (à l’extérieur de préférence)
  • Traumatismes :
    • La prise en charge doit s’effectuer, si possible, par une seule personne. Mettre masque, gants jetables, lunettes de protection pour tout acte de soins. Tout me matériel utilisé (gants, compresses, ciseaux doit être stocké dans un sac poubelle dédié)
  • Signes évocateurs dune contamination COVID (voir questionnaire) :
  • Si une température dépasse 37°8 le matin et/ou 38°2 le soir, le déroutement vers le port le plus proche doit être immédiat
  • En attendant, la personne suspecte d’être infectée limite au maximum la proximité avec les co-équipiers (l’idéal étant qu’elle soit isolée dans une cabine), porte un masque chirurgical, ne participe plus aux manœuvres, utilise régulièrement  du gel hydro-alcoolique.
  • Le chef de bord prend contact avec le CROSS (Canal VHF 16 ou 196 par téléphone), qui établit la relation avec le CCMM (Centre de Consultation Médicales maritimes) pour expliquer la situation et éventuellement préparer l’accueil dans un port (MRCC dans la boucle si port étranger). Le choix des moyens d’intervention peut dépendre de l’état de la personne contaminé et de son aggravation éventuelle, mais également des capacités de navigation du bateau et de l’équipage, de la météo peut dépendre aussi de la météo ou des avaries éventuelles.
  • Une fois la personne débarquée, désinfection sérieuse de la zone où elle a séjourné. Le générateur d’ozone peut avoir une certaine efficacité
  • Dans ce sens, il est préférable d’éviter les parcours trop éloignés de la terre, pour que le bateau  puisse faire escale rapidement dans un port en cas de suspicion de COVID.

 

Jean Yves Chauve, médecin des courses au large

 

 

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...