SECURITE METEO HAUTE MER : BONNES PRATIQUES

SECURITE METEO HAUTE MER : BONNES PRATIQUES

Posté par : Sécurité
08 Avril 2016 à 08h
Dernière mise à jour 09 Février 2018 à 15h
10637 vues
Flux-RSS

Version V2 du 4/12/17   . C'est la version V1  du 3/12/16   dans laquelle l'annexe 7 a été  activée

 

BONNE NOUVELLE

L’analyse de la situation météorologique sur la route de tous les bateaux dont nous avons évoqué les détresses sur le forum STW depuis 2013 montre sans exception qu’un choix de route plus prudent aurait permis d’éviter les zones de mer dangereuse, ceci sur la base des cartes météo et fichiers gribs qui leur étaient accessibles à bord par une liaison bas débit. On trouvera en dossiers référents sur le blog sécurité de STW les analyses correspondantes.

La bonne nouvelle est que si l’on adopte de Bonnes Pratiques pour tracer en haute mer  sa route en fonction de la situation météorologique du moment on peut éviter les zones de mer dangereuse avec une très bonne probabilité de succès.

BONNES PRATIQUES

Le dossier joint montre : 

  1.  que les prévisions météo actuelles ont atteint, en haute mer, une bonne fiabilité à terme de 3 à 4 jours.
  2.  que, sur ces bases, un voilier de grande croisière, même lent, est en mesure d’éviter les zones de mer dangereuse avec une très bonne probabilité de succès.

Il en résulte les trois recommandations de base suivantes:

  1. Adapter en conséquence sa route en fonction de la situation météo prévisionnelle pour assurer la sécurité en traversée. Cela doit être une démarche naturelle et quotidienne.
  2. Disposer à bord pour cela d'une installation robuste et fiable bien maîtrisée par le skipper pour acquérir les documents météo nécessaires.
  3. Maîtriser les procédures d'acquisition de ces documents météo.

et trois recommandations associées très importantes:

  1. Se former (stages, ouvrages spécialisés bien assimilés) pour interpréter correctement les documents et situations et prendre les bonnes décisions de stratégie de route. 
  2. S’efforcer de maintenir sous contrôle les facteurs humains  pouvant fausser consciemment ou non cette stratégie.
  3. Considérer de se faire assister ou non par un routeur professionnel.

Enfin la  Commission recommande fortement  de préparer soigneusement le bateau et l’équipage à faire face au gros temps s’il n’a pu être évité. Les deux démarches, faire ce qu'il faut pour éviter le Gros Temps et  se  préparer à y faire face  le cas échéant,   sont absolument complémentaires et tout aussi indispensables pour assurer une  bonne sécurité en haute mer. Aucune des deux démarches ne dispense de faire l'autre.

Le dossier est constitué de huit  documents,     Les Bonnes Pratiques  et sept  annexes:

  1. Annexe 1 : Procédures d’acquisition des fichiers gribs
  2. Annexe 2 : Procédures d’acquisition des bulletins météo
  3. Annexe 3 : Procédures d’acquisition des cartes météo
  4. Annexe 4 : Performances et limites d’utilisation du NAVTEX
  5. Annexe 5:  Communication satellite ou BLU , laquelle choisir?
  6. Annexe 6:   Iridium ou Isatphone PRO, lequel choisir?
  7. Annexe 7:  Choisir son matériel de communications au large  (on notera que le déploiement de la nouvelle génération Iridium Next a pris du retard et ne sera complètement opérationnelle qu'à la fin de 2018)

Ce dossier , version V1 datée du 3/12/2016, annule et remplace  la  version initiale Vo publiée par la commission sécurité en Avril 2016.  Cette  version intégre les  recommandations et amendements pertinents  inclus dans les 547 réponses  au questionnaire  (tableau Excel de l'intégralité des réponses; pour les non familiers d'Excel cliquer sur le premier mot d'une case pour lire tout le texte, en utilisant le curseur à droite pour faire défiler le texte) adressé  aux membres et inscrits forums  ainsi que  les commentaires reçus  par ailleurs. La  synthèse des réponses est jointe.

La Commission Sécurité remercie chaleureusement  tous ceux  ayant contribué  à faire de ces  Bonnes Pratiques   un document solidement validé  par un nombre très important de marins expérimentés.

Ce document est certainement perfectible.  N'hésitez pas à transmettre à   securitehautemer@stw.fr  vos commentaires et proposition d'améliorations.  Ce document sera mis à jour régulièrement en tant que de besoin.

Frédéric JP d'ALLEST ,  animateur de la Commission Sécurité

 

 

 

 

 

 

 

Bonsoir, Voila un remarquable dossier. Merci à tous ceux qui en ont pris l’initiative et qui y ont contribué, avec toute ma compassion pour ceux qui ont malheureusement été à l’origine de la démarche. J‘espère qu’il sera enrichi au cours du temps et permettra d’éviter de tels drames. Je suis d’autant plus concerné que je vais faire la traversée Antilles – Açores au printemps 2017. Comme beaucoup, je découvre la possibilité de charger des cartes météo par messagerie, ainsi que leur pertinence. J’étudie les documents et m’exerce à appliquer les bonnes pratiques en suivant l’évolution de la situation à partir du 15 avril 2016, qui ne parait pas très sympathique. Je suis équi pé d’un Iridium avec messagerie skyfile . Pour la météo, j’ai un crédit météo France/Navimail, qui donne accès aux fichiers grib – jusque J+10 (payants) et aux bulletins (gratuits). J’ajoute maintenant les cartes météo par Saildocs (voir ma question plus loin pour l’accès via NOAA) A ce stade, j’ai quelques questions et commentaires. Merci d’avance à ceux qui voudront bien m’aider dans ma compréhension. 1/ Acquisition des cartes météo. Pas de problème pour acquérir les cartes au format TIF via Saildocs. Le fichier est un peu lourd pour skyfile (16 ko pour une requête), mais ça passe. Par contre, en réponse à une requête à NOAA, je reçois un message de texte a vec des signes caballistiques, mais pas de PJ au format TIF. 2/ Pour les contributions futures de ceux qui voudront bien partager leur expérience, il serait interessant de connaître la prévision météo, au départ de leur traversée. L’ob jectif pourrait être de complèter le dossier par un chapitre discutant des fenêtres météo favorables au départ des Antilles. 3/ Cas de rêve d’O. Le lien vers le rapport de mer semble ne pas fonctionner. Je ne suis pas arrivé à atteindre ce document. 4/ Cas de Tao. Il y a un mystère bien ennuyeux avec cette erreur de positionnement de la dépression, que le skipper (et pas que lui) a localisé au sud de sa trajectoire, alors qu’elle était au nord. Comme tous les fichiers viennent de la même source (comme le rappelle Frédéric), il faudrait comprendre ce qui s’est passé. Si le fichier grib a été superposé sur la carte par un logiciel de navigation, peut-on imaginer qu’il y ait eu un bug dans le traitement informatique et un décalage des latitudes ? Ce serait assez grave. Je suis un peu surpris que le skipper de Tao arrive à charger des fichiers de Zygrib via l’Iridium. Y-a-t’il une astuce ? 5/ D’une manière générale, la consultation des documents, en particulier la carte météo, est assez facile à terre, sur papier. Ce sera plus difficile en mer sur l’écran de l’ordinateur ! Jacques / Thira

Les meilleurs Gribs, disponibles sur la façade atlantique française. Après toute la méditerranée, les gribs OpenWRF sont accessibles pour l'Atlantique http://www.plaisance-pratique.com/OpenWRF-Atlantique-amelioration

J'ai suivi les formations météo de l'ENVSN côtiére et hauturiére, elles sont remarquables d'autant plus que les formateurs sont des professionnels de météo France et un routeur (Christian Dumard). Depuis la préparation de mes navigations a changé et je me sent en toute sécurité, de plus les routages de Squid et de Max Sea m'ont montré que ce n'était pas forcément la route directe qui était la meilleur bien souvent il ne faut pas hésiter à tirer des grands bords de largue, souvent devant un front froid. Je suis devenu aujourd'hui un routeur en herbe qui n'hésite pas à utiliser les moyens que nous apportent les différents sites météo. Mais avant tout, avant de se lancer dans des prévisions, il est indispensable de faire l'analyse de la situation au lieu où nous nous trouvons, direction du vent, couverture nuageuse, direction des nuages, état de la mer, la température, noter tout cela dans le livre de bord et déterminer où l'on se trouve par rapport à la dépression (relever tout ces informations sans allumer les instruments du bord) cela s'appelle le sens marin, il est bon de revenir aux fondamentaux. Il est plus facile ensuite de faire nos prévisions en analysant les données que nous avons. Mais ne jamais oublier que nous devons nous en sortir sans moyens extérieurs, c'est comme cela que nous assurerons notre meilleur sécurité. Bonnes navigations Didier

Merci pour cet excellent dossier très complet mais il manque à mon avis une annexe expliquant comment recevoir des informations sur les courants marins, n'existe-t-il pas quelque chose de similaires aux fichiers grib dédié aux courants marins.

Avec Squid vous avez les courants, la houle et les vagues. Donc sur le même site vous avez toutes ces données

du point de vue de la sécurité météo en mer les courants interviennent sur l'état de la mer, or les annexes permettent d'accéder aux fichiers état de la mer. Les fichiers courants eux-mêmes sont utiles évidemment pour la navigation et le routage mais c'est un autre sujet. Si quelqu'un voulait faire ce travail ce serait effectivement utile d'avoir un document d'accès semblable aux annexes des BP. Cordialement.

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...