Tomber à la mer sans gilet de sauvetage :-( Démonstration par l'exemple

4580 lectures / 15 contributions / 0 nouveau(x)
Hors ligne
Inscrit forum
Tomber à la mer sans gilet de sauvetage :-( Démonstration par l'exemple
sujet n°81917
{DT_ID=777}
Hors ligne
GIB SEA 105
Inscrit forum
réponse n°85563

André, on est bien d'accord sur la nécessité de porter un harnais, je l'ai écrit à plusieurs reprises dans mes interventions. Mais
ce qui aurait sauvé ce skipper, comme l'écrasante majorité des navigateurs qui trouvent la mort en mer, ce n'est pas un gilet de
sauvetage, mais un harnais.

Le gilet présente un intérêt en annexe ou en dériveur, mais pas à 7 miles des côtes dans une eau à 8°C.

Hors ligne
FIREBALL (Monocoque)
Membre cotisant
Administrateur depuis 1998
réponse n°85571

Il ne faut pas oublier de reprendre le texte complet :

" Malgré la présence rapide sur place d'un hélicoptère de la Marine nationale, de deux chalutiers, d'un ferry et d'un canot de la
Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) qui avait récupéré les deux plaisanciers les recherches avaient été
interrompues. AP "

Un corps habillé plongé dans de l'eau démontée à 8° ... se noit par immersion rapidement.
Plus rapidement qu'il ne meurt par hypothermie.

LE même corps plongé dans la même eau, mais revétu d'un gilet de sauvetage quelconque ...
surnage même sans être conscient

Et est repéré par l'Hélicoptère de la Marine national qui est venu tout exprès pour le sauver.

Donc peut envisager de passer Noël en famille.

Voilà je pense le message d'Etienne.

Mais il est certain que, passé un certain temps, le gilet seul ne servira qu'à retrouver ... le corps.

En revanche, le gilet, fixé sur la combinaison de survie qui va bien... permet peut-être d'être retrouvé vivant.

Hors ligne
GIB SEA 105
Inscrit forum
réponse n°85573

C'est bien ce que je dis, le problème n'est pas de survivre dans l'eau, mais de ne pas y aller. Alors de grâce, équipons nous tous
d'au moins assez de harnais pour pouvoir équiper le quart. Je ne parle pas du modèle de base, jamais porté parce que
immettable, mais d'un matériel moderne, léger et facile à capeler. Deux ou trois exemplaires à bord, aisément accessibles et des
directives simples du skipper vont énormément changer la donne.

Je ne suis pas persuadé que le gilet gonflable change grand chose à la sécurité. Aux prix et au poid des équipements, si.

Je rapelle ici que le skipper est responsable de la sécurité à bord, ce qui l'autorise à imposer le port de ces choses. Si j'embarque
un éléphant, je convient toujours de ce point avant le départ. Les contrevenants sont débarqués.

Anonyme (non vérifié)
réponse n°85577

Dixit message sur ce même forum quelques jours après la mort de Pierre Daburon.

Hors ligne
LAGOON 43
Inscrit forum
réponse n°85584

Bonjour,
Je cherche un harnais simple et facile à enfiler, car le réglementaire présent dans les chips demandent 10 mn pour l'enfiler,
quand on y arrive.
Merci de votre aide

www.belledelune.com

Hors ligne
GIB SEA 105
Inscrit forum
réponse n°85594

Sur le catalogue USHIP, on trouve des harnais gonflables à 155 ?. Une paire pour l'équipe de quart en plus du matériel
réglementaire et le tour est joué.

Anonyme (non vérifié)
réponse n°85601

Je navigue seul, mon angoisse (éventuelle) est donc de passer à la patouille. Je porte donc mon harnais mais J'AI FAIT
RACCOURCIR LES LONGES pour ne pas pouvoir tomber à l'eau. Je ne pourrais certainement pas remonter à bord,
remorqué par le bateau au-dessus de 5 nds (essayez, vous verrez). A partir de 5 nds, même en essayant de remonter
par la jupe qui est au ras de l'eau (cata), c'est impossible si on est habillé. En maillot de bain çà va encore mais à 8 nds, je
fais du ski nautique et ne peut rien faire d'autre que de rester cramponné. Mes longes raccourcies m'empêchent donc de
passer par dessus les filières ou d'aller au-delà du filet arrière. Par ailleurs, petit souci du cata, si d'aventure je le mets sur le
toit pour tester sa très grande stabilité inverse, il faut que je puisse larguer rapidement ma longe pour faire surface. J'ai
donc là aussi modifié le harnais en reliant les longes au harnais via un gros mousqueton de spi (c'est d'ailleurs obligatoire
en course multi). Evidemment le harnais n'est plus homologué mais la sécurité prime ( et les Aff. Mar. ne regardent pas ce
détail, si l'équipement est estampillé). Je laisse d'ailleurs ainsi la longe à poste dans la cockpit + une 2° au pide de mât. Il
suffit de se crocher.
Dernier point, mon harnais est en fait un gilet conflable avec harnais incorporé (j'ai rajouté une sous-cutale). Léger et peu
encombrant, je le porte (assez) systématiquement er toujours la nuit ou à partir de 30 nds (... de vent, je vais vite mais
quand même !). Et j'impose la même chose à mes équipiers occasionnels, sinon, ... ils débarquent ! Facho, mais c'est le
skipper qui est responsable in fine, ne l'oublions pas.
Bon vent

Anonyme (non vérifié)
réponse n°85612

bonjour,

tout est bien dit.

simplement, si c'est possible, il vaut mieux garder les longes intactes, et placer les points d'accroche en fonction de leur
longueur. Wichard fait des longes simples et doubles à mousqueton rapide côté harnais (ou gilet); très bon matériel, je ne suis
pas payé pour le dire, j'ai même payé cher Clin la barre). Il faut faire pression sur les constructeurs "grand public" pour qu'ils acceptent de mettre en standard Trois ou quatre
points d'accroche et les lignes de vie que leurs clients ne demanderont pas (quelques dizaines d'euros, alors que l'eau chaude
est standard) par manque de connaissances.

bien cordialement

JF Perrouty

Anonyme (non vérifié)
réponse n°96367

Bonjour à tous, je suis la fille de Pierre Daburon, le skypper tombé à la mer dont il est question. J'étais à bord le jour de
l'accident et je voudrais seulement replacer les choses dans leur contexte.
Sachez que nous avions les harnais à bord, qu'ils étaient sortis, que j'ai pensé plusieurs fois dans la journée à les mettre. La mer
était belle la plupart du temps, elle a commencée à se démonter dans la soirée. Le froid nous a fatigué et, contrairement à nos
habitudes, nous n'avons pas mis les harnais. Pourquoi spécialement le jour où l'étai à decider de nous lacher...C'est toujours de
cette façon que les accidents arrivent.M
on père était un bon skypper, j'ai toujours porter un harnais à son bord. Il a suffit d'une fois, alors oui porté des harnais,
équipez vous au mieux. Mais pensez que ce genre de choses auraient pu arriver à n'importe qui, et oui s'il avait était équipé il
aurait pu passer Noel en famille.
Bonne navigation, faites attention à vous.
Annabelle

Hors ligne
FIRST 35S5
Inscrit forum
réponse n°96403

Un aprés midi de mois d'aout, beau temps mer calme, je sors d'un port de l'atlantique, emprunte le chenal, pas loin de nous un
autre voilier 1 personne à bord sous pilote prepare sa manoeuvre. Tout à coup des cris cette personne est à l'eau et nage
désesperement vers nous. je stoppe l'aire et recupere le nageur involontaire. ( vive la jupe). Que s'est il passé pour que ce
monsieur tombe à l'eau ?
Tout betement en raidissant son hale bas de bome une piece à cassée sous l'effort, notre malheureux emporté par son élan à
basculé en arriere par dessus bord !
Heureusement que ce jour il y avait du monde sur l'eau......... tout s'est bien terminé,si ce Monsieur se reconnait je le salue .
Conclusion : le mauvais temps n'est pas le seul élément qui peut nous jeter à la mer.
La mentalité anglo saxone en terme de sécurité est nettement plus évoluée que la notre. En effet la plus part d'entre eux
revetissent le gilet dés qu'ils montent à bord, je pense que sur le point de la sécurité nous devrions nous français prendre
exemple.
Je souhaite que ce témoignage nous fasse réflechir tous autant que nous sommes.
Cordialement

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°96406

Bonjour à tous,

La perspective Canadienne. Les statistiques démontrent que les noyés portent rarement des gilets de sauvetage. La situation
est tellement mal percue au Canada qu'il est possible que le parlement rende obligatoire le port du VFI. Un VFI est un Vetement
de Flottaison Individuel, différent du gilet de sauvetage qui lui doit retourner la personne inconsciente.

Sur les voies d'eau intérieures la perspective est différente que sur la mer ouverte. Sur la mer ouverte on ne veut pas tomber a
l'eau, c'est aussi simple que cela. Harnais, filières, conscience de tout instant, processus de quart pour assurer la vigilance,
mécanisme de controle a distance si on tombe hors du bateau.. etc etc.. Tous les moyens doivent être mis en oeuvre pour
éviter cette situation. Sur les voies d'eau intérieures navigable le problème est différent. L'eau est froide, la terre est
relativement proche, les bateaux sont nombreux. Le risque de noyade par hypothermie est très élevé. Un VFI peut doubler
ou tripler la durée dans l'eau sans hypothermie car il permet une économie de mouvement.

Pour paraphraser Baami; ne pas tomber à l'eau c'est plus simple. Et avoir toujours 2 ou 3 moyens de sécurité passif ou actif à
l'oeuvre, si le premier ne fonctionne pas, le second doit fonctionner et sinon le troisième. Un seul ce n'est pas suffisant.

Anonyme (non vérifié)
réponse n°103590

Bonjour
Raccourcir les longes me paraît pas toujours la bonne solution.Il me semble qu'il vaut mieux attacher suffisamment loin pour ne
pas aller dans l'eau. Cela dit lorsque vous devez réduire et aller au pied du mat si la longe est courte vous allez devoir faire une
serie de décrochages accrochages pour y parvenir ce qui n'est pas trés secure non plus. Personnellement j'ai pris l'habitude de
porter le gilet harnais lorsque je navigue en solitaire et la nuit en équipage. Il me semble que de plus en plus je vois des
équipages avec ce type d'équipement, et sur mon ponton les anciens gilet sont soldés. Petit à petit cette idée fait son chemin.

Amicalement

Anonyme (non vérifié)
réponse n°121324

Bonjour

Je navigue de plus en plus seul aussi je porte systématiquement le gilet gonflable avec une longe relativement courte. je dois
dire que c'est rassurant mais lorsque je dois faire des manoeuvres au pied de mat cette longe que je dois traîner sur la ligne de
vie est un vrai handicap, elle s'accroche tout le temps, du coup je suis quelquefois obligé de décrocher pour racrocher plus prés
du mat.
Autre élément de sécurité qui a son importance c'est la VHF portable étanche, j'en ai acheté une et je la porte
systèmatiquement accrochée au gilet, comme cela si je tombe à l'eau je peux appeler le Cross, voir un autre bateau.

Amicalement

Hors ligne
GLADIATEUR
Inscrit forum
réponse n°183339

en solitaire:c'est soit le gilet soit la longe ,si la longe est trés courte je ne vois pas pourquoi metre un gilet et si elle est longue,ce que je fait,le gilet m'empécheras de remonter a bord,bien sur au desus de 8 n c'est trés dur,donc pour ceux qui vont vite attachez vous court,ce n'est pas le cas de mon bateau.quand a avoir le gilet seul sa peut augmenter le temps des regrets...de ne pas s'etre attaché !

Le site de la Grande Croisière...