Réforme de la Division 224: Propositions du CSNPSN

5055 lectures / 10 contributions / 0 nouveau(x)
Hors ligne
FIREBALL
Membre cotisant
Administrateur depuis 1998
Réforme de la Division 224: Propositions du CSNPSN
sujet n°79694
{DT_ID=290}
Hors ligne
JOUET 760
Inscrit forum
réponse n°73103

Mille fois merci, Ariel, pour cette information.

Mais quel est ton avis sur ce texte, maître ? Perso, je suis assez stupéfait, je ne pensais pas que le CSNP oserait aller jusque là.
Car il me semble que s'il était suivi par le Ministre, ce texte serait une véritable révolution (responsabilisation, obligations
minimales d'équipement). Non ?

Par exemple, seul instrument de nav obligatoire : le compas, et rien d'autre.

Seul bémol pour moi, le texte propose deux catégories pour les navires, la première jusqu'à 6 milles. Je ne vois pas bien la
différence entre 5 et 6... J'espère que le Ministre tranchera pour 10 milles, si ce principe est retenu.

Merci encore et bravo,

Jean-Marc.

Hors ligne
ETAP 28I
Inscrit forum
réponse n°73104

Bonjour,
effectivment interressant.Merci. La pharmacie parait vraiment bien (très détaillée) dans ces propositions; mais certains
produist meme dans le cas 1 de secours à moins de 6h (ce qui dépend de beaucoup de chose 6 h de voilier, d'hélico, de
moteur?) parait assez technique à mon avis.

STéphane

Anonyme (non vérifié)
réponse n°73109

Pour un virement de bord, c'est un virement de bord ! il n'y a d'ailleurs pas que le CSNP qui semble avoir viré MDRMDRMDRMDR

Tu as montré la bonne voie Ariel quoiqu'aient pu en penser certains.

Afc

Hors ligne
FIREBALL
Membre cotisant
Administrateur depuis 1998
réponse n°73111

MDR
En réponse à JM DELUY, j'ai été également positivement étonné lorsque j'ai vu l'avancée que proposait le CNSP.
Après enquête (tu imagines bien qu'elle a été longue et minutieuse Clin lire, puisqu'il est toujours en diffusion restreinte au sein du Ministère) s'en inspire très fortement. Certaines modifications de
détail apparaissent, et notamment sur la limite de distance de la nouvelle première catégorie. S'il n'y a plus que deux catégories,
la limite entre la première et la seconde serait entre 6 et 10 miles. Ce point est à arbitrer directement par le Ministre.

Je note juste que la distance de 10 miles coïnciderait avec la distance des eaux territoriales, ce qui aurait pour conséquence ...
que la plupart des navires pourrait être considérés comme sortant des eaux territoriales. TVA nous voilà !!! Ce n'est
certainement pas sans rapport avec la vague de radiation du pavillon français, qui a explosée en 2004, à mon corps
défendant . Mécontent

Alors, révolution ou évolution? Visiblement, la Division 224 nouvelle formule va subir une cure d'amaigrissement, et il apparaît
évident que la période du Fastnet est définitivement tournée pour l'Administration.

Responsabilisation, certainement. Obligations minimales d'équipement, de plus en plus (sauf pour les navires de locations, qui
risquent de voir leur armement s'allourdir un poil).

Enfin, pour répondre à Stéphane pour l'interprétation de la distance aux secours, et le contenu de la pharmacie. Je parie que
c'est le point qui sera le plus modifié, lorsque les médecins et pharmaciens auront donné leur avis sur l'utilisation des produits, et
la possibilité d'autoprescription. Je laisse le soin à notre bon docteur Chauves de nous expliquer ce point...

Quand à la question de savoir comment calculer le délai de distance des secours, je dirais de manière très pragmatique qu'on
n'envoie pas un SuperFrelon Search & Rescue pour un panari à 1/2 journée d'un port. En revanche, on fera certainement sortir
le canot tout-temps qui pourra bien mettre 4 heures à nous rejoindre, pour aller récupérer un équipier ayant un bras cassé, par
mauvais temps. De mémoire, j'ai lu le rapport d'un sauvetage entre Porquerolles et Hyères où personne n'a pu être présent en
moins de 6 heures, compte tenu de l'état de la mer.

Enfin, la distance aux secours suppose également la capacité d'appeler les secours. Un dématage à la tombée de la nuit à 10
miles du Sein, sans VHF portable de secours ne permet pas de mettre en place des secours efficaces avant le lever du soleil. Il
faudra bien tenir...

Là encore, comme pour la définition de l'abri (voir ce mot dans le Forum), tout est affaire de programme de navigation.

Cordialement

http://www.ddbd.com/Abri.html

Hors ligne
dynamique 52 (Monocoque)
Inscrit forum
réponse n°73112

J'ai passè une grande partie de mon temps au Conseil' Sup. comme membre de 84 à 99.
Si ces propositions sont retenues (voire amèliorèes encore pour certaines), il s'agit effectivement d'un grand pas en avant que
tout le monde attendait et que j'avais, modestement, dèjà èvoquè lors de nos rèunions.
Je n'ai pas bien saisi l'histoire des 10 Mn...... pour respecter les eaux territoriales. A ma connaissance les eaux territoriales sont
jusquà 12 Mn partout dans les monde (sauf à Cuba, 20 Mn.)
Attendons avec impatience la suite des èvènements.
Christian D.VERGNOT
Majokri Clin

Hors ligne
FIRST 25
Inscrit forum
réponse n°73126

Je ne comprends pas votre enthousiasme pour un projet qui met une virée en Corse au même plan qu'un trip au US.
Le matériel obligatoire est un peu plus soft, mais supprimer le sextant n'est pas une avancée pour un long voyage.
Simplifier le CRR !!!! Il est actuellement trop compliqué.
Je ne comprends toujours pas. Les survies sont toujours obligatoires et les révisions aussi. Une majorité de navigateur ont plus
confiance dans leur annexe que dans cette couteuse boite!!
Le vrai progres pour moi est responsabilisé le cap'tain, qui doit adapter sa securité à sa navigation.
J'oubliais la boite à pharmacie. La securité n'est pas d'avoir une boite conforme mais d'avoir des medicaments que l'on connait et
que l'on sait employer. J'ai voir la tête de mon pharmacien quand je lui donne ma boite et la liste en lui demandant de la
compléter !!!!
Enfin nous sommes des vaches à lait et nous le resterons.

Hors ligne
FIREBALL
Membre cotisant
Administrateur depuis 1998
réponse n°73172

Sur la distance inférieure à la limite des eaux territoriales, mon interprétation était simpliste: Si vous naviguez en 2nde catégorie
future (de 0 à 6 ou 10 miles des côtes), alors vous ne sortez "jamais" des eaux territoriales françaises (ou de la zone TVA de
l'Union Européenne, puisqu'en fait c'est surtout de celà qu'il s'agit).

Mais peut-être que celà n'a rien à voir. C'était juste une interprétation...

jpg
Hors ligne
TRAWLER + FORBAN
Inscrit forum
réponse n°73176

c'est comme d'hab....

on met le gazole à 1 € le litre et tout le monde est contre

ensuite on annonce une augmentation de 10 % et tout le monde est contre

puis on fait 8 % d'augmentation et tout le monde est pour

cette modification de la règlementation est comme les changements de gouvernement: on prend les memes et on recommence

elle ne changera pas du tout l'évasion du pavillon, car c'est remplacer une usine à gaz par une autre usine à gaz

par exemple la boite a pharmacie, au lieu de légiferer là dessus, il vaudrait mieux faire une liste type et laisser à l'appréciation du
mèdecin de chacun de faire avec

je suis diabétique et il est bien possible que certains produits de la liste officielle ne me conviennent pas du tout voire meme
soient dangereux que faire?

rien car je suis maintenant sous pavillon belge

amicalement

Anonyme (non vérifié)
réponse n°73177

Bonjour à toutes et tous,
J'ai lu et relu plusieurs fois ce projet de reprise de la division 224.

Pour ma part, je pense qu'il s'agit d'une grande avancée. Enfin, on incite le skipper à se responsabiliser pleinement.
Enfin, on laisse porte ouverte aux nouveautés, sans limiter le matériel de sécurité à une liste préétablie.
Oui, je trouve qu'il y a là l'expression d'un certain courage.

Maintenant, ce texte est il parfait? A chacun son avis.
Il est certain que messieurs plastimo, bombard et autres ne doivent pas être ravis que les Bib ne soient plus obligatoirement des
sources de revenus importants. Les fabriquants de Sextan très basse gamme uniquement destinés à être conformes à la
réglementation ne vont plus rien vendre.

Je tiens donc dans un premier temps à féliciter les personnes qui ont établies ces propositions.
Mais, cela ne m'empêche pas non plus de me poser certaines questions, en particulier sur le contenu de la pharmacie. Il n'est
nullement question de remettre en cause les compétences du Docteur Chauve. Mais je pense que la liste des "obligations" est un
peu trop fournie. Je pense qu'il serait peut être un bien que le skipper se renseigne, et pourquoi pas note sur le livre de bord, si
un ou plusieurs de ses équipiers suit habituellement un traitement particulier pour une maladie ou un risque connu et si cet
équipier vient à bord avec ses propres remèdes en quantité suffisante.
Pourquoi, pour éviter une auto médication peut être dangeureuse, ne pas impliquer les médecins de familles ( après tout, le
certificat médical est bien demandé pour la pratique d'un sport en association )
Oui, je trouve que ce point précis est très bordé, trop bordé, et mérite une reprise.
De même, je trouve que l'idée de bateaux naviguant de concert est bonne. Pourquoi alors ne pas imaginer que pour deux
navires équipés de moyens radio de communication et faisant route sur la même destination ( corse par exemple ) ne puissent
pas mettre en commun certains éléments obligatoires. Pourquoi un Bib, ou une annexe auto gonflante si un bateau de "secours"
navigue de concert et est déclaré comme tel sur le livre de bord?
Ce ne sont là que de petites réflexions personnelles...pour "faire avancer le schmilblick", avec beaucoup de respect pour les
auteurs du projet.
michel

Le site de la Grande Croisière...