Des planètes (20 janvier 2014)

Des planètes (20 janvier 2014)

Posté par : CSO
20 Janvier 2014 à 02h
Dernière mise à jour 22 Octobre 2014 à 14h
471 vues
Flux-RSS

Jupiter.jpgLa nuit du 20 janvier 2014, Orion illumine le Sud. Cet hiver, Jupiter visite les Gémeaux, et cela me rappelle l’année 1989. Enfin, était-ce vraiment l’hiver ?

Nous étions de jeunes navigateurs inexpérimentés… Mais, nous le savons bien, la jeunesse se perd bien plus vite que l’expérience ne s’acquiert.

Bref, c’était notre première transat sur la route des Alizés du Nord Est. Et comme l’orbite de Jupiter dure une douzaine d’année environ, 24 ans plus tard, c’est à dire deux fois ce laps de temps, la configuration n’était guère différente. La planète brillait à cette époque à peu près au même endroit, mais l’air était bien plus doux que dans les frimas de la France en cette saison.

Vers l’Est au début de la soirée, disons vers 20 heures, une "étoile" surpasse toutes les autres par son éclat. En réalité, ce n’est pas une étoile, mais une planète, puisqu’il s’agit de Jupiter.

Et seules les planètes peuvent être aussi brillantes.

Cette nuit, en regardant vers le Levant, nous pouvons admirer une douzaine de corps célestes comptant parmi les plus spectaculaires des deux hémisphères. C’est pour cela que le ciel est si beau en hiver. Mais Jupiter les surpasse tous, et de loin.

Seuls Vénus et Mars peuvent être aussi éclatantes.

Cependant, on ne risque guère de se tromper. Mars se distingue nettement par sa couleur rouge, et Vénus est toujours proche du Soleil. C’est l’Etoile du Berger, visible seulement à l’aube ou au crépuscule.

Quand la routine des tâches quotidiennes nous en laissera finalement le temps, dirigeons nos regards vers les cieux, l’astre du jour sera couché depuis plusieurs heures, et il n’y aura donc pas de confusion possible.

Regardez bien. Si la nuit est claire, les étoiles scintillent. En effet, elles sont fort éloignées et leur lumière est irrégulièrement masquée par des nuages de poussière galactiques poussés au hasard des vents stellaires. Ces intempéries cosmiques expliquent le scintillement des astres fixes.

Jupiter est bien plus proche. Comme nul obstacle intersidéral ne vient occulter les planètes, elles ne varient pas.

Certes, "leurs positions changent et elles parcourent les cieux (MUL.APIN, 687 av. J.-C)", mais désormais nous saurons distinguer les planètes. Elles sont en général bien plus brillantes que les étoiles et leur éclat est stable.

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...