première utilisation de mon traînard "galerider"

première utilisation de mon traînard "galerider"

Posté par : Philippe
04 Mars 2017 à 03h
Dernière mise à jour 03 Mars 2017 à 16h
3757 vues
Flux-RSS

 

Après avoir cousu mon traînard et fait faire 2 demi cercles en inox, mis en place des attaches, il était temps de faire les premiers essais.

 

 

 

J’ai dans un premier temps mis de la chaîne, ce qui s’est avéré inutile, car le poids de mon traînard avec l’inox suffit largement à le faire couler dans les conditions cool de cet essai : CAVOK et vent de 7 à 8 kt, mer calme.

https://www.dropbox.com/s/0ewl5svymfxo150/20170302_115922.jpg?dl=0

 

j’ai positionné une bouée au niveau d’un émerillon, ce qui me permettait de voir la position du traînard à l’arrière du bateau.

j’ai utilisé des écoutes de spi frappées au niveau du maître bau à des taquets via un anneau à friction.

 

J’ai hésité, mais dans un premier temps j’ai bloqué mon safran en position neutre, créant ainsi une contre réaction et rendant la manœuvre plus difficile.

Mon moteur est un yanmar 100 CV avec une hélice max pro.

 

Aller à bâbord avec le traînard n’a posé aucune difficulté, avec un taux de rotation de 60 degrés par minutes à peu près. Sur bâbord, l’écoute de spi était écarté de l’océanis de 1 bon mètre.

 

Par contre pour tribord, impossible de dévier. Le traînard était bien sur tribord, mais l’écoute de spi était contre l’arrière tribord du bateau et n’arrivait pas à s’en éloigner. J’ai essayé d’avancer le point de tire de plusieurs mètre ou de le reculer vers l’arrière de plusieurs mètres, rien n’y fit.

 

 

J’ai supposé que c’est l’hélice qui crée un couple supérieur à la traînée extérieure tribord.

Comme je me suis fabriqué un tangon de 6 mètres, je me suis dit que ce serait une occasion de l’utiliser d’une manière non prévue. Je l’ai donc positionné verticalement à l’axe du bateau à l’arrière, j’ai passé l’écoute dans la mâchoire et j’ai sorti le tangon de 2 à 3 mètre vers l’extérieur tribord.

 

 

 

 

 

L’océanis a alors accepté de virer vers tribord, mais avec un taux de rotation de 30 à 40 degrés par minute.

 

https://www.dropbox.com/s/1fugfmr67x52cyk/20170302_114922.mp4?dl=0

 

 

Je pense que si j’avais laissé la barre à roue libre, je n’aurais pas eu les mêmes difficultés, car la barre bloquée, bloquait le safran qui dès que j’essayais de virer d’un côté créait une contre-réaction de l’autre.

 

 

L’idéal serait d’enlever mon safran, mais je ne suis pas encore prêt pour cela.

 

 

La prochaine sortie ce sera avec les voiles et je pense que je laisserai la barre à roue libre.

 

 

 

 

 

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...