L'incendie du "Normandie" - Jean-François Pahun - Editions Ouest-France - NDL

L'incendie du "Normandie" - Jean-François Pahun - Editions Ouest-France - NDL

Posté par : LIVRES DE MER
11 Juin 2022 à 17h
95 vues
Flux-RSS

Notes de lecture  :

Ce travail d’historien-journaliste-enquêteur se dévore comme un roman. Dans un premier temps, l’historien nous narre la conception et la construction, à partir de 1927, de ce qui devait être – et qui fut – le plus beau paquebot du monde. Le plus grand, le plus rapide, le plus innovant, le plus luxueux qui ait jamais été construit. La quintessence du génie français, le marqueur de cette période de créativité exceptionnelle, années folles et art déco, budget illimité à la clé. Un chef d’œuvre flottant, raflant aux anglais le prestigieux ruban bleu pour sa première traversée transatlantique. Un succès commercial, les passagers sont prêts à payer cher pour les cinq petits jours que dure la traversée, cinq grands jours et cinq grandes nuits de beauté, de luxe et de raffinement.

Puis vient la guerre, la réquisition par les autorités américaine, la décision et la mise en œuvre de la transformation du Normandie en transport de troupes capable de déplacer rapidement une division d’infanterie complète – 10 000 hommes. Le journaliste retrace cette période, scrute les décisions prises par la Navy, s’interroge sur certaines négligences, des oublis, des erreurs, des témoignages ignorés ou cachés, jusqu’à finalement douter de la version officielle du drame du 9 février 1942, où le plus beau paquebot du monde, le plus cher, le plus moderne, le plus novateur en termes de sécurité, prend feu et chavire dans le port de New York.

Place maintenant à l’enquêteur, qui pendant cinq ans mènera la recherche obstinée d’une vérité soigneusement cachée par l’US Navy, déjà humiliée par le désastre imprévu de Pearl Harbour, et l’insolence impunie des U-Boote allemands coulant dans le mois suivant (janvier 1942) un tonnage encore supérieur de navires marchands au ras des côtes américaines. Pendant cinq ans, Jean-François PAHUN enquête tous azimuts, du Havre à la Sicile, de la Compagnie Générale Transatlantique à la Mafia italo-américaine, déniche des témoignages capitaux, ouvre des archives perdues ou secrètes, fait parler personnalités et simples matelots. Il compile, recoupe, confronte, et nous livre ce travail colossal comme il écrirait un roman. Une écriture vivante, précise, concentrée fait revivre personnages et situations, et emmène le lecteur dans les méandres et les recoins de cette incroyable histoire, sans le perdre ni le lasser.

Jean-Michel SAUTTER pour la commission Livres De Mer

 

Assurément le Normandie faisait partie de ces bateaux qui ont une âme et cela, Jean-François Pahun nous le fait ressentir avec beaucoup de sensibilité. Dans une première partie historique consacrée à la conception, à la construction et aux navigations de ce paquebot, nous comprenons comment le Normandie a pu apparaître comme le symbole d’un moment de grâce quand s’incarne le génie artistique et industriel de tout un peuple dans un seul objet, l’un des plus grands et et des plus complexes jamais produit par l’homme.

Dans la seconde partie de son ouvrage, l’auteur nous dévoile l’enquête fouillée qui lui a fait acquérir l’intime conviction qu’un sabotage nazi est la cause de l’incendie et du chavirage du navire à New York en février 1942.

Avec un style rapide et efficace, il nous entraine ainsi dans plusieurs univers : la vie luxueuse des grands liners transatlantiques, les docks du port de New York où s’entrecroisent pêlemêle simples dockers, mafieux et agents du F.B.I. et enfin le monde dangereux et ambigu de l’espionnage en période de guerre.

C’est donc un livre intéressant qui, avec honnêteté, force le lecteur à une réflexion sur la différence entre « intime conviction » et vérité. Ce n’est pas son seul mérite car il permet également à l’esprit du lecteur de vagabonder sur de belles images. Pour moi je retiens celle du Normandie dans toute la force et la beauté de son neuvage, passant comme dans un rêve entre Sein et Tévennec.

Maurice Bénichou pour la commission Livres De Mer

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...