401 jours sans voir la mer, sillages d'un sculpteur de vaguelettes - Patrick Benoiton - Editions Zeraq - NDL

401 jours sans voir la mer, sillages d'un sculpteur de vaguelettes - Patrick Benoiton - Editions Zeraq - NDL

Posté par : LIVRES DE MER
14 Mars 2022 à 19h
Dernière mise à jour 14 Mars 2022 à 19h
511 vues
Flux-RSS

   Notes de lectures :

401 jours sans voir la mer, c'est le temps que l'auteur Patrick Benoiton, ancien journaliste nautique, passionné de voile et de mini transat a passé sur le plancher des vaches, loin de la mer.

Mais elle ne le quitte pas, il en est imprégné jusque dans les recoins de chacune de ses cellules, elle l'a construit et lui appris la vie. 

  Dans un long voyageur intérieur ses souvenirs affluent et dans une belle écriture et avec ses talents de conteur il nous livre les moments qui l'ont transformé.

Il y a la mer, lui et un bateau et dans les interstices, il n'est question que de beauté, de grâce, de pétillement, d'extase, de joie. Il explore ses ressentis avec délectation et arrive à trouver les mots pour nous transmettre l'indicible. Son récit est ponctué de petits riens magiques, de temps arrêtés qui s’étirent avec nonchalance ou de fulgurantes et enivrantes accélérations, de coups de déprime ou de frayeurs qui se métamorphosent en résurrection.

  Et sans en avoir l'air, par petites touches, son récit offre des petites leçons de vie et certains chapitres sont si apaisants et ressourçants qu'ils peuvent largement remplacer un guide de  méditation !

   Très utile en cas de stress ou de blues....

Anne Goursat pour la commission Livres De Mer STW

Un livre très bien écrit avec des chapitres inoubliables  : la foudre sur le mât, un pilotage par un dauphin, les canaux de Patagonie, les ultimes en course…

Chaque chapitre aborde un nouveau souvenir de mer. L’auteur a sillonné les océans comme coureur au large et journaliste. Son amour de la mer et de la voile est aussi incontestable que communicatif.

Un livre qui nous promène à travers le monde et aussi à travers l’histoire de la voile d’aujourd’hui.  Certains chapitres sont moins captivants que d’autres  : peut-être l’auteur aurait-il dû faire une plus grande sélection, ce qui aurait permis une typologie plus facilement lisible (les vieux plaisanciers ont souvent besoin de lunettes !). Fallait-il aussi associer comme quasiment indispensable l’abus de l’alcool avec la pratique de la voile  ? 

Jacques de Certaines pour la commission Livres De Mer STW

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...