Sur mer, impressions et souvenirs - Virginie Hériot - Editions Nautilus - Note de lecture

Sur mer, impressions et souvenirs - Virginie Hériot - Editions Nautilus - Note de lecture

Posté par : LIVRES DE MER
06 Octobre 2021 à 14h
Dernière mise à jour 06 Octobre 2021 à 14h
98 vues
Flux-RSS

Notes de lecture  :

Voici ce qui est surprenant : La plaisance et la compétition à la voile à la « Belle Époque » et pendant les « Années folles »

Ce livre nous propose de larges extraits du livre publié en 1933 qui sont les souvenirs de Madame Hériot entre 1920 et 1933, date à laquelle elle décède à l’issue d’une ultime régate à laquelle elle avait tenu de participer.

Bien sûr cette il y a à la base de cette aventure une certaine fortune pour pouvoir acquérir de tels bateaux et leur poids, leur taille ne permettait pas de navigations en solitaire.

Pourtant cette dame va par tous les temps rester à la barre de ses bateaux sans se soucier des risques et aux escales quitter son ciré pour les robes du soir pour rencontrer tout ce qui compte dans le monde de cette époque.

Et puis les premières pages sont un régal par la richesse de ses « méditations du large » La dame de la mer nous montre la profondeur de ses réflexions ainsi que la spiritualité qui les a inspirées.

 

Gilles de Rauglaudre pour la commission Livres De Mer

 

 

Ce carnet de souvenirs, impressions et réflexions de Virginie Hériot, écrit au début des années 30 vient d'être réédité et c'est une bonne surprise ! Cette navigatrice exceptionnelle, est aujourd’hui peu connue du grand public, pourtant médaillée d'or en voile aux jeux olympiques de 1928 et consacrée par les anglais, pas rancuneux " the King of yatching " !   

     C'est une femme étonnante Virginie Hériot ! Issue d'une grande famille bourgeoise, très fortunée, elle aurait pu passer sa vie à côtoyer les plus grands de ce monde et à fréquenter les salons à la mode.

Au lieu de cela elle va se consacrer entièrement à la mer et à la navigation jusqu'à sacrifier sa vie.

D'une volonté de fer, dure à la souffrance, elle a su s'imposer dans ce monde d'hommes et vivre sa passion en toute liberté, s'affranchissant de toutes les contraintes imposées aux femmes à cette époque. En même temps elle est prisonnière des idées de son temps et du conservatisme de son milieu social.

C'est pourquoi le lecteur peut passer vite sur ses longues réflexions moralisatrices, prendre de la distance avec le récit de son voyage au Maroc à la gloire de l'empire colonial français pour savourer les très belles pages qu'elles consacrent à la mer. Là elle excelle et se révèle une écrivaine de talent, pleine de finesse, d'émotions et de poésie.

 

Anne Goursat pour la commission Livres De Mer

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...