Eloge passionné des navigateurs _ Dominique Le brun - Ed Philippe Rey - NDL

Eloge passionné des navigateurs _ Dominique Le brun - Ed Philippe Rey - NDL

Posté par : LIVRES DE MER
04 Octobre 2020 à 23h
162 vues
Flux-RSS

Note de lecture :

Avec "Cet Éloge passionné des navigateurs », Dominique Le Bun nous entraine dans le sillage de grands marins qui ont sillonné les mers et tracé de nouvelles routes maritimes.
Le titre correspond parfaitement au contenu  : il s’agit de l’évocation résumée de 52 marins de diverses époques, de Noé à Francis Joyon et Klaus Vogel  ; c'est aussi la compréhension de la mondialisation et de ses effets souvent destructeurs pour la planète. Avec talent, il nous décrit ces fortes personnalités qui ont marqué leur époque et qui ont laissé une trace dans l'histoire nautique.


Un tel regroupement est un peu déroutant : laissons Noé et Ulysse de côté pour se limiter à l’historiquement crédible. Une première catégorie concerne les explorateurs de ce que l’historien maritimiste André Lespagnol a appelé la « première mondialisation »  : du viking Leif L’Heureux à Lapérouse, soit huit siècles d’Histoire maritime, c’est l’extension de notre vieille Europe vers l’Amérique et l’Asie qui a suscité des générations de marins audacieux. Tous ont donné lieu à de nombreuses études historiques et on peut se demander si réduire chacun à quelques pages était vraiment utile. Une deuxième catégorie, de Garneray à Loti, Monfreid, Hemingway ou Deniau, concerne des marins-auteurs dont l’œuvre littéraire bien connue a parfois un peu masqué leur vie de marin  ; cette partie est sans doute la plus originale de ce livre. Une troisième partie concerne les marins des derniers cent ans, et donc surtout des plaisanciers et modernes coureurs au large. Elle nous montre en particulier comment des femmes, Virginie Hériot, Anita Conti, Isabelle Autissier, Florence Arthaud et Ellen MacArthur  se sont engagées pleinement dans ce combat pour sauvegarder notre univers ; ce n’est en effet que depuis un siècle environ que des femmes sont reconnues comme grandes matelotes. Parmi elles, on relève Catherine Poulain, lauréate du prix Albatros, comme Anita Conti. Dans cette dernière partie, outre les incontournables largement médiatisés comme Tabarly, Kersauzon ou Colas, on y relève les coureurs au large d’aujourd’hui et quelques-uns dont on peut se demander s’ils ont vraiment leur place dans cette revue.

L’auteur ne cache pas les points faibles comme par exemple lorsqu’il évoque Cousteau ou Antoine dont la surmédiatisation par le bonnet rouge ou la chemise à fleurs n’est pas un grand gage de maritimité. Ce livre est globalement bien écrit. On peut seulement se demander si, le plus souvent, ces résumés biographiques apportent vraiment des éléments nouveaux. C’était une commande de l’éditeur à laquelle l’auteur, écrivain de marine, a sans doute dû se plier. Comme le titre l’indique, c’est un éloge des navigateurs dont hélas la mer est un peu absente.

Jacques Rey et Jacques de Certaines pour la commission Livres De Mer

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...