Entre la vie et la mer - Véronique Villedey - autoédition

Entre la vie et la mer - Véronique Villedey - autoédition

Posté par : LIVRES DE MER
17 Avril 2020 à 08h
255 vues
Flux-RSS

  Note de lecture :

  Véronique Villedey, documentaliste au musée maritime de la Rochelle a recueilli les souvenirs des marins, marins pêcheurs pour la plupart, qui ont été sollicités par le musée à l'occasion d'une grande opération appelée : " Alors raconte.... ".

  Il faut saluer le travail de l'équipe qui a su créer un climat de confiance avec ces hommes rudes, peu habitués à se raconter. Beaucoup de patience, de discrétion et de respect ont permis de susciter des témoignages poignants qui abordent tous les aspects de leur vie, même les plus intimes dont beaucoup d'ouvrages savants sur le sujet ne parlent pas. 

  Voilà un livre qui devrait marquer les esprits comme ceux d’Anita Conti. Tant les textes, bruts de décoffrage, que les photos, sont évocateurs d’un métier disparu au moins sous cette forme ; aujourd’hui, les temps ont changé remplaçant le charbon par le fuel ou l’alcool et la cigarette par la drogue, ce qui n’est pas vraiment un progrès mais prouve que ce métier reste un des plus durs. On est au plus près de leur vécu et au plus près aussi de leur corps et de leur visage grâce aux nombreuses et magnifiques photos qui illustrent le livre. 

  Et le résultat est remarquable : un livre très vivant qui prend véritablement aux tripes. 

   Leur langue est magnifique, directe, pudique et imagée (un lexique aurait même été utile !) et traduit parfaitement les souffrances, les épreuves et aussi les joies et l'amour du métier. Ces hommes  ne se plaignent jamais et ne regrettent rien et il faut absolument lire ce livre pour qu'on n'oublie pas que c'étaient des héros !

  On ne peut que souligner la qualité et la justesse de ce livre.

  Cependant, deux thèmes auraient peut-être mérité d’être évoqués, même brièvement : d’une part, le traitement sexuel des mousses et d’autre part l’aspect financier.    Ce « grand métier » était-il plus rémunérateur que « le cul des vaches » ? Les témoignages semblent n’évoquer qu’une passion ou un atavisme maritime familial alors que le gain devait aussi être un facteur, au moins de choix négatif.

Anne Goursat et Jacques de Certaines pour la commission Livres De Mer.

Pour commander le livre : entrelavieetlamer@gmail.com

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...