L'étoile au soleil de minuit - Anne Smith - Editions Ouest France - NDL

L'étoile au soleil de minuit - Anne Smith - Editions Ouest France - NDL

Posté par : LIVRES DE MER
13 Septembre 2019 à 16h
171 vues
Flux-RSS

 Note de lecture :

Une anglaise, brestoise d’adoption, sous un uniforme d’officier de la Marine Nationale, c’est un évènement à peine deux siècles après Trafalgar !

Anne Smith, POM, Peintre officiel de la marine, a embarqué sur l’Etoile qui va servir de toile de fond à cet embarquement insolite. En effet au carré des passagers des hommes et des femmes venus d’un peu partout et avec des motifs différents, dont une vingtaine de jeunes de 16 à 17 ans qui découvrent la mer pour la première fois, vont embarquer à Brest pour un périple vers le grand Nord à bord de cette goélette école de la Marine Nationale.

Peintre de talent, elle sait aussi écrire et elle écrit en français qui n’est pas sa langue natale. Elle choisit les mots, décrit les ambiances et fait preuve d’humour notamment pour railler sans méchanceté sa Royale d’adoption. Anne Smith nous fait de belles descriptions du bateau, des membres de l’équipage, de leurs relations, des situations vécues à bord, des lieux visités, des météos rencontrées au long du périple, des tempêtes, des peurs vécues, et même des dissensions. Nous partageons à ses côtés la vie qu’elle mène sur la goélette. Ce n’est pas vraiment la croisière qui nous est racontée mais bien plus la vie à bord de ce voilier de cette POM : la promiscuité au sein de cette enceinte étroite qu’est le carré qui est réservé aux passagers où chacun va apprendre à vivre en collectivité sur un plancher particulièrement agité ; les quarts, les us et coutumes de la Royale où l’intimité n’est guère possible que derrière son rideau. Il y a aussi le froid et une formidable description de gros temps.

Anne Smith nous livre des portraits particulièrement bien étudiés par l’écriture mais aussi bien évidemment par la peinture qui est sa raison d’être à bord.  Elle nous explique ce que c’est d’être un Peintre officiel de la marine et son expérience laquelle lui a permis d’être de cette croisière.

Elle nous relate aussi son arrivée en tant que femme au sein des peintres de la marine avec tout ce que cela comporte. Seules six femmes ont été nommées peintres officielles de la marine depuis que ce corps existe. Et une fois nommée, il faut affronter les jalousies, acheter l’uniforme et se faire accepter au sein de l’équipage.

Un chapitre très intéressant est consacré aux îles Féroé et nous les présente autrement qu’au travers du massacre des baleines qui en fait leur triste réputation.

Son livre est aussi un regard de femme sur un équipage plutôt masculin avec le confort restreint d’une goélette dans le gros temps.

Une anglaise connue pour sa peinture qui se révèle une excellente auteure de livre de mer, cela mérite l’admiration. De plus les nombreuses illustrations (elle est d’abord POM) font aussi un beau livre autour de son récit passionnant. Les dessins et les portraits de l’équipage peints par Anne animent le livre du début à la fin.

A noter aussi, cerise sur le gâteau (ou pompon sur le bachi), une très belle couverture.

C’est un très bon moment passé à bord de ce mythe de notre marine

Brigitte Eude, Jacques de Certaines et Gilles de Rauglaudre pour la commission des Livres De Mer

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...