A mille milles de Venise - Franco Giliberto et Giuliano Piovan - Ed Zeraq - NDL

A mille milles de Venise - Franco Giliberto et Giuliano Piovan - Ed Zeraq - NDL

Posté par : LIVRES DE MER
12 Juillet 2019 à 03h
73 vues
Flux-RSS

Note de lecture :

Un livre qui nous régale, certes la partie qui se déroule à Venise est moins palpitante que celle de cette navigation improbable.

Il suffit de retracer sur une carte le trajet  entre Venise et le cercle polaire Arctique le tout au 15ème siècle.  Pour corser le récit il nous est précisé les doutes sur la construction du bateau, le bois utilisé et l’équipage où se mêlent des marins confirmés et des hommes venus des bas-fonds.

Les deux auteurs se sont emparé de ce qu’a écrit au XVème siècle le capitaine rescapé sur l’aventure peu banale de son navire vénitien. Un terrible et incroyable récit où on affronte la mer devenue effrayante, on y souffre, on s’y perd, disparait ...C’est l’enfer ! Pourtant le reste de l’équipage à l’abandon  attend sa fin, mais ces marins sont miraculeusement sauvés  et recueillis dans un village du grand Nord ... Nous allons découvrir la vie à bord à cette époque les travaux à accomplir. Nous allons vivre un errement au milieu de l’océan d’une nef  privée de gouvernail puis le naufrage et en fin la vie des rares rescapés parvenus dans des contrées  au climat inimaginable pour des vénitiens.

Cette expédition marque donc surtout le comportement des marins et des habitants de ces terres lointaines qui ont reçu, hébergé et pris soin de ces gens venus de loin qui avaient subis tout le mal que la mer pouvait réserver. Malgré tout, les survivants, lors d’un deuxième départ ont émis le vœu de retourner chez leurs hôtes leur témoignant ainsi leur reconnaissance et leurs remerciements pour les avoir tiré d’un fort mauvais pas.

C’est le paradis ! Pourtant il faut s’en arracher pour rejoindre la Venise du départ et  un retour et dans une difficile réalité .Tout  avait duré tant d’années ...

Une écriture superbe, collée aux évènements et qui fourmille de détails si précieux qu’on s’y croirait.

Beau roman où le réel est présent et le romanesque proche de la vérité, magnifique roman de mer, à tel point qu’on peut oublier ce qu’on a lu depuis 500 ans !!!

 

Françoise Tran, Gilles de Rauglaudre et Jean-Pierre Gachet pour la commission Livres De Mer

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...