Carrément à l'Ouest - Claude et André Cornet -

Carrément à l'Ouest - Claude et André Cornet -

Posté par : LIVRES DE MER
17 Avril 2018 à 08h
275 vues
Flux-RSS

Note de lecture  des deux tomes :

On devrait déjà, tout simplement, tirer un grand coup de chapeau à ces marins qui ont fait le tour de la planète sans même se la « péter ». Voici un récit finalement assez rare car il s'agit d'un vrai tour du monde complet qui a duré  4 ans, départ et retour au même port. Ce sont deux frères très aguerris qui se lancent dans l'aventure à bord d'un Wauquier aussi fiable que rapide. L'équipage est à géométrie variable, navigation en solitaire, à  deux ou avec des équipiers  et régulièrement  les épouses  les rejoignent pour des navigations courtes et touristiques. Deux tomes reprennent le livre de bord patiemment remplis par les deux frères alternativement. 

Ils ont pris leur temps mais nous ont raconté des paysages à couper le souffle et des aléas de navigation qui doivent en rebuter plus d’un. Au début de la lecture, un certain ennui peut se profiler à l'horizon,  on se dit que le récit de ce tour du monde, heure par heure va être long et laborieux. Et puis l'attention se réveille, le récit s'anime grâce à l'humour des auteurs. On s'aperçoit rapidement que leur regard distancié,  la bonne humeur et le parti pris de ne pas  se prendre au sérieux va nous épargner la monotonie d'un livre de bord. Les auteurs savent nous surprendre, nous interpeller et nous faire rire. Même l'évocation de l'inévitable réparation du bateau avec l'attente interminable de la pièce détachée dans un endroit peu attractif est un épisode distrayant. Régulièrement les auteurs intercalent dans le récit  des chapitres dits scientifiques désopilants, sans omettre les passages à terre et les difficultés administratives de certains pays.

Oui il y a eu des prises de bec, oui, il y a eu des ti punchs et autres mais on ne pourra pas leur reprocher la petitesse de leur aventure. Dès la descente de l’Atlantique vers Beagle on prend la mesure de ce qui va nous attendre. De belles navigations dans les canaux de Patagonie retiennent encore bien l'attention et apportent des informations précieuses pour les candidats. Et on n’est pas déçu. Beagle, Magellan, cap Horn, ce passage nous fait rêver et on se dit « il faudra que j’y aille, c’est trop beau et tout le reste aussi »,

Par contre le deuxième tome qui retrace la traversée du Pacifique et de l'océan indien puis la route du retour depuis le cap de Bonne Espérance est plus répétitif et moins attrayant. 

L’écriture est leste mais plaisante sauf parfois à avoir besoin du dictionnaire. A lire par tous ceux qui envisagent une grande virée.

Anne Goursat et Jean-Pierre Gachet pour la commission Livres De Mer

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...