MAROC, OCTOBRE 2018

Posté par : Paul et Dom
07 Novembre 2018 à 00h
Dernière mise à jour 07 Novembre 2018 à 19h
156 vues
Flux-RSS

Bonjour à tous !

Au Maroc nous étions en marina car les mouillages sont interdits le long des côtes. Nous avons découvert, aussi bien à Tanger qu’à Rabat, des villes modernes en termes d’infrastructures (grandes avenues, grands équipements, tram), de construction de logements (beaucoup de constructions en cours), et nous avons vu les marques françaises très bien installées dans le pays : Carrefour, Zara, Etam, Paul, Renaut, Peugeot, Decathlon etc… Petit détail charmant : il y a des concours de chant plusieurs fois par jour, retransmis par les haut-parleurs  !  Autre détail charmant : les pâtisseries sont à se damner !

Tanger a pour ambition d’offrir aux navigateurs la plus grande marina de méditerranée, la Tanja Marina Bay, juste à côté de la très belle plage de la ville. Le chantier est pharaonique, il a débuté il y a 5 ans et se terminera dans 8 ans. Un téléphérique reliera la marina, le port de commerce et la médina. Pour l’instant, seul un quai est ouvert et l’équipe d’accueil se rôde aux multiples questions que posent les voyageurs qui débarquent !...

L’arrivée à Rabat par la mer restera un temps fort de ce séjour (à voir sur notre vidéo). La ville offre à la puissance de l’océan atlantique la résistance de grosses murailles construites et reconstruites au fil du temps, et le cheminement jusqu’à la marina, entre deux jetées battues par les flots, nécessite de suivre un bateau pilote qui nous guide dans le chenal. On en profite pour apercevoir la médina, la casbah, et la tour Hassan 2 qui domine cette partie de la ville. Le mausolée Mohamed V est un endroit magnifique, nous avons pensé au Taj Mahal en le visitant (instant d’émotion). La médina et la Casbah de Rabat sont très jolies aussi, avec vue sur l’océan, mais nous avons de loin préféré la médina de Salé, tout près de la marina, qui reste authentique, très avenante, peu fréquentée par les touristes. Le souk el Kébir vous y offre une exploration « paumatoire » de ses sombres ruelles encombrées par le marché : là, les poules sont vivantes au fond de l’échoppe, tuées derrière le comptoir, et en morceaux sur l’étal !! Et les odeurs parfois… terribles ! On y trouve de tout à pas cher, car les petits artisans de tous métiers sont encore là.

 

Les Marocains sont très gentils et accueillants, la sécurité est bien assurée, et le harcèlement des touristes quasi inexistant (sauf à Fès). La vie dans les villes est très européenne, la classe moyenne se développe, et les filles n’ont pas vraiment l’air de vouloir se mettre au voile. Mais il en va autrement dans le pays. Nous avons fait quelques excursions dans le Rif (Chefchaouen), sur la côte (Asilah), et là nous avons retrouvé le Maroc « classique » avec les hommes aux terrasses des bistrots, les femmes portant le niqab (mais peu, finalement, de tenues intégrales), et la pauvreté. Nous avons fait à Fès un séjour de 48 h qui nous a bien déçus : la médina « historique » est en triste état, seules deux rues accueillent les touristes et le harcèlement est incessant. Si vous aimez vous perdre en revanche, il y a de quoi faire, mais attention aux pièges tendus par les jeunes désœuvrés une fois que vous serez perdus ! Heureusement, quelques beaux fondouks et palais ont compensé cette déception.

Nous avions décidé de partir le samedi 27 octobre pour les Canaries, mais le coup de froid qui a impacté la France nous a nous aussi bloqués au port, car le vent et la houle étaient trop forts pour naviguer sereinement (dans ce cas le port est fermé). Nous avons attendu 5 jours de plus pour retrouver de bonnes conditions de navigation, avec du temps très frais et pas mal de pluie.

Finalement, nous avons mis en pratique notre volonté de mettre la navigation au service de nos voyages, et nous avons aimé passer ces trois semaines au Maroc (trois semaines qui bien sûr en paraissent six !).

Nous vous écrivons depuis la petite île de La Graciosa aux Canaries, qui porte bien son nom. Nous avons mis 4 jours pour traverser depuis Rabat, dans des conditions non pas difficiles mais désagréables, avec du vent et de la mer constamment changeants. Beaucoup de nos voisins de pontons de Rabat, partis en même temps que nous, ont été comme nous malades en mer !

 

Demain, nous partons pour Santa Cruz de Tenerife, où Paul reprendra une semaine de travaux et de checking en vue de notre grande traversée transatlantique.

Bises à vous toutes et tous, donnez-nous de vos nouvelles, nous les dégustons avec grand plaisir !

Et comme d’habitude, une petite vidéo en ligne pour les images de notre voyage. 

Paul et Dom

Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...