De Mindelo à Pointe à Pitre

De Mindelo à Pointe à Pitre

Posté par : Michel
04 Janvier 2015 à 03h
Dernière mise à jour 05 Janvier 2015 à 14h
8868 vues
Flux-RSS

 

Le 02/12/2014 le départ de Mindelo

 

L'équipage à Mindelo

 

La bande des 4 aventuriers sur le départ :

 

De gauche à droite :

 

- François un beau-frère de Netty très bonne compétence orienté régate, excellent barreur, bon régleur. Trop habitué à être le skipper.

 

Jean-Christian un autre beau-frère de Netty, Assez bonne compétence, très serviable, très bon cuisinier, bon camarade. Pêcheur passionné. Aime trop le Rhum.

 

- Jean le plus polyvalent de nous tous : monte en l'air, très bon barreur, cuisinier, attentif aux autres, esprit d'équipe, toujours souriant. Consomme plus d'eau pour se laver que les autres

 

- Michel le skipper : préparateur du bateau, pas très bon barreur ni bon régleur, ni bon à la cuisine un peu abrupt quelquefois.

 

 

 

Le 02/12/2014

 

Mindelo vue du large

 

Adieu Mindelo un autre monde nous attend de l'autre coté de l'Atlantique

 

Un voisin

 

On n'est pas tout seul à cingler plein ouest. Le temps est splendide pour cette première journée de traversée vers la Guadeloupe. L'alizé est absent et c'est au moteur que l'on commence la traversée.

 

Adieux Mindelo Adieu le Cap Vert

 

Notre premier coucher de soleil

 

Le 03/12/2014 la matinée est du même tonneau que la veille : vent faible et moteur. Poisson volant Comme presque chaque matin c'est la récolte des poissons volants sur le pont, que l'on rejette à la mer. C'est en fin de matinée qu’Éole daigne nous aider un peu avec un peu plus de 10 nœuds de vent. Le spi lourd nous déhale gentiment. Enfin on avance vraiment vers l'ouest, avec même une pointe à 8 nœuds pour 18 nœuds de vent. Néanmoins les prévisions du routeur sont des vents très faibles jusqu'à dimanche. Après l’anticyclone des Açores rentrant chez lui débloquera les Alizés avec peut-être même des vents jusqu'à 20-28 nœuds. Jean & Jean-Christian En plus du Spi c'est Journée pèche (le tout ensemble) : Jean-Christian a passé la matinée à préparer la canne à pèche au gros. Jusqu'à présent il a eu deux touches sérieuses qui même avec l'assistance de Jean se sont fait la belle avant même qu'on ne les voit. Jean taquinant le Thon Enfin il y a du poisson qui suce nos leurres et se lasse, le goût de plastique made in China ?.Avant la nuit on rentre le spi et nous envoyons le génois avec tangon. Nuit tranquille !

 

 

 

Le 04/12/2014 Jean le monte en l'air 9h TU on met le bateau à la cape pour envoyer Jean emmailloter le crochet de rangement de l'étai largable qui nous a fait un accros dans le spi hier. Après le petit-déj en salle, on envoie le Spi lourd que l'on garde toute la journée avec plusieurs empannages plus ou moins bien réussis. Le vent en général 3-4 E à ESE ou ENE forcit quelquefois à 5 sous les gros nuages bien gris. On déjeune en terrasse très agréablement avec vue sur mer. En ce qui concerne la pèche : même pas une touche et l'enthousiasme des grands pécheurs fond comme neige sous les tropiques.   Nuit calme, pas un bateau en vue ni détecté par AIS. L'alizé est bien stable en force et direction et le bateau file ses 6 nœuds tranquillement.

 

 

 

Le 05/12/2014 Ce matin l'Alizé est bien tonique et l'on n'a pas jugé nécessaire d’envoyer le Spi lourd, on fait déjà de fréquentes pointes à 8 nœuds avec le génois tangonné. La bonne brise du matin se calme en jolie brise l'après midi pour terminer en petite brise la nuit tombée. Nos pécheurs se sont remis à taquiner le thon avec quelques touches, mais rien de concret. On continue avec le thon en boite. l'AIS signale un cargo dans la soirée à quelques 13 miles.

 

 

 

Le 06/12/2014 La jolie brise revient au petit matin. Le réservoir d'eau arrière est vide, c'est inquiétant après 4 jours seulement. On va devoir faire marcher le dessalinisateur régulièrement maintenant. Les ablutions de Jean Jean fait ses ablutions à l'eau de mer.L'alizé est encore assez tonique le matin accompagné d'une houle assez haute qui a même aspergé un peu le cockpit. On se dispense d'envoyer le Spi tout de suite. Les pêcheurs démarrent tôt et c'est du gros et très lourd même, le moulinet peine à remonter la bête et patatras le moulinet rend l'âme et le fil se débobine à toute vitesse faisant un beau sac de nœuds sur le tambour. Et la bête en profite bien sûre pour se faire la malle non sans laisser quelques dents sur l’hameçon  . L'alizé s’essouffle un peu vers midi, alors on envoie le spi juste avant de déjeuner en terrasse. Pour ceux qui n'ont pas assez de protections naturelles, il faut bien s'équiper d'un chapeau car le soleil tape dure sous les tropiques.

 

Remplacement des clapets sur la pompe des WC, mais la poignée continue à remonter toute seule.

 

 

 

Le 07/12/2014. L'alizé est assez mollasson le matin, mais comme le routeur nous avait annoncé du vent 15-20 nœuds et une houle 2,2m nous n'avons pas envoyé le Spi. Du coup la journée aurait été assez morne si Jean n'avait pèché, avec un curieux leurre fait d'un morceau de bois plombé traversé d'un gros hameçon, une belle bête de 60cm et 3,5kg que nous avons eu un peu de mal à identifier comme une dorade Coryphène, Jean l'a immédiatement préparé en filets. Enfin nous ne serons pas bredouille, ce que je craignais depuis que le moulinet avait lâché prise. Bravo à Jean qui en plus d'être le monte en l'air du bord est un vrai pro de la pèche au gros. En soirée le vent tourne ENE 5, les prévisions du routeur pour demain, et nous filons souvent à plus de 7 nœuds. Si l'on pouvait garder cette vitesse quelques jours. Nuit tranquille vitesse 6 nœuds moyen.

 

 

 

Le 08/12/2014 Croisons la route d'un petit voilier 8x2m qui fait cape il me semble vers Barbade, Tobago ou Trinidad . Le vent forcit sensiblement et la houle reste autour de 2-3m. On est secoué dans tous les sens. La terrasse reste fermée pour le déjeuner. Le carré est préférable pour déguster la dorade Coryphène préparée par Jean et Jean-Christian. On se fait malmener par un grain à 7 Beaufort et mer forte, Dans un grand coup de gîte la cabine de François est bien arrosée et ses affaires avec, le hublot extérieur fermé avec seulement une fermeture comme lors de la grosse averse qui avait noyé son GSM. La salle de bain qui avait son hublot ouvert est remplie d'eau. Pointe de vent à 32 nœuds vitesse max 10 nœuds sous GV+ génois. Beaucoup d'eau dans les fonds. Filtre pompe encrassé, nettoyage et c'est reparti. Après le grain Le grain passé on rince et l'on fait sécher tout ce que l'on peut. Jean s'est particulièrement distingué par son esprit d’initiative. En attendant que tout soit sec il nous reste, pour la nuit, les cabines avant et tribord. La mer et le vent se calment un peu dans la nuit pour un alizé plus maniable.

 

 

 

Le 09/12/2014. La matinée commence superbe avec un vent modéré, On passe en TU-3 pour les apéros, les repas et les quarts On envoie le spi lourd qui nous tire bien , mais cela ne dure qu'un déjeuner de soleil. Notre vitesse tombe à moins de 4 nœuds alors on met le moteur qui cale dès que l'on embraye, avec quelque coups de marche arrière, tout semble rentrer dans l'ordre .ça va aussi recharger les batteries et faire fonctionner le dessalinisateur. Pour le déjeuner en terrasse une jolie brise s'installe et l'on tangonne le génois. L'après-midi vent très variable on passe à côté de quelques grains vent variant en direction de NNE NE ENE E à ESE et en force de 3 à 5. Lors d'un empannage par petite brise, la fixation de la poulie bâbord du frein de bôme à la cadène lâche et déchire un peu la capote.  

 

La nuit est extrêmement paisible mais on ne dépasse pas les 5 nœuds.

 

Le 10/12/2014. La nuit a été douce mais lente. On a passé le point des 1000 miles de toutes terres sauf Guyane à 900 miles. Très beau temps dès le petit matin. On traverse une zone où il y a beaucoup d'algues qui perturbent les lignes à la traîne. On envoie le Spi que l'on va garder 8h. Nuit pas tranquille ! A la fin du quart de François et Jean-Christian, 4h TU. Probablement suite à un empannage le pontet supportant le frein de bôme et la dernière poulie de la grande écoute casse. Le vent est monté jusqu'à 25 nœuds selon la trace ScanNav, et il y avait une alarme batterie basse quand je me suis levé et le panneau de pont du carré pas fermé. J'ai remis le frein de bôme sur un autre pontet et c'est reparti. Puis succession de grains très humides (Eau chaude) avec vent variable 10 à 20 nœuds.

 

 

 

Le 11/12/2014. Après la nuit pas tranquille et la période pluvieuse du petit matin. Fou de Bassan Un couple de Fou de Bassan (ou Puffin) nous rend visite. La journée a été plutôt belle et calme. Déjeuner en terrasse toujours confectionné avec maestro par Jean-Christian. On envoie le Spi après le déjeuner et on ne le rentrera que juste avant qu'il ne fasse nuit : P2545  François adore prolonger au maximum le temps de spi qu’importe qu'il fasse nuit pour remettre en ordre et renvoyer le génois de nuit : on a eu par 2 fois des trucs qui ont cafouillé par la suite. Dîner au confit de canard . La soirée se termine avec un petit verre de bon Rhum Vénézuélien que François avait apporté de Paris. En allant prendre l'air dans le cockpit, à cause des mouvements du bateau et du rhum, François, en perdant l'équilibre casse la tourelle du compas bâbord en tombant dessus. Nuit tranquille quoique le bateau bouge pas mal. Petite molle dans la nuit et grain de pluie.

 

 

 

Le 12/12/2014 : C'est la plus belle journée que nous avons eu depuis le départ de Mindelo. Soleil, chaleur très peu de nuage juste quelques petits cumulus de beau temps. Dans la matinée nous croisons un petit pétrolier à quelques milles seulement. Nous portons le spi pendant près de 8h cela nous sauvera peut-être d'une journée catastrophique en terme de distance parcourue. On a déployé le bimini pour nous éviter de rôtir au soleil des tropiques. Dans la nuit François a aperçu des feux de navigation qui pourraient-être ceux d'un voilier.

 

 

 

Le 13/12/2014 : Journée encore plus belle qu'hier : encore plus de soleil de chaleur et pas un pet de vent malheureusement. 100% moteur alors on reconstitue les réserves d'eau avec le dessalinisateur. Croisons un banc de petits dauphins gris et joueurs. Si il n'y avait la houle nous pourrions nous croire en méditerranée l'été. On s'est arrêté en roulant tout pour un bain dans la piscine, l'eau y est délicieuse un peu salée serte. Les prévisions pour les jours à venir sont alarmantes par le manque de vent. On a déjà réduit la vitesse du moteur à 1300 rpm pour consommer le moins possible. L'AIS commence à détecter d'autres bateaux on a même vu une voile.

 

 

 

Le 14/12/2014 : On passe l'heure locale à bord en TU-4, l'heure des Antilles ! On se sent presque déjà arrivés bien que la journée d'hier ait été la plus faible en distance à égalité avec le premier jour au départ de Mindelo. Le vent sort un peu de sa torpeur ce matin SE ou SSE donc assez sur le travers . On envoie le Spi asymétrique qui nous propulse vers les 5-6 nœuds d'abord et quelque fois à plus de 7 , cette petite brise par le travers et le spi asymétrique s'accordent parfaitement, on marche fort bien. Pourvu que ça dure ! Nos pêcheurs sont toujours à l'ouvrage, ils ont consommé beaucoup de leurres et presque tous les émerillons du bord. Je leur vends les miens à prix d'or. Le vent tombe dans la soirée mais avec des hauts et des bas on garde le spi asymétrique toute la nuit et l'on aligne les miles très tranquillement. La fine équipe en pleine activité

 

Journée du 15 décembre et matinée du 16 (quatorzième jour) :

 

Le vent est bien mou dès l'aube, un peu de moteur, à 1300rpm, lorsque la vitesse du bateau descend au dessous de 3 nœuds. Presque tout le monde fait ses ablutions à la façon de Jean (à grand renfort de seau d'eau de mer sur la plage arrière). On a gardé le spi asymétrique toute la nuit sans faire d’excès de vitesse, c'est toujours ça de gagner en gas-oil. On maintien une vitesse à plus ou moins 4 nœuds toute la journée avec quelques pointes 5. On à l’œil rivé sur la jauge à gas-oil, avec la nourrice il nous reste moins de 40 litres. Et ce matin c'est pétole !

 

Journée du 16 décembre et matinée du 17 (Quinzième jour) :

 

C'est pétole de chez pétole depuis 2h30 TU on marche au moteur avec maximum 4-5 nœuds de vent. La mer est d'huile avec la légère ondulation de la houle. Pause bain de 45mn avant de déjeuner en terrasse. Il fait une chaleur écrasante heureusement nous avons le bimini et la piscine. Une petite alouette de mer nous rend visite. Déjeuner en terrasse et une nouvelle pause bain en milieux d'après-midi pour reposer le moteur et enlever les algues du saildrive et de l'hélice. Encore un beau coucher de soleil. Une petite brise se lève avec la nuit, mais nous laisse choir au cours de la nuit. Moteur depuis plus de 24h. Pour économiser le gas-oil on baisse le régime du moteur à 1100 tours en espérant faire moins d'un litre à l'heure

 

Journée du 17 décembre et matinée du 18 (Seizième jour) :

 

La pétole continue de plus belle, le spi asymétrique faseille lamentablement, on continue au moteur à 1000 tours. La jauge de gas-oil redescend à zéro bien qu'on ait mis les 20 litres de la nourrice hier.

 

On fini par couper le moteur et attendre la risée. Cela ne sert à rien d'aller jusqu'à la panne il vaut mieux garder le peu qui reste pour faire un peu d'électricité si nécessaire et la manœuvre de port. P2601C  On bouchonne tout l'après-midi. On coupe le réfrigérateur et on barre à la main pour aussi économiser l’électricité. Par ailleurs on s'offre aussi deux bons bains (aussi pour enlever les algues qui s'accrochent au saildrive, l'hélice et le safran). Enfin une légère brise nous accompagne toute la nuit, nous permettant d'avancer entre 2,5 et 3 nœuds. A cette vitesse on a rrive dans la nuit du 18 au 19. La prévision du routeur nous donne un peu de vent demain mais il nous pronostiquait 8-10 nœuds aujourd'hui. La brise est revenue, si ça se maintient on est à Pointe à Pitre ce soir ! 

 

Enfin nous sommes arrivés à pointe à Pitre le 18/12/2014 à 00h TU soit 21h locale. Soit après 16j et 12h de traversée. En finissant par un record de lenteur 3,7 nœuds de moyenne pour les dernières 24h et quelques belles averses dont les tropiques ont le secret. 

 

Marie Françoise et Netty nous ont accueilli sur le Ponton avec un Ti-Punch revigorant, et pour terminer par un banquet : Jean-Christian et Jean nous ont tous emmenés au restaurant de la route du Rhum pour un repas Créole.

 

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...