Le retour par le Cap de Bonne Espérance d'Est en Ouest

1379 lectures / 4 contributions / 0 nouveau(x)
Hors ligne
Inscrit forum
Le retour par le Cap de Bonne Espérance d'Est en Ouest
sujet n°88659
{DT_ID=3382}
Hors ligne
Lagoon 420 (Catamaran)
Membre cotisant
Cotisant depuis 2004
réponse n°130319




Bonjour.

En septembre 2008, nous avons choisis la route par le cap Bonne Espérance plutôt que par le canal de Suez, pour revenir des Seychelles vers les Antilles.

Notre bateau est un catamaran Bahia 46, nous étions un peu anxieux pour la navigation le long des côtes d’Afrique du sud, celle-ci s’est bien passée en jouant à cache-cache avec trois dépressions lors de nos escales d’attente dans les ports de Richard’bay, Durban, Est London, Port Elisabeth et Cape town. Nous ne nous sommes jamais sentis en danger, malgré des vents de 40 à 50 nœuds de trois quart arrière. Il faut dire que nous avons jamais trouvé le fameux courant des aiguilles.

La surprise désagréable vint du canal du Mozambique ou nous avons subis deux dépressions sévères de 35 à 45 nœuds de sud sud-est, c'est-à-dire juste dans le nez et portant vers les côtes du Mozambique qui sont très inhospitalières.

Nous avons eu une dernière dépression (la 6 éme), deux jours après notre départ de Capetown en direction de Sainte Hélène. Elle était prévue et ne nous a posée aucun problème, sûrement l’habitude.

Notes techniques : Dans les coups de vent au plus près, notre catamaran avec trois ris dans la grand-voile et un foc lourd roulé à environ 5 m², avançait trop vite (9à 10 nœuds) dans une mer grosse et courte. Les vagues, plus les deux vagues d’étraves, tapaient beaucoup sous la nacelle. Nous avons réussis à ralentir le bateau en débordant le chariot de grand-voile au maximum et en bordant l’écoute de grand-voile au maximum pour quelle ne faseille pas. La vitesse est alors descendu à 2 à 4 nœuds. Ce qui était presque confortable.

Au vent arrière ou au grand largue, la mer et la vitesse posent moins de problèmes le bateau ne tape presque plus et les vagues ne déferlent pas sur le pont, car le bateau soulage, (le Bahia à des coques arrières très larges).

Amicalement.

Alain.


Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°130902

Question posée en direct sur mon mail: Le Passage d'Ouest en Est

"Bonjour Francis, je te remercie pour ton article. En fait je pensais plus à  passer Bonne Espérance d'Ouest en Est. Je crois me souvenir que Moitessier avait pris très au large du Cap pour éviter une mer croisée et récupérer le courant d'Ouest (mais tu sembles bien connaïtre les courants à  proximité du continent Africain. Penses-tu que l'option Ouest-Est près des côtes soit raisonnable même à  l'été austral? Philippe"

Réponse

La précédente route Est/Ouest était envisagée comme une alternative au passage par le canal de suez sur la route du retour.
Mais le Cap se passe également d'Ouest en Est. C'est la route du Vendée Globe et c'était la route traditionnelle des épices et du thé. Sur nos voiliers on passera de préférence au large du cap pour déborder le plateau continental (plateau d'agulhas) qui déborde l'Afrique du Sud d'environ 150 miles. On sera alors proche des 40° dits "rugissants" et dans la longue houle qui ceinture le globe à cette latitude, mais à ce niveau les courants portent à l'est. En réalité dans ce coin, la situation la plus difficile que l'on puisse rencontrer est un coup de vent d'ouest sur le plateau d'agulhas. On a alors la configuration, vent contre courant sur le plateau continental. Il est alors difficile de passer dans les deux sens. Dans ce cas précis, ceux qui passent d'Est en Ouest ont intérêt à se rapprocher de la côte et ceux qui vont dans l'autre sens à passer très au large.
Le meilleur moment est toujours l'été austral (Décembre à Février). L'option de Moitessier: Ouest/Est, je passe au large, on n'en sera pas surpris, est la meilleure.

Francis GINIAUX

Hors ligne
FIRST 32S5
Inscrit forum
réponse n°135223

J'ai passé il y a quelques années le Cap des Aiguilles, venat de Capetown et allant vers le canal du Mozambique, ceci en plein hiver austral. C'était sans doute quelque part de la folie, mais en plus de notre inconscience à entreprendre ce périple, le skipper était fou ! (je pèse mes mots, il aurait réellement nécessité des soins médicaux).

Pourtant, la vérité m'oblige à dire que cela n'a pas été si terrible qu'on pourrait le croire à en lire les différentes contributions du forum.
Contrairement à ce qui doit être généralement le cas, nous avons eu peu de vents d'ouest, en tous cas presque pas de forts vents venant de l'ouest mais par contre quelques bons coups de tabac avec des vents de secteurs nord à nord-est.

Quant au fameux courant des Aiguilles, nous ne l'avons rencontré qu'au Nord de Durban sans toutefois jamais atteindre les 6 ou 7 noeuds qu'on pouvait craindre. Pour l'éviter, nous n'avons pas effectué une navigation au ras de la côte, mais au contraire avons traversé directement vers Madagascar. Après 17 h de navigation, le courant s'est estompé et nous avons repris notre route vers Mayotte.

Nous avons certainement eu beaucoup de chance (d'ailleurs cette année-là il faisait aanormalement 26 degrés au Cap en juillet !), mais je voulais juste mettre l'accent sur le fait que le Cap de Bonne Espérance et la la côte est de l'Afrique ne sont pas toujours infréquentables.

Ce qui est par contre incontestable, ce sont les grandes distances sans abri entre Port Elisabeth-East London-Richard Bay etc, la côte étant toujours particulièrement inhospitalière.

Périple à n'entreprendre qu'avec un bon bateau, un bon équipage (pas comme nous), ou alors avoir une grande chance (comme nous) !

Le site de la Grande Croisière...