skipper

2606 lectures / 3 contributions / 0 nouveau(x)
Anonyme (non vérifié)
skipper
sujet n°84387
Bonjour à tous, Je m'appel Michael, j'habite à Lausanne (suisse). Je m'y connais pas vraiment en voile. Mais je viens de finir ma formation et j'aimerais après plusieurs expérience en tant que tourriste dans la voile en faire mon métier. J'aimerais pouvoir organiser différente croisières pour des groupes. Je commence donc à m'informer sur le protocole à suivre. Mais cela reste très compliqué à comprendre. Pouvez-vous m'aider ? J'aimerais faire un BPPV, mais il existe plusieurs critères avant de pouvoir entrer dans un lycée qui donne ces cours (certain nombres de miles au compteur, etc... ) Alors comment faire pour quelqu'un qui n'a pas fais encore à proprement parlé de la voile ? Comment comptent-ils ces miles ? Es-ce que faire du bateau en privé comptent pour des miles, etc ?! En gros comment débuter la formation ?! Merci beaucoup d'avance de votre aide et patience !
Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°113432

Bonjour,
J'ai passé mon BPPV en 2002 et l'ai eu.
Cela n'a pas été simple. Déjà effectivement, rien que pour arriver à connaitre le parcours, il faut s'accrocher.
Voila ce que j'ai fait :
Permis cotier, Permis hauturier, 5 mois de stage aux Glénans, un monitorat, 1 mois d'encadrement comme moniteur au glénans,
un Certificat d'initiation Nautique (2 mois) en lycée Maritime, puis enfin grace à tout ce qui précède, admission en formation BPPV
de 6 mois en lycée maritime, puis obtention du BPPV. Je passe quelques diplômes secondaires obligatoires comme le Certificat
Restreint de Radiotéléphoniste, une formation médicale, une formation incendie, etc..
En tout 1 an de formation qui coûte cher en tant et en argent.
Le métier de skipper est aléatoire, et peu rémunéré. Beaucoup sont ceux qui n'arrivent pas à vivre de cette activité par
manque de contrats. De plus, il faut oublier sa vie de famille ou faire ce métier pour une courte durée.
Toutes ces difficultés font qu'il faut bien réfléchir avant de s'engager dans une formation difficile et contraignante.
A ma connaissance, sur 14 PPV de ma section, seul 3 ou 4 exercent réellement encore le métier.
De plus la difficulté administrative de se lancer dans du charter est rédibitoire pour la plupart des candidats (obligation d'avoir un
bateau en NUC, déclaration compliquée aux AFMAR, enrôlement, obligation de passer par un afraîteur, etc...).
Toutes ces complications induisent forcément du skipage au black.

Pour ma part, c'est tellement compliqué, que je navigue plus que bénévollement en tant que moniteur aux Glénans et à l'UCPA.
J'ai heureusement un autre métier à plein temps.

A vous de voir !

Hors ligne
CATANA 40
Inscrit forum
réponse n°113434

bjr , je confirme , je suis apres bien des galeres dans la voile pro "capitaine " plaisance sur motor yacht , tres peu de boulot
correct dans la voile , mal payer , par contre si tu veux pendant qq temps t amuser a voyager , en vivotant pourqupoi pas ,
dans le motor yacht mieux payer mais comme en voile beaucoup trop de monde maintemant sur le marché
pascal

Le site de la Grande Croisière...