projet de réseau NMEA 183

673 lectures / 5 contributions / 0 nouveau(x)
Hors ligne
Feeling 1090 3 cab avec roof en Sifflet
Inscrit forum
projet de réseau NMEA 183
sujet n°99297
Bonjour,
Après avoir mis le petit doigt dans le cambouis à l'occasion du raccordement AIS à Opencpn (miracle, ça marche!) je me dis que je pourrais aller plus loin...

actuellement:
1. mini-pc faible conso avec opencpn avec gps bu-353 sur port gps via usb
2. vhf RT550 AIS (qui reçoit gps GP32) sur port ais de opencpn via convertisseur série-usb (RS232)
3. navman DEPTH 3100 + SPEED 3100 + WIND 3150 à l'extérieur avec pb d'affichage chronique par temps frais et humide
4. navman REPEAT à la table à carte par bus avec les 3 instruments (sans pb d'affichage)

mon projet:
5. laisser 1., 3. et 4. tel quel, pour pouvoir éteindre vhf et GP32 pour économie d'énergie - et conserver GP32 avec VHF si pb pc
6. recevoir les 3 instruments (vent, sondeur et vitesse surface) sur opencpn et son dashboard (ou un autre tableau de bord si nécessaire)
7. installer une tablette bon marché à la barre (support et protection) comme écran déporté pour les approches, ports et mouillages

moyens envisagés:
8. un multiplexeur NMEAMUX-AIS
9. qui écoute les 3 instruments sur ses 3 ports IN 4800
10. qui écoute VHF-AIS sur son port IN 38400
11. qui parle au pilote via son port OUT RS422
12. qui communique avec opencpn via RS232 sur port AIS (shared) (faut-il un émulateur de port vpse ou pas nécessaire?)
13. wifi ad'hoc entre mini-pc et tablette de cockpit.

En quoi cela est-il encore incorrect, incohérent, améliorable?
merci d'avance
Roland W.
Hors ligne
PRINCESS 33
Inscrit forum
réponse n°186338

 tout cela me semble correct, sur le plan technique.

Mais couper la VHF en navigation, c'est :
- ne pas recevoir les éventuels messages d'urgence du CROSS, et donc faire fi de la solidarité maritime
- ne pas recevoir non plus un éventuel BMS en cas de détérioration de la météo

Tout cela pour économiser une très faible consommation : celle de la VHF en écoute ; c'est en émission que la VHF consomme (jusqu'à 20 W), mais c'est tellement bref que c'est peanuts vis à vis d'un PA ou d'un frigo.

Je crains qu'en coupant la VHF le gain ne soit pas mesurable vis à vis de la consommation totale

Hors ligne
Feeling 1090 3 cab avec roof en Sifflet
Inscrit forum
réponse n°186342
Danielloui a écrit :
... Mais couper la VHF en navigation, c'est ... Je crains qu'en coupant la VHF le gain ne soit pas mesurable vis à vis de la consommation totale

Ta remarque me parle bien. Mais derrière la VHF , si on veut avoir ASN et AIS, il y a également le GPS. GP32 de Furuno est donné pour peu gourmand. Mais il consommera tout de même plus que le bu-353 en USB sur le PC. Mais on ne peut pas tout avoir.
Je pourrais opter pour l'utilisation systématique du GPS GP32 via l'AIS de la VHF, et configurer sur OpenCpn l'écoute du GPS via le port AIS partagé, et ainsi libérer le port dédié au GPS, et également libérer une prise USB sur le mini-pc (et garder le bu-353 en cas de panne de l'ensemble VHF-GP32).
Cela me fait constater que je suis encore dans le flou concernant la gestion par OpenCpn des signaux NMEA provenant des instruments (wind, speed, depth):
Si on utilise un multiplexeur, OpenCpn saura-t-il gérer l'ensemble des infos NMEA qui sortent du multiplexeur par son OUT RS232/USB?
OpenCpn saura-t-il afficher dans le dashboard les données des instruments?
Par un seul et même port (AIS partagé)?
Ou en utilisant également le premier port (normalement dédié au GPS)?
Ou encore en utilisant un émulateur de port (vpse)?
Ou faudra-t-il pour les infos instruments un afficheur type PolarCom? Et pour cela faudra-t-il un émulateur de port vpse?

Je lance pour ces questions un autre sujet, dans le forum adéquat:


http://www.stw.fr/forumstw/quest_answers.cfm?quest_id=39442&topic_id=169&st_row=1

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°186384

avec un mux tu peux filtrer ce que tu veux et envoyer les phrases qui t'interessent pour les envoyer sur un port (virtuel) qu'OpenCPN saura interpréter.
Ca dépend du MUX, mais le MUX de la marque neo-zélandaise dont j'ai oublié le nom le fait très bien.
Par contre, ce qui me gêne fortement c'est de diriger  le pilote à partir d'openCPN ... en fait à partir d'un ordi qui interprête des données filtrées etc... que d'intermédiaires et de possibilité d'erreur.
Pourquoi ne pas envoyer directement le GPS (waypoints) sur le pilote (au moteur ou sous vent constant) ? ou mettre le pilote sur l'option girouette, à la mano après avoir vérifier que le bateau était bien équilibré ?
Sinon, la navigation "virtual regatta" ça défonse les voiles, bouzille les drosses de barre et peut même conduire au dématâge si on devient vraiment pire que pire.
Je dis ça sans animosté et je suis bien convaincu qu'avoir toutes les infos pour faire le bon choix c'est parfait, mais de là à naviguer comme la "marchande", j'ai l'impression qu'on a oublié un paramètre essentiel qui fait mon bonheur : la liberté du vent de faire comme il veut et la remise en question permanente de nos décisions pour en tirer le meilleur parti.

Inscrit forum
réponse n°186389

Bonjour
Je me pose la question de l’intérêt de surcharger OpenCPN, avec des interfaces du programme de navigation (sondeur, speedo, anémomètre).
OpenCPN a déjà bien du mal à répondre à la demande basique de la lecture de carte, des routes, de la trace et de l’AIS. Il me semble plus simple, et plus sécurisant de le dédier à ces tâches, pour les quelles il est fait.
Hors utilisation sportive, les indications de l’anémomètre sont anecdotiques, le speedo est dans la plus part des cas très mal réglé, seul le sondeur offre de l’intérêt, et la place du sondeur est dans le cockpit, avec éventuellement un répétiteur sur la table à carte…
C’est simple et çà marche…
J’ai vu les fils sur H&O…. Cà donne le vertige… belle usine à gaz… Ceci dit sans méchanceté, bien sûr
Cordialement
L’un d’entre eux…

Le site de la Grande Croisière...