Le Swan avait-il le temps de corriger sa trajectoire

1756 lectures / 31 contributions / 0 nouveau(x)
Hors ligne
Inscrit forum
Le Swan avait-il le temps de corriger sa trajectoire
sujet n°112376
Bonjour,
Prendre tous les jours des gribs à 5, 6 jours c'est bien.
Malheureusement avec un Iridium on ne peut recevoir que des petits fichiers.
Donc à 5, 6 jours il faut cibler une zone assez grande certes avec un faible définition, et les fichiers peuvent devenir trop gros. Dans ce cas la messagerie est bloquée et il faut demander à l'assistance client de votre fournisseur de la débloquer.
Donc le problème des gribs en mer n'a rien à voir avec celui de charger des gribs chez soit.
Pour se dégager de la dépression qui arrivait il fallait la voir venir et disposer de suffisamment de temps pour s'en éloigner.
Il n'est pas sur qu'ils aient eu tout cela ?
Hors ligne
SLOOP AMATEUR CP
Inscrit forum
réponse n°256998

Un récepteur BLU ( qui est obligatoire à bord) + une tablette Ipad ou iphone (certainement plusieurs à bord)+ le programme weatherfax qui coute dans les 4 euros est qui est une merveille permet déjà de tirer des carte météo avec prévision 96h.

En 1991-4 pour mon tour du monde j'avais déjà un système similaire (ICS).
Cela m'a permis de bien gérer la route et surtout de bien préparer le bateau pour le temps à venir ( fermeture des vannes, plancher, prépares des aliments pour les jours de castagne.)
De porter toute la toile la nuit sachant que rien de mauvais n'arrive.
D'anticiper les vents forts par exemple faire du près lorsque c'est encore calme pour avoir le vent frais plus au portant.
De faire 6 h de moteur pour arriver à la Horta avant le coup de vent d'Est par exemple.

J'ai aussi mis le mât dans l'eau à une époque ou les prévisions se trompaient régulièrement et ou, pour l'Afrique du sud, il n'y avait pas de cartes de prévision.
1ère fois entre la Ciotat et Minorque, partis sur un petit bateau de 9m sur une queue de mistral 5 à 6 devenant 10-11 Bf ! le 31juillet 1977. Mon frère s'était retrouvé le harnais décroché, les pieds en dehors du bateau et à la hauteur du mât !

La 2ème fois avec mon bateau actuel de 12m entre la Réunion et l'Afrique du sud, le 8-9 novembre. 1994.
J'avais tellement crispé et angoissé que j'ai du gérer ma respiration et j'ai tellement serré les dents que j'ai eu mal à la mâchoire durant 1 semaine!
Dans ce coup de vent il y avait aussi 2 bateaux américains John et Christine sur "MEW" ainsi que Harry sur "Idle queen" voir lien
Harry a écrit un livre de ses 2 tours du monde en solitaire, le 1er à 77 ans le 2ème à 84 ans ce qui fait un record... il il relate ce coup de vent comme le seul problème de ces 2 tours du monde.

Lorsque un coup de vent se termine c'est une libération, tout semble calme, et pourtant on sors l'anémomètre et il y a encore 30 n?uds !
Comme quoi tout est relatif.

Mais je n'aimerais quand même pas prendre l'habitude de mettre le mât dans l'eau !

En lien: le livre de Harry
+ weatherfax pour Ipad et IPhone

Alors bon vent et pas trop fort !!
Roger

http://harryheckel.com/tag/idle-queen/

http://www.blackcatsystems.com/ipad/iPad_HF_FAX_Weather_Fax_App.html

Hors ligne
VOYAGE 12.50
Inscrit forum
réponse n°257002
Edualc a écrit :
Bonjour,
Prendre tous les jours des gribs à 5, 6 jours c'est bien.
Malheureusement avec un Iridium on ne peut recevoir que des petits fichiers.
Donc à 5, 6 jours il faut cibler une zone assez grande certes avec un faible définition, et les fichiers peuvent devenir trop gros. Dans ce cas la messagerie est bloquée et il faut demander à l'assistance client de votre fournisseur de la débloquer.
Donc le problème des gribs en mer n'a rien à voir avec celui de charger des gribs chez soit.
Pour se dégager de la dépression qui arrivait il fallait la voir venir et disposer de suffisamment de temps pour s'en éloigner.
Il n'est pas sur qu'ils aient eu tout cela ?

 Bonjour

Si pour Iridium, 121 ko n'est pas un fichier trop lourd, voici ce que l'on peut traiter avec OpenCPN, sur 10 jours pour l'atlantique nord, avec une précision de 2°, et deux prévisions par jour.

On peut diminuer le volume avec 5 jours de prévision, et çà peut se panacher. l'intérêt n'est pas de souscrire une météo pré mâchée, mais, de suivre en historique et valider les prévisions GFS/NOAA.

C'est la concordance de l'historique qui valide les prévisions...

Ceci dit, tant vaut l'homme, tant vaut le bateau. la prudence est peut être de se faire router... c'est un métier

Michel Perso et non dico, bien sûr...

Hors ligne
SUNSHINE 36 GTE
Inscrit forum
réponse n°257013

Pour 15 Ko, vous avez ça (affiché avec Opencpn)
Prévision à 96 h.
Il y a même l'évolution ultérieure (les flèches)

Existe aussi à 48 h (même taille)

Chercher saildocs et PWAM99.TIFF, vous aurez toute la procédure...

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°257016
Pytheas54 a écrit :
Pour 15 Ko, vous avez ça (affiché avec Opencpn)
Prévision à 96 h.
Il y a même l'évolution ultérieure (les flèches)

Existe aussi à 48 h (même taille)

Chercher saildocs et PWAM99.TIFF, vous aurez toute la procédure...

Merci de cette proposition.
Avec Saidocs je ne demande que les fichiers gribs. Je vais essayer d'obtenir le fichier des iso barres. 
La taille 15 ko me semble être la limite.
N'ayant pas fait de grandes navigations (uniquement des transats dans le sens facile) je me contentais d'une petite zone et cela me suffisait vu le contexte.

Anonyme (non vérifié)
réponse n°257018
Edualc a écrit :
Bonjour,
Prendre tous les jours des gribs à 5, 6 jours c'est bien.
Malheureusement avec un Iridium on ne peut recevoir que des petits fichiers.
Donc à 5, 6 jours il faut cibler une zone assez grande certes avec un faible définition, et les fichiers peuvent devenir trop gros. Dans ce cas la messagerie est bloquée et il faut demander à l'assistance client de votre fournisseur de la débloquer.
Donc le problème des gribs en mer n'a rien à voir avec celui de charger des gribs chez soit.
Pour se dégager de la dépression qui arrivait il fallait la voir venir et disposer de suffisamment de temps pour s'en éloigner.
Il n'est pas sur qu'ils aient eu tout cela ?

 Les 2 questions qui restent pendantes sont de savoir
- si la météo est assez précise
- et quelle vitesse necessaire pour fuir le danger annoncé.

Je crois que c'était la minitransat 2013 qui avait subi de lourdes avaries et pourtant, météo et vitesses étaient là.

Hors ligne
VOYAGE 12.50
Inscrit forum
réponse n°257022
Pytheas54 a écrit :
Pour 15 Ko, vous avez ça (affiché avec Opencpn)
Prévision à 96 h.
Il y a même l'évolution ultérieure (les flèches)

Existe aussi à 48 h (même taille)

Chercher saildocs et PWAM99.TIFF, vous aurez toute la procédure...

 Merci Pytheas54
J'ai retrouvé les sources que tu cites, et vais monter un dossier. C'est vrai que ça ne pèse pas lourd
Ceci dit on entre dans un monde d'expertise qui méritera un peu d'aide, pour l'interprétation, même basique des facsimilé... On compte un peu sur toi.. enfin si tu en as le temps
Michel.. 

Hors ligne
VOYAGE 12.50
Inscrit forum
réponse n°257024

 Voilà, c'est fait.

Vous trouverez l'origine du dossier à cette adresse: http://www.stw.fr/forumstw/quest_answers.cfm?quest_id=43442&st_row=1&rep_st_row=11&topic_id=22

Et le tutoriel que je viens de monter à celle ci : http://www.plaisance-pratique.com/Recevoir-un-fac-simile-MeteoFax

En fait, c'est devenue d'une simplicité étonnante. rest à savoir interpréter ces valeurs

Michel

Hors ligne
Nautitech 442 (Catamaran)
Membre cotisant
Cotisant depuis 2008
réponse n°257026

Pour moi aussi, merci à Pytheas54. Je dois dire que je n'ai même pas essayé de charger ces meteofax par iridium, tant je pensais qu'ils seraient hors gabarit. En grande traversée jusqu'ici, je fais 2 requêtes, l'une très large à basse définition pour 4 ou 5 jours, l'autre sur le parcours prévisible en 48h avec maille fine, soit 2 fichiers de 20 Ko environ, auxquels j'ajoute les bulletins large par requête à Meteofrance.
Le problème des meteofax, c'est qu'il n'y a qu'une carte à la fois pour une date donnée, donc pour une visibilité sur 3 ou 4 jours il faudrait en charger 3 ou 4 au moins... Et comme dit très justement, après il faut interpréter.
De toutes façons je ne renoncerai pas à mon routeur en traversée océanique.

Hors ligne
SUNSHINE 36 GTE
Inscrit forum
réponse n°257027

L'essentiel en 20 lignes ?
Objectif: On cherche à éviter les vents forts (et les mers croisées) des DEPRESSIONS
1 - Dans l'hémisphère nord
- Le vent tourne dans le sens des aiguilles d'une montre dans les ANTICYCLONES (A)
- Le vent tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre dans les DEPRESSIONS (L = Low)
(Pour l'hémisphère sud, c'est l'inverse)
2 - Le vent suit approximativement la courbure des isobares (plus précisement, il 'rentre' de 15° environ vers le centre des dépressions, et 'sort' de 15° dans les anticyclone). Cela donne sa direction. (dans l'exemple, le vent sera NNW, voir les flèches à barbules)
3 - Le vent est fonction de la distance entre deux isobares, mesurée perpendiculairement aux isobares, et de la latitude
Le plus simple est d'apprendre à superposer la carte météo à la carte affichée par OpenCpn.
Placer un waypoint sur la position estimée à la date et l'heure de la carte météo (dans l'exemple, la croix bleue), et noter la latitude
Utiliser l'outil de mesure pour mesurer cette distance (image 1)
Puis on cherche sur la table jointe la vitesse du vent surface en noeuds
Dans l'exemple, la distance est d'environ 82 milles et la latitude est d'environ 34 ° N
La table donne 35 N en interpolant à vue, ce qui correspond assez bien aux 40 N de la carte météo.
Pour les rafales 'ordinaires' de ces vents violents, prendre 25% de plus (44 N). Mais vous pouvez avoir une pointe 'rare' (disons toutes 2 ou 3 h) à 40%, environ 50 N pendant 1 à 2 secondes.

Plus la dépression est petite, plus le vent va tourner vite en direction quand elle passera sur une zone, et plus la mer sera croisée

PS 1
La formule mathématique (issue de la formule de Coriolis) pour un écartement de 4 hPa entre les isobares des cartes anglo-saxonnes facilement programmable sur une calculette ou un tableur

    vent surface en noeuds = (1/distance en milles)*(1623,8/sin(latitude))  pour 4 hPa
(attention si le calcul du sinus exige des radians, transformer latitude en (PI*Latitude/180) avec PI = 3,14159...
Pour les cartes françaises où l'écartement des isobares est de 5 hPa, remplacer 1623,8 par 2029,7
Si vous avez une carte météo papier, vous pouvez calculer l'écartement en vous souvenant que 1° = 60 Milles, et on utilisant la grille des latitudes et une règle ordinaire: si par exemple la grille de latitude est de 10° (= 600 M) pour 37 mm, un écartement de 5 mm correspond à 5*600/37 = 81 M (la bonne vieille règle de 3 !).

PS 2: Remarques concernant le calcul du vent surface, si d'aventure un spécialiste de la météo venait à lire ce post.
1 -  On dit souvent que les gribs sous-estiment les vents forts: par exemple Bernot, Metéo & Stratégie, corrections suggérées
6-10 nds: +2 nds
11-15 nds: +3 nds
16-25 nds: +5 nds
30-45 nds: +10 nds
Plusieurs explications de ce biais sont possibles:
- Les plaisanciers ont tendance à rapporter le vent apparent (donc avec la contribution de la vitesse du voilier)
- Les plaisanciers ont tendance à rapporter la vitesse des rafales, et le non le vent moyen sur 10 minutes !
- Les plaisanciers ont tendance à rapporter le vent à la hauteur de la girouette qui dépasse 10m, la hauteur standard
- Le calcul des isobares se fait sur une grille de 0,5° (= 55 km en latitude, 0,25° depuis peu seulement). On suppose donc que la variation de pression se fait de manière régulière sur cette distance, ce qui est loin d'être prouvé. Si cette variation n'est PAS régulière, le vent peut être plus fort dans la zone où la variation est la plus rapide.
2 - Pour le calcul du vent surface dans les dépressions, on doit utiliser le vent de gradient, qui dépend du rayon de courbure des isobares (= la distance au centre de la dépression). Le vent  de gradient est plus FAIBLE que le vent géostrophique dans les DEPRESSIONS, plus fort dans les anticyclones. Cette correction va à l'inverse de celle vue en (1) !!!
De plus, le calcul doit tenir compte de la densité de l'air qui dépend de la pression / température !
3 - Le vent surface doit tenir compte du coefficient de friction sur la surface de l'eau. Ce coefficient (théorique + empirique) varie en fonction de la turbulence de l'air, qui elle même dépend  principalement de la différence de températire entre le le vent et la température de l'eau.. Pour des tables / graphiques de corrections et des valeurs numériques, voir par exemple
http://www.metoffice.gov.uk/media/pdf/9/3/Source_Book_to_Forecasters_Ref...
https://www.wmo.int/pages/prog/amp/mmop/documents/WMO%20No%20702/WMO702.pdf
4 - On voit que le calcul précis de la vélocité (terme plus exact que vitesse) du vent à 10 m n'est pas une affaire simple.

5 - Les formules ci-dessus sont donc approximatives. Il s'agit du calcul du vent géostrophique pour une densité de 1,241 kg / m3, corrigé par un coefficient de friction de 0,7.
6 - De toute façon, depuis cette base imparfaite, on doit tenir compte de la vélocité des rafales
Pour le coefficient des rafales, voir
https://www.wmo.int/pages/prog/www/tcp/documents/Doc2.3_WindAveraging.pdf

Hors ligne
Plan Erik Lerouge 40 pieds (Catamaran)
Membre cotisant
Cotisant depuis 2010
réponse n°257029

Merci et bravo Michel !
Un probléme posé, des solutions proposées et hop, peu de temps après, un résumé avec tutoriel sur PTP !

Une question pour un début d'interprétation : je ne vois ni sur la photo mise en ligne par Pytheas, ni sur celles de PTP, l'échelle qui permet de calculer la force du vent en fonction de la lattitude et de l'espacement des isobares.
Dans mes souvenirs de jeunesse, il y avait une cartouche avec "Geobidule Wind Scale " sur chaque carte ; sans cela je ne sais pas m'en sortir ! La photo est-elle partielle ? aurai- je loupé une info ? Y-a-t-il un logiciel qui le fait ????

Gloups ! Pytheas est encore plus fort, le temps que je rédige ma question, il apporte la solution et la poste avant ma question ! J'ai l'air de quoi maintenant !

Hors ligne
SUNSHINE 36 GTE
Inscrit forum
réponse n°257031

Un peu de vocabulaire sur ces cartes américaines validées et annotées par un météorologue humain !!!!
Elles sont en projection MERCATOR
DSIPT = dissipating = en comblement
NEW: apparition d'un nouveau phénomène
STNRY = stationary = stationnaire
GALE = (fort) coup de vent (35 - 45 N)
STORM = Tempête (50 N et plus)
MERGED = deux phénomènes se fondant en un seul

symboles
front chaud : ligne avec (demi-)gouttes (de sueur !)
front froid: lignes avec les triangles (le froid qui pique !)
font occlus: gouttes et triangles alternés
flèches et croix: position actuelle et déplacement futur des dépressions (basses pressions)
flèches et croix dans un cercle: position acteulle et déplacement futur des anticyclones (hautes pressions)
(rappel pression moyenne 1013 hPa)
ligne de petits ronds: limite des glaces dérivantes

La force et la direction des vents sont indiqués pour les phénomènes dangereux.
Valeurs de pression, soit en entier (987, 1026) ou les deux derniers chiffres (87, 20)

Hors ligne
SUNSHINE 36 GTE
Inscrit forum
réponse n°257032
Didierc a écrit :
Merci et bravo Michel !
Un probléme posé, des solutions proposées et hop, peu de temps après, un résumé avec tutoriel sur PTP !

Une question pour un début d'interprétation : je ne vois ni sur la photo mise en ligne par Pytheas, ni sur celles de PTP, l'échelle qui permet de calculer la force du vent en fonction de la lattitude et de l'espacement des isobares.
Dans mes souvenirs de jeunesse, il y avait une cartouche avec "Geobidule Wind Scale " sur chaque carte ; sans cela je ne sais pas m'en sortir ! La photo est-elle partielle ? aurai- je loupé une info ? Y-a-t-il un logiciel qui le fait ????

Gloups ! Pytheas est encore plus fort, le temps que je rédige ma question, il apporte la solution et la poste avant ma question ! J'ai l'air de quoi maintenant !

De quelqu'un qui pose une BONNE question...
Le cartouche avec le vent géostrophique (PAS LE VENT SURFACE qui nous intéresse) est sur les excellentes cartes anglaise (Northwood en BLU). Pour avoir le vent surface, il faut multiplier par 0,7 (= prendre 70 %). Ce cartouche est assez malcommode à utiliser.
Un exemple
Ces cartes sont en Projection POLAIRE
OpenCpn peut également les afficher...Je crois que Michel(Yoruk) a fait un tuto sur ces affichages...


Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°257038

Après la théorie... en prenant l'exemple du titre du fil :

"Le Swan avait-il le temps de corriger sa trajectoire" ?

Qu'en dites-vous ?


Hors ligne
SUNSHINE 36 GTE
Inscrit forum
réponse n°257040
Hibiscus a écrit :
Après la théorie... en prenant l'exemple du titre du fil :

"Le Swan avait-il le temps de corriger sa trajectoire" ?

Qu'en dites-vous ?

Je ne veux pas m'engager sur cette question. Nous n'avons aucune idée précise de la position de ce voilier.
Sur une orthodromie depuis le N des Antilles et en supposant une distance de 500 M au SW des Açores le 6 à midi, et une progression de 150 M par jour, voici des position théoriques (triangle rouge à croix noire le 3, 4, 5, 6 à midi UTC et le 7 à 0h UTC)
Si en revanche on trace une orthodromie depuis les Bermudes (route souvent recommandée), il pouvait être au point marqué par le triangle jaune (mais cette position n'est pas vraiment au SW des Açores)
Les gribs donnaient la position et la force de cette dépression 7 jours avant, les cartes météo au moins 4 jours avant
Chacun peut tenter de répondre.
Avec un bateau de cette taille, je ne pas sûr que j'aurais réagi 4 jours avant... Mais 300 M plus au S, possibles en 2 jours) auraient certainement réduit la force du vent et la hauteur des vagues dans cette mer croisée. Suffisamment ?


Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°257041

En étant averti de la direction du déplacement de la dépression et de son creusement, s'arrêter peut-être, autrement dit se mettre à la cape dès  le début de la chute du baro, qui a dû être conséquente ?

Mais bien d'accord que prendre une décision 4 jours avant, c'est un peu hypothétique...

Hors ligne
VOYAGE 12.50
Inscrit forum
réponse n°257046
Hibiscus a écrit :
En étant averti de la direction du déplacement de la dépression et de son creusement, s'arrêter peut-être, autrement dit se mettre à la cape dès  le début de la chute du baro, qui a dû être conséquente ?

Mais bien d'accord que prendre une décision 4 jours avant, c'est un peu hypothétique...

 Tu sais... tant vaut l'homme, tant vaut le bateau... alors entamer ce genre de discussion, cà mène à la polémique bien trop souvent.

Ce qui me semble important c'est de pouvoir trouver l'infirmation, et de tenter son exploitation. On ne peut rien dire de plus. Ca a été écrit plus haut, mais, pour une transat retour, il semble prudent de se faire assister. C'est trop pointu pour la majorité d'entre nous.

@ Pyrheas54... Oui j'ai écrit quelque chose sur ces cartographies coniques, et c'était dans le cadre d'un des tuto OpenCPN... Mais, j'en ai écrit 4 ou 5 en fonction des versions... Et je ne retrouve plus cette option, qui n'est plus traitée dans l'excellente version 4.0... mais est ce bien important, au milieu de l'Atlantique, d'avoir ces facsimilé en lecture carto ??? Une lecture en affichage image est largement parlant. Surtout avec la qualité des définitions atteinte en fichier joint.

Autre chose, qui peut aider, et là j'ai retrouvé le lien. Pour interroger les gribs et lisibles sur OpenCPN, l'option de déplacement des zones de recherches offerte par la plugin Grib d'OpenCPN, économise sérieusement le poids des fichiers... A condition et je ne le sais pas, de pouvoir récupérer ces fichiers joints par E-mail et iridium

Pour le tuto sur les déplacement de grib : http://www.plaisance-pratique.com/opencpn-deplacement-de-zones-de

Cordialement
Michel

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°257051
Yörük a écrit :
Hibiscus a écrit :
En étant averti de la direction du déplacement de la dépression et de son creusement, s'arrêter peut-être, autrement dit se mettre à la cape dès  le début de la chute du baro, qui a dû être conséquente ?

Mais bien d'accord que prendre une décision 4 jours avant, c'est un peu hypothétique...

 Tu sais... tant vaut l'homme, tant vaut le bateau... alors entamer ce genre de discussion, cà mène à la polémique bien trop souvent.

Ce qui me semble important c'est de pouvoir trouver l'infirmation, et de tenter son exploitation. On ne peut rien dire de plus. Ca a été écrit plus haut, mais, pour une transat retour, il semble prudent de se faire assister. C'est trop pointu pour la majorité d'entre nous.

@ Pyrheas54... Oui j'ai écrit quelque chose sur ces cartographies coniques, et c'était dans le cadre d'un des tuto OpenCPN... Mais, j'en ai écrit 4 ou 5 en fonction des versions... Et je ne retrouve plus cette option, qui n'est plus traitée dans l'excellente version 4.0... mais est ce bien important, au milieu de l'Atlantique, d'avoir ces facsimilé en lecture carto ??? Une lecture en affichage image est largement parlant. Surtout avec la qualité des définitions atteinte en fichier joint.

Autre chose, qui peut aider, et là j'ai retrouvé le lien. Pour interroger les gribs et lisibles sur OpenCPN, l'option de déplacement des zones de recherches offerte par la plugin Grib d'OpenCPN, économise sérieusement le poids des fichiers... A condition et je ne le sais pas, de pouvoir récupérer ces fichiers joints par E-mail et iridium

Pour le tuto sur les déplacement de grib : http://www.plaisance-pratique.com/opencpn-deplacement-de-zones-de

Cordialement
Michel

 En oubliant le pb du swan et ne pas ouvrir une polémique sans intérêt le problème est toujours de savoir si avec un bateau qui avance en gros à 5 nds si on a le temps de se dégager lorsqu'une dépression se creuse rapidement ?

Pytheas donne une réponse intéressante : on peut toujours se dégager du gros de la dépression. Mais pour moi pas de 300M en deux jours. plutôt 250M. Mon bateau ne fait que 12m et c'est pas une flèche.

Sinon je partage le point de vue de Yorük. Quand il me faudra faire le retour des Antilles je ferais appel à un routeur car je ne suis pas assez expérimenté.

Hors ligne
VOYAGE 12.50
Inscrit forum
réponse n°257056
Pytheas54 a écrit :
 

.
Le cartouche avec le vent géostrophique (PAS LE VENT SURFACE qui nous intéresse) est sur les excellentes cartes anglaise (Northwood en BLU). Pour avoir le vent surface, il faut multiplier par 0,7 (= prendre 70 %). Ce cartouche est assez malcommode à utiliser.
Un exemple
Ces cartes sont en Projection CONIQUE

OpenCpn peut également les afficher...Je crois que Michel(Yoruk) a fait un tuto sur ces affichages...
 

 Ne pas mourir idiot !!! Je l'ai retrouvé

Cà a été traité mais très succinctement, dans la cadre des projections et non celui d'un type de cartographie, bien sûr.
Ces cartes établies avec ce type de projection, sont matérialisées dans la barre des carte d'OpenCPN, par un triangle incrusté. Ce seront fatalement des format kap, pour être lues par OpenCPN.

Pour plus détail sur ce type de projection:

Michel

Hors ligne
SUNSHINE 36 GTE
Inscrit forum
réponse n°257059
Yörük a écrit :
Pytheas54 a écrit :
 

.
Le cartouche avec le vent géostrophique (PAS LE VENT SURFACE qui nous intéresse) est sur les excellentes cartes anglaise (Northwood en BLU). Pour avoir le vent surface, il faut multiplier par 0,7 (= prendre 70 %). Ce cartouche est assez malcommode à utiliser.
Un exemple
Ces cartes sont en Projection POLAIRE

OpenCpn peut également les afficher...Je crois que Michel(Yoruk) a fait un tuto sur ces affichages...
 

 Ne pas mourir idiot !!! Je l'ai retrouvé

Cà a été traité mais très succinctement, dans la cadre des projections et non celui d'un type de cartographie, bien sûr.
Ces cartes établies avec ce type de projection, sont matérialisées dans la barre des carte d'OpenCPN, par un triangle incrusté. Ce seront fatalement des format kap, pour être lues par OpenCPN.

Pour plus détail sur ce type de projection:

Michel

Je ne crois pas Michel. J'ai fait un petit tuto sur l'affichage de ces images fax en projection POLAIRE (pas CONIQUE, comme je l'ai écrit par erreur)  avec le plugin WeatherFax (ici. en bas du fil)
Je croyais que tu l'avais repris, mais je me trompe peut-être

http://www.hisse-et-oh.com/forums/heo-clubs/messages/1662820-opencpn-4-0-recuperation-et-affichage-des-cartes-fax-meteo#reply_1664508

Hors ligne
- Pirogue 2 Places (Monocoque)
Inscrit forum
réponse n°257060
Yörük a écrit :
Pytheas54 a écrit :
 

.

 POUR ...... Ne pas mourir idiot !!! Je l'ai retrouvé  ...Buvez de l'ouzo   . C'est pour la rime et rien a faire . Pour le reste (la météo c'est zéro )

Michel

 

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°257061

Aucun désir d'ouvrir une polémique, je n'ai fait que rappeler le titre du fil...

Bien des bateaux ont fait la transat retour avant d'avoir la météo 24h/24 à bord.
On attendait la fin mai pour quitter les Antilles, on prenait le bulletin d'RFI sur les Ondes Courtes 1 fois/ jour, on surveillait son baro, de préférence enregistreur et on levait le nez !

A mon sens, tout le reste est superflu. Sauf qu'RFI ne donne plus la météo sur OC et c'est bien dommage.


Hors ligne
Lagoon 440
Membre cotisant couple
Adhérent couple depuis 2012
réponse n°257069

Ce que j'ai retenu du très bon cours météo de STW et comment je l'applique en TDM est résumé à l'url ci-dessous. Ce n'est pas un évangile, loin de là, mais un témoignage de comment nous sommes passés entre les gouttes jusqu'à aujourd'hui. Bien sûr, chacun voit midi à sa porte, en fonction de son programme, de son bateau et de son équipage. Bonne lecture.

http://sailingsalamander.blogspot.com/2015/04/meteo-en-tour-du-monde.html

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°257070

Bonjour à tous,

Lors de ma transat retour, j'ai utilisé mon récepteur BLU pour récupérer les fax météo et c'était vraiment bien. Ca m'a permis de voir arriver une dépression derrière moi et de dévier un peu vers le Sud la route que j'avais prévue pour n'avoir que du portant. J'étais déjà bien placée au départ par rapport à sa trajectoire car je n'aurais pas pu l'éviter mais c'était rassurant de savoir ce qui arrivait et comment j'étais placé par rapport à elle.

Puis, lors de l'approche des Açores, les fax météo m'ont permis de tracer une route permettant tant que faire se peut de limiter les calmes plats. Ainsi, j'ai pu arriver sans faire de moteur pratiquement alors que ceux qui sont passés plus au nord ou en ligne directe ont dû faire du cargo plein.

Le fait de pouvoir mettre le fax météo en calque sur opencpn m'a permis d'affiner ma route en mettant directement sur la carte marine et météo les points d'avancement estimés de mon bateau. J'ai pêut-être eu de la chance que les choses se passent comme je le prévoyais par rapport à mon analyse mais en tout cas, ça a marché.

J'avais aussi en double un irridium sur lequel je prenais des gribs mais je préférais largement les fax météo qui sont analysés par des prévisionistes et fournissent en plus la carte de la houle, des vagues, des cyclones quand c'est la période, ...

Je projette de repartir bientôt et j'aimerais savoir si comme c'est dit dans ce fil, il n'est plus possible de superposer les faxs météo dans opencpn version 4 ?

Bonne navs à tous,

Hors ligne
SUNSHINE 36 GTE
Inscrit forum
réponse n°257071
Lulle a écrit :
Ce que j'ai retenu du très bon cours météo de STW et comment je l'applique en TDM est résumé à l'url ci-dessous. Ce n'est pas un évangile, loin de là, mais un témoignage de comment nous sommes passés entre les gouttes jusqu'à aujourd'hui. Bien sûr, chacun voit midi à sa porte, en fonction de son programme, de son bateau et de son équipage. Bonne lecture.

1 - Bonne idée de ne prendre que les isobares en gribs, cela diminue largement la taille du fichier (868 OCTETS pour une requête unique 2°x2°), mais il manque les fronts! (image 1)

2 - Il existe des fichiers texte assez petits, les IACFleetCode, qui malheureusement, ne couvrent que
- l'Atlantique Est (3060 octets), en analyse; mais la prévision n'est que de 24 h (dispo avec OpenCpn et Zygrib) (image 2)
- L'Amérique du sud (et les Antilles) en analyse seulement (8 Ko) (dispo avec Opencpn)
- Le Pacifique, des Gambier à l'Australie, en analyse seulement (1376 octets) (dispo sur saildocs : Send fleet.nadi)
tous sont visualisable avec un plugin IACFleet d'OpenCpn


Hors ligne
SUNSHINE 36 GTE
Inscrit forum
réponse n°257072
Pytheas54 a écrit :

- L'Amérique du sud (et les Antilles) en analyse seulement (8 Ko) (dispo avec Opencpn)
- Le Pacifique, des Gambier à l'Australie, en analyse seulement (1376 octets) (dispo sur saildocs : Send fleet.nadi)
tous sont visualisable avec un plugin IACFleet d'OpenCpn

-  Amérique du S (image 1)
- Pacifique (image 2)


Hors ligne
SUNSHINE 36 GTE
Inscrit forum
réponse n°257073
SANDRINE a écrit :
Bonjour à tous,

Je projette de repartir bientôt et j'aimerais savoir si comme c'est dit dans ce fil, il n'est plus possible de superposer les faxs météo dans opencpn version 4 ?

Bonne navs à tous,

 Merci pour ce témoignage intéressant. Je suis heureux de voir qu'il existe des plaisanciers qui utilisent de vrais cartes météo (et pas seulement les gribs)
La superposition des fichiers météofax marche très bien avec Openpn 4. Un exemple au hasard


Hors ligne
VOYAGE 12.50
Inscrit forum
réponse n°257074
Pytheas54 a écrit :
Yörük a écrit :
Pytheas54 a écrit :
 

 

 

Je ne crois pas Michel. J'ai fait un petit tuto sur l'affichage de ces images fax en projection POLAIRE (pas CONIQUE, comme je l'ai écrit par erreur)  avec le plugin WeatherFax (ici. en bas du fil)
Je croyais que tu l'avais repris, mais je me trompe peut-être

 
Oui François, je m'en souviens

Al'époque j'avais galéré pour monter le plugin Ope,CPN, et j'avais finalement laissé filer.
 Je m'y recolle et vous tiens au courant

Michel

Hors ligne
JFA (Monocoque)
Inscrit forum
réponse n°257075

Bonjour,

Juste pour dire que j'en suis à ma 28e transat, dont 11 se sont effectuées sur le trajet Gdes Antilles (Rép Dom, Haïti ou Cuba)-Açores-Portugal en avril, parfois avec un début fin mars. Les premières avec une baignoire sur l'eau, vitesse moyenne de 3,5 noeuds !
J'ai disposé de Southbandtwo, la station de Herb et d'un weatherfax de Furuno qui amène au voilier des cartes isobariques, de situation et de prévisions, avec 3 stations d'écoute -Northwood, Hambourg et et les bulletins US par l'émetteur de Miami ou de Nlle Orléans.
La tactique a consisté à systématiquement jouer au yoyo, descentes et montées en latitude suivant les prévisions de passage des dépressions, sans trop se préoccuper de la virulence des dép. Certes, les transats n'étaient pas rapides. Par contre, jamais de situations limites. Mais on sait que parfois, la chance est avec nous. Ojala.
JCRF

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°257077

 salut à tous
la réponse à la question de ce fil peut être technique (et vous l'avez très bien fait) mais elle peut être aussi philosophique;
partant du fait qu'une dep se déplace grosso merdo à 20 25 nds, il n'y a réellement que les maxi qui peuvent à coup sûr lui échapper;
il est important de savoir analyser au mieux les conditions de vent et de mer voire de se faire aider par un routeur mais, forcément quand on prend la mer, un jour ou l'autre on en prend une et alors la réponse est un bateau et un equipage bien préparés pour;
et cette préparation primordiale ne se fait pas du jour au lendemain mais en etant plus que précis et minutieux;


Hors ligne
Lagoon 440
Membre cotisant couple
Adhérent couple depuis 2012
réponse n°257092

En complément à mon post plus haut, précisons que notre programme passe par les zones confortables à l'abri des surprises comme en voit sur une transat retour W en E. Le programme, c'est 99% de mouillages et 1% de traversées. Mes commentaires visent donc à garantir notre sécurité de notre "navigation statique". Les isobares me suffisent car il me disent s'il va se passer quelque chose et en cas de doute, je creuse et je décide si je reste ou si je fuis. Là où je suis (Polynésie), les fronts m'intéressent assez peu, seuls 2 paramètres m'intéressent: vent et houle. Le reste, qu'il fasse 29° ou 30°, qu'il pleuve 5 minutes ou 2 jours, ça n'a pas d'impact sur notre sécurité. En Med ou Atlantique retour, ce serait différent, c'est pourquoi j'adapte la source d'information au programme de nav. Par ailleurs, sur une traversée, je fais appel à un routeur pro. Mais encore une fois, ceci est un témoignage, pas une recommandation.

Le site de la Grande Croisière...