Bome à enrouleur

2244 lectures / 9 contributions / 0 nouveau(x)
Hors ligne
DUFOUR 365
Inscrit forum
Bome à enrouleur
sujet n°88291
Je dois remplacer ma grand voile classique mais je voudrais faire installer une bome à enrouleur de type PROFURL le voilier me le deconseille et me propose de remplacer le mât pour un mât à enrouleur.Quelqun a-t-il l'expérience de l'enrouleur de bôme et les côtés positifs et négatifs, Merci de vos réponses bien cordialement KIKI
Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°128489

Sur le plan de la physique, mât à enrouleur = poids dans le haut et bôme à enrouleur = poids dans le bas du haut, mais dans le haut quand même. Or quand on sait qu'un kg gagné dans le mât = 10 kg gagnés dans la quille, on peut se demander où est l'intérêt de ce système.
Autre avantage de la bôme, la posibilité d'utiliser une GV à lattes forcées.
Personnellement, mais ça n'engage que moi,  je resterai fidèle, tant qu'un système n'aura pas donné ses preuves en course, à la bonne vieille méthode de la  GV  bien coupée, avec 3 ris à prise rapide.

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°128501

La réponse que j'ai eu il y a assez longtemps d'un delta voiles normand (libre transcription ne respectant que le fond et dont la forme est oubliée depuis longtemps) :
"pour la croisière côtière, passe encore, mais envisager un TDM avec ce système c'est chercher les ennuis".

A l'époque je pensais équiper mon maracuja avec le tout nouveau système profurl à effet de fente (celui dont il est question je pense).
Etant conre les mats à enrouleurs pour raison de sécurité (on ne peut pas affaler si problème), j'avais sauté sur les systèmes de bôme à enrouleur. Leisure furl était totalement hors budget et profurl semblait abordable.
Après quelques dizaines de milliers de miles et de nombreuses rencontres : le système de bôme profurl est extremement sensible à l'angle formé par le mât et la bôme (je crois me souvenir qu'il doit faire exactement 89° et pas un de plus ou moins ?? à vérifier), mais il dépend aussi de la coupe de la voile ! La mise au point est donc difficile et la tenue dans le temps est aléatoire.  De plus, le vis de mulet  resiste mal (c'est le moins qu'on puisse dire) aux contraintes et de nombreuses ruptures ont été enregistrées.
J'ai rencontré des allemands en floride qui criaient au scandale et cherchaient à revendre le système après une traversée atlantique relativement calme mais où ils n'avaient pas pu utiliser l'enrouleur de bôme et avaient dû faire des oeillets de ris comme ils avaient pu dans la voile et bricoler un système avec un grand ris.
De nombreuses rencontres critiquaient le fonctionnement au portant, pratiquement inutilisable dès 18-20 noeuds apparents.
En fait, en offshore, tous les gens que j'ai rencontré avec ce système (plus d'une vingtaine) était mécontents et auraient préféré avoir un système traditionnel.
Dernièrement, un ami ayant équipé son cata de 51 pieds a eu les plus gros problèmes de réglages : la quête du mât n'était pas aux spécifications du constructeur et le jeu de ping pong à 3 a duré quelques très longs mois entre wichard (repreneur de profurl), alliaura marine (constructeur du cata et installateur du mât) et maréchal (fabricant du mât). Une solution a été trouvée. Tous les intervenants étant conscient qu"elle n'était que provisoire. Le représentant du SAV wichard, à l'époque, m'avait précisé que de nombreuses améliorations avaient été apportées (hale-bas rigide en série, enroulement, poids de la bôme, vis de mulet renforcé,...) mais qu'il restait encore beaucoup de problèmes qu'on ne pouvait résoudre qu'au cas par cas !
Pour comparer, j'ai rencontré certainement plus de personnes avec le système leisure furl - dont pas mal de nordiques habitués aux conditions plutôt musclées - et la plupart en était relativement satisfait.

Je ne remercierais jamais assez ce conseil donné généreusement et contre tout intérêt commercial par un professionnel qui connait bien la mer et ses exigences. Il m'a décidé à adopter défintivement un système à ris pour le transocéanique.

PS : en lien, un article succint de practical sailor sur les difféents enrouleur de bôme dont le profurl

http://www.practical-sailor.com/marine/boom-furling-systems.html

Hors ligne
Membre cotisant
Cotisant depuis 2007
réponse n°128508

 J'ai eu la malchance de devoir expérimenter une bôme à enrouleur Profurl entre Dakar et les Canaries : 14 jours de près serré dans 30 à 42 nœuds de vent (mais quelle idée, aussi, d'embarquer pour un telle route, impraticable en toute saison !). Bilan : catastrophique. Grand-voile informe, impossible à régler puisqu'on ne peut pas agir sur la bordure et qu'on ne peut pas non plus souquer le guindant car la mécanique est fragile. Et je pense que dans du petit temps ça aurait été pire, bien que moins inconfortable : on aurait eu un sac avec des plis partout. Et en plus le système s'est coincé à l'arrivée au port. Il a fallu tout affaler en catastrophe. A fuir !

Un bon système de prise de ris, avec 3 ou 4 ris bien étagés, voilà la solution.

Kaj
Hors ligne
AA
Inscrit forum
réponse n°128527

Vu a Leifkas en 2005 un voilier à l'arrêt gV haute toute une journée en attente d'un "dépanneur" car la GV ne voulait pas s'enrouler dans le mât. Heureusement vent faible.
Pareil à Leros en 2006 même problème.  Ca c'est le problème des mâts a enrouleur.

Sur le terre plein de Kalamata où nous sommes en ce moment traîne une bome dont personne ne veut. Une bome à enrouleur. Je connais le proprio, un Anglais, c'est la rage au coeur qu'il a dû se séparer de cet accessoire qu'il a jugé très dangereux. Il a du racheter une bome et une voile a ris normale.

c'est vraiment dommage car l'idée de la bome à enrouleur est séduisante. Comment faisait-on après guerre quand les voiliers étaient équipés d'un enrouleur de bome à manivelle ? Certains fonctionnent toujours, les propriétaires leur reprochent seulement de creuser la voile quand on l'enroule. Pourtant il me semble me souvenir qu'il existait des bomes à profil variable qui absorbait le creux en roulant.

A mon avis ça n'est pas fini et quand un navigateur (pas un commerçant/fabriquant)s'y mettra ce sera fiable. Pour l'instant on n'a que des théoricien mercantiles qui se sont penchés sur le problème, pas étonnant que ça ne soit pas fiable et très cher.


Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°130470
Niamai45 a écrit :
je vends ma bome a enrouleur profurl et tout le systeme pour racheter sytem classique tellement j en suis mecontent , si vous etes intéressé ! contactez moi

 Combien donnes-tu pour t'en débarrasser?

Anonyme (non vérifié)
réponse n°130486

Bonjour à tous,

Juste mon témoignage, j'ai utilisé de 1976 à 1986 mon voilier de l'époque un ketch de 12m équipé de bôme enrouleur sur la GV et l'artimon je n'ai jamais rencontré de problèmes.

Depuis 2 ans j'ai un autre ketch équipé d'enrouleur de mat ce système est plus facile à utilisé que la bôme enrouleur, plus de déplacements en pied de mat, réglage de la chute réglable à toutes positions de la voile et surtout possibilité de réglage de voile sans limites. Avec des ris lors que tous les ris sont pris plus de réglages possible avec voile sur enrouleur si il faut 2m2 de voile c'est possible si il faut 1m2 c'est possible aussi.

Je comprend les partisans de ris dans la voile mais à ce moment là allez jusqu'au bout de votre raisonnement et passez- vous de voiles d'avant sur enrouleur.

Pour ma part même si il est dit que des voiles sur enrouleur sont moins performantes, ce qui reste à prouver je suis convaincu que cette éventuelle perte de performance n'est rien par rapport à la facilité et au confort d'utilisation.

Pour finir la même polémique a existé au début des enrouleurs de génois aujourd'hui il est presque impensable de ne pas en avoir. Certains constructeurs livrent leurs bateaux avec des enrouleurs d'origine, voir même des enrouleurs électriques. Je ne citerais pas de marques mais elles sont bien connues, et si à ce jour tous les fabriquants ne le fonts pas c'est uniquement pour pouvoir vendre des bateaux à des prix de bases attractifs et ou tout ou presque est en option, mais la je sort du sujet.

Claude 

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°130489
Kaoufé a écrit :
Bonjour à tous,

Juste mon témoignage, j'ai utilisé de 1976 à 1986 mon voilier de l'époque un ketch de 12m équipé de bôme enrouleur sur la GV et l'artimon je n'ai jamais rencontré de problèmes.

Depuis 2 ans j'ai un autre ketch équipé d'enrouleur de mat ce système est plus facile à utilisé que la bôme enrouleur, plus de déplacements en pied de mat, réglage de la chute réglable à toutes positions de la voile et surtout possibilité de réglage de voile sans limites. Avec des ris lors que tous les ris sont pris plus de réglages possible avec voile sur enrouleur si il faut 2m2 de voile c'est possible si il faut 1m2 c'est possible aussi.

Je comprend les partisans de ris dans la voile mais à ce moment là allez jusqu'au bout de votre raisonnement et passez- vous de voiles d'avant sur enrouleur.

Pour ma part même si il est dit que des voiles sur enrouleur sont moins performantes, ce qui reste à prouver je suis convaincu que cette éventuelle perte de performance n'est rien par rapport à la facilité et au confort d'utilisation.

Pour finir la même polémique a existé au début des enrouleurs de génois aujourd'hui il est presque impensable de ne pas en avoir. Certains constructeurs livrent leurs bateaux avec des enrouleurs d'origine, voir même des enrouleurs électriques. Je ne citerais pas de marques mais elles sont bien connues, et si à ce jour tous les fabriquants ne le fonts pas c'est uniquement pour pouvoir vendre des bateaux à des prix de bases attractifs et ou tout ou presque est en option, mais la je sort du sujet.

Claude 

 Assez d'accord avec ce qui précède. Les "tres" heureux propriétaires de Maramu et Super Maramu ne se plaignent pas que je scahe du choix imposé par le chantier à savoir enrouleurs de grand mats sur le Ketch. 

Philippe 

Hors ligne
PROTOTYPE
Inscrit forum
réponse n°130586

 J'utilise une bôme Profurl depuis 3 ans sur mon ketch.
A l'usage, du pour et du contre.
Pour: un affalage "classique" de secours en cas de problème, ce qui n'est pas possible avec un enrouleur de mât, une grand-voile lattée qui ressemble à quelque chose et qui ne fasseye pas, la manoeuvre depuis le cokpit.
Contre : beaucoup d'efforts pour hisser (malgré un self-tailing 30 dédié et des poulies de renvoi Harken à billes), pas mal d'efforts pour réduire dans la brise, le poids de la bôme qui réclame impérativement un frein de bôme sous peine de soucis à peu près certains au vent arrière.
Bref, un bilan mitigé...

Le site de la Grande Croisière...