ARMATEUR MALHONNETE = SKIPPER PAS PAYE

5104 lectures / 12 contributions / 0 nouveau(x)
Hors ligne
SUN ODYSSEY 45
Inscrit forum
ARMATEUR MALHONNETE = SKIPPER PAS PAYE
sujet n°84682
Mécontent Bonjour, Je suis skipper et en Mai/Juin 2007, j?ai convoyé un lagoon 380 des sables d'Olonnes à Marmaris pour la société ADVANCED YACHTING (société de convoyage et prestation de service dans le domaine de la plaisance) basés à Hyères dont Mr ERIC DALLIERE est le gérant. Cet armateur ma contacter pour effectuer le convoyage d?un cata SunSail. En tant que chef de bord, il m?a enrôlé aux affaires maritimes. Après être rentré en France, je lui est renvoyé comme convenu tous les justificatifs et notes de frais pour recevoir mon salaire respectif, mais après lettre en recommandé, il s?avère que M? Dalière ne souhaite pas répondre à ces engagements d?armateur. À ce jour, je n?ai toujours pas été payé. Je suis actuellement en médiation avec les affaires maritimes. Pour éviter de telle pratique en vers notre métier, c?est vrai qu?un regroupement de skipper professionnel ne serait pas du luxe ! - http://www.gskip.org Je vous demande donc de faire circuler cette information sur le site pour éviter que Mr DALIERE ? ADVANCED YACHTING renouvelle cette fâcheuse et malhonnête méthode à d?autres marins. Bien à vous, Gregory CONNAN
Hors ligne
SLOOP ACIER
Inscrit forum
réponse n°105046

Merçi pour l'info PPm.
Perso, je ne travaille que pour des particuliers avec payement d'avance (accompte de 80%) mais je sais à qu'il faut être méfiant
envers les sociétées sous traitantes pour des loueurs. Ceçi dit, elles ne sont (heureusement) pas toutes des brebis galeuses.

Serge

http://www.islas-encantadas.eu

Hors ligne
DUFOUR
Inscrit forum
réponse n°105086

Mais quels sont les motifs invoqués pour ce non paiement ?
Y avait il contrat ?

Skippers,
Avez vous des assurances "responsabilité professionnelles" ?
Une "garantie bancaire" ?
Sans cela, payer 80 % d'avance, me paraît friser la "bonnerie".

... Et une protection juridique protégeant des procés en diffamation !
Sauf à avoir un solide dossier pour justifier les faits allégués.

Dans un tel cas, il me semble que le débiteur devrait avoir un droit de réponse !
C'est la base du droit français que d'entendre toutes les parties.
Après chacun juge.

Hors ligne
COMPASS ANGELO LAVRANOS
Inscrit forum
réponse n°105100

Alain de Mr Raoul,

Normalement il doit y avoir un contrat. l'évaluation du cout peut se faire au mile marin ou à la journée. cela est très
variable.
. il doit y avoir dans le cas d'un bateau immatriculé en France et convoyé professionnellement déclaration à l'ENIM par
l'employeur français.
Dans ce cas, le contrat est aux Aff. Mar. et ce conflit est géré par le directeur des Aff. Mar.

- Attendons la réponse de la partie adverse.

Pour ma part, pour les rares cas ou j'ai fait un convoyage, j'ai une assurance responsabilité professionnelle. je suis plus
un Capitaine de propriétaire et travaillant avec un seul chantier (celui du propriétaire).

Dans ces cas ou j'ai fait un convoyage, le paiement se fait à la livraison du bateau, recevant seulement un certain montant
couvrant l'ensemble des frais de livraison au départ.

Comme tu dis il serait bon d'avoir la version de Mr. Eric Dalliére.

Capt Eric.

Hors ligne
DUFOUR
Inscrit forum
réponse n°105102

Médire sans preuves, c'est un peu se discréditer soi-même.
En l'occurrence, le droit de réponse me parait constituer un minimum.
Ce qui est dit ci dessus par le capitaine de Seamarie me parait aller dans le même sens.
Le bon sens d'un vrai professionnel qui travaille sur contrat en ne se faisant avancer que ses frais.
Logique, surtout entre professionnels.
En attendant la réponse de la partie adverse....et les arguments du plaignant

Clin

Hors ligne
SUN ODYSSEY 45
Inscrit forum
réponse n°105238

Pour répondre au question de M.Raoul,
Oui il y a bien un contrat de travail mais il n?a pas été signé par l?armateur (en pensant faire confiance), j?ai été averti
et embauché 2 jours avant le départ ! ? Mr Daliere n?ayant pas voulu me renvoyer par fax le contrat signé sous prétexte de
manque de temps et de bonne confiance, qu?avec lui, je cite « Ne t?inquiète pas Greg, de toute façon j?suis connu dans le
métier, il n?y a pas de problème »
Et les contrats de responsabilité professionnelle skipper en France ne couvre malheureusement pas ce genre de litige
armateur / Skipper
Et justifier les faits allégués ne sont pas un problème ? En tant que chef de bord sur le convoyage, j?ai les copies de tous
les papiers de douane immatriculée au navire en question ? les copies des frais engagés pour le convoyage, et bien plus
encore mais j?en resterai là pour l?instant, Mr Dalliere s?expliquera auprès du tribunal de commerce d?ici quelque mois.

Hors ligne
DUFOUR
Inscrit forum
réponse n°123513

Eh oui !
Mais un contrat qui n'est pas signé n'est pas un contrat.
Ce contrat devrait indiquer la nature et l'étendue de la mission, le mode de paiement, ses conditions etc...
Un malin argumenterait en disant qu'il a prété généreusement le bateau contre son rapatriement.

Je dis bien un malin !
Ce serait sympa de faire connaître le jugement du Tribunal.

Monsieur RAOUL

Hors ligne
SUN ODYSSEY 45
Inscrit forum
réponse n°128780

Alors, la suite de l'histoire quand même ...
Après mes démarches admnistratives auprès des AffMar et de l'inspection du travail, j'ai trouvé son adresse perso, je suis allée chez lui à plusieurs reprise jusqu'a ce que je tombe sur lui.
Il ma fait les chèques en me demandant de ne pas les encaissers tout de suite.
Et deviné !  et bien oui, ils etaient en bois .
Désemparé, j'ai continué mes démarche auprès des AffMar.
Et un jour, je reçoit un mail qui me dit que je peux représenter les chèques et qu'ils seront honorés. Effectivement ils l'étaient.
J'ai donc reçu mon salaire 1 ans après mais sans fiche de paye et sans feuille assedic.

Je pense que ce monsieur c'etait retrouvé dans une situation financière critique et qu'il ne pouvait malheureusement pas honorer ces engagements financiers, en revanche ce que je lui reproche c'est de ne pas avoir communiqué et m'expliquer clairement les problèmes qu'il rencontrait.

Bon vent ...

Hors ligne
PRINCESS 33
Inscrit forum
réponse n°132912

Effectivement, dès l'instant où cet armateur vous payait par chèque, l'affaire était réglée car il reconnaissait la réalité de la dette, contrat ou pas.

En plus, la situation devenait très délicate pour lui, car faire des chèques en bois, c'est s'exposer à un fichage à la Banque de France, avec interdiction de chéquier durant dix ans ; mais faire des chèques de salaire en bois, c'est autrement plus grave, car on s'expose à des poursuites en correctionnelle, avec amende, comdamnation, casier judiciaire, etc...  (les salaires sont juridiquement d'une autre nature que les simples dettes commerciales)

Son avocat a dû lui faire toucher cette réalité, d'où le paiement tardif pour corriger cette erreur et éviter les poursuites ; il serait intéressant de savoir si il a versé le précompte (cotisations sociales retenues sur la feuille de paye) : leur non paiement, alors qu'elles ont été régulièrement retenues au salarié, est assimilé à une escroquerie et passible de la correctionnelle ; de même le paiement d'un salaire sans émission de fiche de paye est illégal. Ceci ne vous semble peut-être pas important actuellement, mais cela le sera quand il s'agira de reconstituer votre carrière pour le calcul de votre retraite, et plus immédiatement si vous avez à faire valider des périodes de navigation pour progresser ou acquérir d'autres qualifications.

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°142424

La mésaventure arrivée à Grégory ne m'étonne pas du tout.
J'ai eu affaire à ce capitaine (Eric dallière), c'est un homme de peu de foi, et de peu de confiance.
Il se prend pour Eric Tabarly alors qu'il ne fait que des convoyages et des skippages comme la plupart de nous autres. Il nous regarde de haut, nous prend pour des incapables. Croit être le seul capable de naviguer proprement.
Lorsqu'il faisait travailler des skippers (apparemment il n'est plus dans le circuit), il ne les enrôlait pas ou juste 1 ou 2 jours,  les salaires versés au lance-pierre et il fallait les attendre... quand aux fiches de paie il fallait les réclamer plusieurs fois. Il ne répondait jamais au téléphone, il fallait donc passer au LRAR. Je suis étonné qu'aucun skipper n'est entamé une action devant les prud'hommes.
Nous n'entendons plus parler de lui. Tant mieux, bon débarras. On n'a pas besoin de gens malhonnêtes dans le milieu.


Hors ligne
GOÉLETTE
Inscrit forum
réponse n°142464

Bonjour,

puisque ce sujet vient d'être remonté et actualisé, vje tiens à apporter mon témoignage.

Je connais Greg (Breton ilien) et on a navigué un peu ensemble. C'est un bon, consciencieux, compétent, honnête, très sympa, et tout et tout.

N'hésitez pas à faire appel à lui pour tout convoyage de tout voilier, partout ... Si on achète notre gros canot à l'autre bout du monde, il fera partie de l'équipage s'il est libre, pour le ramener en France ...

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°154503

 Bonjour le forum Sail the world, bonjour le « coin des pros »

 
Sail the world a le mérite d’exister, ses adhérents et son public, le droit de s’y exprimer. Les forums sont faits pour cela. D’années en années, on y trouve de plus en plus d’informations, d’échanges, d’idées, de points de vue.
 
J’ai des amis qui y sont adhérents de longue date. Ils y ont puisé rêve et questionnement. Ils s’en sont servi pour développer leurs propres projets maritimes. Ils y ont découvert de nouveaux produits, de nouveaux équipements intéressant la sécurité, l’électricité, la mécanique, des formations, et les ont adaptés ou convertis à leur rêve, à leur navire. J’ai débattu avec eux de ces innovations, de ces options. Je les ai parfois aidé à faire des choix parmi la foule d’informations fournie par STW.
C’est l’essence  même de ces forums.
 
L’explosion d’internet a permis à STW d’occuper désormais une place majeure en organisant des débats, en ouvrant des tribunes libres et variées sur tout ce qui touche à la complexité des équipements que l’on peut trouver sur un bateau à voile. Je leur en sais gré.
J’ai travaillé moi-même pour eux, au sein d’une entreprise, à développer des applications techniques pour la géo localisation des navires par satellite. Depuis, mon associé fait route tout seul dans ce sens et j’ai plaisir à voir cette entreprise si bien représentée sur le site stw.fr, avec des produits qui restent leader sur le marché de la géo localisation satellite maritime.
 
Je devine que pour STW, un pareil succès les a conduits à classer les sujets, et logiquement, à créer une rubrique : Le coin des pros.
Le passionné, autant que le chef d’entreprise que je suis, espérait y trouver un club de partenaires, peut-être un annuaire répertoriant des professionnels adhérents, des architectes navals, des artisans, des peintres de la Marine ? La liste n’est pas exhaustive. Pourtant, aucun de ces secteurs d’activité  ne s’y trouve, à part ma société et moi-même. Ce que j’y lis n’est pas particulièrement porteur, loin s’en faut. 
 
J’ai choisi d’exercer un droit de réponse en rédigeant quelques lignes et rétablir quelques valeurs. Je garde l’espoir que l’idée d’un véritable « coin des pros » s’organisera dans un cadre constructif. Le « coin des syndiqués » ayant déjà des tribunes dans d’autres organisations, en d’autres lieux.
Je n’en veux pas à Greg Conan avec lequel j’ai effectivement connu un problème. Je n’ai pas à m’expliquer sur le fond de ce dossier qui ne concerne que lui et moi. J’ai commis des erreurs, j’ai payé pour cela. Par ailleurs, Greg est un bon marin et je n’ai aucune réserve à le reconnaître ici. Je suis déçu qu’il ait choisis de défendre son point de vue sur une tribune public. C’était son choix.
Je remercie ceux qui sont intervenus en conservant leurs réserves et n’ont exprimé ni position, ni jugement hâtif sur le site.
Ce que je ne tolère pas, ce sont les propos infondés, insultants de Morgan Vuibert que je ne connais pas et qui n’a jamais travaillé dans mon agence.
 
Qu’on se le dise, je suis toujours et plus que jamais dans le métier. J’y vis ma passion depuis près de 30 ans. J’y remplis mes missions, mes navigations, mes responsabilités avec plaisir et application. Le parcours n’est pas sans embûche pourtant je continue à croire en une certaine « noblesse » entre gens de mer.
Alors, pour ceux qui s’intéressent à cette culture, qui la rêve, qui la vive, qui la serve, je veux dire que je serais heureux d’échanger et de partager passion et ambition avec eux.
 
Pour conclure et comme le dit sagement le proverbe :  « on est jamais si bien servi que par soi-même », je vais me faire une discrète publicité.
 
Mer belle à tous.
 
Eric Dallière.
 
 
 
 
 
 
 

http://www.advanced-yachting.net

Le site de la Grande Croisière...