NOA, REPRISE DU VOYAGE

Posté par : Paul et Dom
07 Décembre 2019 à 00h
Dernière mise à jour 07 Décembre 2019 à 00h
262 vues
Flux-RSS

Hello les amis !

Nous voici réunis à La Martinique, 4 mois après avoir laissé Noa en cale sèche à Trinidad.

Pour Paul, rien ne fut simple dans les travaux à accomplir là-bas. Si le chantier à sec (Peake Yacht Services) était plutôt correct en terme de prix et de qualité de stockage, ce ne fut pas le cas des artisans auxquels nous nous sommes adressés, pourtant recommandés (voire imposés) par ledit chantier. Ainsi, ayant passé commande d’un bimini avant de rentrer en France, Paul a découvert 2 mois après, à son retour en octobre, que rien n’avait même été commencé (malgré les acomptes encaissés) ! S’en est suivi un long, très long mois très éprouvant de relances, vérifications du travail livré, refus du travail mal fait, négociations à n’en plus finir... Tout cela dans un environnement caniculaire, éloigné de tout, une restauration dégueu… Heureusement, quelques voisins sympas rencontrés sur le site lui mirent un peu de baume au cœur, merci à eux.

Pour finir, avec la ténacité qu’on lui connaît, il a fini par quitter Trinidad (en espérant n’y remettre jamais les pieds !) avec un bimini à peu près correct. La « to do list » était moins longue qu’à l’arrivée, beaucoup de petits et plus gros travaux d’entretien étaient faits, bref, un petit coup de ++ au moral et c’était parti pour une belle navigation en solitaire de 250 miles (2 jours et demi non-stop) vers la Martinique ! L’occasion de découvrir ce type d’exercice et de tester les rythmes de sommeil : que du bonheur !

Mais arrivé à la Martinique (quelques jours avant Dom), Paul a remis le dessalinisateur en route, et là, nouveaux problèmes, car les pièces changées (rapportées de France) n’étaient pas tout à fait conformes aux anciennes (merci Bernard notre fournisseur français !) ! Et là-dessus, problème de chargement des batteries ! On sait que sur un bateau, il y a toujours quelque chose à réparer, mais là c’était un peu le pompon !

Du coup quand Dom est arrivée le 26 novembre après 4 mois passés en France (arrivée en vacances ou rentrée à la maison ? Grande question troublante qu’elle ne parvenait pas à solutionner !), nous sommes restés dix jours au mouillage pour régler ces problèmes, vérifier les batteries, en commander de nouvelles, recevoir un  colis de France pour le dessal (jamais simple : 48 h garanties par Chronopost se traduisant ici en 10 jours voire plus)…, faire l’appro d’eau en bidons en attendant (sacrée galère), faire le gros avitaillement des mois à venir.

Les 4 batteries (batteries gel, 63 kg pièce) de service à bord de Noa avaient 20 ans : un âge presque canonique, il était donc normal de les changer, on ne savait juste pas quand, et après tout mieux vaut ici qu’en plein Pacifique. A toute chose malheur est bon !

L’assurance du bateau a été aussi un énorme problème qui nous a occupés pendant 4 mois, et qui occupe bon nombre de navigateurs au long cours comme nous. Difficile de croire que peu de compagnies assurent les « tourdumondistes », avec des conditions parfois très contraignantes (zones, périodes cycloniques, suivi GPS obligatoire par exemple), et bien souvent à des prix exorbitants (jusqu’à 15 000 € par an pour notre bateau), mais il semble qu’entre le cyclone Irma de 2015 et le Brexit, les prix ont flambé et pas mal de compagnies ont arrêté d’assurer. Finalement, au bout de 3 mois, nous avons trouvé un contrat à prix correct.

Quel courage et quel moral d’acier il faut parfois pour vivre sur un bateau ! Du courage, on en a tous les deux, et heureusement, du moral d’acier, Paul en a pour deux !!

Heureusement, nous avons pris le temps de nous réinstaller dans notre vie flottante, de nous baigner, de voir quelques amis ... Nous apprécions beaucoup notre nouveau bimini, plus large, plus haut, qui agrandit bien notre cockpit, que nous avons complété par un tau sous la baume et un autre à l’avant pour les hublots de pont (ça nous coûte une demi-heure de plus de montage ou démontage à chaque fois qu’on bouge). Et si nous prenons soin de vous conter toutes nos péripéties, sachez que nous sommes tout de même enchantés.

Et maintenant cap à l’ouest ! Nous partons pour les îles ABC d’obédience néerlandaise (Aruba, Bonnaire, Curacao) où nous devrions passer la fin d’année. Nous reprendrons nos vidéos à l’issue de cette première étape.

A bientôt, bonnes fêtes de fin d’année à vous tous, bises !

Et merci de vos nouvelles en retour, vous savez que nous les apprécions !

Paul et Dom

Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...