La longue route du hareng, le film!

1077 lectures / 3 contributions / 0 nouveau(x)
JLG
Hors ligne
AdministrateurMembre cotisant
Administrateur depuis 2004
La longue route du hareng, le film!
sujet n°126621

Bonjour à tou(te)s,

Premier des participants de La Longue Route 2018 à boucler son tour du monde en hommage à Bernard Moitessier, Pierre-André Huglo a retrouvé Ouistreham le 7 mars dernier, soit 221 jours après l’avoir quittée. En solitaire, par les trois caps et sans escale à bord de son Contessa 32 Fresh Herring, le plus petit bateau de la flotte mais aussi le plus simple et le plus résistant, puisqu’il n’a souffert que d’avaries mineures. Après le témoignage exclusif de ce prof de philo aux choix radicaux  (V&V 579), Pierre-André nous propose aujourd’hui le film qui retrace sa longue route personnelle sur ce parcours auquel il avait tant rêvé, et qu’il a remarquablement réalisé.

Si vous attendez un documentaire didactique et argumenté sur les différentes manières de barrer à la lame dans les mers du Sud, passez votre chemin ! Vous n’y trouverez pas non plus ces longs monologues face camera qui pullulent dorénavant sur le web et dans lesquels les auteurs/navigateurs vous expliquent le sens de la vie en espérant que cela en donnera à la leur. Rien de tout cela, ici, mais uniquement des images de mer (s), montées chronologiquement et suivies par la trace d’un feutre sur une mappemonde. La mer, rien que la mer, la mer dans tous ses états, de la pétole à la furie de vent, la mer en majesté avec en premier plan le cockpit, les haubans ou le balcon avant. Tout simplement. Et surtout parce que c’est ça qu’il est venu chercher, Pierre-André : cette plénitude, cette solitude, cette sobriété et cette liberté qu’apporte la navigation à la voile, rien qu’à la voile… Du coup, l’esprit vagabonde dans les mers du Sud, entre une déferlante à la crête menaçante et un coucher de soleil langoureux. Loin, très loin des retours média formatés et obligés des coureurs sponsorisés qui parcourent la même route, ce film permet à chacun de s’y croire, de s’y retrouver, voire de s’y transposer pendant les 40 minutes de cette respiration océane qui mérite notre profond respect.

JL Gourmelen

 

https://youtu.be/Kt7hg1sPwiE

Hors ligne
TARAVANA-FABULO 36 (Monocoque)
Membre cotisant
Cotisant depuis 2011
réponse n°287135

Un film qui respire le "Vrai". J'ai beaucoup aimé.

BP7
Hors ligne
Hood 38 (Monocoque)
Membre cotisant
Cotisant depuis 2016
réponse n°287151

Merci pour ce lien. Superbe.

Le site de la Grande Croisière...