Sécurité dans les pays navigués

3497 lectures / 4 contributions / 0 nouveau(x)
Hors ligne
SUPER MARAMU (Monocoque)
Inscrit forum
Sécurité dans les pays navigués
sujet n°113086
{DT_ID=4625}
Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°262334

Mon bateau est en ce moment au sec dans cette marina.

Apres avoir fait le tour des Philippines deux fois en 2013-2014 et 2014-2015 depuis Samal, je pense que des conditions de securite raisonnables ne sont plus assurees pour une navigation a l'ouest de la marina de Samal, dans la mer des Celebes, dans la mer de Sulu et le long de la cote est de Borneo. Ces regions n'ont d'ailleurs jamais ete tres sures....
Plusieurs enlevements successifs (sur un bateau au mouillage a Palawan en 2014, dans la marina de Samal en 2015 et recemment dans plusieurs endroits de Mindanao et le long de la cote est de Borneo) donnent l'impression qu'il y a une recrudescence des activites extremistes musulmanes dans cette region et je recommande la plus extreme prudence a tout bateau de plaisance navigant dans le sud des Philippines et le long des cotes de Borneo.

Hors ligne
Inscrit forum
réponse n°266068

La situation sécuritaire aux Philippines.


Nous souhaitons attirer l'attention de tous les navigateurs de plaisance projetant de naviguer dans les eaux des Îles Philippines et leur demandons de considérer les faits récents suivants.


En avril 2014 un couple de navigateurs allemands mouillés avec leur Amel dans une baie du sud-est de l’île de Palawan a été enlevé par le groupe musulman Abu Sayyaf et emmené dans les îles Sulu. Après plus de six mois de négociations et le payement d'une rançon estimée à 2 millions d'euros, le couple a été libéré.

Ce couple de navigateurs avait probablement commis l'erreur de rester plusieurs jours dans le même mouillage, offrant ainsi la possibilité d'être identifié à fin d'abduction.

En avril 2015, un homme et une femme ont été kidnappés dans un restaurant de Sandakan (côte est de Bornéo, Malaisie) par des membres du même groupe Abu Sayyaf en pleine vue du public en train de dîner et emmenés dans les iles Sulu pour rançon. La famille de la femme a été capable de payer à temps la rançon demandée. Malheureusement cela n'a pas été le cas de son compagnon d'infortune et son corps décapité a été retrouvé sur une route de l'ile Sulu en novembre 2015.


Le 21 septembre 2015, quatre membres d'équipage de voiliers en escale dans la marina OceanView au sud de Mindanao, Philippines ont été enlevés par un commando islamiste du groupe Abu Sayyaf. L'opération a été menée rapidement avec deux bateaux venant du large et les quatre otages pris sur les pontons ou dans leur bateau ont été emmenés dans les îles Sulu.

Une rançon de 80 millions US$ a été réclamée par le groupe responsable de l'enlèvement pour la libération de ces otages. Il est impossible de connaître l'état réel des négociations si il y en a toujours.

Trois vidéos ont été publiées par le groupe responsable de cette abduction. La dernière montre les otages (deux canadiens, un norvégien et une philippine) très amaigris subissant des violences pendant le tournage de la vidéo et suppliant leurs gouvernements respectifs de payer la rançon exigée. Les responsables menacent les otages de sévices graves si la rançon n'est pas payée d'ici le 8 avril de cette année.

En octobre 2015, un ressortissant italien, un ex missionnaire a été kidnappé dans le sud de Mindanao dans sa pizzeria et emmené dans les iles Sulu.

Ces quatre histoires ne sont que les plus marquantes de l'histoire récente du sud de Mindanao. Un nombre relativement important d'otages reste prisonnier du groupe islamiste Abu Sayyaf ou d'autres groupes moins connus. Se sont essentiellement des locaux dont la vie pèse peu et dont la « valeur » est limitée.


Il apparaît qu'après peu d'années de paix relative dans la région comprenant Mindanao, la mer des Célèbes, la mer de Sulu et Bornéo, les activités de groupes radicaux musulmans semblent être en augmentation et il est instamment recommandé de bien réfléchir à ses propres mesures de sécurité avant de s'aventurer dans la région du sud de Mindanao.
Non seulement les rançons demandées pour des otages occidentaux sont exorbitantes, mais la sanction pour non payement est la décapitation.


L'abduction des quatre navigateurs dans la marina Ocean View démontre la capacité du groupe Abu Sayyaf à opérer loin de leur base des îles Sulu. Cette opération démontre également de façon quasi certaine que le groupe dispose de sympathisants dans toute la région et probablement bien au-delà. Une telle opération n'est pas possible sans informations préalables assez précises et il est fort probable que des cellules dormantes se trouvent un peu partout, prêtes à soutenir des activités d'abduction et de terreur.

La situation est encore compliquée par le fait qu'il est fort probable qu'une partie de la rançon est destinée à payer des complicités jusque dans les couloirs du pouvoir local ou régional.

Ce genre d'activité violente n'épargne malheureusement pas les destinations de croisière populaires. Nos recommandations sont les suivantes :


  1. Eviter Mindanao autant que possible. Si l'on désire absolument utiliser Davao et sa marina comme escale sur la route depuis l'Indonésie, la PNG ou la Micronésie vers le nord, n'approcher que depuis le sud ou l'est, mais nous considérons en ce moment la sécurité dans la marina OceanView comme très inadéquate. Ne pas naviguer dans l'ouest de Davao sans grandes précautions et en connaissant les risques importants encourus.

     

  2. Eviter le sud de Palawan sur les deux côtes. Des camps d'entrainement islamistes sont actifs dans cette région et le risque de problèmes sérieux et très important. Approcher Puerto Princesa directement depuis l'est.

     

  3. Rester très prudent dans le sud de l'ile Negros en particulier dans la baie de Bonbonon qui est populaire. Cette baie est à moins de 30 milles de la côte nord de Mindanao et une opération de la part d'un groupe islamiste est certainement assez simple à réaliser.

     

  4. Le détroit de Balabac (entre Bornéo et Palawan) est parcouru par des bateaux dont la cargaison et les intentions ne sont pas toujours «légales». Rester très prudent si vous naviguez dans ce détroit.

     

  5. La côte est de Bornéo est actuellement sous couvre-feu pendant la nuit. La navigation de nuit est prohibée depuis Tawau jusqu'au nord de Sandakan pour éviter des incidents avec des bateaux venus des îles Sulu.

     

    La veille par la police, les garde-cotes et la marine malaisienne est généralement bonne. Lors de notre dernier passage en 2014 dans cette région nous avons été approchés régulièrement par des bateaux de police ou des garde-côtes pour nous mettre en garde et nous donner des informations de contact.

     

  6. Règles générales : ne pas activer votre AIS en émission si vous en avez un (de toutes façons assurez une bonne veille visuelle, car beaucoup de grands navires dans la région n'émettent pas de signal AIS). Si vous émettez un signal AIS, différents services vous appelleront, révélant ainsi votre présence à des parties tierces.

    Ne pas utiliser la VHF sans raison impérative. Dans les endroits délicats et de nuit, nous n'utilisons pas nos feux de route. Uniquement un feu blanc si nécessaire.

    20 mars 2016

    www.parismatch.com/Actu/International/Philippines-L-appel-a-l-aide-des-otages-canadiens-932795

Hors ligne
mon Super Cata Outremer 50Light
Inscrit forum
réponse n°266070

 et bien voilà : une zone de + en moins ....
stef

Le site de la Grande Croisière...