Errances - Olivier Remaud - Ed Paulsen - NDL

Errances - Olivier Remaud - Ed Paulsen - NDL

Posté par : LIVRES DE MER
04 Octobre 2020 à 23h
150 vues
Flux-RSS

Même si cet ouvrage n’est pas vraiment un livre de mer, il convient de souligner son intérêt

La citation d’Horace “Si tu ne veux pas être le jouet des vents, prends garde “ et la précieuse carte de la Sibérie jusqu’à ses confins entament la lecture d’une aventure magnifiquement écrite. Le détroit de Béring dont le nom semblait accroché de tout temps en haut de nos planisphères muraux (quel dommage qu'ils aient disparu !) a fait rêver plus d'un élève dont l'esprit s'égarait pendant les cours de géographie. Et qui aurait pu imaginer l'aventure extraordinaire et tragique qui se cachait derrière ce nom ?
   Vitus Béring, marin danois, engagé dans l'armée russe, est chargé par le tsar Pierre le Grand, au XVIIIe siècle d'une mission à grande portée géopolitique, Il s’agit d’aller explorer les confins inconnus de l’empire et de percer le mystère autour de cette zone au nord est de la Russie, qui sépare, ou qui unit la Sibérie à l'Alaska. Béring va s'engager corps et âmes dans deux expéditions pour lesquelles il va tout sacrifier, jusqu'à sa vie. Tel qu’il fut, deux personnes ont essentiellement compté. Anna, sa femme auprès de lui toujours, même dans de longues absences, avec son amour, son soutien, sa finesse, sa sagesse, son courage, à travers les années et les lieux. Plus âgé que lui, le grand médecin botaniste de Pierre 1er, savant voyageur qui racontait avec humour la Sibérie qu’il connaissait comme sa poche. Avec eux en tête et en cœur, il réussit et renouvelé des expéditions toujours plus difficiles, dangereuses. Ce qui le guidait : son instinct, sa certitude d’avancer vers son but, même sans respect des ordres impériaux.

    C'est une expédition gigantesque qu'il faut mettre sur pied. Aucune autre exploration maritime au monde n'a imposé une marche d'approche de plus de 6000 kms et dans des contrées sans ressources et souvent hostiles, aux températures extrêmes.  Cela nécessite des moyens logistiques titanesques. Béring est sur tous les fronts, tour à tour chef militaire, capitaine, scientifique, diplomate.

Pendant que d’autres au loin, bientôt vivaient la fin des perruques blanches et bientôt l’ouverture des Lumières, la poste apportait longuement des nouvelles stimulantes et aiguillonnantes.  Pourtant, entre les chevaux qui tombaient, des hommes épuisés qui renâclaient, se disputaient, se battaient, dans un froid insupportable, avec la soif, la faim, et malgré les ordres impériaux, la volonté de Béring fut la plus forte. Après plusieurs années, des bateaux perdus, des voiles gelées, le Japon atteint fut détourné pour d’autres îles, plus à l’est, plus encore. Comme beaucoup d’autres hommes achevés par le scorbut, Vitus Béring mourut, sans savoir, juste en face de lui, son but enfin atteint.

     Le livre d'Olivier Remaud est passionnant et nous permet de découvrir une histoire méconnue. En effet les historiens ont beaucoup plus écrit sur les expéditions maritimes liées aux grandes découvertes ou sur l'exploration des pôles. 

      Merci donc à l'auteur d'avoir redonné toute sa place à Vitus Béring, cet immense explorateur qui a relié l'Asie à l'Amérique.

Merci Olivier Remaud pour la richesse ce ces Espérances et leur réussite !

 

Anne Goursat et Françoise Tran pour la commission Livres De Mer

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...