J'ai dû annuler l'achat du bateau et ça m'a coûté cher !

227 lectures / 3 posts / 0 new
Offline
Forum member
J'ai dû annuler l'achat du bateau et ça m'a coûté cher !
subject no 126485

Je lorgnais depuis plusieurs mois sur le bateau de mes rêves : un voilier un peu démodé,   mais mondialement reconnu pour ses qualités marines.  Le brooker est spécialisé dans ce type de voilier, et je demande de le faire expertiser par l'expert  (agréé  assurance)  recommandé pour ce type de voilier. L'expertise décèle pas mal de choses,  et vu le nombre d'heures du moteur (près de 9000 !) je décide de l'acheter  en comptant l'amener immédiatement  chez le réparateur - lui aussi spécialisé pour ce type de voilier - qui m'avait fait un devis pour le changement du moteur.

J'envoie l'argent au brooker et lui demande d'attendre  4 jours pour transférer  l'argent au vendeur (le vendeur est Anglais, et le bateau sous pavillon anglais)  afin que j'ai le temps d'assurer le voilier.  Je contacte l'assurance recommandée par STW qui  refuse d'assurer le voilier en l'état : les vannes sont bloquées, la pompe auto  ne marche pas très bien, la pompe manuelle est HS, le bib  doit être révisé.  Je savais tout cela mais  je pensais  pouvoir ramener ainsi le voilier pour un refit.  Le rapport d'expertise  mentionnait ces points, mais disait simplement que le navire ne devait pas prendre la haute mer. Quant au brooker il m'avait assuré que le bateau - capable normalement d'aller au bout du monde - pouvait être ramené en l'état au chantier de réparation, à une centaine de milles du port où le voilier était basé. Je téléphone à l'expert qui me dit, oralement, que l'état du bateau ne lui permet pas de faire 5 milles ! Ce n'était pas dit dans le rapport écrit ! Il faut changer ou réparer les vannes, et réparer les pompes. Ce n'est pas grand chose, mais c'est indispensable. Je panique et décide de ne pas acheter le voilier. Je demande au brooker de me renvoyer l'argent, puisque  je ne peux assurer le bateau, mais le brooker me dit que le vendeur exige  une pénalité de 10%.  Je cède. Je ne veux pas acheter un voilier que l'assureur ne veut pas assurer.  Le brooker me rembourse donc 90% du prix de vente. Je considère que je me suis fait avoir, par le meilleur des brookers, par le meilleur des experts, pour le meilleur des voiliers. Mais j'ai perdu 10% du prix  de vente ! C'était ma première tentative d'achat d'un voilier.  Etais-je en droit de me faire rembourser intégralement la somme ? Suis-je encore en droit de la réclamer ? Je veux bien votre avis.  Une chose est sûre :  avant de signer, relisez le rapport et questionnez l'expert,  et conditionnez la vente par  la  capacité de l'assureur à pouvoir assurer votre voilier sans restrictions majeures.

Tags: 
#assurance #ANP #expertise #annulation #vente #brooker
Offline
Nautitech 442 (Catamaran)
Membre cotisant
Registered member since 2008
answer no 287052

L'assurance se base sur ce qu'écrit l'expert.  Même s'il a dit oralement que le bateau n'était pas navigable, les détails de son rapport écrit devaient être suffisamment sérieux pour affoler n'importe quel assureur. 

Cet achat semble avoir été fait un peu dans la précipitation, en oubliant la séquence logique : promesse d'achat sous réserve d'expertise, puis demande de remise en état avant achat définitif si l'expertise révèle des défauts majeurs. Il aurait fallu, au vu de l'expertise, soit demander au vendeur de réparer les anomalies bloquantes avant la vente, soit, à tout le moins, faire livrer le bateau à proximité d'un chantier compétent. 

Autre piste, dans le pire des cas : ce bateau devait bien être assuré en l'état avant la vente. N'était-il pas possible de reprendre le même contrat avec changement de propriétaire ?

J'ai vécu un cas similaire avec l'achat d'un bateau magnifique mais en piteux état. Promesse d'achat sous réserve d'expertise ; l'expert a carrément qualifié le bateau de non navigable. J'ai renégocié le prix à la baisse avant de conclure, et fait amener le bateau au ras du chantier prévu. Pour les 200 m à faire jusqu'à la sortie d'eau, je n'étais pas assuré (ou peut-être juste en RC, je ne me souviens plus).

Dommage pour les 10%, mais si la promesse d'achat ne comportait pas de réserves après expertise, c'est encore un moindre mal. Le vendeur aurait pu exiger de conclure la vente.

Offline
Forum member
answer no 287061

Vous avez  raison  de conclure ainsi, et de dire que j'aurais dû exiger des réparations avant achat. 

Il n'y a pas eu de promesse, donc pas de versement préalable à la vente : je l'ai acheté après expertise, j'étais  entièrement libre.  Le rapport d'expertise était clair  dans la mesure où les défauts étaient  signalés,  mais la conclusion était  parfaitement erronée  puisqu'elle  n'indiquait pas que le voilier n'était pas prêt à naviguer, et  le brooker m'incitait à parcourir plus d'une centaine de milles pour le ramener au chantier. Je considère que j'ai été grugé.  Clairement je l'ai acheté dans la précipitation -  bien qu'y rêvant depuis plusieurs mois, et fort de mon inexpérience. Alors que la lecture du rapport d'expertise "à tête reposée" aurait dû m'alerté. 

Le site de la Grande Croisière...