stugeron 25mg, mal de mer quelle est la posologie ?

25338 lectures / 56 posts / 0 new
Offline
LAGOON 380
Forum member
stugeron 25mg, mal de mer quelle est la posologie ?
subject no 100596
Bjr,

ca y est j'ai pu me procurer du Stugeron 25mg.

maintenant je m'adresse au docteur chauve si il peut m'indiquer la posologie a respecter .

En effet, je ne fais pas de longue navigation, je pars le matin et j'arrive en fin de journée ; soit je repars le landemain pour une autre nav soit je reste quelques jours ou semaines tout depend.

je voudrais donc savoir comment s'utilise le stugeron, le prend ton a chaque navigation ou non ; sachant que je suit tres sujette au mal de mer donc chaque nav pour moi est une torture !! mais j'aime la vie sur le bateau !!! et surtout mon mari de marin !!!!!

voila toutes mes interrogatons sur l'utilisation adequate de ce produit . en esperant qu'il ne me fasse pas dormir !!

merci



Offline
TIROT 702
Forum member
answer no 193648
Soucis de marins…
La mer rend parfois malade, c’est dommage, mais l’être humain n’est fait pour vivre dans un milieu
instable. En effet, la verticalité qui fait notre supériorité est un défi permanent aux lois de
l’équilibre et ce privilège est beaucoup plus compliqué à gérer dans un milieu en perpétuel
mouvement. Le système de l ‘équilibre est complexe et doté de multiples indicateurs,
principalement l’oreille interne, les yeux et certains ligaments.
A terre, les informations transmises par ces récepteurs au centre de l’équilibre situé dans le
cerveau, sont cohérentes et se recoupent. Sur un bateau, malgré une posture fixe (assis ou
couché par exemple), le corps, vu de l’extérieur, bouge sans arrêt car il accompagne passivement
les mouvements du bateau. Il en résulte une discordance et un conflit entre les informations
provenant des différents récepteurs. Les ligaments non sollicités indiquent que le corps est au
repos tandis que les récepteurs de l’oreille affirment qu’il bouge…
Sur le pont, le conflit est arbitré par l’oeil. En effet, les repères immobiles comme l’horizon ou la
côte vont permettre de faire coïncider les mouvements du corps de façon synchrone. Dans la
cabine, sans repères géométriques stables, la situation devient vite incontrôlable.
Face à cette situation inhabituelle, le centre cérébral de l’équilibre est pris au dépourvu et
notamment l’unité de stockage qui mémorise les situations habituelles du corps dans l’espace.
Considérées comme incompréhensibles et inexploitables, ces informations sont dirigées par voie
réflexe vers le système d’évacuation de ces influx nerveux à l’origine des troubles du mal de mer.
Selon les individus, il faut plus ou moins de temps pour que ces structures gèrent ces situations
conflictuelles. L’adaptation ou “ amarinage ” se manifeste sur le plan clinique par une régression
progressive des symptômes avant leur disparition complète (le plus souvent).
Cette adaptation peut se comparer à un bruit permanent comme une ventilation dans une pièce.
Au bout d’un certain temps, le système d’analyse auditive intègre ce bruit dans l’environnement.
Si l’on n’y fait pas attention, on ne l’entend plus.
Mais face à une situation nouvelle (le bruit change de fréquence), il faudra se réadapter. C’est
ainsi que l’on voit des sujets amarinés qui rechutent quand le comportement du bateau change
(mauvais temps, changement d’allure).
Il en est de même pour le retour à terre avec un sol brutalement immobile et la persistance de
l’impression des mouvements du bateau, impression qui disparaît avec le ré-apprentissage rapide
des conditions naturelles de la vie de terrien.
Ce phénomène peut se comparer également avec le bruit de la ventilation. Si le bruit s’arrête, il
faut un certain temps pour détecter sa disparition. Cette rémanence est du bruit est l’équivalent
auditif du « mal de terre ».
Chacun d’entre-nous ne présente pas la même sensibilité à ces troubles. Pour certains, c’est un
handicap passager ou constant, tandis que d’autres ont le bonheur de n’avoir jamais ressenti la
moindre nausée.
L’âge est le premier élément. La sensibilité augmente de 2 à 12 ans, pour se stabiliser ensuite et
décroître doucement avec l’avancement en âge. Après 50 ans, le mal de mer est plus rare. Le
mental est aussi déterminant. Penser au mal de mer accentue les risques. Avoir l’esprit occupé
est excellent pour éviter le mal de mer.
Les facteurs extérieurs comme la fatigue, la faim, le froid, l’humidité sont aussi des facteurs
favorisants. Les odeurs considérées comme désagréables, ou à l’origine d’un mal de mer
précédent, gardent un pouvoir de nuisance élevé.
L’état de la mer et la position à bord peuvent être très négatifs. Ainsi les mouvements de haut en
bas (tangage type ascenseur) et/ou perpendiculaires à une ligne virtuelle qui relie l’oeil à l’oreille
sont les plus à craindre (pour éviter ces conditions, il vaut mieux se coucher que de rester
debout ou assis).
D’autres éléments peuvent également entrer en jeu. Les mouvements propres à la tête
accentuent les informations contradictoires. Il vaut mieux garder la tête immobile et bien calée
quand on se sent un peu malade.
Le rôle de l’oeil est essentiel pour conserver des repères géométriques. La ligne d’horizon ou tout
point fixe de la côte donne une référence essentielle pour que le système de l’équilibre perturbé
s’y retrouve. Il est donc préférable de rester à l’extérieur du bateau tant que les conditions de
sécurité le permettent.
Lutter contre le mal de mer doit commencer par une bonne prévention. Avant de partir il faut
avoir bien dormi et fait un repas léger si possible sans alcool. Il est important de bien se couvrir
(bottes et cirés si nécessaire), de mettre dans ses poches quelques barres de céréales pour
pouvoir grignoter à l’extérieur, de prévoir de l’eau minérale (Vichy) à portée de main.
Si l’on a des craintes le mieux est de prendre le traitement anti mal de mer approprié quelques
heures avant de partir en mer et le poursuivre sur l’eau.
Une fois en mer un certain nombre d’attitudes sont à éviter comme rester assis, aller à l’avant,
rester à l’intérieur, manger des aliments lourds à digérer, prendre des excitants (café, alcool…)
ou encore lire.
Des attitudes sont à privilégier comme s’allonger s’il n’y a rien à faire, grignoter régulièrement
pour ne pas rester le ventre vide (barres de céréales, fruits, gâteaux secs), boire beaucoup d’eau,
rester à l’extérieur, avoir bien chaud mais pas trop. Enfin l’idéal est de pouvoir s’occuper aux
manoeuvres, aux réglages ou à la barre. La pêche est également un bon moyen de se concentrer
sur une tâche.
Si malgré tout les troubles apparaissent. Il faut, dès les premiers signes, s’allonger sur le dos, si
possible à l’extérieur, la tête bien calée regardant vers le haut. Dans la mesure du possible, il
faut éviter de descendre à l’intérieur. Si cela est nécessaire, s’allonger au niveau de la partie
centrale du bateau, au niveau le plus bas (sur le plancher de la cabine).
Si les troubles deviennent inéluctables, il faut s’installer à l’extérieur, côté sous le vent et
impérativement être amarré au bateau par le harnais. Il est bien d’avoir à portée de main un
récipient quelconque ou un sac. La bonne pratique est d’être discret dans l’expression de ses
troubles. C’est un phénomène contagieux qui peut toucher tout un équipage.
Il faut continuer à prendre le traitement anti mal de mer.
Les méthodes et le traitement sont très variables. Il convient à chacun d’essayer le traitement
qui lui convient le mieux.
Au niveau des produits pharmaceutiques, la Cinnarizine est pour moi la molécule la plus efficace
avec le moins d’effets secondaires. Elle était représentée en France par le Sureptil®, qui n’est
malheureusement plus commercialisé. On trouve l’équivalent dans les pays limitrophes sous le nom
de Stugeron®. Le dosage faible à 15 mg est le plus adapté car il permet de moduler les prises et
il peut être proposé aux enfants.
L’alternative est chez l’adulte le Mercalm® et chez l’enfant Dramamine®ou Nausicalm®. Le patch
de Scopoderm® est pour certains très efficace, mais il présente un grand nombre d’effets
secondaires gênants.
Parmi les méthodes non chimiques, mon choix va vers les systèmes de massage de points
d’acupuncture qui ont démontré une certaine efficacité.
Pour certains fatalistes, la banane est la seule (bonne) solution, pour d’autres c’est le verre d’eau
de mer, je ne donnerai évidemment aucun avis particulier sur ces solutions…
Dr Jean-Yves Chauve
Offline
TIROT 702
Forum member
answer no 193657

"

 Un dossier "mal de mer" existe Cf dossier médical "Comprendre" et "Guérir le mal de mer" Pour le Stugeron il faudrait connaître le dosage. Il existe des dosages à 15, 25, 75, 10mg. Pour traiter le mal de mer, il n'est pas souhaitable de dépasser la dose de 75mg/j l'idéal étant de répartir ce dosage en 3 fois 25mg. Enfant: Contre-indiqué en dessous de 5 ans, demi-dose de l'adulte. Pour l'adulte, la solution consiste à essayer de trouver la dose provoquant le minimum d'effets secondaires avec une bonne efficacité. Commencer par exemple par 3 fois 15mg ou 2 fois 25mg. Tout est dit dans le dossier pré-cité.
J'ai lu que vous aviez acheté une boite de 300 gélules. Normalement vous devriez être tranquille pour un certain temps sachant qu'il vous faudra normalement 50 à 75 mg/j c'est à dire 2 à 3 comprimés et que le traitement ne dépasse pas en général les 2 jours qui suivent le départl. Attention toutefois à ne pas dépasser les dates de péremption des gélules dont les conditions de conservation sont moins stables sur un bateau. Par ailleurs, pour limiter les effets de somnolence, il est toujours possible d'associer à chaque gélule un comprimé de cafeïne (100mg) (sauf si maladie cardiaque, troubles anxieux, ulcères digestifs ou hypertension)."
Dr Jean-Yves Chauve
bjp
Offline
EXTRAPOLATION PUNCH 10M
Forum member
answer no 193861

bonsoir
je souhaiterais connaitre les compatibilités entre les medicaments que vous citer et ceux prescrit pour le glaucome (pour moi le cossopt)
Par ailleurs il existe des lunettes qui accelere l'adaptation au milieu marin: boarding ring (experimenté avec succes a bord, m'a t'il semblé)
cordialement
JPB

Offline
TIROT 702
Forum member
answer no 193863
Parmi les contre-indications, il faut noter le glaucome, les problèmes de prostate, la grossesse, l’hypertension, l’état de mal asthmatique. L’alcool est contre-indiquée pendant le traitement . Les effets secondaires les plus fréquents sont la somnolence.
 
La CINNARIZINE, principe actif du Stugeron® aggrave certaines maladies : 

 


 
Offline
COTRE 44'
Forum member
answer no 236536
vanagon a écrit :
Bjr,

ca y est j'ai pu me procurer du Stugeron 25mg.

maintenant je m'adresse au docteur chauve si il peut m'indiquer la posologie a respecter .

En effet, je ne fais pas de longue navigation, je pars le matin et j'arrive en fin de journée ; soit je repars le landemain pour une autre nav soit je reste quelques jours ou semaines tout depend.

je voudrais donc savoir comment s'utilise le stugeron, le prend ton a chaque navigation ou non ; sachant que je suit tres sujette au mal de mer donc chaque nav pour moi est une torture !! mais j'aime la vie sur le bateau !!! et surtout mon mari de marin !!!!!

voila toutes mes interrogatons sur l'utilisation adequate de ce produit . en esperant qu'il ne me fasse pas dormir !!

merci

 Bonjour,

Depuis, avez-vous pu tester le Stugeron et quels en ont été les résultats ?

Et accessoirement, où vous êtes-vous procuré ce médicament ?

Merci d'avance pour votre réponse.

Arnaud

Offline
COTRE 44'
Forum member
answer no 236537

Re-bonjour,

Ce message s'adresse au docteur Jean-Yes Chauve.
Avez-vous eu des retours sur l'efficacité des lunettes de type boarding ring ?

Je cherche en effet une solution efficace contre le mal de mer et si possible non médicamenteuse.

Merci d'avance pour votre réponse.

Arnaud.

Offline
Sloop 14.5m
Forum member
answer no 236540

Pour ma part Stugeron acheté en Espagne. aussi efficace de mercalm

Offline
CATAMARAN
Membre cotisant
Registered member since 1999
answer no 236543

Le mal de mer ayant des causes multifactorielles, il n'existe pas de remède miracle. Le Stugeron à l'avantage d'être efficace comme un certain nombre de produits du même type mais avec une intensité minimale d'effets secondaires. Il est contre-indiqué en cas d'adénome de la prostate (il accentue les difficultés pour uriner) et en cas de glaucome. C'est le produit qu'utilise une majorité de coureurs au large qui, comme tout un chacun, ont aussi parfois le mal de mer. Attention au danger de conduire une voiture quand on est encore sous l'influence du produit car les risques de s'endormir au volant augmentent. Le dosage à 25mg est bien pratique car il permet de moduler la prise en plusieurs fois par jour sachant que la dose maximale journalière est de 150mg. L'idéal étant de trouver la dose minimale efficace. On peut commencer par exemple par 1 comprimé toutes les 6 heures et voir comment cela se passe. Si ca va bien, on peut passer à 1 cp toutes les 8h. Concernant les lunettes, je ne suis pas convaincu par la démonstration. En dehors du fait de la gène procurée par le port de ces lunettes (pas évident les embruns et/ou la cagoule d'un ciré) je m'interroge sur son action dans l'obscurité sachant que c'est le moment où l'absence de repère visuel est un facteur déclenchant important du mal de mer. Pour les plus sensibles, la rééducation optocinétique proposée par l'hôpital Clermont Tonnerre à Brest est une bonne solution.

Offline
COTRE 44'
Forum member
answer no 236544

Merci beaucoup.
C'est très clair. Nous testerons donc le Stugeron lors de notre prochain périple.

Offline
LAGOON 380
Forum member
answer no 236547

 Bonjour,

Je suis sujette au mal de mer et au mal des transports en général ; j'ai donc depuis longtemps et surtout depuis que je navigue du trouver des solutions adéquate .

car il m'était impossible de naviguer sans etre malade donc vraiment galère.

j'ai essayé tout ce qui peut se vendre en pharmacie aussi bien en médicaments, qu'en homéopathie, rien n'y a fait

j'ai egalement fait de l'acupuncture, je n'y suis pas réceptive.

J'ai egalement essayé les bracelets anti mal de mer rien non plus

Un jour je vois un reportage concernant les lunettes anti mal de mer, je me suis dit je ne suis plus a ca près!!! j'ai donc essayé, j'avoue qu'autre le fait que je ressemblai  a une extra terrestre, j'ai malheureusement été malade.

Mon secours je l'ai trouvé ici sur ce site et surtout par les conseils du docteur chauve je me suis procuré du stugeron 25 mg en belgique par une amie, et j'ai suivi a lettre ces conseils sachant que je suis un cas : voila ce que je faisais.
- la veille de partir en mer, je prenais avant de me coucher un stugeron.
- le matin 30 mn avant de partir j'en reprenais un et apres un autre 6 heures plus tard.

Pour moi il n'y a pas photos , je n'aurais jamais pu profitter de si belles experiences et souvenir en naviguation si je n'avais pas pu prendre de stugeron .

Par contre j'ai essayé de m'en procurer en espagne, il y en a mais la seule posologie indiqué est de 75MG .

Il faut donc chercher soit en belgique, ou en angletterre ou dans les iles anglaises si vous etes dans les caraibes (st lucie, grenade...)

alors maintenant vous n'avez plus qu'a essayé !!!

laetitia


Offline
SHARKI AMEL
Pending registered member since 2010
answer no 236548
Qui connait un site de pharmacie ou para, fiable pour acheter du stugeron ?
Espagne, Belgique ou ailleurs.
Je suis très intéressée, depuis le temps que je consulte des forums sur ce sujet.
Offline
VOYAGE 12,50
Membre cotisant couple
Couple member since 2009
answer no 236556

Je l'utilise régulièrement et en suis très content. Je l'achète en GB sur internet  chez express chemist.co / UK
Ph

Offline
BAVARIA 37
Forum member
answer no 236574

 Ai-je bien lu ? Les posts émis par mwongo@ sont signés du Dr Chauve ? Comme ce sont ces premiers posts qui semblent donner le point de vue d'un médecin, je me pose la question car d'habitude le Dr Chauve est l'émetteur et le signataire de ses messages. Y-a-t-il un bug quelque part ?

Offline
Forum member
answer no 236594

Je l'ai acheté en pharmacie en Espagne sous le nom de Clinadil; je n'ai pas de boîte sous la main mais je pense qu'on le trouve dosé à moins de 75 mg. Exemple trouvé sur internet joint.

http://www.salud.es/medicamento/clinadil-45-capsulas

Offline
Feeling 1090 3 cab avec roof en Sifflet
Forum member
answer no 236740
mwongo© a écrit :
Parmi les contre-indications, il faut noter ..., les problèmes de prostate,...

 Hum!, je n'avais pas vu ça dans la notice.
Pas bon pour le "type" dominant des marins de plaisance (hommes de plus de 60 ans...

Offline
CATAMARAN
Membre cotisant
Registered member since 1999
answer no 236741

Désolé, mais l'âge de la retraite et du repos bien mérité ne présente pas que des avantages... Messieurs les sexas, prenez le temps d'en parler à votre médecin ou à votre urologue, afin qu'il confirme qu'il n'existe pas de risque d'un blocage vésical favorisé par ce médicament....  Pour compléter ma réponse à Vanagon, les navigations courtes ont l'inconvénient de ne pas laisser assez de temps pour que le système de l'équilibre puisse s'adapter aux mouvements de la mer. Si les navigations sont quotidiennes, l'adaptation sera plus longue mais logiquement au bout d'un certain nombre de sorties, le mal doit s'atténuer. Il est possible de faciliter le processus avec la Cinnarizine (commercialisé notamment sous le nom de Stugeron) en prenant par exemple un comprimé à 25 mg 3 fois par jour, 2h avant le départ, 6h plus tard et au retour et ce pendant quelques jours. Pour les navigations plus irrégulières, l'adaptation sera plus aléatoire. La seule possibilité, me semble t-il, est de prendre l'anti mal de mer 2h avant le départ, puis 6h après et de renouveler les prises à chaque sortie.

Offline
TIROT 702
Forum member
answer no 236742

 Arrivé à un âge certain, le navigateur en grande croisière sera bien inspiré d'emporter au moins  une sonde vésicale auto lubrifiée et de potasser ou joindre à ses fichiers (pdf) le fascicule  suivant :
    
       http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/documents/auto-sondage_-_07_11.pdf


http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/documents/auto-sondage_-_07_11.pdf

Offline
Feeling 1090 3 cab avec roof en Sifflet
Forum member
answer no 236764
Dr Chauve a écrit :
Messieurs les sexas, prenez le temps d'en parler à votre médecin ou à votre urologue, afin qu'il confirme qu'il n'existe pas de risque d'un blocage vésical favorisé par ce médicament.... 

J'avais dit à mon urologue que je prenais occasionnellement du Stugeron/Cynnarizine, il n'avait pas tiqué (l'adénome est moyennement développé chez moi, je suis sous traitement efficace par Permixon).
Pouvez-vous m'indiquer la source de votre mise en garde, afin que j'attire l'attention de mon urologue sur cette question?

Offline
Feeling 1090 3 cab avec roof en Sifflet
Forum member
answer no 236765
mwongo© a écrit :
 
La CINNARIZINE, principe actif du Stugeron® aggrave certaines maladies : 

 Je n'ai pas trouvé l'origine de cette liste, et la contre-indication "adénome prostatique" ne figure pas sur les différentes notices concernant Stugeron/Cinnarizine que j'ai pu consulter.
Pouvez-vous m'indiquer la référence de cette liste, afin que je puisse rendre mon urologue attentif à cette question?

Offline
Forum member
answer no 236767

C'est mentionné dans le lien en espagnol que j'ai donné plus haut dans "precauciones".

Je confirme que j'ai obtenu du Clinadil dosé à 20mg sans problème en Espagne.

Offline
CATAMARAN
Membre cotisant
Registered member since 1999
answer no 236770

Ma réponse est "générale". Je ne souhaite pas engager sur ce forum public des conversations touchant des cas particuliers, tout simplement par déontologie et par respect de chacun dans des sujets très personnels. La molécule active du Stugeron est la Cinnarizine, molécule utilisée dans le Sureptil, produit qui n'est plus commercialisée en France depuis 2003. Difficile donc d'avoir une notice en français dans laquelle sont indiqués notamment effets indésirables et contre-indications. Vous pouvez regarder sur le site home.intekom.com/pharm/janssen/stugeron.html où l'on peut lire dans les "side effects" "difficulties in micturition, dysuria" ce qui veut dire difficultés pour uriner. Ces troubles sont évidemment plus fréquents chez les sujets ayant une prédisposition a ce type de troubles, l'hypertrophie prostatique en est une.

Offline
Feeling 1090 3 cab avec roof en Sifflet
Forum member
answer no 236771
christianeb a écrit :
C'est mentionné dans le lien en espagnol que j'ai donné plus haut dans "precauciones".

Je confirme que j'ai obtenu du Clinadil dosé à 20mg sans problème en Espagne.

Merci pour cette précision. Le Clindil contient, outre la Cinnarizine (seul principe actif dans le Stugeron), un autre principe actif: "Dihidroergocristina". La précaution pourrait-elle concerner cette substance et non la Cinnarizine?

Offline
CATAMARAN
Membre cotisant
Registered member since 1999
answer no 236774

Le 24 novembre 2013, l'ANSM, Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé a retiré l'autorisation de mise sur le marché (AMM) des médicaments contenant notamment de la dihydroergocristine, pour des risques liés à l'usage supérieurs aux bénéfices attendus. Je vous engage donc à ne pas utiliser le Clindil.

Offline
Feeling 1090 3 cab avec roof en Sifflet
Forum member
answer no 236776
Dr Chauve a écrit :
Ma réponse est "générale". Je ne souhaite pas engager sur ce forum public des conversations touchant des cas particuliers, tout simplement par déontologie et par respect de chacun dans des sujets très personnels....

...Vous pouvez regarder sur le site home.intekom.com/pharm/janssen/stugeron.html où l'on peut lire dans les "side effects" "difficulties in micturition, dysuria" ce qui veut dire difficultés pour uriner. Ces troubles sont évidemment plus fréquents chez les sujets ayant une prédisposition a ce type de troubles, l'hypertrophie prostatique en est une.

Merci pour ces précisions:

Comme je l'exprimais dans ma première intervention, l'hypertrophie prostatique ne me parait pas être un cas particulièrement particulier,  pour les personnes qui fréquentent STW. Il me paraissait par conséquent utile de contribuer à débrouiller un peu ce point.

Je prends note que la notive que vous indiquez sur interkom cite en effet "difficulties in micturition, dysuria" dans la rubrique "SIDE-EFFECTS AND SPECIAL PRECAUTIONS:", et non dans les contre-indications; et au troisième niveau, en "may also produce", après "The most common antihistaminic side-effect" et "other side effects". Je dois rencontrer mon urologue dans quelques jours, et lui ferai part de ces éléments.

Merci

Offline
TIROT 702
Forum member
answer no 236777

C'est bien la cinnarizine ( et pas une autre éventuelle molécule) qui peut présenter un risque de rétention urinaire liée à des troubles urétro-prostatiques.
Pour mémoire, le Sureptil en comprimés ,qui n'est plus disponible,  associait la cinnarizine à l'acéfylline heptaminol.

Offline
CENTURION 40S
Forum member
answer no 236785

Merci pour toutes ces précisions.
Ai commandé du stugeron en Belgique sur un site www.newpharma.be  

Vous mentionnez aussi des effets indésirables avec le scopoderm. Peut-on savoir lesquels ?
Merci.

FLORES

Offline
BAVARIA 37
Forum member
answer no 236788

A Mwongo.
Je ne comprends pas : votre profil indique "cyndinicien", mais pas médecin. Or là vous répondez en connant un avis qui se présente comme "autorisé".
Merci de lever les doutes.
Je comprends parfaitement que le Dr Chauve ne puisse pas se prononcer plus avant sur des médicaments interdits en France. A nous de lire entre les lignes. J'ai aussi du Stugeron à bord... (acheté en Italie sans problème). 

Offline
CATAMARAN
Membre cotisant
Registered member since 1999
answer no 236789

Pour les informations concernant les médicaments, je vous propose de vous rendre sur le site www.bcbdexther.fr/BcbDextherSite/ dans la rubrique "particuliers". Vous rentrez le nom commercial du produit recherché et vous pouvez obtenir les renseignements souhaités.

Offline
OVNI 445
Forum member
answer no 236793
Dr Chauve a écrit :
 C'est le produit qu'utilise une majorité de coureurs au large qui, comme tout un chacun, ont aussi parfois le mal de mer.

Certes c'est un bon produit mais je suis surpris de ne jamais voir mentionnés les patchs de Scopolamine (Scopoderm) qui ont certes quelques contre-indications dont le glaucome, l'adénome prostatique et l'hypersensibilité au produit plus trois inconvenients: le prix, la délivrance sur ordonnance et il faut être adulte ou avoir au moins 16 ans (comme les anciens films mais par pour les même raisons Clin )
Pour être honnête je ne prescris/conseille presque plus que cela en prévenant les porteurs de lentilles (dont je suis) de poser le patch après  les lentilles et de se laver les mains après la pose.
Avantages: ça dure au moins 2 jours, le plus souvent 3: le temps pour l'organisme de s'amariner, pas de tendance à la somnolence, peu d'effets secondaires dont peu de 'bouches sêches".
Jusqu'à ce jour je n'ai pas vu beaucoup d'échecs si le patch est mis la veille de l'embarquement et cela fait bien sur parti de la Pharmacie de Bord à coté des autres produits cités qui en général finissent détruits car la date de péremption est dépassée.

Marc.

Offline
CATAMARAN
Membre cotisant
Registered member since 1999
answer no 236795

J'ai cité le Scopoderm dans l'explication qu'a repris Mongwo en début de Thread. C'est effectivement un produit efficace mais avec des effets secondaires pas toujours bien tolérés. Ce qui est également génant, c'est l'impossibilité de pouvoir moduler la prescription en fonction de l'intensité des troubles ou la durée de la navigation. Quand on pose le patch, on en prend pour trois jours....  pour l'anecdote, j'ai connu un coureur au large qui, en course, avec un seul patch avait toujours le mal de mer, alors il en avait collé un 2eme...  Il s'était retrouvé avec de tels troubles de l'équilibre qu'il avait fallu aller le chercher au fond de son cockpit. Donc attention au surdosage. Ceci dit, si le Scopoderm est bien toléré, c'est une alternative intéressante.

Offline
Ovni
Forum member
answer no 236805
Zakouski a écrit :
Merci pour toutes ces précisions.
Ai commandé du stugeron en Belgique sur un site www.newpharma.be  

Vous mentionnez aussi des effets indésirables avec le scopoderm. Peut-on savoir lesquels ?
Merci.

FLORES

 Je viens d'essayer de commander le stugeron sur le site newparma, mais après avoir rentre mon adresse ( en France métropolitaine donc), refus du site m'indiquant que ce médoc n'est pas de livrable en France. Je suppose que vous vous l'êtes fait expédier al. étranger ? 

Offline
GIB SEA 105
Forum member
answer no 236814

Glaucome et antihistaminiques

Il existe deux formes de glaucome : angle ouvert et angle fermé

Le glaucome à angle ouvert

C'est le plus fréquent, il concerne 1% de la population caucasienne après 40 ans et 2 % après 50 ans. Son traitement est presque toujours médical (collyres), surtout depuis des progrès assez récents de la pharmacopée. Il ne contre indique pas les antihistaminiques comme le Sturgeron ou le Scopoderm.

Le glaucome à angle fermé

Il est exceptionel, mais volontier dramatique. Son traitement est d'emblée chirugical (intervention 'conventionnelle' ou laser). Il peut être déclenché par tout ce qui dilate la pupille : obscurité, Sturgeron, Scopoderm mais aussi certains stupéfiants.

Par conséquent

Si vous avez un glaucome, il y a statistiquement très peu de chance que le Scopoderm ou le Sturgeron soit contre indiqué dans votre cas. Par contre il faut absolument en être sur de savoir dans quelle catégorie vous vous rangez. Le plus simple est de demander à la secrétaire de votre ophtalmo d'interroger son patron (dites-lui "Puis je prendre un médicament susceptible de dilater ma pupille?"). La question est simple et elle vous transmettra rapidement une réponse claire.

Remarque : Comme je suis fréquement interrogé sur le problème du mal de mer, j'ai eu l'occasion de tester pas mal de remèdes. A mon expérience, le Sturgeron est la solution la plus adaptée, en ce sens que le rapport efficacité/effets secondaires est relativement favorable.

Enfin, le principe actif du Sturgeron est une très ancienne molécule dont les effets secondaires sont bien connus. Le fait qu'elle ait été retirée du marché français est souvent à l'origine d'une certaine défiance. En réalité ses effets secondaires sont les mêmes que ceux de molécules bien plus récentes largement préscrites (Zyrtec, Xyzal, Atarax par exemple). Simplement il n'a jamais été testé officiellement dans le mal de mer et de tels tests sont extrèmement onéreux. Ils n'ont pas été jugés rentables par les laboratoires. La législation interdit donc de le commercialiser en France pour lutter contre le mal des transports. Et comme dans les autres indications des antihistaminiques (l'allergie en particulier) il y a mieux, il a fini par être retiré du marché car jugé obsolète. En réalité, il est assez proche de la Nautamine, qui à mon expérience fait plus dormir.

Offline
TRISBAL 36
Forum member
answer no 236826
Dr Chauve a écrit :
Concernant les lunettes, je ne suis pas convaincu par la démonstration. En dehors du fait de la gène procurée par le port de ces lunettes (pas évident les embruns et/ou la cagoule d'un ciré) je m'interroge sur son action dans l'obscurité sachant que c'est le moment où l'absence de repère visuel est un facteur déclenchant important du mal de mer. Pour les plus sensibles, la rééducation optocinétique proposée par l'hôpital Clermont Tonnerre à Brest est une bonne solution.

Je rebondis sur la mention de la rééducation optocinétique de l'hôpital Clermont Tonnerre à Brest. Quelqu'un pourrait-il me renseigner sur la durée, le coût, les restrictions et les autres modalités éventuelles concernant ce traitement ?

Ma douce moitié que j'ai pourtant fait passer par des mers un peu agitées est très sensible au mal de mer, sans qu'il soit pour autant très intense (pas de vomissements, mais une grosse fatigue et maux de tête, particulièrement dès qu'il y a la moindre mer croisée). Le problème c'est que ça ne passe pas après 3-4 jours. Une petite mer croisée au bout de 8, 10 ou 15 jours en mer et c'est comme si on venait d'appareiller !

La Nautamine ne la soigne pas et l'assomme, la Scopolamine (patch) ne lui convient pas pour des raisons allergiques, et seul le Stugeron semble produire des effets sans trop de fatigue.

Elle a essayé les Boarding Ring, qui ont aussi un petit effet, mais comme mentionné, ça ne fonctionne plus pour les quarts de nuit, et pour cause...

Alors je cherche des retours d'informations sur ce fameux traitement à Brest. Combien de séances ? Combien de temps ? A quel tarif ? Est-ce limité à certaines personnes ou certains professionnels de la mer? Quels effets escompter ? Est-ce efficace ? Y'a-t-il une personne de contact en particulier ?

Merci d'avance à ceux qui pourront partager leur expérience...

Offline
CATAMARAN
Membre cotisant
Registered member since 1999
answer no 236830
Offline
Forum member
answer no 236842

Concernant les problèmes liés à l'age, il me semble que ma femme et moi avons moins le mal de mer que dans notre jeunesse. Peut être une dégénerescence de l'oreille interne diminuant la sensibilité au mal de mer ?

Offline
CATAMARAN
Membre cotisant
Registered member since 1999
answer no 236845

C'est un avantage du vieillissement. Oui, il y en a... parfois !

Offline
CENTURION 40S
Forum member
answer no 236850

 j'ai commandé stugeron sur www.pharmaexpress.be.
livré rapidement, en France, en trois jours . une boite de 200 cachets de 25 mg : environ 14 euros + livraison.
Flores

reste à demander à notre médecin si c'est compatible avec nos traitements ...

Offline
Ovni
Forum member
answer no 236853
Zakouski a écrit :
 j'ai commandé stugeron sur www.pharmaexpress.be.
livré rapidement, en France, en trois jours . une boite de 200 cachets de 25 mg : environ 14 euros + livraison.
Flores

reste à demander à notre médecin si c'est compatible avec nos traitements ...

 Merci Bcp, je vais donc de ce pas m'enquérir de la postion magique.

Offline
OVNI 445
Forum member
answer no 236864
Dr Chauve a écrit :
 pour l'anecdote, j'ai connu un coureur au large qui, en course, avec un seul patch avait toujours le mal de mer, alors il en avait collé un 2eme...  Il s'était retrouvé avec de tels troubles de l'équilibre qu'il avait fallu aller le chercher au fond de son cockpit. Donc attention au surdosage. Ceci dit, si le Scopoderm est bien toléré, c'est une alternative intéressante.

J'avoue que je n'avais pas pensé au "double patch".
Comme c'est un produit "sur prescription seulement" je marque la "posologie" de façon claire sur l'ordonnance: "1 seul patch à coller sur la mastoïde et éventuellement renouveller àprés 3 jours".
Jusque là ça avait suffi mais je vais être plus vigilant.
MERCI. 

Offline
VIA 36
Forum member
answer no 236939

Bonjour,

A propos de la "désensibilisation au mal de mer" au CHU de Brest, j'ai pris RDV avec le service ORL de cet hôpital. C'est le Docteur Bonne qui a "inventé" cette technique qui permet de créer un réflexe physique pour contrer le mal de mer.
J'ai fait les tests pour savoir si je pouvais entamer cette désensibilisation et je vais commencer dans quelques semaines. Il s'agit de 10 séances d'une demi-heure qui s'adresse à tous et sont remboursés par la SS. Votre médecin généraliste doit vous faire une ordonnance. Vous pouvez les organiser en 2 séances par semaine ou plus étalées.
Le service a reçu à l'automne du nouveau matériel qu'ils sont en train de mettre en place.
Le Docteur Bonne parle de 75% de personnes connaissant une amélioration.

Cordialement.

Offline
CATAMARAN
Membre cotisant
Registered member since 1999
answer no 236940

Si vous pouviez nous faire un retour régulier après ces séances et lors de vos prochaines navigations, je pense que cela intéresserait beaucoup de monde.

Offline
VIA 36
Forum member
answer no 236945
Dr Chauve a écrit :
Si vous pouviez nous faire un retour régulier après ces séances et lors de vos prochaines navigations, je pense que cela intéresserait beaucoup de monde.

 
Pas de souci, avec plaisir !

Offline
Forum member
answer no 236953
Dr Chauve a écrit :
Le mal de mer ayant des causes multifactorielles, il n'existe pas de remède miracle. Le Stugeron à l'avantage d'être efficace comme un certain nombre de produits du même type mais avec une intensité minimale d'effets secondaires. Il est contre-indiqué en cas d'adénome de la prostate (il accentue les difficultés pour uriner) et en cas de glaucome. C'est le produit qu'utilise une majorité de coureurs au large qui, comme tout un chacun, ont aussi parfois le mal de mer. Attention au danger de conduire une voiture quand on est encore sous l'influence du produit car les risques de s'endormir au volant augmentent. Le dosage à 25mg est bien pratique car il permet de moduler la prise en plusieurs fois par jour sachant que la dose maximale journalière est de 150mg. L'idéal étant de trouver la dose minimale efficace. On peut commencer par exemple par 1 comprimé toutes les 6 heures et voir comment cela se passe. Si ca va bien, on peut passer à 1 cp toutes les 8h. Concernant les lunettes, je ne suis pas convaincu par la démonstration. En dehors du fait de la gène procurée par le port de ces lunettes (pas évident les embruns et/ou la cagoule d'un ciré) je m'interroge sur son action dans l'obscurité sachant que c'est le moment où l'absence de repère visuel est un facteur déclenchant important du mal de mer. Pour les plus sensibles, la rééducation optocinétique proposée par l'hôpital Clermont Tonnerre à Brest est une bonne solution.

 Bonjour,
j'ai eu l'occasion de faire 20 séances d'optocinétique mais faute de naviguer ces temps-ci, n'ai pu tester le "résultat". je suis sceptique non pas sur l'optocinétique elle-même mais sur la manière dont le traitement a été réalisé. Comment puis-je obtenir une desciption technique précise de la méthode afin que je puisse comparer avec celle qui m'a été employé. merci
Hervé

Offline
SUN ODYSSEY 36I PERFORMANCE
Forum member
answer no 236965

 Bonjour,

Concernant la rééducation optocinétique, un de vous a-t-il connaissance d'un endroit où cela se fait à Paris ?

Cordialement

Christian

Offline
TRISBAL 36
Forum member
answer no 236972
Dr Chauve a écrit :
Si vous pouviez nous faire un retour régulier après ces séances et lors de vos prochaines navigations, je pense que cela intéresserait beaucoup de monde.

Oui, je suis très preneur des retours sur cette rééducation. Un point également qui m'intéresse : le coût.

J'ai bien compris que c'est remboursé par la sécurité sociale, mais tout le monde parmi les navigateurs n'étant pas assuré social français, c'est une information intéressante si l'on peut l'obtenir. Je me permettrais même de faire remarquer qu'elle est intéressante même pour ceux qui sont couverts, car comme tout traitement il n'est pas gratuit, et ce serait bon de savoir combien la SS paie à leur place. Merci d'avance !

Offline
VOYAGE 12,50
Membre cotisant couple
Couple member since 2009
answer no 241001

Je ne sais pas si ma réponse t'éclairera mais je suis atteint de la maladie de Parkinson depuis 2007. Je prends du Stugeron en + de mes médocs antiparkinsoniens et j'ai constaté que le Stugeron était très efficace...
Cordialement.
Ph.
PS j'ai lu aussi que le stugeron n'était pas recommandé pour les parkisoniens, j'ai posé la question à mon neuro mais il a pas su me répondre pourquoi...

Offline
CATAMARAN
Membre cotisant
Registered member since 1999
answer no 241017

Je n'ai pas la réponse non plus, mais vous pouvez, par exemple, les médecins de l'European Sleep Center qui auront peut-être la réponse.

Offline
HALBERG RASSY 36 (Monocoque)
Forum member
answer no 287344

novembre 2019, après de nombreux essais infructueux sur internet auprès de pharmacies en ligne Belges, j'en ai trouvé une qui  a accépté de me vendre du Stugeron 25. On la trouve en cherhcant bien sur Google, elle serait dans la région d'Anvers.

Good luck.

Offline
Forum member
answer no 287352
Pyb
Offline
BAVARIA (Monocoque)
Forum member
answer no 287356

Bonjour

Je suis aussi sujet au mal de mer. Essayez donc les lunettes avec les bulles bleues sur le cadre.

Magiques

Pages

Le site de la Grande Croisière...